En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

05.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

06.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 6 heures 42 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 7 heures 51 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 9 heures 30 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 11 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 13 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 7 heures 6 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 8 heures 8 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 10 heures 3 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 12 heures 28 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 6 heures
Demain j'arrête

La nourriture peut-elle générer de véritables addictions ?

Publié le 02 novembre 2012
Qui n'a jamais constaté l'effet addictif que pouvait avoir un paquet de chips, une tablette de chocolat ou une pizza au fromage ? De plus en plus de recherches scientifiques viennent étayer la théorie selon laquelle certains aliments auraient sur nous l'effet d'une drogue.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qui n'a jamais constaté l'effet addictif que pouvait avoir un paquet de chips, une tablette de chocolat ou une pizza au fromage ? De plus en plus de recherches scientifiques viennent étayer la théorie selon laquelle certains aliments auraient sur nous l'effet d'une drogue.

Et si le problème des obèses était en fait le même que celui des alcooliques, des toxicomanes, des fumeurs, … Et si la nourriture avait sur certaines personnes l’effet d’une drogue ?

Kay Sheppard, une mère de famille installée en Floride, se considère comme une ancienne accro à la nourriture. Elle raconte au magazine américain Newsweek comment elle passait son temps à faire des aller-retours au supermarché pour acheter des cookies, du chocolat, des gâteaux,... qu’elle finissait bien souvent par engloutir avant même d’être arrivée chez elle. Kay Sheppard se souvient également avoir dû racheter cinq fois la boîte de chocolats qu’elle avait prévu d'offrir à son père pour Noël car elle n’avait pu résister à la tentation de tous les dévorer.  

Aujourd’hui réconciliée avec la nourriture et avec son poids, elle estime que les obèses n’arrivent plus à se contrôler, à l’instar des autres personnes souffrant de dépendance. Partant de ce postulat, elle a même fondé un programme de réhabilitation et écrit plusieurs livres, et ce bien avant que la science ne s’empare de la question et valide l’hypothèse de cette mère de famille de Floride. Car actuellement, la théorie selon laquelle le cerveau répond à la nourriture riche en graisses, riche en calories de la même manière qu’il répond aux drogues, gagne du terrain.Bien sûr, toutes les personnes obèses ne souffriraient pas d’addiction et cette théorie ne peut à elle seule résoudre tous les problèmes de surpoids. 

De plus en plus de recherches porteraient sur la nourriture comme les pizzas les sodas, les crèmes glacées, qui sont des aliments très attrayants et auxquels il nous est difficile de résister. Pour couronner le tout, plus on en mange, plus on a envie d'en manger, ce qui expliquerait pourquoi une fois que l’on a pris des mauvaises habitudes alimentaire, il est très difficile de s’en défaire.

Une étude de Paul Johnson et Paul Kenny du Scripps Research Institute à Jupiter en Floride et relayée par le site d'information L’Express ont souligné des caractéristiques similaires à l’addiction chez les obèses. Le cerveau des obèses réagirait à la prise de nourriture de la même manière que celui des personnes dépendantes d'une drogue. Ensuite, le comportement consistant à manger au-delà des besoins énergétiques est le même que le comportement compulsif des toxicomanes.

"Dans cette étude, les animaux ont complètement perdu le contrôle de leur comportement alimentaire, premier signe de l'addiction. Ils continuaient à se suralimenter même lorsqu'ils anticipaient un choc électrique, ce qui montre bien combien ils étaient motivés pour consommer de la nourriture appétissante", a expliqué Paul Kenny.  

Mais si cette théorie est plausible, certains chercheurs jugent qu'une partie des données n'est pas suffisamment consistante pour valider cette hypothèse. C’est le cas de Paul Fletcher, spécialiste des neurosciences à l'université de Cambridge, interviewé par Newsweek qui estime également que la définition d’une addiction est stricte et  "l’addiction" à la nourriture ne répond pas tout à fait à cette définition. La communauté scientifique spécialiste des abus de substances, utilise une définition stricte de l’addiction qui prends en compte des éléments qui vont au delà de la simple prise de plaisir, comme l’évolution du seuil de tolérance, l’apparition de perturbations dans la vie quotidienne, et ce longtemps après la prise de drogue. Ce qui n'est pas le cas de la nourriture. 

Si la sciences parvient à démontrer qu’il y a addiction à certains produits alimentaires riches en sucres et en graisses, alors cela pourrait non seulement avoir un impact sur la façon que l’on a de traiter l’obésité mais aussi sur la façon dont certains produits sont marketés, et peut-être même taxé. Un argument qui n’est pas sans rappelé ceux avancés lors du débat sur la taxe sur les sodas. 

Atlantico a demandé son avis à  Dan Véléa, psychiatre addictologue à Paris. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur les addictions, dont Toxicomanie et conduites addictives (Heures-de-France). Avec Michel Hautefeuille, il a co-écrit Les addictions à Internet (Payot).

Atlantico : Certaines études montrent que les nourritures riches en graisses ou en sucre par exemple peuvent avoir sur l'homme l'effet d'une drogue. Mais les mécanismes sont-ils vraiment les mêmes ?

Dan Véléa : Pour le sucre, c'est prouvé. Il y a un effet anti-dépressif. On sait très bien que lors des dépressions saisonnières, qui apparaissent à l'automne et au début de l'hiver, c'est la fringale au sucre. C'est donc quelque chose qui calme les angoisses, qui donne un état de bien-être voire d'euphorie. C'est donc en effet très simple de tirer de ça que ces types de nourriture ont un potentiel addictif. En plus, il y a un contenu riche, calorique qui dégage de la chaleur interne suite au métabolisme ce qui va procurer plus de plaisirs et beaucoup plus de substances addictives, c'est logique.

Cela peut-il changer la manière de traiter l'obésité ?

Sur la partie traitement de l'obésité comme conséquence de l'addiction à la nourriture, il va falloir traiter tout d'abord ce contexte addictif avec la notion de vide que certains ressentent et qui est  liée au remplissage avec de la nourriture et les aider à trouver d'autres sources de plaisirs dans leur existence. Pas que la nourriture, il y a peut-être des activités, des relations, les réparations des traumatismes de l'enfance et des situations difficiles qu'ils ont à gérer même au quotidien. Ce sont des situations classiques pour les étudiants en période d'examens, les gens stressés au travail qui font alors du remplissage avec des boîtes de chocolats, de bretzel, des gâteaux à gogo. Si on traite les symptômes psychologiques qui amènent cette addiction à la nourriture, ça peut nous aider beaucoup. Il faut ensuite introduire des mesures d'hygiène de vie : du sport, des pratiques physiques.

Devient-on de plus en plus sujet à des addictions en tous genres ?

L'addiction est à prendre dans le sens strict du terme : c'est une perte de liberté, l'absence d'autres centres d'intérêts et la focalisation vers d'autres addictions comme la drogue, la nourriture, ou d'autres types d'objets comme le conjoint dans une dépendance affective, le jeu dans une addiction à l'argent. Il y a différents critères à mettre en place, et on constate que des gens peuvent devenir addicts à beaucoup de choses, et il faut faire attention également à ne pas banaliser ce type d'addiction car ça va perdre dans la pertinence et donc dans la partie soins des patients. Mais la question se pose : n'est-on pas dans une société des excès en tous genres qui poussent et favorisent l'apparition des addictions à tous types de produits ou comportements.

Il ne faut néanmoins pas parler d'addiction à tout va. Pour qu'il y a ait vraiment une addiction au chocolat, il faut manger l'équivalent de 2 kg de chocolat, ce n'est même plus de la boulimie à ce niveau. La question qui se pose est : Quels sont les traumatismes et les explications d'un tel comportement addictif ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ravidelacreche
- 02/11/2012 - 09:51
Leçon de morale d'antan
Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger. Et c'est quand que l'on réinvente la roue ?