En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 16 min 38 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 2 heures 38 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 23 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 3 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 24 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 10 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 5 heures 51 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 14 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 2 heures 49 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 4 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 3 heures 48 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 21 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 14 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 6 heures 25 min
© Flickr/Victor1558
D'après plusieurs sondages, les entrepreneurs ont le moral en berne et s'inquiètent pour notre économie.
© Flickr/Victor1558
D'après plusieurs sondages, les entrepreneurs ont le moral en berne et s'inquiètent pour notre économie.
C'est grave docteur ?

BPI : comment elle doit épauler les banques privées et non s'y substituer

Publié le 17 octobre 2012
La situation économique est-elle grave ou désespérée ? Grave, sans aucun doute, à lire les différents baromètres qui traitent du moral des entrepreneurs.
Bernard Cohen-Hadad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Cohen-Hadad est président de la commission financement des entreprises de la CGPME. Il est également président du think-tank Etienne Marcel et assureur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La situation économique est-elle grave ou désespérée ? Grave, sans aucun doute, à lire les différents baromètres qui traitent du moral des entrepreneurs.

La situation économique est-elle grave ou désespérée ? Grave, sans aucun doute, à lire les différents baromètres qui traitent du moral des entrepreneurs et relatent, pourcentages à l’appui, leurs inquiétudes pour notre économie, leur activité, leurs attentes en matière de financements et la capacité de l’Etat à ne pas décourager leurs initiatives et mettre en place des moyens accessibles à tous pour les aider à l’international. 

C’est dans ce contexte, un peu sombre, qu’intervient le projet de loi de finances et la création de la Banque Publique d’investissement (BPI). Le premier ne fait cesse de faire couler beaucoup d’encres et de larmes dans la mesure où, nous sommes à un tournant, car la nécessaire réduction des dépenses publiques ne pourra pas se faire sans une réduction des niches et une augmentation des recettes. Il est dommage de penser, et de laisser penser, que les entreprises françaises peuvent tout absorber. Elles ne sont pas une cassette. Ce n’était pas vrai hier. Ce ne l’est pas plus aujourd’hui ! Et il suffit d’aller sur le terrain pour se rendre compte des difficultés que rencontrent les entreprises de toutes tailles. Pour preuve, l’augmentation des chiffres de la médiation du crédit et le travail incessant des tiers de confiance dans les régions. Avec des entreprises à bout de souffle. Ainsi parmi d’autres, les tous derniers éléments du baromètre du Tribunal de Commerce de Paris* qui relèvent une augmentation des procédures préventives (+ 45 %) et une hausse des liquidations judiciaires (+ 4%). 

C’est dans cette ambiance que l’on attend la BPI. Un peu comme la cavalerie, dans les anciens westerns,  au son des clairons pour tenir éveillé l’espoir des derniers combattants et l’allure au galop pour ne pas arriver sur un champ de ruines. Mais chacun sait qu’une fois arrivée, elle ne sauvera pas tout le monde. Pour ces raisons, l’enjeu de cette structure pour la majorité des entrepreneurs est de savoir qu’elles seront les moyens mis réellement à disposition et réellement disponibles. Ce sont les points les plus importants. Car l’enjeu est principalement de prendre la mesure. Et la mesure c’est tout simplement ne pas tergiverser et reprendre le mieux de ce qui a été fait depuis 2009, à l’expérience de la crise (la réussite d’OSEO, par exemple) pour aller plus loin et autrement. Car si la BPI est seulement l’agrégation des dispositifs publics de financements des entreprises existants en un guichet unique, elle passera à côté de l’essentiel: la majorité des TPE, PME et PMI à la recherche de financements nouveaux pour des projets d’entreprises de toutes natures dans les régions.

C’est pourquoi, elle doit prioritairement épauler les banques privées en doublant la garantie des prêts qu’elles accordent aux TPE-PME et PMI tant pour leurs investissements que pour leurs dépenses de trésorerie. Car rien ne remplacera les banques privées qui restent dans nos territoires la colonne vertébrale du financement des TPE-PME et PMI. Bien entendu, les relations banques PME sont passionnelles mais par leur maillage, dans les villes et dans les campagnes, les agences bancaires sont des acteurs incontournables du financement des entreprises. Elles ont à connaître de toutes sortes de projets entrepreneuriaux. Elles en refusent et c’est dommage mais  62 % des entreprises de moins de 2, 5 millions d’euros de chiffre d’affaires n’ont qu’un seul partenaire financier qui est une banque. Encore faut-il que les banques ne restreignent pas inconsidérément leurs offres de crédit pour des raisons prudentielles (Bâle III) ou de scorings internes et continuent de jouer le jeu de la concurrence.

Les banques doivent aussi reconnaître que leur métier a évolué et travailler à cette nouvelle dimension. Il est donc important de prendre date et de voir, dans les prochains mois,  dans quelle mesure la BPI saura accompagner cette évolution par le soutien financier qu’elle apportera aux nouvelles sources de financements qui pourront être intermédiées ou non par les banques ou les assureurs. On pense prioritairement au capital investissement qui doit être encouragé non seulement en amorçage mais aussi en développement ou en reprise d’entreprises. Les entreprises pour grandir ont besoin d’investisseurs et de petits tickets ! Encore faut-il que les mesures fiscales à venir, ne soient pas une chape de plomb, et prennent en considération que pour se développer les entrepreneurs doivent faire appel à une mosaïque de financements, dans un partenariat gagnant-gagnant. 

On l’aura bien compris, c’est la diversité des soutiens financiers qui paradoxalement peut garantir au chef d’entreprise moyenne la liberté de sa gouvernance, lui assurer les conditions de son développement économique et l’inviter à jouer le jeu de l’emploi de proximité en région. Encore faut-il que tout l’y pousse et non pas le contraire.

Ce texte s'appuie sur plusieurs baromètres:

  • Baromètre CGPME-KPMG du 11 octobre 2012
  • Baromètre TNS- SOFRES du 16 octobre 2012
  • Baromètre Tribunal de Commerce de Paris, septembre 2012.   

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Demos
- 18/10/2012 - 15:43
90% de ces fonds ne
90% de ces fonds ne seront-ils pas laissés à la discrétion des fiefs de la Socialie, cet-à-dire des Régions? Est-il déraisonnable de craindre que leur utilisation ne sera pas motivée, dans de nombreux cas, par un souci de clientélisme et que de fuites savamment organisées ne viendront pas accroître le bien être des Barons et leurs affidés?
Gégé Foufou
- 18/10/2012 - 07:08
Les entreprises
ont besoin de clients qui achètent leurs produts ou prestations et non de banques qui vont leur prêter de l'argent qu'il ne pourront pas rembourser, enfin ça repoussera la date du dépot de bilan.
Ma mère disait c'est du reculer pour mieux sauter
jerem
- 17/10/2012 - 23:59
stock photos
il faudrait penser a revoir le stock de photos d'illustration . celle-ci on la voit tous les 4 matins ..... on entend les dents sur le parquet