En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

05.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 6 heures 17 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 6 heures 52 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 8 heures 42 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 9 heures 52 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 11 heures 1 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 14 heures 58 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 15 heures 17 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 15 heures 42 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 6 heures 24 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 7 heures 31 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 9 heures 15 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 10 heures 36 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 11 heures
© Reuters
Barack Obama face au "mur de la dette"
© Reuters
Barack Obama face au "mur de la dette"
Attention

Fiscal cliff : le plafond de la dette américaine, cette épée de Damoclès au-dessus de l'économie mondiale

Publié le 11 novembre 2012
Barack Obama doit faire face au "mur de la dette", un mécanisme qui pourrait procéder à 600 milliards de dollars de coupes budgétaires automatiques si démocrates et républicains ne parviennent pas à un consensus au Congrès américain. La dette américaine menace t-elle l'économie mondiale ?
Alexandra Estiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Estiot est économiste, spécialiste des Etats-Unis chez BNP Paribas.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama doit faire face au "mur de la dette", un mécanisme qui pourrait procéder à 600 milliards de dollars de coupes budgétaires automatiques si démocrates et républicains ne parviennent pas à un consensus au Congrès américain. La dette américaine menace t-elle l'économie mondiale ?

Atlantico : Quels sont les enjeux du fiscal cliff et du rehaussement du plafond de la dette ?

Alexandra Estiot : Le fiscal cliff est le résultat de la précédente législature et de la défaite de Barack Obama aux élections de mi-mandat en 2010 au cours desquelles la Chambre des représentants est passé sous pavillon républicain. Le parti a alors été tiré vers la droite par le mouvement du Tea Party dont bon nombre de membres jurent sur l'honneur de ne jamais augmenter les impôts.

 

Ces difficultés dans les négociations entre les deux chambres du Congrès et le président ont contraint Barack Obama a faire un certains nombre de concessions. Pour prolonger l'indemnisation du chômage de longue durée ou le taux réduit de cotisations sociales, il a ainsi du prolonger les Bush tax cuts, des baisses d'impôts décidées par son prédécesseur. A cela s'ajoute l'accord sur le relèvement du plafond de la dette conclut en août 2011 qui a conduit à la mise en place de coupes automatiques dans les dépenses.

L'ensemble de ces mesures était censé être temporaires. Pour cela, une date buttoir a été fixée : celle du 1er janvier 2013. Ce jour là, tout s'arrête : les baisses d'impôts accordées sous George W. Bush, l’indemnisation du chômage de longue durée, la fin du taux réduit de cotisations sociales alors que les coupes automatiques dans les dépenses prennent effet.

Autrement dit, si le Congrès n’annule pas les baisses automatiques de dépenses et/ou n’empêche pas la remontée des impôts, le budget du gouvernement fédéral sera réduitd’environ 600 milliards de dollars de façon automatique, soit 5% du PIB américain environ. Un choc violent qui équivaut à ce qu'a subit la Grèce en 2011. Dans un tel cas de figure, une récession est inévitable. Un accord doit donc absolument être trouvé pour étaler cet ajustement budgétaire sur plusieurs années.

Par ailleurs, la dette américaine devrait atteindre son plafond légal en février. Un accord peut-il être atteint avant cette date ?

Un plafond a été instauré il y a quelques années pour empêcher la dette de s'envoler. Mais en réalité, ce plafond a été sans cesse relevé au point tel que c’est devenu un non-évènementMais en 2011, il est redevenu un enjeu du fait de la poussée du Tea Party, un mouvement qui s'oppose profondément aux impôts, veut limiter les pouvoirs de l'Etat fédéral, notamment en l'empêchant de dépenser. Pour cela, ses membres s'opposaient clairement au relèvement du plafond.

Ainsi, une partie des républicains a exigé l'adoption d'un plan de réduction des dépenses à hauteur du relèvement du plafond accordé. La pression est montée d’un cran au début du mois de juillet 2011, jusqu'en août où l’éventualité d’un défaut des Etats-Unis est devenu envisageableUn accord a finalement été trouvé, mais Standard & Poor's a tout de même dégradé la note du pays qui perdit son triple A.

Le programme de Barack Obama, qui comprend des hausses d'impôts pour les plus riches, peut-il être compromis ?

Barack Obama ne pourra adopter sa politique en l'état actuel car il ne détient pas la majorité à la Chambre des représentants. Mais les démocrates ont gagné un siège supplémentaire au Sénat et gagné quelques sièges à la Chambres.

Les deux partis peuvent dire que le vote populaire des Américains leur a donné mandat. Les résultats n'ont pas été assez tranchés pour basculer la balance des pouvoirs.

Quelles sont les conséquences pour l'économie mondiale ?

Si un accord intelligent est trouvé pour étaler les 600 milliards de baisses de déficits sur trois ou quatre ans avec un plan clair et précis, l'économie américaine n'en souffrira pas, l'ajustement budgétaire étant limité année par année. Par ailleurs, l'incertitude fiscale pèse depuis le printemps sur l'économie américaine, ce qui pousse les entreprises à attendre avant d'investir et embaucher. Si un accord composé d'un plan fiscal clair est trouvé, cette incertitude sera levée ce qui facilitera l'investissement et l'emploi.

Autre scénario intermédiaire : si les démocrates et républicains ne parviennent pas à trouver un accord, ils peuvent décider de repousser la décision à l'année prochaine, ce qui prolongera alors l'incertitude. L'attentisme des entreprises se poursuivrait et l'économie américaine en pâtirait.

Si, faute d'accord, le fiscal cliff entre en action, quels seront les secteurs touchés par les coupes budgétaires automatiques ?

Les coupes budgétaires interviendront surtout dans le secteur de la défense. Mais le fiscal cliff est surtout dangereux sur le volet des recettes plutôt que celui des dépenses. Pour 500 milliards d'augmentation d'impôts, il n'y a que 100 milliards de baisses de dépenses d'autant plus que celles-ci sont budgétées sur l'année 2013, mais ne doivent pas forcément intervenir tôt dans l'année.

Le volet recettes du fiscal cliff s'exerce surtout par une pression à la hausse sur la fiscalité des ménages avec un hausse du taux d'imposition sur le revenu, une remonté du taux de cotisation sociale à son taux normal et sur l'indemnisation du chômage de longue durée. Les effets se feront fortement ressentir sur le revenu des Américains.

 


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 11/11/2012 - 16:17
Marrant comme ce type de "mise en garde"
Au demeurant fort juste, intervient toujours après les élections !...
Comme pour les élections Française, on préfère se polariser sur le charme et le charisme du candidat, en bref "la forme", avant le verdict, pour laisser le débat sur le fond se dérouler après les élections!
Les médias Américains seraient-ils gangrenés par le même mal qui gangrène nos médias Français?
Nous le saurons dans les six mois qui suivent, comme nous avons assiste au revirement miraculeux des médias Français après 6 mois de Flamby...