En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

01.

Présidentielle 2012

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 6 min 36 sec
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 3 heures 49 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 10 heures 59 min
pépites > Media
Justice
Discours de la Convention de la droite diffusé sur LCI : Eric Zemmour sera jugé à la fin du mois de janvier
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 18 min
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 16 heures 47 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en passant des énergies fossiles

il y a 47 min 28 sec
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 3 heures 54 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 11 heures 48 min
pépites > Sport
Drapeau neutre
Exclusion de la Russie des compétitions sportives : Vladimir Poutine dénonce une décision politique
il y a 13 heures 25 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 16 heures 12 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 17 heures 26 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 19 heures 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 20 heures 30 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 21 heures 5 min
Souveraineté

La France, un pays sous tutelle dans une Europe en échec

Publié le 08 novembre 2012
La France a-t-elle encore les instruments pour agir sur son destin ?
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France a-t-elle encore les instruments pour agir sur son destin ?

La France, en tant qu’Etat-nation, n’existe plus. Hormis son armée, elle ne possède plus aucun des attributs de souveraineté qui sont l’apanage des nations et des Etats. Elle a renoncé à sa monnaie, dont elle ne contrôle ni le taux de change, ni la quantité en circulation. Elle a renoncé à sa politique commerciale, entièrement transférée à la Commission européenne, qui n’a pour seule préoccupation en la matière que l’abaissement de toute forme de défense commerciale européenne. Elle ne maîtrise plus sa politique migratoire, régie par des directives européennes et par la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, qui ne tolèrent que des restrictions absolument mineures à la libre entrée et à l’installation des migrants extra-européens sur notre sol. Enfin elle est en passe de perdre sa souveraineté budgétaire, qui sera prochainement remise entre les mains des euro-juristes.

Soyons lucides : que nous reste-t-il comme moyen concret d’action sur notre destinée, dès lors que nous ne pouvons plus réguler les conditions de nos échanges commerciaux, les mouvements des personnes entrant sur notre sol, notre masse monétaire, notre niveau d’inflation, les taux de change de notre monnaie, et notre budget ?

Certes, nous avons consenti à tous ces transferts de souveraineté, mais au nom d’un pacte implicite, qui n’a pas été respecté : que l’Europe prenne le relais en construisant à ses frontières la carapace qu’elle avait ôtée aux Etats-membres, qui est le seul moyen de donner un sens à la notion de Communauté ou d’Union européenne. Autrement, pourquoi former une communauté si elle est ouverte à tous ? Pourquoi s’unir si c’est pour se priver d’agir ? Pourquoi constituer un marché de 500 millions de consommateurs si nous ne pouvons imposer les conditions auxquelles nos concurrents peuvent y accéder ? Pourquoi créer l’espace Schengen, si ses frontières externes sont si poreuses qu’elles en sont quasi fictives ? Pour quelles raisons adopter une monnaie unique, si l’Europe s’interdit toute politique offensive de taux de change au profit de son économie ? A quoi bon financer une énorme bureaucratie bruxelloise, si cette dernière consacre plus de temps à grignoter les compétences des Etats-membres plutôt qu’à défendre les intérêts et la sécurité des Européens ?

Pendant des années on a expliqué aux peuples européens que les nations, isolées, étaient devenues trop faibles, et qu’ensemble nous serions plus forts. Or, il faut se rendre à l’évidence : le logiciel mis en œuvre par les élites européennes continue de refuser de dissocier l’ouverture intérieure entre les Etats-membres de l’ouverture européenne au reste du monde. Les instruments de souveraineté qui ont été remis à l’Union européenne n’ont pas été mis en commun au service d’une Europe plus forte, mais consciencieusement détruits, comme autant de répliques diaboliques de l’anneau de Sauron, par des idéologues convaincus de leur éternelle et ontologique nocivité.

Dans une mondialisation de plus en plus hostile, ce projet est pourtant suicidaire, car il expose les nations européennes à ses courants les plus déstabilisateurs : la guerre monétaire entre le dollar et le yuan, à laquelle l’euro sert de variable d’ajustement ; le grand mouvement de migrations Sud-Nord, qui bouleverse en profondeur les sociétés européennes et crée des tensions de plus en plus visibles, économiques et identitaires ; l’offensive industrielle et commerciale de grande ampleur engagée par les pays émergents, déjà bien émergés et bientôt submergeants, qui profitent de notre ouverture pour écouler leur production et aspirer notre appareil productif vers leurs territoires. Notre ministre du Redressement productif aura beau se porter au chevet de tous les plans de licenciements, il ne dispose plus du moindre outil de politique économique permettant de stopper l’hémorragie de nos dernières richesses.

Avant le "choc de compétitivité" que prône le rapport de Louis Gallois, c’est d’un choc de souveraineté dont la France aurait besoin, car elle est en réalité devenue un pays sous tutelle, c’est-à-dire qu’elle ne gouverne plus son destin, pas plus d’ailleurs que la plupart des pays de l’Union. Face à cette impuissance organisée, il ne nous reste plus qu’un moyen d’agir : oser, comme le général de Gaulle en 1965, la politique de la chaise vide, jusqu’à ce que l’Europe se décide enfin à s’intéresser au sort des Européens et se dote des politiques et des institutions à même de garantir sa survie sur la scène de la Realpolitik mondiale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

01.

Présidentielle 2012

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Alain Teyssonnière de Gramont
- 10/11/2012 - 00:55
@equilibre vous m'avez mal compris !
Ce n'est pas sur l'UE que je compte pour faire l'Europe mais bien sur une étroite coopération franco-allemande ... l'intégration/coordination de nos politiques a fait plus de progrès en 4 ans depuis 2008-2009 qu'en cinquante d'administration bruxelloise, beaucoup trop limitée dans ses compétences et moyens !
J'espère donc que ni François Hollande ni Mme Merkel ne vont gâcher les chances de l'Europe de devenir "la puissance mondiale de référence" dans le monde nouveau qui émerge. Le pire serait que Hollande n'agisse pas et que Merkel perdant confiance et manquant d'ambition, se replie sur l'idée d'une Grande Suisse.
Tout cela est amplement expliqué dans "eurocooperation-oser.eu" et sur "facebook oser l'europe". Merci !
BOUM
- 08/11/2012 - 22:11
chaise ou strapontin ?
Excellent article dans le fond comme dans la forme.
Mais je ne suis pas confiant dans la politique de la chaise vide. Le poing sur la table me paraît plus convainquant. A moins qu'une vague bleu blanc rouge mette fin à ce système soviétique dégénéré.
Equilibre
- 08/11/2012 - 19:52
@Alain Teyssonnière de Gramont
Trompeur ton argument.
1) De Gaulle parlait de l'europe, certainement pas du machin UE et de sa monnaie (lui qui était pour l'étalon-or)
2) La France est la deuxième puissance (encore pour un peu de temps)
3) étroite coopération: c'est que qui se passait AVANT l'UE.
4) Ton souhait ne sera jamais exaucé, le présiflan de la dictature de la pensée française étant un nul en toute circonstance. De plus, il ne fait que suivre du point de vue européen les sillons tracés par NS.
.
Merckel l'a bien compris et lorgne du côté nord et est.
Les journaux allemands l'ont bien compris et se demande si la France n'est pas la nouvelle Grèce.
Les erreurs de conception et de gestion mèneront cette chose mal formée directement au seul endroit qui lui convient, à savoir la poubelle.
Il faut vraiment méconnaitre cette UE pour s'attendre à en voir quelque chose de positif ou alors savoir expliquer comment des pays ayant des compétitivités, des inflations différentes peuvent coexister sous une même monnaie.
Le tout avec une BCE sur un mode allemand.
Économiquement, politiquement, socialement, cette chose ne peut pas marcher, fédéralisation ou pas.