En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Plusieurs régions du monde revendiquent leur indépendance.
Libérons la Bretagne !
Flandre, Catalogne... La crise, “divine surprise” de tous les séparatistes d’Europe ?
Publié le 17 octobre 2012
Flandre ou Catalogne, ces régions invoquent des motifs économiques pour justifier des revendications d'indépendance. Ces combats politiques représentent plus que jamais une préoccupation à l'échelle européenne, l'Union ne pouvant pas concevoir des morcellements de pays. Les motivations réelles des électeurs sont pourtant souvent éloignées des discours pour lesquels ils votent.
Vincent Laborderie est chercheur à l'Université Catholique de Louvain, ses recherches sont particulièrement concentrées sur les conditions de reconnaissance d'un État, les processus menant à l'indépendance et l'évolution du fédéralisme...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Laborderie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Laborderie est chercheur à l'Université Catholique de Louvain, ses recherches sont particulièrement concentrées sur les conditions de reconnaissance d'un État, les processus menant à l'indépendance et l'évolution du fédéralisme...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Flandre ou Catalogne, ces régions invoquent des motifs économiques pour justifier des revendications d'indépendance. Ces combats politiques représentent plus que jamais une préoccupation à l'échelle européenne, l'Union ne pouvant pas concevoir des morcellements de pays. Les motivations réelles des électeurs sont pourtant souvent éloignées des discours pour lesquels ils votent.

Atlantico : La question des régionalismes puis des indépendances régionales en Europe ont longtemps été considérées comme minoritaires voire ridicules. Pourtant, la victoire électorale des indépendantistes à Anvers, mais aussi les manifestations catalanes tendent à montrer que la situation n’a jamais été aussi proche de la scission. Ce risque est-il réel ?

Vincent Laborderie : Pas du tout. En réalité, cette victoire, il n'y a pas signe d’une volonté majoritaire de scission entre la Flandre et la Wallonie. Des études universitaires très sérieuses sont menées régulièrement et elles montrent que le pourcentage des véritables indépendantistes se monte à 15%. Depuis 2007 et le début de la crise, ce chiffre n’a pas augmenté. Bien que la victoire de la N-VA, le parti indépendantiste, ait été spectaculaire, l'indépendance complète de la Flandre reste n'est quasiment pas abordé dans le débat public en Belgique. Le parti sait parfaitement qu’il ne s’agit pas d’une volonté populaire réelle. La NVA veut une autonomie beaucoup plus forte plutôt qu'une véritable indépendance.

Ce vote exprime surtout un ras-le-bol général de la façon dont est faite la politique belge et l’envie de soutenir un leader politique qui est probablement le meilleur communiquant de toute la scène politique flamand, un véritable tribun qui s'appuie sur un discours populiste. La N-VA a aussi su se placer sur le créneau d’une droite conservatrice qui n’existait pas, entre les Chrétiens démocrates - conservateurs sur le plan social mais centristes avec une aile à gauche importante au niveau économique - et les Libéraux qui sont eux très ouverts sur les sujets de société comme le mariage gay ou le vote des étrangers mais très à droite économiquement. Ce vote ne démontre en aucun cas un véritable projet majoritaire de scission et encore moins un rejet des francophones.

Dans le cas de la Catalogne face à l’Espagne c’est un peu différent. Après les récentes manifestations de Barcelone qui ont regroupé près de 500 000 personnes, les sondages montrent une volonté indépendantistes d’environ 50% des catalans. Cependant, derrière ces chiffres, il est complexe de comprendre l’objectif réel des indépendantistes. Le plus probable me semble être que le véritable objectif est plutôt d’aller vers une autonomie toujours plus grande afin de garder le contrôle des flux financiers et de leur attribution. Je ne suis pas convaincu que le gouvernement catalan cherche vraiment à quitter purement et simplement l’Espagne. Le véritable risque dans tout cela est le refus presque total de discussion du gouvernement de M.Rajoy qui créé une cristallisation favorable au sentiment indépendantiste. Mariano Rajoy se forge une posture intransigeante dans ce contexte de crise et d'austérité. Il pense que s'il cède sur ce sujet, il finira par céder pour beaucoup d'autres choses.

Que les torts soient reprochés à la Wallonie, à l’Andalousie ou encore à la Sicile, ils sont presque toujours économiques. L’indépendantisme est-il donc plus économique qu’idéologique, d’un égoïsme régional ?

Il est indéniable que la question financière est presque toujours lourdement liée à la montée des indépendantismes notamment dans les pays peu centralisés politiquement. Les revendications d’Italie du nord par exemple ont moins de portée à cause du fait de l'absence de régions autonomes. En Belgique, il ne faut pas non plus oublier la question de la cohérence politique. La Flandre vote majoritairement à droite et la Wallonnie majoritairement à gauche. Au delà des transferts d'argent Nord-Sud, cela donne un argument à Bart de Wever pour donner plus d'autonomie aux régions. Dans le cas de l’Ecosse, par exemple, le motif économique est quasiment inexistant, l’Ecosse n’est pas plus riche que le reste du Royaume-Uni, au contraire même. Une fois de plus, que ce soit en Catalogne ou ailleurs, l’égoïsme économique pousse vers l’autonomie plutôt que vers l’indépendance totale. Agiter le drapeau de l’indépendance est plutôt un moyen de faire peur, un argument politique destiné à faire plier le gouvernement central.

Imaginons pourtant que l’un de ces pays arrive à la situation critique de la scission comme ce fut le cas de la Serbie-Montenegro. Quelle forme prendrait cette scission ? Les nouveaux états seraient-ils automatiquement inclus dans l’UE ou au contraire exclus ?

L’exemple de la Serbie et du Monténégro est très révélateur de la politique de l’Union Européenne à ce sujet. De manière générale, l’UE est très réticente à toute nouvelle indépendance pour la simple et bonne raison que tous les pays ont peur pour leur propre intégrité territoriale. La question a d’ailleurs été posée à Monsieur Barroso au Parlement européen et sa réponse a été très clair : il n’y aura aucune intégration automatique, le nouvel État devra déposer sa candidature comme n’importe quel autre qui voudrait intégrer l'Union. Le nouveau candidat devra donc normalement remplir toutes les conditions économiques d’adhésion mais devra surtout se soumettre à la condition d’accès politique qui est l’acceptation par les autres États membres. Il est donc peu probable qu’un Etat qui se serait autoproclamé indépendant sans accord avec le gouvernement central soit admis au sein de l’UE, il pourrait même être complètement boycotté. Dans le cas de la Serbie et du Monténégro, l’UE s’était imposée dans la discussion avec pour objectif d'empêcher la scission. Une fois qu'il est apparu que ce n'était plus possible, elle l'a encadré en étant aussi restrictive que possible. Il est donc presque impossible de voir apparaître des déclarations d’indépendances intempestives sans qu’il n’y ait eu de longues négociations éventuellement encadrés par l'Union Européenne. Ce n’est surement pas le parlement catalan qui déclarera l’indépendance du jour au lendemain. 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Nucléaire : la France aime se faire peur
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 18/10/2012 - 13:26
@texarkana ce magazine est diffusé sur une chaîne Communiste.
Donc, rien d'étonnant à ce qu'ils fassent la propagande du Régionalisme et du retour au moyen-âge de la démocratie!
Pour avoir vécu longtemps dans les caraïbes, je peux vous certifier que l'apprentissage des langues Ethniques ou Régionalistes devient rapidement un lourd handicap à l'intégration sociale des jeunes dans une société qui réclame plus l'anglais ou l'espagnol, comme seconde ( ou même première) langue, afin d'exporter simplement les produits régionaux, faire du tourisme, ou tout simplement pour travailler hors de sa région natale.
Ainsi, la Guadeloupe soumise a une idéologie dominante réactionnaire gauchiste, affiche un chômage double de la métropole et un réflexe de chantage aux subventions ( avec un super-VRP dans la personne de Victorin Lurel!) pour compenser l'indigence de l'administration et de l'éducation noyautées par la gauche.
texarkana
- 18/10/2012 - 11:36
des racines et des ailes
vu le reportage sur le pays basque français hier : ils en avaient plein la bouche de la langue basque, de leurs traditions locales , de leur culture si exceptionnelle, de 'leur terre qui ne ment pas", etc, ces gens ne se sentent pas français en fait. En tout cas je constate que lorsqu'on est régionaliste, on peut étaler sans problèmes l'idéologie la plus réactionnaire que l'on autorise pas au "français de souche"...
anticip
- 18/10/2012 - 07:53
indépendance
il n'y a pas de problème si certaines régions veulent majoritairement leur indépendance ,pourquoi pas ,les tchèques et les slovaques se sont bien séparés sans drame . je pense que la gestion d'une région par ses citoyens ne peut être que positive . ceci est également valable pour les provinces française (voire la corse)