En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 1 heure 24 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 5 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 1 heure 32 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 2 heures 16 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 4 heures 19 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 19 heures 19 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 20 heures 19 min
© Muffet
Trois anciennes ministres de l'Ecologie ont demandé une "remise à plat des systèmes d'évaluation des OGM et des pesticides".
© Muffet
Trois anciennes ministres de l'Ecologie ont demandé une "remise à plat des systèmes d'évaluation des OGM et des pesticides".
OGM

Science sans confiance n’est que ruine de l’expertise

Publié le 30 octobre 2012
Alors que deux organismes sanitaires français ont réfuté la semaine dernière les conclusions des travaux du professeur Séralini sur la toxicité d'un maïs OGM de Monsanto, trois anciennes ministres de l'Ecologie ont demandé une "remise à plat des systèmes d'évaluation des OGM et des pesticides".
Marcel Kuntz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale. Il est Médaille d'Or 2017 de l'Académie d'Agriculture de France ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que deux organismes sanitaires français ont réfuté la semaine dernière les conclusions des travaux du professeur Séralini sur la toxicité d'un maïs OGM de Monsanto, trois anciennes ministres de l'Ecologie ont demandé une "remise à plat des systèmes d'évaluation des OGM et des pesticides".

En 1987 la National Academy of Science des Etats-Unis considérait que les organismes modifiés par "ingénierie de l’ADN" ne présentent pas de danger spécifique et que les risques sont de même nature que ceux associés à d’autres techniques génétiques. Aujourd’hui, après 16 ans de commercialisation de plantes "génétiquement modifiées", aucune donnée validée de terrain ne permet d’affirmer que la consommation d’OGM a des effets délétères sur la santé. Entre ces deux dates, des législations imposant une autorisation de mise sur le marché, conditionnée entre autres par une évaluation des risques ont été implémentées. La plus grande confusion régnant sur cette question, il est nécessaire de préciser certaines notions.

Analyse des risques : chacun son métier

L’analyse des risques comporte différentes étapes. La première étape est l’évaluation scientifique des risques, dans laquelle les décideurs politiques n’ont pas vocation à s’ingérer. L’étape suivante est la gestion des risques une fois ceux-ci identifiés, qui est, elle, de la responsabilité des pouvoirs publics. Autre composante, la communication sur les risques est définie comme une communication sur l’existence, la gravité et l’acceptabilité des risques entre les différentes parties prenantes. Une telle démarche, où les rôles sont clairement définis, est la meilleure non seulement pour répondre aux exigences sociétales de la maîtrise des risques, mais aussi pour être comprise par le plus grand nombre de nos concitoyens. Malheureusement, et c’est source de confusions, la démarche peut s’inverser parce que les décideurs politiques vont donner la priorité à la communication, en choisissant une gestion des risques en fonction de cette communication, en interférant quelques fois avec l’évaluation des risques pour qu’elle apparaisse justifier leur gestion.

L’évaluation des risques : une démarche scientifique normalisée

L’évaluation des risques liés aux OGM se déroule cas par cas (en distinguant les lignées de plantes) et de manière comparative : les propriétés d’une lignée transgénique sont comparées à une lignée de référence considérée comme sûre. Cette dernière est la lignée "conventionnelle" la plus proche génétiquement et qui a été cultivée dans les mêmes conditions. Une autre démarche comparative est utilisée, en amont de l’évaluation des risques, pour sélectionner cette lignée transgénique du laboratoire jusqu’au champ : pour un caractère transféré (transgène) donné, des dizaines de lignées sont générées et seule celle qui est - en tout point observable - similaire à une lignée de référence ira éventuellement au stade pré-commercial. Ces aspects de la biologie des plantes sont souvent oubliés dans le débat sur les OGM, alors qu’une plante “normale ” (dont tous les mécanismes intimes apparaissent intacts) a fort peu de chance d’être “anormale” du point de vue de sa sécurité sanitaire (de produire une nouvelle substance toxique). Les Etats-Unis s’en tiennent d’ailleurs à ce stade de l’évaluation des risques.

Il faut préciser ici une autre notion : l’évaluation des risques est normalisée et se déroule étape après étape. Ainsi, l’agence européenne EFSA explique qu’il est nécessaire de franchir un pas suivant, c’est-à-dire des tests toxicologiques sur animaux, uniquement s’il existe de vrais indices de suspicion après les étapes antérieures de caractérisation de la plante. Cependant, "précautionnisme" oblige, l’EFSA demande systématiquement des études de nourrissages d’animaux. De manière similaire, des études à plus long terme, ou sur la reproduction, ne sont justifiées que si une suspicion subsiste après l’étape précédente.

Créer la confiance ou entretenir les doutes ?

Le manque de confiance des citoyens et la capacité de propagation des doutes dans la société par certains médias et d’autres acteurs vont entraîner l’évaluation des risques dans une escalade sans fin dans le but de "lever des doutes"; doutes précisément entretenus par le fait d’avoir "structuré" la perception d’un risque par une action publique qui donne l’impression de reculer sous la pression des événements médiatisés.

Une autre source de doutes est l’implication des industriels dans la production des données de l’évaluation des risques. Avec des collègues, nous avons ainsi choisi de mettre en lumière, par des articles de synthèse bibliographique, les contributions de la recherche publique de différents pays. Aucune des 44 publications décrivant des comparaisons de "profilage à grande échelle"  d’OGM avec des lignées de référence, ni aucune des 12 études de nourrissage à long terme d’animaux, ni aucune des 12 études sur plusieurs générations d’animaux, ne conclut à un risque sanitaire.

En conclusion, des protocoles, fruits d’une réflexion internationale approfondie, permettent de définir raisonnablement la sécurité sanitaire des OGM, même s’il n’est jamais possible de prouver un risque zéro. La vraie question, sociétale, reste celle de la confiance ; question qui dépasse le cas des OGM.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 31/10/2012 - 08:01
Je rappellerai simplement que la technique OGM n'est qu'un outil
Lu dans un commentaire : "Je rappellerai simplement que la technique OGM n'est qu'un outil de sélection."
Il n'est pas possible de consacrer les forums internet à expliquer à tous les habitants de cette planète qui sont "manifestement totalement à côté de la plaque", qu'ils devraient se renseigner : essayer Wikipédia...
Ce qui pourra peut-être sauver notre planète, c'est l'océan qui sépare l'Europe des USA : il y a clairement des différences dans les taux d'obésité, de cancers etc... et donc des chances raisonnables pour des épidémiologistes honnêtes d'en tirer des conclusions...
gluck
- 30/10/2012 - 15:05
bravo
bravo M.Kuntz pour vos explications. Toutefois, en lisant les commentaires, je ne peux qu'être inquiet. En effet, c'est le triomphe de l'obscurantisme, de la régression: ainsi, walter89 dit "OGM, en dehors d'une toxicité probable" mais comment peut il affirmer ça? Je rappellerai simplement que la technique OGM n'est qu'un outil de sélection. On ne peut pas parler des OGM en général car il y en a des multitudes. Aujourd'hui, une grande partie des médicaments (et l'insuline entre autres) utilisés proviennent de la technique OGM . Comment se fait il que personne ne s'en offusque? Refuser la technique OGM, c'est comme refuser l'électricité au début du XX siècle (il y en avait des farouchement contre). Après, on feindra de s'étonner du déclin de l'Europe et de la France en particulier. Cherchez l'erreur.
Pierre75
- 30/10/2012 - 14:40
ogm dangereux ?
La moitié des scientifiques disent oui, l'autre moitié disent non, ceci grace à de nombreuses études contradictoires..

Les écologistes comme les verts sont contre, les lobbystes des producteurs sont pour à 100% (normal :) )

à préciser que les études scientifiques sur le sujet font plus de 10 pages chacunes, contrairement aux communiqués des verts qui font plutot 10 lignes, idem pour ceux des lobbyistes.

Science contre simplisme.

Qui croire ?