En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 3 heures 42 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 5 heures 53 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 8 heures 23 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 9 heures 21 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 14 heures 14 sec
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 14 heures 47 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 52 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 8 heures 43 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 9 heures 59 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 13 heures 51 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 15 heures 8 min
© Reuters
Et si les Russes devenaient les premiers touristes de France ?
© Reuters
Et si les Russes devenaient les premiers touristes de France ?
Vodka-champagne

Les Russes bientôt premiers touristes en France ?

Publié le 12 novembre 2012
La politique européenne des visas en direction des Russes vient d'être jugée trop compliquée par l'actuel Commissaire Européen chargé du tourisme. La France est ainsi pointée du doigt pour ses procédures lourdes et dissuasives, qui empêcherait la nouvelle classe moyenne russe de se rendre dans un pays qui les fait (toujours) rêver. Retour sur un phénomène croissant de l'ère post-soviétique.
Ekaterina Andreeva est une chercheuse spécialisée dans le tourisme des russes à l’étranger. Elle a notamment publié un essai baptisé « Les pratiques touristiques des russes en France. Analyse comparée du XIXe siècle à nos jours »
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ekaterina Andreeva-Jourdain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ekaterina Andreeva est une chercheuse spécialisée dans le tourisme des russes à l’étranger. Elle a notamment publié un essai baptisé « Les pratiques touristiques des russes en France. Analyse comparée du XIXe siècle à nos jours »
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La politique européenne des visas en direction des Russes vient d'être jugée trop compliquée par l'actuel Commissaire Européen chargé du tourisme. La France est ainsi pointée du doigt pour ses procédures lourdes et dissuasives, qui empêcherait la nouvelle classe moyenne russe de se rendre dans un pays qui les fait (toujours) rêver. Retour sur un phénomène croissant de l'ère post-soviétique.

Atlantico : Qu'est-ce qui peut expliquer l'attrait tout particulier des russes pour la France ?

Ekaterina Andreeva-Jourdain : L’attrait de la Russie pour la France peut être retracé jusqu’au XVIIIe siècle : l’aristocratie russe était ainsi passionnée de littérature et de musique française depuis cette période, tout en ayant une maîtrise du français parfois presque supérieure à celle de leur langue maternelle. Découvrir la capitale française représente ainsi depuis cette époque l’achèvement de toute une vie pour un russe, ce phénomène étant illustré par un proverbe très répandu « Voir Paris et mourir ».

Aujourd’hui la conjoncture touristique actuelle reste très nettement favorable, puisque chaque année les départs touristique pour la France augmentent d’environ 20%. Cependant la France n’attire aujourd’hui qu’1 à 2% de l’ensemble des touristes russes soit environ 150 000 personnes par an. Ce fait peut s’expliquer par deux critères : tout d’abord l’Hexagone reste, au moins dans l’esprit des russes, une destination relativement coûteuse, voire carrément luxueuse. Il faut rappeler que la classe moyenne à fort potentiel de consommation est encore très minoritaire dans l’ex-URSS. On peut cependant affirmer qu’elle continuera de se développer d’ici les prochaines années, ce qui ne peut être que bénéfique pour le tourisme français.

Antonio Tajani, commissaire européen au tourisme, vient de demander aux états-membres de l'UE de faire preuve de "plus d'intelligence" dans l'octroi des visas, tout particulièrement pour pouvoir mieux accueillir "la riche classe moyenne russe" considérée comme une manne touristique importante. Peut-on parler d'un nouveau tourisme russe et que représente-t-il en termes d’opportunités ?

Le problème de visas est effectivement un énorme frein au tourisme russe en Europe, et à plus forte raison en France (où l’on peut demander jusqu’à 1500 euros pour l’obtention d’un visa NDLR). La longueur et la lourdeur de la procédure est ainsi extrêmement dissuasive, et cela est d’autant plus regrettable que cette difficulté profite à l’Italie et à l’Espagne, où l’obtention d’un visa touristique pour une dizaine de jours s’avère n’être qu’une simple formalité.

L’appel d’Antonio Tajani soulève donc un vrai problème, puisqu’il y a effectivement une nouvelle classe moyenne supérieure russe qui est de plus en plus friande de destinations prestigieuses. Cette dernière a commencé à voyager de plus en plus à partir de la chute de l’URSS en 1991, justement en direction des pays peu scrupuleux en termes de visas à l’époque (Thailande, Egypte, Turquie…). Le tourisme en direction de la France s’est à l’inverse seulement développé ces 15 dernières années, avec trois destinations phares que sont l’Ile de France, la Côte d’Azur et la région Rhône-Alpes. Il y a aussi des destinations moins réputées (Alsace, Nord Pas-de-Calais, Bretagne…) mais que les Russes souhaitent de plus en plus découvrir, car il souhaite s’échapper des sentiers touristiques classiques afin de rencontrer une certaine forme d’authenticité. Je pense ainsi que la France aurait une véritable opportunité à alléger sa politique de visas car elle pourrait attirer un nombre bien plus grands de visiteurs russes, appartenant à cette fameuse classe moyenne supérieure, qui est de surcroît réputée pour être extrêmement dépensière lorsqu’elle se trouve à l’étranger.

On estime que le tourisme extérieur russe représentera 60 millions de personnes en 2016. Peuvent-ils devenir à terme la première nationalité de touristes dans l'Hexagone ? 

Je pense à titre personnel que cette estimation est à modérer lorsque l’on sait que l’ensemble de la population russe est en déclin démographique. Il est ainsi mathématiquement difficile de compter sur une hausse des touristes russes, même lorsque l’on prend en compte l’enrichissement relatif d’une partie de la population. Pour revenir sur la France de manière plus spécifique, on regarde que les Russes, et plus particulièrement la classe à hauts-revenus, est de plus en plus intéressée par les séjours hivernaux dans l’Hexagone. La France se trouve ainsi dans le « top 5 » des voyages concernant les séjours au ski (on pense à Courchevel où à Val d’Isère NDLR). Pour ce qui est de la période estivale, la France occupe actuellement la 10e position. Ces deux périodes de haute fréquentation pourraient cependant connaître un véritable essor, puisqu’encore une fois la France est une destination d’avantage rêvée que visitée. Je pense néanmoins que l’expansion du tourisme russe possède un fort potentiel dans ce pays, bien que deux conditions viennent actuellement limiter le phénomène : la fameuse politique des visas, toujours très restrictive, et l’absence de professionnels du tourisme pour aiguiller des visiteurs qui ne sont pas toujours très bien accompagnés dans leur séjour.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Arnaud du blog Russie walbo.com
- 13/11/2012 - 13:47
Pour une levée des visas pour les russes
vivement l'arrêt de cette machine bureaucratique infernale qu'est la délivrance des visas pour les russes. Dans les années 90 au sortir de l'URSS, je pouvais le concevoir, mais maintenant c'est tout simplement obsolète!
Sera-t-on envahi à Paris par des armées de cosaques SDF? Non, c'est du pur fantasme.

Et pour ce qui est de l'enregistrement des touristes français en Russie, les choses ont largement évolué depuis 15 ans. On peut s'enregistrer à la poste en 15 minutes et de toute façon, plus personne ne vérifie (plus de tampon sur la carte de sortie... quand elle est demandée au départ de Russie)

Arnaud du blog Russie walbo.com
g de bouillon
- 12/11/2012 - 22:37
ils visitent le dernier bastion socialocommuniste
ils se promènent dans le dernier bastion communiste européen; ils ont l'impression d'un retour vers le passé; en se rendant rue saint honoré, ils peuvent remarquer que popof a changé de trottoir et s est installé en face.
JS
- 12/11/2012 - 20:33
Pauvres russes, ils
Pauvres russes, ils reviennent pour la plupart traumatisés de leur premier séjour en France et à Paris en particulier (comme les Japonais d'ailleurs)

La crasse et l'insécurité, tellement éloigné de l'image qu'ils en avaient avant de venir..