En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 5 min 49 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 12 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 14 heures 27 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 15 heures 57 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 19 heures 52 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 20 heures 55 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 min 58 sec
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 16 min 50 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 14 heures 15 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 15 heures 15 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 20 heures 23 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 21 heures 1 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 21 heures 30 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 heures 53 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 22 heures 37 min
© Reuters
Les ventes de consoles et de jeux vidéo ont reculé au premier semestre 2012.
© Reuters
Les ventes de consoles et de jeux vidéo ont reculé au premier semestre 2012.
Check point

Où en est le secteur français des jeux vidéo ?

Publié le 04 novembre 2012
Au premier semestre de cette année, les ventes de consoles ont reculé de 17% alors que celles de jeux physiques baissaient de 10%. Mais pour le jeu vidéo, crise rime aussi avec opportunité...
Jonathan Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jonathan Dumont est Président Directeur Général de Games Fed, une agence de communication française spécialisée dans le jeu vidéo créée en 2000.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au premier semestre de cette année, les ventes de consoles ont reculé de 17% alors que celles de jeux physiques baissaient de 10%. Mais pour le jeu vidéo, crise rime aussi avec opportunité...

Cette fois, ça y est : le jeu vidéo est partout. Il s’est répandu sur tous les supports. Après l’ordinateur de bureau et les consoles de salon, il s’est trouvé de nouveaux relais avec les consoles portables, les téléphones mobiles, la télé connectée, les réseaux sociaux, … Le jeu vidéo nous accompagne partout. Il est devenu « ambiant ». Et pourtant l’ambiance n’est pas à l’enthousiasme chez les professionnels de cette industrie en apparence florissante. Quelque chose ne tourne pas rond…

La France qui revendique depuis longtemps et à juste titre un statut de « pays du jeu vidéo », est à l’image de cette tendance. Certes elle peut encore compter sur près de 250 entreprises actives dans le secteur, le plus souvent des studios de développement. Elle peut aussi s’enorgueillir de quelques réussites comme celles d’Ubisoft ou d’Activision Blizzard (ex Vivendi Games), même si l’un comme l’autre ont délocalisé la plus grande partie de leur production, voire –pour Activision- leur centre de décision.

Mais alors que l’entreprise de démocratisation du jeu vidéo a fantastiquement élargi le marché des joueurs, c’est un climat de crise qui règne sur l’hexagone comme sur l’ensemble des marchés occidentaux. Au premier semestre de cette année, les ventes de consoles ont reculé de 17% alors que celles de jeux physiques baissaient de 10%. Il y a bien sûr la crise qui frappe ici comme ailleurs le porte-monnaie du consommateur. Il y a également le facteur classique de la fin de la génération des consoles de salon actuelles : Xbox360, Playstation3 et Wii. Le cycle de vie de ces consoles lancées entre 2005 et 2006 aura été d’une longueur sans précédent et leur usure est perceptible.

Mais ces deux facteurs de difficulté en masque un autre, beaucoup plus profond et structurel. Depuis 2 ans la chaine de valeur traditionnelle du jeu vidéo est durement ébranlée.

Jusqu’à la fin de années 2010, les choses étaient relativement simples. Les studios de développement créaient des jeux qui étaient ensuite distribués par une grosse quinzaine d’éditeurs via des enseignes de distribution spécialisées ou généralistes. Dans ce système, les studios indépendants qui n’appartenaient pas à l’un des éditeurs devaient trouver parmi ces derniers celui qui serait prêt à lui « acheter » son projet. C’était la condition pour mener à son terme le développement très coûteux d’un jeu vidéo et accéder aux rayons des magasins.

Le marché était donc verrouillé. Pour le consommateur, le jeu vidéo passait exclusivement par les magasins, à des prix pratiquement uniformes, fixés par les éditeurs.

Mais la dématérialisation a tout bouleversé. Rendu possible par la progression exponentielle du débit Internet, elle a multiplié les canaux de distribution. Le téléchargement a fait sauter le verrou entre les consommateurs et les créateurs de jeu. Les studios peuvent maintenant proposer leurs produits directement aux joueurs via leur ordinateur, leur téléphone portable, ou même les consoles qui font une place de plus en plus importante au contenu téléchargeable.

Les studios français, qui avaient déjà pour certains mal anticipé la baisse des ventes de jeux sur consoles, en particulier sur portables, ont voulu profiter de cette opportunité. Une offre considérable de produit a déferlé sur tous les supports. Et la déception a été brutale. Car l’élargissement du marché n’a pas suffi à absorber l’augmentation colossale de l’offre.

Le marché du jeu sur iPhone est assez emblématique du phénomène de ruée vers l’or généré par la dématérialisation. De nombreux studios français s’y sont engagés mais souvent trop tardivement. Malgré des productions parfois d’excellente qualité, comment faire émerger un jeu sur un Appstore qui accueille plusieurs centaines de nouveaux jeux par semaine et dont 88% sont gratuits ?

Dans ce contexte les rares réussites françaises se sont bâties sur la capacité d’anticiper, très tôt, ces nouvelles tendances. Citons la société Kobojo qui a su dès 2008 se positionner sur les jeux Facebook, en évitant soigneusement de cibler le public anglo-saxon déjà saturé. Ou bien l’éditeur français Focus Home Interactive qui a su privilégier le support PC et ses opportunités de distribution dématérialisée alors que tous les autres éditeurs l’abandonnaient au profit des consoles.

Jamais crise et opportunité n’avaient été aussi étroitement liées pour le jeu vidéo. Pour l’aborder les créateurs français pourront compter sur des dispositifs d’aide publique conséquents. Il faut espérer également le maintien et le développement des mesures de soutien à la compétitivité pour faire face à la concurrence de pays plus attractifs tel que le Canada. Mais plus encore, notre industrie aura besoin de réalisme et de discernement dans cette révolution qui est loin d’avoir révélés toutes ses opportunités.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires