En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 12 heures 40 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 13 heures 11 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 14 heures 4 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 14 heures 49 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 19 heures 3 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 20 heures 50 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 20 heures 52 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 12 heures 53 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 13 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 14 heures 31 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 15 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 15 heures 57 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 20 heures 53 min
© Muffet
Trois anciennes ministres de l'Ecologie ont demandé une "remise à plat des systèmes d'évaluation des OGM et des pesticides".
© Muffet
Trois anciennes ministres de l'Ecologie ont demandé une "remise à plat des systèmes d'évaluation des OGM et des pesticides".
OGM

Science sans confiance n’est que ruine de l’expertise

Publié le 30 octobre 2012
Alors que deux organismes sanitaires français ont réfuté la semaine dernière les conclusions des travaux du professeur Séralini sur la toxicité d'un maïs OGM de Monsanto, trois anciennes ministres de l'Ecologie ont demandé une "remise à plat des systèmes d'évaluation des OGM et des pesticides".
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS. Ses propos n'engagent pas son employeur. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS. Ses propos n'engagent pas son employeur. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que deux organismes sanitaires français ont réfuté la semaine dernière les conclusions des travaux du professeur Séralini sur la toxicité d'un maïs OGM de Monsanto, trois anciennes ministres de l'Ecologie ont demandé une "remise à plat des systèmes d'évaluation des OGM et des pesticides".

En 1987 la National Academy of Science des Etats-Unis considérait que les organismes modifiés par "ingénierie de l’ADN" ne présentent pas de danger spécifique et que les risques sont de même nature que ceux associés à d’autres techniques génétiques. Aujourd’hui, après 16 ans de commercialisation de plantes "génétiquement modifiées", aucune donnée validée de terrain ne permet d’affirmer que la consommation d’OGM a des effets délétères sur la santé. Entre ces deux dates, des législations imposant une autorisation de mise sur le marché, conditionnée entre autres par une évaluation des risques ont été implémentées. La plus grande confusion régnant sur cette question, il est nécessaire de préciser certaines notions.

Analyse des risques : chacun son métier

L’analyse des risques comporte différentes étapes. La première étape est l’évaluation scientifique des risques, dans laquelle les décideurs politiques n’ont pas vocation à s’ingérer. L’étape suivante est la gestion des risques une fois ceux-ci identifiés, qui est, elle, de la responsabilité des pouvoirs publics. Autre composante, la communication sur les risques est définie comme une communication sur l’existence, la gravité et l’acceptabilité des risques entre les différentes parties prenantes. Une telle démarche, où les rôles sont clairement définis, est la meilleure non seulement pour répondre aux exigences sociétales de la maîtrise des risques, mais aussi pour être comprise par le plus grand nombre de nos concitoyens. Malheureusement, et c’est source de confusions, la démarche peut s’inverser parce que les décideurs politiques vont donner la priorité à la communication, en choisissant une gestion des risques en fonction de cette communication, en interférant quelques fois avec l’évaluation des risques pour qu’elle apparaisse justifier leur gestion.

L’évaluation des risques : une démarche scientifique normalisée

L’évaluation des risques liés aux OGM se déroule cas par cas (en distinguant les lignées de plantes) et de manière comparative : les propriétés d’une lignée transgénique sont comparées à une lignée de référence considérée comme sûre. Cette dernière est la lignée "conventionnelle" la plus proche génétiquement et qui a été cultivée dans les mêmes conditions. Une autre démarche comparative est utilisée, en amont de l’évaluation des risques, pour sélectionner cette lignée transgénique du laboratoire jusqu’au champ : pour un caractère transféré (transgène) donné, des dizaines de lignées sont générées et seule celle qui est - en tout point observable - similaire à une lignée de référence ira éventuellement au stade pré-commercial. Ces aspects de la biologie des plantes sont souvent oubliés dans le débat sur les OGM, alors qu’une plante “normale ” (dont tous les mécanismes intimes apparaissent intacts) a fort peu de chance d’être “anormale” du point de vue de sa sécurité sanitaire (de produire une nouvelle substance toxique). Les Etats-Unis s’en tiennent d’ailleurs à ce stade de l’évaluation des risques.

Il faut préciser ici une autre notion : l’évaluation des risques est normalisée et se déroule étape après étape. Ainsi, l’agence européenne EFSA explique qu’il est nécessaire de franchir un pas suivant, c’est-à-dire des tests toxicologiques sur animaux, uniquement s’il existe de vrais indices de suspicion après les étapes antérieures de caractérisation de la plante. Cependant, "précautionnisme" oblige, l’EFSA demande systématiquement des études de nourrissages d’animaux. De manière similaire, des études à plus long terme, ou sur la reproduction, ne sont justifiées que si une suspicion subsiste après l’étape précédente.

Créer la confiance ou entretenir les doutes ?

Le manque de confiance des citoyens et la capacité de propagation des doutes dans la société par certains médias et d’autres acteurs vont entraîner l’évaluation des risques dans une escalade sans fin dans le but de "lever des doutes"; doutes précisément entretenus par le fait d’avoir "structuré" la perception d’un risque par une action publique qui donne l’impression de reculer sous la pression des événements médiatisés.

Une autre source de doutes est l’implication des industriels dans la production des données de l’évaluation des risques. Avec des collègues, nous avons ainsi choisi de mettre en lumière, par des articles de synthèse bibliographique, les contributions de la recherche publique de différents pays. Aucune des 44 publications décrivant des comparaisons de "profilage à grande échelle"  d’OGM avec des lignées de référence, ni aucune des 12 études de nourrissage à long terme d’animaux, ni aucune des 12 études sur plusieurs générations d’animaux, ne conclut à un risque sanitaire.

En conclusion, des protocoles, fruits d’une réflexion internationale approfondie, permettent de définir raisonnablement la sécurité sanitaire des OGM, même s’il n’est jamais possible de prouver un risque zéro. La vraie question, sociétale, reste celle de la confiance ; question qui dépasse le cas des OGM.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 31/10/2012 - 08:01
Je rappellerai simplement que la technique OGM n'est qu'un outil
Lu dans un commentaire : "Je rappellerai simplement que la technique OGM n'est qu'un outil de sélection."
Il n'est pas possible de consacrer les forums internet à expliquer à tous les habitants de cette planète qui sont "manifestement totalement à côté de la plaque", qu'ils devraient se renseigner : essayer Wikipédia...
Ce qui pourra peut-être sauver notre planète, c'est l'océan qui sépare l'Europe des USA : il y a clairement des différences dans les taux d'obésité, de cancers etc... et donc des chances raisonnables pour des épidémiologistes honnêtes d'en tirer des conclusions...
gluck
- 30/10/2012 - 15:05
bravo
bravo M.Kuntz pour vos explications. Toutefois, en lisant les commentaires, je ne peux qu'être inquiet. En effet, c'est le triomphe de l'obscurantisme, de la régression: ainsi, walter89 dit "OGM, en dehors d'une toxicité probable" mais comment peut il affirmer ça? Je rappellerai simplement que la technique OGM n'est qu'un outil de sélection. On ne peut pas parler des OGM en général car il y en a des multitudes. Aujourd'hui, une grande partie des médicaments (et l'insuline entre autres) utilisés proviennent de la technique OGM . Comment se fait il que personne ne s'en offusque? Refuser la technique OGM, c'est comme refuser l'électricité au début du XX siècle (il y en avait des farouchement contre). Après, on feindra de s'étonner du déclin de l'Europe et de la France en particulier. Cherchez l'erreur.
Pierre75
- 30/10/2012 - 14:40
ogm dangereux ?
La moitié des scientifiques disent oui, l'autre moitié disent non, ceci grace à de nombreuses études contradictoires..

Les écologistes comme les verts sont contre, les lobbystes des producteurs sont pour à 100% (normal :) )

à préciser que les études scientifiques sur le sujet font plus de 10 pages chacunes, contrairement aux communiqués des verts qui font plutot 10 lignes, idem pour ceux des lobbyistes.

Science contre simplisme.

Qui croire ?