En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 40 min 36 sec
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 3 heures 15 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 3 heures 59 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 2 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 3 heures 7 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 3 heures 41 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 21 heures 14 min
© Flickr/Victor1558
© Flickr/Victor1558
Tu..euh...vous

Tutoiement ou vouvoiement : quelle attitude adopter au bureau ?

Publié le 02 novembre 2012
Autrefois, les choses étaient claires : un patron ça se vouvoie. Aujourd'hui les lignes sont plus floues et dans certains secteurs le tutoiement s'institutionnalise.
Dominique Picard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Picard est psycho-sociologue, professeur des universités. Elle a notamment écrit Pourquoi la politesse ? (aux éditions du Seuil), Politesse, savoir-vivre et relations sociales et Les conflits relationnels (chez Que sais-je ?). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Autrefois, les choses étaient claires : un patron ça se vouvoie. Aujourd'hui les lignes sont plus floues et dans certains secteurs le tutoiement s'institutionnalise.

Cette interrogation qui semblait incongrue il y a peu, tant l’évidence du vouvoiement s’imposait, se pose de plus en plus souvent aux cadres d’aujourd’hui dans un univers professionnel où le vouvoiement recule.

Or cette question n’est pas anodine parce que le tu et le vous ne sont pas simplement des signaux linguistiques. Ils ont un sens et un usage qui diffèrent selon les cultures et s’ancrent profondément dans une tradition et une histoire. Et surtout, ils servent à signifier la nature d’une relation en l’inscrivant dans la proximité ou la distance, la parité ou la différence.

Un choix chargé de sens

Ainsi, dans notre culture, le tutoiement marque la proximité du lien (celle du sang en famille, des sentiments en amitié, des idées en politique, des corps en amour...) et la parité des niveaux : entre ados, entre collègues, entre membres d’un club... A l’inverse, le vouvoiement marque la distance : celle qu’on a vis-à-vis des gens que l’on connaît peu ou mal, ou qui appartiennent à des univers qui nous sont étrangers, ou dont la fonction engendre plus le respect que l’affection… Dans ces conditions, pas de doute : un patron, ça se vouvoie.

Eh bien ça n’est pas si simple. Peu à peu d’autres significations se sont accrochées au tutoiement, notamment par assimilation au tutoiement adolescent. Tutoyer, c’est être jeune, tourné vers l’avenir, dynamique, sans formalisme… Et ça n’est pas par hasard que les entreprises qui collent le plus à l’instantané et à l’éphémère, comme les médias ou la publicité, aient été parmi les premières à institutionnaliser le tutoiement. Par contraste, le vouvoiement peut apparaître comme la marque d’un certain formalisme mâtiné de pesanteur et d’immobilisme. Un patron que l’on tutoie, ça peut-être un plus pour l’image de l’entreprise.

Finalement, tutoyer ou vouvoyer son patron s’avère être une question particulièrement pertinente et positivement embarrassante : vouvoyer son patron, est-ce le respecter ou le ringardiser ? Le tutoyer, est-ce faire preuve de dynamique ou de familiarité ? Quelle est la meilleure attitude ?

Que choisir ?

Dans l’absolu, aucun des deux modèles n’est bon ou mauvais. Mais, selon les secteurs ou les  circonstances, l’un ou l’autre peut être jugé préférable ou plus adapté. Tutoyer un patron que l’on ne côtoie qu’occasionnellement ne se justifie pas vraiment. Et il peut être gênant de vouvoyer un supérieur hiérarchique qui s’engage quotidiennement dans une équipe dont les membres se tutoient. 

Il faut aussi rappeler que la problématique est relationnelle. La bonne attitude sera celle qui conviendra aux deux parties. On ne décrète pas le tutoiement : on le propose ou on l’autorise. Sans doute aussi est-il préférable de l’argumenter.

Si l’on désire instaurer un changement et passer du vous au tu, vouloir être dans l’air du temps ne suffit pas. Il convient de tenir compte de la culture de l’entreprise et du secteur d’activité : quelles en sont l’image et les valeurs ?  La demande y est-elle choquante ou recevable ?...

En principe, c’est au supérieur hiérarchique de proposer le tutoiement puisque c’est lui qui est responsable de l’image de son entreprise et de l’engagement de son équipe. Le faire à sa place pourrait signifier lui prendre sa place.

Tutoyer son patron n’est pas niveler les différences. La hiérarchie elle-même demeure. C’est la relation hiérarchique qui évolue en fonction des changements culturels et sociaux. Le tutoiement en est à la fois le marqueur et le vecteur. Il serait réducteur de le ramener à un simple phénomène de mode.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 02/11/2012 - 15:21
c'est so fun
c'est tellement anglo saxon de neutralisé le vouvoiement, c'est tres "corporate".
cela amuse la galerie et ca ne change rien quans arriven les promotions et les licenciements .

le gadget de la langue anglo saxonne .

La plus belle preuve, le tutoiement n'est pas encore vanté pour le client qui risquerait de ne pas trop comprendre ces familiarité quand il paie la facture
dormezbonnesgens
- 02/11/2012 - 14:14
plus simple
J'ai connu les deux. Ma dernière boite était un tutoiement pour tous, quelque soit l'emploi occupé, l'age. Je peux vous assurer que c'est beaucoup plus simple, moins discriminant, et que ça détend les rapports sociaux entre personne de différents niveaux hiérarchiques. Tutoyer son patron donne plus de courage pour aller frapper à sa porte.
Avant, j'avais connu le vouvoiement et ne me posait pas de question, puisqu'habituée à cette attitude. C'est ensuite, en connaissant le tutoiement pour tous que j'ai compris à quel point ce vouvoiement ou tutoiement selon, nous maintient fixement à notre place avec quasi impossibilité de faire sauter les verrous des étages supérieurs.
Aujourd'hui, je suis revenue dans une boite plus classique où on tutoie les collègues de son âge et de sa hiérarchie et d'un petit rang au dessus et un petit rang au dessous. Je suis revenue au chef de service qui vous appelle par votre prénom mais que vous appelez par "monsieur machinchose". Et je n'aime pas. Pourtant, au niveau respect de l'employé, salaire, possibilité de promotion, pas de différence entre les deux boites, mais je préfère largement le tutoiement pour tous.
Ravidelacreche
- 02/11/2012 - 12:43
Tutoiement ou vouvoiement
Il n'y qu'a toi que je dis vous.