En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
François Hollande, critiqué de tous les côtés, fête ses six mois à l'Elysée.
Encore 4 ans et 6 mois
Après 6 mois ratés, François Hollande peut-il encore sauver son quinquennat ?
Publié le 06 novembre 2012
Mardi 6 novembre, François Hollande fête ses 6 mois à l'Elysée. Seulement 24 semaines après son élection, le président de la République, en forte baisse dans les sondages, est critiqué y compris dans son propre camp.
David Valence est professeur agrégé d'histoire.Il enseigne à Sciences-Po Paris depuis 2005. Il anime le blog trop-libre.fr qu'il a créé avec Chistophe de Voogd dans le cadre des activités de la Fondation pour l'innovation politique.A lire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence,André Grjebine et Nicolas Prissette
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence est professeur agrégé d'histoire.Il enseigne à Sciences-Po Paris depuis 2005. Il anime le blog trop-libre.fr qu'il a créé avec Chistophe de Voogd dans le cadre des activités de la Fondation pour l'innovation politique.A lire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 6 novembre, François Hollande fête ses 6 mois à l'Elysée. Seulement 24 semaines après son élection, le président de la République, en forte baisse dans les sondages, est critiqué y compris dans son propre camp.

Atlantico : Mardi 6 novembre François Hollande fête ses 6 mois à l'Elysée. Suite au décrochage du président de la République dans les sondages, des ténors socialistes lui demandent de "fixer un nouveau cap". François Hollande peut-il encore sauver son quinquennat ?

David Valence : La dégradation spectaculaire  de la popularité de l'exécutif était prévisible. Elle tient à une erreur de diagnostic des socialistes quant aux attentes des Français.

Le 6 mai 2012, une majorité de nos concitoyens a exprimé un besoin de réassurance et de justice. Si Nicolas Sarkozy a échoué ce jour-là, c'est parce que sa personne a été jugée trop peu stable et sa politique trop injuste, à tort ou à raison. Je ne crois pas pour autant que les Français aient joué aux autruches et refusé d'envisager la crise. Pas plus, d'ailleurs, qu'ils n'ont exprimé leur préférence pour un pouvoir "pépère", "classique". Non ! Ils étaient prêts à certains efforts, pourvu qu'ils soient justement répartis ; et ils espéraient un pouvoir stable, serein et fort.

Or, la gauche a interprété ce rejet de Nicolas Sarkozy comme un refus de l' "hyperprésidence", comme le souhait d'un pouvoir "à la scandinave", sans façons, sans autorité trop démonstrative, sans coups de menton. Et sur le fond, la gauche modérée s'est convaincue que les Français refusaient la crise, et qu'il fallait donc ne pas trop leur parler de la manière dont on l'affronterait, sinon en "taxant les riches".

Cette double erreur de diagnostic a pourri les 6 premiers mois du quinquennat. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a voulu faire de la rigueur sans le dire, sans oser expliquer aux Français la gravité de la situation. Et l'exécutif s'est cru bien inspiré en affichant une décontraction et une souplesse qui ont semé le trouble, en particulier dans les catégories populaires, directement menacées par le chômage et qui savent, elles, que le temps n'est pas à la décontraction ni à la souplesse.

Il n'y a pas mille façons de sortir de cette impasse. Le gouvernement doit d'abord tenir un discours de vérité sur la gravité de la crise, tout en donnant des perspectives à 4 ou 5 ans aux Français. Sur ce mode : "nous travaillons pour l'avenir de nos enfants". Le président de la République doit, ensuite, endosser le costume d'un vrai chef de l'exécutif, qui tranche, décide, sait où il va et assume de déplaire. Vérité et autorité : il n'y a pas d'autre chemin pour sauver le quinquennat.

André Grjebine : Je crois qu’on peut interpréter la baisse spectaculaire de la popularité de MM. Hollande et Ayrault de deux manières. La première est de l’attribuer à la poursuite de la détérioration de la situation économique, à la progression du chômage, etc., et aux premières mesures – désagréables ! – décidées par le gouvernement, en particulier l’augmentation des impôts.

Mais, il aurait été naïf d’attendre une amélioration en six mois et les hausses d’impôts étaient prévisibles, compte tenu de notre engagement (depuis Nicolas Sarkozy) de réduire drastiquement notre déficit budgétaire et l’endettement public. Je crois donc que l’on doit principalement attribuer le « décrochage » du pouvoir socialiste à un autre facteur : le sentiment que les mesures prises ne s’inscrivent pas dans un projet global clair de sortie progressive, fut-elle douloureuse, de la crise.

Au demeurant, il ne faut pas exagérer le caractère pénible des mesures à prendre, ou plutôt ces mesures ne devraient être pénibles que pour ceux qui bénéficient d’avantages discutables qui ne servent en rien aux efforts de renforcement de notre appareil de production qui doit être entrepris. Cela ne signifie absolument pas qu’une telle politique serait facile à mettre en œuvre. Bien au contraire. Il serait sans doute plus difficile de lutter contre les gaspillages de toutes sortes que ce soit au sein de la fonction publique ou dans l’affectation des ressources publiques en faisant face à d’innombrables groupes de pression et autre lobbies, que de mener une politique d’austérité qui enfonce progressivement l’économie française, mais dont le caractère apparemment inéluctable paraît absoudre d’une certaine manière ceux qui la prônent et la pratiquent.

Nicolas Prissette : On observe un mouvement paradoxal. En réalité, le cap a été fixé durant la campagne : c'est celui du redressement des comptes de la France,réduire le déficit à 3% dès 2013. Dans son interview du 9 septembre sur TF1, François Hollande s'est tenu à cet objectif. Les mesures qui en ont découlé, notamment la plus forte hausse d'impôts de l'Histoire, étaient annoncées dès la campagne. Mais en dépit de cette orientation économique assez claire, la conjoncture reste mauvaise : le chômage continue d'augmenter. Dans ce contexte, la popularité de l'exécutif reste faible et se dégrade très rapidement.C'est ce qui explique que des ténors socialistes demandent un changement de cap au bout de seulement 6 mois alors même que François Hollande tient les engagements qu'il avait pris durant la campagne.

Quelles sont les grandes orientations politiques et économiques que François Hollande peut adopter dans  l'année qui vient pour rebondir ? Le rapport Gallois peut-il être un "acte fondateur" ?

David Valence : Les deux principaux défis auxquels doit faire face notre pays sont connus : la désindustrialisation, d'une part, et le risque d'une rupture de solidarité entre les générations, d'autre part. François Hollande a bien identifié ces deux enjeux. Mais il faut maintenant tailler dans le vif et trancher, quitte à subordonner certains objectifs à d'autres. Le risque serait de renouer avec l'ère du "tout est prioritaire", et de ne pas savoir trancher quand des politiques entrent en conflit. Cette hésitation, cette difficulté à apporter des réponses précises et déterminées à des enjeux bien identifiés seraient très dangereuses pour notre pays.  

André Grjebine : En fait, on est entré dans une période où une démagogie à rebours s’est développée. C’est à qui fera miroiter les contraintes les plus fortes, les mesures les plus pénibles. Comme l’écrit Paul Krugman, prix Nobel d’économie, « On retrouve constamment l’envie pressante de faire de l’économie une pièce morale, une fable où la dépression est la conséquence nécessaire de péchés préalables, en conséquence de quoi il ne faut surtout pas l’alléger. »  Le courage aujourd’hui n’est pas d’enfoncer l’économie dans la crise comme le font partout au sein de la zone euro les politiques d’austérité, mais de mettre en œuvre une politique visant à renforcer notre appareil de production sans pour autant réduire la demande.

 Le temps des politiques unilatérales, les unes ne s’intéressant qu’à la demande, les autres qu’à l’offre me paraît aujourd’hui dépassé. C’est pourquoi les revendications du patronat demandant un transfert des charges supportées par les entreprises vers les ménages comme tous les plaidoyers (Rapport Gallois et autres) en faveur d’un « choc de compétitivité » me paraissent dangereux parce que très partiels. Si la demande faiblit, les entreprises ne vont guère être tentées d’investir quels que soient leurs profits. Dans l’hypothèse d’un fléchissement de la demande, elles vont plutôt être tentées de placer leurs capitaux dans des opérations financières dont on sait comment elles finissent…

 Nicolas Prissette : Aujourd'hui, François Hollande doit attendre. Une fois que la politique de réduction des déficits est mise en œuvre, il n'a pas les moyen de mener une autre politique. Il est obligé d'attendre qu'elle porte ses fruits : ramener la confiance des acteurs économiques et le calme sur les marchés et que la France puisse continuer d'emprunter à des taux plus avantageux que les autres pays européens plus durement impactés par la crise.

Une fois que ce mouvement est engagé, François Hollande est contraint d'attendre que des jours meilleurs se présentent, le peu de marges de manœuvre dont il disposait étant consacrées à la réduction du déficit. A partir du moment où le président de la République a dit qu'il devait réduire le déficit à 3%, avec des hausses d'impôt historiquement jamais vues, il a les mains liées. La marche est très élevée. C'est un choix politique dur qu'il paie en partie aujourd'hui.

Le candidat Hollande avait aussi promis de "réenchanter le rêve français". Face aux réalités actuelles, peut-il aujourd'hui encore mener une politique en phase avec cette déclaration, en particulier face aux pressions de l'Allemagne et du FMI, qui appellent à un volet de réformes difficiles ?

David Valence : De tous les candidats socialistes à l'élection présidentielle, François Hollande est sans doute celui qui a le moins cultivé l'illusion de l' "autre politique", des lendemains qui chantent – et qui promettent des réveils douloureux. Il savait qu'il lui faudrait endosser la politique de réduction des déficits publics et de la dette initiée par son prédécesseur : c'est pourquoi il s'est abstenu de promettre des avancées sociales trop spectaculaires pour être raisonnables, comme l'auraient été une nouvelle réduction du temps de travail (voulue par Europe Ecologie Les Verts) ou l'interdiction des licenciements (réclamée par le Front de gauche et les trotskistes).

Mais dans le même temps, François Hollande était sensible au discours de ceux qui, comme sa plume Aquilino Morelle, l'alertaient sur le risque de voir prospérer le vote Mélenchon : il lui a donc bien fallu donner des gages, pour l'essentiel rhétoriques, aux électeurs les plus à gauche. D'où des formules comme celle que vous citez, ou celle du discours du Bourget, le 22 janvier 2012 : "mon véritable adversaire, c'est le monde de la finance".

Mais ces percées rhétoriques n'avaient pas vraiment de pendants programmatiques, y compris pendant la campagne électorale. Pour l'essentiel, François Hollande est sans doute le moins "à gauche" de tous les candidats socialistes depuis 1965, à l'exception peut-être du François Mitterrand de "La France unie", candidat à sa propre réélection en 1988.

André Grjebine : A défaut de « réenchanter le rêve français », ce qui n’est pas du domaine de la politique mais des idéologies qui me paraissent toujours irrationnelles et dangereuses, il faudrait que le gouvernement s’interroge sur la meilleure stratégie pour faire aller de pair une politique de redressement de notre appareil de production et une relance concertée au sein de la zone euro, sans laquelle le marasme va se prolonger durablement en Europe.

Je crois que cette relance concertée ne sera possible qu’en modifiant les règles du jeu institutionnel au sein de celle-ci. Le système institutionnel actuel privilégie les relations inter-étatiques et donne ainsi un pouvoir exorbitant au pays le plus puissant, l’Allemagne. Il existe pourtant une solution pour modifier cette situation. Elle consisterait à  démocratiser rapidement l’exécutif européen en donnant  une légitimité supérieure aux partisans d’un soutien européen de la croissance. On me dira que cette proposition participe aussi du conte de fée…sauf que, de manière paradoxale, c’est Mme Merkel qui propose cette réforme institutionnelle et le gouvernement français qui répugne à s’y engager.

Nicolas Prissette : "Réenchanter le rêve français" est une très jolie formule, encore faut-il la définir... Qu'est-ce que " le rêve français" ? Hollande a évoqué "le progrès" et "l'égalité" mais est-ce qu'on parle d'économie et des Trente Glorieuse ? S'agit-il de la France intégratrice de l'après guerre, de la France des lumières du XVIIIe siècle ? C'est sans doute la limite du projet de Hollande, personne n'a dit clairement de quoi il s'agissait. Seul lui en a parlé, ni le Premier ministre, ni les autres membres du gouvernement, ni le nouveau premier secrétaire du PS ne sont exprimés sur ce thème. Sur les deux prochaines années, on comprend très bien ce qu'est "le cap du redressement" : la réduction du déficit public. Mais après ces deux ans difficiles, on ignore encore quelle va être la direction empruntée...

François Mitterrand avait attendu deux ans avant d'entamer un virage gestionnaire. François Hollande peut-il assumer politiquement un tel revirement devant sa majorité et les Français après seulement six mois d'exercice ?

David Valence : François Hollande n'a pas le choix. S'il continue à faire de la rigueur sans le dire, et à vouloir gouverner de manière détendue, l'exécutif risque de découvrir des abysses d'impopularité que même les tandems Mitterrand-Cresson et Chirac-Juppé n'ont pas exploré.

D'autant qu'on connaît, depuis Nicolas Sarkozy, l'impact dévastateur et durable que peuvent avoir les six premiers mois d'exercice du pouvoir sur l'image d'un président. Au président précédent, ses premières semaines à l'Elysée ont collé, sans doute injustement, une étiquette de "président des riches", ami des seuls puissants, ne comprenant pas qu'il devait s'imposer à lui-même des limites aussi contraignantes qu'étaient étendus les privilèges liés à ses fonctions. Cette spirale-là ne s'est véritablement refermée qu'avec l'affaire de l'Epad et de Jean Sarkozy, en octobre 2009. Mais une certaine image s'était inscrite sur la cornée d'une majorité de Français quand ils voyaient Nicolas Sarkozy, image que certains médias n'ont cessé, par la suite, de flatter, quand bien même il leur aurait fallu reconnaître qu'il avait pris, en y mettant le temps mais sans doute mieux que ses prédécesseurs, la pleine mesure de ses fonctions.

Pour François Hollande, les six premiers mois d'exercice du pouvoir ont été plus cruels encore, mais les espoirs placés en lui étaient bien moindres que ceux suscités par Nicolas Sarkozy en 2007. Lui doit se défaire dès que possible de cette impression d'à peu près, de flou, de manque de fermeté et de détermination qu'ont reçue les Français. Il doit s'assumer en "Schröder français" et prendre le risque politique de conduire des réformes impopulaires, pour préparer la France à renouer enfin avec une croissance forte. Ce chemin ne lui apportera peut-être pas la victoire aux élections locales de 2014 et 2015, mais il peut porter des fruits à plus long terme. En politique, ne pas prendre de risques est la manière la plus certaine d'échouer.

André Grjebine :Paradoxalement, François Hollande a commencé son mandat en gestionnaire plutôt qu’en stratège. Ce n’est donc pas un « virage gestionnaire » qu’il doit entreprendre, mais la définition d’une stratégie visant à muscler l’économie française, sans porter atteinte pour autant à la demande sans laquelle rien ne sera possible.

Nicolas Prissette : La comparaison avec François Mitterrand se fait un peu en sens inverse. Le tournant de la rigueur de 1983 arrive après deux ans de gestion socialiste où beaucoup d'argent est dépensé, où les comptes de la France sont mis à contribution pour mettre en œuvre les propositions du candidat Mitterrand comme les congés payés supplémentaires ou la retraite à 60 ans. La politique qui est menée dégrade alors les comptes publics et éloigne la France de l'intégration européenne, d'où la rigueur.

Cette fois, la situation est inverse. François Hollande commence par la rigueur. Dès la campagne, il avait promis de poursuivre l'engagement de Nicolas Sarkozy de redresser les comptes de la France. A partir du moment où il n'a pas cherché avec les partenaires européens à renégocier un autre calendrier de réduction des déficits, il est obligé de commencer par la rigueur.Tout le problème est que cette politique est appliquée dans un contexte de quasi-récession.

Les alliés traditionnels du PS sont soit fragilisés (Les Verts) soit en total désaccord (Front de Gauche). François Hollande doit-il revoir son jeu d'alliances pour renforcer sa majorité et porter une nouvelle politique ?

David Valence : C'est à l'Assemblée nationale que se vote la loi en dernière instance. Or, à l'Assemblée nationale, le PS détient la majorité absolue à lui seul. Il peut donc se permettre d'ignorer le Front de gauche ou de bousculer des écologistes qui sont un peu ivres de mandats, et si déboussolés qu'ils cherchent à se distinguer sur des sujets où l'opinion ne les attend pas maximalistes (le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance européennes).

A qui le PS pourrait-il bien s'allier ? Jean-Louis Borloo et ceux qui le suivent se réclament du centre-droit sans aucune ambiguïté et font la sourde oreille à ce que Jean-Christophe Cambadélis semble suggérer comme perspective d'alliance dans son dernier livre. Quant au Modem de François Bayrou, son pouvoir est plus symbolique qu'institutionnel.

Non, je pense que le principal enjeu, pour le pouvoir, c'est aujourd'hui la cohésion du Parti socialiste. Il faut que la rue de Solférino soit soudée et mobilisée derrière le gouvernement. Le pire serait à craindre en revanche si le Parti socialiste renouait avec la tendance centrifuge déjà observée lors du second septennat de François Mitterrand, ou entre 2002 et 2008.

La priorité "politique" du gouvernement devrait donc être d'assurer l'autorité du Premier ministre sur et au sein du Parti socialiste, et de maintenir ce dernier en état de marche et de cohésion. Si d'aventure les écologistes ou les communistes se plaignaient trop haut, François Hollande aurait toujours la ressource, pour ne pas donner le sentiment d'un pouvoir réduit aux seuls acquêts socialistes, de promouvoir des personnalités de la société civile ou de nommer des élus du Modem au gouvernement – ils sont plusieurs à n'attendre que cela !

Nicolas Prissette : La grande chance de Hollande, contrairement à Lionel Jospin en 1997, c'est qu'il n'a pas besoin de ses alliés puisqu'il il dispose de la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Il n'a pas besoin d'une gauche plurielle pour gouverner. La gestion des alliés par François Hollande s'est d'ailleurs déroulée de manière autoritaire, notamment concernant l'accord Verts-PS négocié par Cécile Duflot et Martine Aubry. François Hollande a toujours fait comprendre que cet accord ne l’engageait pas particulièrement.  En théorie, le Parti communiste et les écologistes peuvent représenter un souci médiatique ou politicien, mais pas un souci politique au sens de l'action. En pratique, c'est évidemment plus compliqué.

 Propos recueillis par Alexandre Devecchio

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Berlusconi-Kadhafi : le divorce
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (46)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gegeclermont
- 07/11/2012 - 18:44
Un mauvais reste mauvais !
Le passé parle pour M.Hollande. Il a été un secrétaire du PS qu'il a laissé en ruine et en tant que président de département, ce fut une catastrophe et surtout une mauvaise gestion . A partir de là, qu'attendre d'une personne qui échoue toujours à terme. Il va emmener la France dans de graves problèmes même s'il devra sous une extrême pression être obligé de réformer. La dépense publique devra baisser drastiquement. Fera-t-il des réformes du millefeuille administratif ?
CN13
- 07/11/2012 - 13:06
à Albion :
tout à fait d'accord avec vous. Je n'ai jamais compris pourquoi les médias français sachant pertinemment que Hollande a endetté la Corrèze, n'a jamais été ministre à part un fonctionnaire vivant au crochet de l'Etat, soit devenu un président médiocre qui va faire de la France une Corrèze bis.
Qu'est-ce que cela cache ?
Tout ce qu'on voit, c'est un Hollande qui parade, qui voyage sur Air Sarko One qu'il a tant critiqué, qu'il délègue tout sur son ministre Ayrault pour qu'il prenne tous les coups durs sur ses épaules pendant que lui, Hollande, se la coule douce... !
Ludo1963
- 07/11/2012 - 10:52
La preuve par les faits
le ps en période de crise ne va pas faire long feu
Fin decembre début 2013 nous passerons en récession
Nous serons déclasses par les agences
Nous devrons faire face à deux dégradation du budget
La troïka viendra sommer Hollande de réduire la depense publique mais il en sera incapable
Il devra dissoudre l assemblée et la droite gagnera les legislatives