En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

05.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

06.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

07.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 3 min 2 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 1 heure 42 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 18 heures 22 sec
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 19 heures 58 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 20 heures 48 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 22 heures 42 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 1 jour 56 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 45 min 44 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 1 heure 27 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 16 heures 58 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 18 heures 30 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 20 heures 23 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 22 heures 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 26 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont plus les pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 1 jour 2 heures
© Marcelo Noah
Pour Najat Vallaud-Belkacem, l'homosexualité doit être prise en compte dans l'enseignement de la littérature et de l'Histoire.
© Marcelo Noah
Pour Najat Vallaud-Belkacem, l'homosexualité doit être prise en compte dans l'enseignement de la littérature et de l'Histoire.
On n'est pas sérieux quand on a 17 ans

Rimbaud doit-il son génie à son homosexualité ?

Publié le 05 novembre 2012
Dans une interview accordée au magazine Têtu, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, condamne le silence qui entoure l'homosexualité de certains personnages historiques dans les manuels scolaires.
Charles de Sivry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles de Sivry est écrivain. Il écrit sous pseudonyme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview accordée au magazine Têtu, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, condamne le silence qui entoure l'homosexualité de certains personnages historiques dans les manuels scolaires.

La ministre des Droits des femmes et porte-parole de l’actuel gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a déclaré, au sujet des manuels scolaires : « Aujourd'hui, ces manuels s'obstinent à passer sous silence l'orientation LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs, même quand elle explique une grande partie de leur œuvre comme Rimbaud ». Cette déclaration d’un personnage aussi éminent du gouvernement de François Hollande mérite quelques éclaircissements.

Le 10 novembre 1891, le poète décède, à l’âge de trente-sept, à l’hôpital de la Conception de Marseille. Atteint d’un cancer, amputé d’une jambe, il serait revenu, lors de cette épreuve, à la foi de son enfance, selon sa sœur Isabelle. Elle écrit à leur mère le 28 octobre 1891 que son frère est « un juste, un saint, un martyr, un élu ». Une lettre dont l’authenticité fait toutefois toujours débat, car il semble qu’elle ait été écrite après coup, pour amplifier la renommée familiale due à la célébrité grandissante du jeune poète. Longtemps cette image a prévalu : celle d’un poète devenu aventurier, doublé d’un « mystique à l’état sauvage », pour reprendre les termes de Paul Claudel, lui-même converti à la foi catholique après sa lecture de Rimbaud. Une image qui paraît n’avoir été édifiée que pour parer la légende d’un Rimbaud dépravé, procédurier et immoral.
 
Dès 1885, il est avéré que le frère aîné de Rimbaud, Frédéric, un modeste voiturier, qui louait une maison à Attigny près de celle du chef de gare, Alain Poher - dont le petit-fils qui porte les mêmes prénom et nom sera élu en 1968 président du Sénat -, ait tout appris des années de jeunesse d’Arthur à Paris, et s’en soit ouvert aux siens qui le méprisaient de ne pas réussir, autant qu’ils glorifiaient son cadet parti en Afrique où il menait la vie ardue d’un homme qui tente la fortune. Frédéric tenait l’histoire de Paul Verlaine lui-même qui séjournait alors à Coulomnes, à quatre kilomètres de Roche, où se situait la ferme familiale de Mme Rimbaud. A preuve, il semble que Frédéric, dont sa mère refusait le mariage avec une femme misérable, Blanche Justin, ait eu une explication avec elle, puis il fut déclaré persona non grata à la ferme.

Datée de la même année que la préface de Paul Claudel, 1912, on trouve un texte de son ami André Suarès, repris dans Portraits et préférences (Gallimard, 1991), où le Condottière, bien au fait de l’homosexualité supposée de Rimbaud, écrit, dans un esprit opposé à celui de « l’Apollon du Sacré Cœur » : « Quoi de plus absurde que de faire aujourd’hui un honnête jeune homme de Rimbaud ? (…) Mais quoi ? Rimbaud eût-il mis dans sa couche vingt mignons, je ne lui verrais pas moins d’innocence ». Après la Première Guerre mondiale, Rimbaud devint l’étendard des surréalistes, dont on sait qu’ils étaient animés par une homophobie totale, André Breton en tête qui déclarait : « J’accuse les pédérastes de proposer à la tolérance humaine un déficit mental et moral qui tend à s’ériger en système et à paralyser toutes les entreprises que je respecte. » Il n’empêche : le culte de Rimbaud devient un dogme, et, à la faveur du double interdit de Claudel et de Breton, la question de l’homosexualité du poète est une matière si taboue que personne n’en a parlé, ni surtout ne s’est avisé de la célébrer, sauf Cocteau. Sans doute aura-t-il fallu les années qui ont suivi Mai 68 pour que la question sexuelle s’impose de plus en plus, et en vienne à occulter toutes les autres dimensions, au risque de faire de Rimbaud l’archétype de l’homosexuel  en gloire - ce dont ni son œuvre, ni sa vie ne témoignent.
 
Inutile de se voiler la face : il est assuré que Rimbaud a eu une aventure homosexuelle avec Paul Verlaine, aventure qui s’est d’ailleurs terminée de manière dramatique, puisque Verlaine a tiré au pistolet sur Rimbaud à Bruxelles en 1873. A la suite de quoi, Rimbaud qui espérait que Mme Verlaine lui donnerait de l’argent, pour financer ses publications, s’est vengé et a fait envoyer son amant en prison - d’où il est revenu catholique. Retourné chez lui, blessé à la main, et donc inapte aux travaux des champs, Rimbaud a alors écrit le récit de sa liaison avec Verlaine sous le titre « Délires », où l’on entend la « vierge  folle » et « l’époux infernal » parler de manière sévère de leur amour. Rimbaud écrit dans ce texte, qui est le point culminant de la Saison en enfer : « Peut-être devrais-je m’adresser à Dieu. Je suis au plus profond de l’abîme, et je ne sais plus prier. » Mais plus que de savoir si ce texte met en balance l’homosexualité et la mystique, il importe de voir que le titre du livre dit l’essentiel : si « saison en enfer » il y a eu, cette « saison » n’est qu’un moment – il est d’autres saisons. Dit autrement, tout l’enjeu de la poésie de Rimbaud – cette poésie non rêvée, mais écrite – , est de permettre l’arrachement de l’ « enfer ». Après quoi, une fois le mauvais rêve de la liaison avec Verlaine dissipé, Rimbaud écrira ses plus grands textes, des proses poétiques qui renversent dialectiquement les propositions infernales de la Saison – c’est-à-dire les Illuminations.
 
« L'amour est à réinventer », peut-on lire dans « Délires ». Phrase plus universelle que proprement homosexuelle, surtout si l’on songe aux propos de Rimbaud sur les femmes dans sa lettre dite du « Voyant » : « Quand sera brisé l'infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, l'homme, jusqu'ici abominable, lui ayant donné son renvoi, elle sera poète, elle aussi. La femme trouvera de l'inconnu. » Dans « Génie »,  qui clôt les Illuminations, on lit cette définition : « Il est l'amour, mesure parfaite et réinventée, raison merveilleuse et imprévue. » La métaphore de la « mesure » est musicale : sans doute celle qui résume le mieux l'entreprise de Rimbaud, sa tentative géniale et désespérée de réinvention des choses. « Je suis un inventeur bien autrement méritant que tous ceux qui m'ont précédé ; un musicien même, qui ai trouvé quelque chose comme la clef de l'amour. » Si l'amour ici est dit « raison », c'est au sens où le poème qui l'invoque « A une raison », dans les Illuminations, celle-ci est saluée comme un pouvoir d'harmonie : « Un coup de ton doigt sur le tambour décharge tous les sons et commence la nouvelle harmonie. » C'est-à-dire aussi bien en elle le nouvel amour. D'où vient qu'on lit un peu plus loin, dans le même poème, ceci qui vient en écho de la définition finale de « Génie » : « Un pas de toi, c'est la levée des nouveaux hommes et leur en-marche. / Ta tête se détourne : le nouvel amour ! Ta tête se retourne, – le nouvel amour ! »
 
Le nouvel amour chez Rimbaud ? La masturbation (« Hortense ») ; le ballet des trois membres de l'hermaphrodite dans « Antique » ; le couple des deux souverains d'un jour dans « Royauté », de Henrika et de son mari dans « Ouvriers », « l'Aimée ni tourmentante ni tourmentée » dans « Veillées », l'étreinte de la déesse par l'enfant dans « Aube », les relations sado-masochistes avec la Vampire dans « Angoisse », le narcissisme froid d'Hélène dans « Fairy », le passage de l'esclavage à la libération dans « Bottom » ? Un kaléidoscope qui ne ressortit à aucune esthétique gay.
 
Pour le reste, on ne sait que peu de la sexualité vécue de Rimbaud. A-t-il été amant de Forain dont il a partagé la chambre quelque temps ? Mais alors que penser quand on sait que Forain, réactionnaire en diable, et antisémite virulent, est décrit de la sorte par Bertrand Delanoë dans la préface à La comédie parisienne, la catalogue du Petit Palais, réalisé à l’occasion de l’exposition qui lui a été consacré en 2011 : « Exposer n’est pas rendre hommage. Car témoigner d’une époque, c’est aussi illustrer ses dérives, et Forain les incarne, hélas, au-delà de l’acceptable. (…) Forain, tout comme Caran d’Ache d’ailleurs, fut agressivement et obstinément du mauvais côté : celui du mensonge et de la haine. » Rimbaud a-t-il été amant de Germain Nouveau ? Mais là encore que penser quand on sait que Germain Nouveau est surtout connu pour son catholicisme ardent qui a fait de lui un pèlerin passionné ? De fait, exception faite de celle de Paul Verlaine, une seule relation concernant Rimbaud est établie. Il s’agit de celle qu’il entretint avec … une femme, lui qui disait regretter de ne pas être marié (lettre du 6 mai 1883) et désirait le faire – au plus tard à trente-trois ans - (lettres de mars 1883, 29 mai 1884, 30 décembre 1884, 21 avril, 10 août 10 novembre 1890), un désir que son retour en France et sa mort prématurée ont brisé.
 
Qui était donc la compagne de Rimbaud ? Elle s’appelait Mariam. Ils vécurent ensemble plus de trois ans à Aden et à Harar. Elle était abyssine et chrétienne. Comme il écrit en légende de sa photo dans le livre d’Alfred Bardey, « Souvenirs du patron de Rimbaud – Aden-Harar, 1880-1887 » (Edition L’Archange Minotaure) : « Arthur et Mariam ont pu se rencontrer à Harar lors de son deuxième séjour de mi-avril 1883 à début mars 1884. En août 1884, elle était encore à Harar, puis aurait rejoint Rimbaud à Aden où ils auraient vécu de septembre 1884 à novembre 1885 dans une maison d’Aden Town. Le 3 décembre 1885, Rimbaud écrit à sa famille qu’il est arrivé à Tajourah pour former sa caravane d’armes, et début octobre 1886, il se met en route pour le Choa. Leur séparation a du survenir entre ces dates. » Françoise Grisard, la femme de chambre du patron de Rimbaud, la décrit dans une lettre envoyée à la famille Rimbaud : « Elle était grande et très mince ; une assez jolie figure, des traits assez réguliers ; pas trop noire (…) elle était catholique (…) elle aimait beaucoup fumer la cigarette. »
 
Inutile de développer davantage, ni de renvoyer Najat Vallaud-Belkacem au livre de Marcel Proust Contre Sainte-Beuve, ou aux propos de Roland Barthes sur la frontière entre littérature et biographie – inutile également de souligner à quel point, outre le fait que son propos ne soit pas juste, il est dangereux et réducteur. Lenni Riefensthal était lesbienne et nazie. Quelle est la part de l’un et de l’autre ? Est-ce son antisémitisme qui a rendu Marcel Jouhandeau homosexuel, ou est-ce son homosexualité qui a l’a rendu antisémite ? Brasillach a-t-il aimé les corps vigoureux des soldats allemands parce qu’il était d’extrême droite, ou parce qu’il était homosexuel ?
 
Rimbaud vaut mieux qu’une mauvaise querelle sans rapport avec lui.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titiavel
- 07/11/2012 - 15:39
BEAUCOUP
Certains propos d'opposants au mariage pour tous tiennent plus du fantasme que de l'argument, exagérément excessif, ils discréditent d’emblée leur auteurs qui ne sauraient participer a un débat d'idée objectif et constructif.
Je parle ici de personnes qui confondent mariage gay et polygamie , inceste ou pédophilie, je parle aussi des personnes qui confondent opinion et argument.
Mais peut on tenir rigueur a celui qui parle dans l'ignorance? Si les homosexuels deviennent visibles dans notre société et que le mot cesse d'être tabou dès lors qu'il s'agit de parler culture, art, politique, média, sport etc...Alors probablement, certains opposants au mariage gay comprendront que la vie d'un homosexuel ne diffère pas de la vie d'un hétérosexuel et que leurs arguments contre le mariage pour tous ne sont pas fondés...
C'est pour celle raison que belkacem tiens ces propos, pour que les détracteurs du projet comprennent enfin que l'union gay ou la famille homoparentale est une réalité, que c'est déjà le cas au coin de votre rue ou chez votre voisin et que cela n'affecte en rien la vie des autres. Il faut accepter la réalité et mettre en conformité la législation et la société d'aujourd'hui.
Titan75
- 06/11/2012 - 12:14
Cette femme est nulle
Elle n'a pas le niveau. Elle ne doit son poste qu'à son nom, ses origines et son physique que certains (pas moi) trouvent charmant. Cette ministre ayant la double nationalité franco-marocaine (un scandale sans précédent) a en outre été conseiller (payée???) du roi du Maroc de 2007 à fin 2011. Un pays où 50% des filles ne vont toujours pas à l'école. Qu'elle retourne chez elle comme institutrice, elle y sera plus utile et ce sera plus à son niveau.
Lepongiste
- 06/11/2012 - 07:46
La belkacem ne sait plus quoi dire pour qu'on parle d'elle !!
Va t elle faire les mêmes recherches et imposer le rajout
de l'orientation sexuelle sur les livres d'histoire du Maroc sa deuxième patrie !!!