En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 2 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 3 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 4 heures 46 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 9 heures 56 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 10 heures 25 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 11 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 13 heures 43 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 15 heures 22 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 3 heures 9 sec
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 3 heures 55 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 6 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 10 heures 10 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 10 heures 42 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 12 heures 38 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 14 heures 55 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 15 heures 26 min
© Reuters
Jean-François Copé est au coeur de plusieurs polémiques.
© Reuters
Jean-François Copé est au coeur de plusieurs polémiques.
Sans complexe

Succession de polémiques autour de Jean-François Copé : quel en est l'impact sur les militants ?

Publié le 31 octobre 2012
Au coeur de plusieurs polémiques qui ont agité les médias et ont fait réagir au sein de Parti socialiste, Jean-François Copé a-t-il choisi la bonne stratégie pour séduire les militants de l'UMP ?
Neïla Latrous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Neïla Latrous est rédactrice en chef Maghreb & Moyen-Orient chez Jeune Afrique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au coeur de plusieurs polémiques qui ont agité les médias et ont fait réagir au sein de Parti socialiste, Jean-François Copé a-t-il choisi la bonne stratégie pour séduire les militants de l'UMP ?

Atlantico : Appel à descendre dans la rue, droitisation de son discours, polémique sur le pain au chocolat, Jean-François Copé veut représenter une droite décomplexée et dans l'action. Cette stratégie est-elle la bonne pour séduire les militants UMP et gagner la présidence du parti ?

 

Neila Latrous : C'est d'autant plus une bonne stratégie qu'il réfute le terme de droitisation. En effet, Jean-François Copé avance l'argument selon lequel ce procès aurait été déjà fait à Nicolas Sarkozy pendant la campagne. Il considère que c'est une étiquette collée par la gauche bienpensante tout en se posant en digne successeur de l'ancien président. Dans le même temps, il tient des positions qui peuvent sembler dures, même si son discours n'est, au fond, pas véritablement différent de celui de François Fillon. La droitisation est davantage dans la méthode que dans les propositions ou dans les idées. Ce qui est intéressant, c'est qu'en adoptant ce langage qui est un peu martial, et en renvoyant le terme de droitisation à une gauche qu'il appelle "élite parisienne", il se classe clairement dans le registre de pensée et d'expression de Nicolas Sarkozy. Il fait donc un pari qui consiste à dire que les militants qui se sentent orphelins de l'ancien président auront tendance à voter pour celui qui lui ressemble le plus.

 

Je ne sais pas si c'est le discours en lui-même ou le volontarisme de Jean-François Copé qui séduit les militants mais on constate un vrai enthousiasme de leur part. Ce qui est très étonnant dans la scénographie des meetings des deux candidats, c'est que l'on voit que Copé est beaucoup plus proche de son public. En effet, il traverse des salles dans lesquelles les militants sont physiquement très proche de lui. Il a besoin d'être touché par les militants. Cela me rappelle beaucoup les meetings de Nicolas Sarkozy : un membre de l'équipe de campagne m'avait d'ailleurs confié, pour l'anecdote, que l'ancien président avait toujours plusieurs chemises de rechange car les gens le touchaient tellement qu'il se retrouvait avec des chemises délabrées. François Fillon est très différent sur ce point. Il prend beaucoup plus de distances avec les militants. Cela est grandement renforcé par le fait qu'il se soit cassé la jambe en début de campagne et qu'il ne peut pas physiquement reproduire ce schéma. Le volontarisme que Copé essaye d'incarner dans son discours se retrouve donc aussi dans le fait de se donner physiquement et de mouiller littéralement la chemise.

 

Parmi les militants de ce que l'on appelle la "Team Copé", il y en a beaucoup qui n'ont pas forcément de poste mais qui sont extrêmement investis et qui suivent tous les meetings. La chance pour Copé, c'est qu'il est très physionomiste et qu'il les reconnaît facilement. Cela lui confère donc un avantage indéniable.

 

Un membre de l'équipe de François Fillon m'a confié qu'il ne pouvait pas se contenter de gagner et qu'il fallait impérativement faire plus de 60 % car aujourd'hui, Copé crée une histoire personnelle avec les militants. En effet, ces derniers se sentent vraiment impliqués et sont extrêmement motivés. Les personnes qui soutiennent Copé sont quasiment sûres d'aller voter, ce qui n'est pas le cas pour François Fillon.

 

Copé incarne-t-il mieux l'opposition que Fillon (volontarisme, descendre dans la rue) ? Les militants sont-ils séduits par cela ? Sont-ils aujourd'hui véritablement dans l'opposition ?

 

Tout à fait. Les militants se disent que si Jean-François Copé tient le parti, il saura faire "chier" la gauche pendant cinq ans. Comme ils sont encore un peu dans une démarche revancharde depuis la défaite du 6 mai, cela pourrait totalement les satisfaire.

 

François Fillon demeure toutefois le grand favori des sondages. Le fait que les militants seront les seuls à voter peut-il changer la donne ?

 

Oui, il y a une grande différence entre les sondages actuels réalisés sur les sympathisants et le résultat final. Le sympathisant va donner son avis car on le sollicite pour un sondage mais cela ne lui demande pas un effort colossal. Il faut se rappeler que l'élection aura lieu un dimanche du mois de novembre et le militant qui ira choisir son président devra se déplacer, et devra parfois aller loin pour le faire. On comprend donc que seuls les plus motivés voteront.

 

Donc Jean-François Copé conserve aujourd'hui toutes ses chances...

 

J'en discutais avec un membre de l'équipe de François Fillon à qui je parlais du fait qu'il pourrait avoir peur d'échouer malgré ce que disent les sondages. Il m'a alors confié : "Il y aura certainement de la triche du côté de Copé mais il y en aura aussi de notre côté. Reste à savoir qui sera le plus malin."

 

Propos recueillis par Célia Coste

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
castres81
- 05/11/2012 - 01:03
Copé c'est le bon homme et la bonne stratégie
En effet ce n'est pas parce qu'on perd tout qu'on va automatiquement gagner à l'élection suivante. Le problème sera bien de retrouver les voix de droite ou elles sont et sur les thèmes républicains et humanistes de droite qui sont en commun avec le centre non collectiviste.
En effet Bayrou a disparu et Marine Le Pen s'est coupée de ses 60 % d'électeurs de droite en mai 2012: elle affirme être le parti contre le système désormais. C'est tellement vrai que des éléments issus du FN montent un parti identitaire.
Il faut donc que l'UMP soit l'opposant de droite omniprésent et crédible du PS ce qui garantit au centristes internes comme externes de participer de façon équilibrée à la reconquête et de faire entendre leurs voix sur leurs propres points forts pour se renforcer.

Sans dire de mal de Fillon je ne le vois pas chef de parti et de terrain mais en homme de responsabilité de dossier et de courage .Ce sont les français de droite qui se sont abstenus en 2012 qu'il faut convaincre grâce à Copé l'homme des militants (100000 adhésions) capable de jouer collectif (une qualité que tout le monde n'a pas déjà reconnue après sa période à la tête du groupe parlementaire).

Occidentale
- 31/10/2012 - 18:43
JF COPE
j'apprécie son intelligence vive et son style direct sans langue de bois
un politique qui a le sens des responsabilités
un homme de droite qui ne s'excuse pas d'être de droite et qui ne navigue pas dans le marigot glauque de la pensée contre productive socialisante
un homme de grande qualité sur un échiquier politique trop terne
chateleine
- 31/10/2012 - 17:53
moi je suis d,accord avec
moi je suis d,accord avec cope,ils ne nous empecherons pas de manlfester contre cette bande de branquignolles,ils sont nuls ces charlots ,allez cope nous sommes avec toi,soyons nombreux a rejoindre ce mouvement,pourquoi eux ont le droit et pas nous ,soyons fiers d,etre de droite,comme on dit au rugby fiers de nos couleurs!!!