En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

06.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

07.

Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

03.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Culture
Emotion
Le coq de Notre-Dame de Paris est exposé pour les Journées du patrimoine
il y a 10 heures 38 min
pépite vidéo > Social
Infiltration
Les images de la Marche pour le climat perturbée par les black blocs
il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > International
Bruit des bottes
Les Etats-Unis vont envoyer des renforts militaires dans le Golfe après les attaques en Arabie saoudite
il y a 14 heures 10 min
pépite vidéo > Media
Rivalité
Valérie Trierweiler confirme que Ségolène Royal avait exigé son départ de la rédaction de "Paris Match"
il y a 15 heures 23 min
pépites > Social
Mobilisation
Gilets jaunes : 163 interpellations à Paris, des black blocs ont perturbé la manifestation pour le climat
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Les défis de l'Eglise face à la mutation de la société française

il y a 20 heures 12 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Cette accumulation de tâches qui poussent à bout nos agriculteurs

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Et les métiers qui inspirent le plus de confiance sont…

il y a 20 heures 41 min
décryptage > High-tech
Opacité

Ces algorithmes dont on ne sait rien alors qu’ils régissent nos vies

il y a 21 heures 23 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan
il y a 22 heures 13 min
pépites > Social
Maintien de l'ordre
Incidents en marge de la Marche pour le climat : la préfecture estime avoir "maîtrisé" la situation
il y a 11 heures 14 min
pépites > High-tech
Révolution
Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"
il y a 13 heures 37 min
light > Insolite
"La vérité est ailleurs"
Echec de l'invasion de la zone 51
il y a 14 heures 29 min
light > Sport
Débuts prometteurs
Coupe du monde de rugby au Japon : première victoire pour le XV de France face à l'Argentine (23-21)
il y a 16 heures 36 min
décryptage > Société
"The Meritocracry Trap"

How meritocracy changed our lives into an endless competition

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

Etat omnipotent, gabegie budgétaire, complexité administrative, idéologie : les fléaux qui expliquent la manie des impôts en France

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Société
La Manif pour toutes

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Economie
Bras de fer

Derrière les feux en Amazonie, la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Environnement
Environnement

Grève mondiale pour le climat : ces technologies prometteuses qui pourraient rassurer les éco-anxieux

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Société
Entretien

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

il y a 22 heures 23 min
© Reuters
Le gouvernement iranien est déterminé quant à la poursuite de son programme nucléaire "civil".
© Reuters
Le gouvernement iranien est déterminé quant à la poursuite de son programme nucléaire "civil".
Effet domino

Après la Syrie, le printemps Perse ?

Publié le 15 octobre 2012
Malgré un discours vindicatif à la tribune de l’ONU, et la détermination affichée quant à la poursuite de son programme nucléaire « civil », le régime iranien de Mahmoud Ahmadinejad est confronté à une crise économique sans précédent et à une contestation de plus en plus vive tant à l’extérieur qu'à l’intérieur.
Hagay Sobol est professeur des Universités et médecin des Hôpitaux.Il est président du Centre Culturel Edmond Fleg et membre du Collectif « Tous Enfants d’Abraham ».
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hagay Sobol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hagay Sobol est professeur des Universités et médecin des Hôpitaux.Il est président du Centre Culturel Edmond Fleg et membre du Collectif « Tous Enfants d’Abraham ».
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré un discours vindicatif à la tribune de l’ONU, et la détermination affichée quant à la poursuite de son programme nucléaire « civil », le régime iranien de Mahmoud Ahmadinejad est confronté à une crise économique sans précédent et à une contestation de plus en plus vive tant à l’extérieur qu'à l’intérieur.

Les choses vont mal pour Ahmadinedjad, le très controversé Président de la République Islamique d’Iran. Malgré un discours vindicatif à la tribune de l’ONU, et la détermination affichée quant à la poursuite de son programme nucléaire « civil », le régime est confronté à une crise économique sans précédant et à une contestation de plus en plus vive tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de ses frontière

L’effet des sanctions commence à se faire durement sentir

En dépit des négociations, les rapports successifs de l’AIEA ont mis en lumière la duplicité de Téhéran. Son programme nucléaire progresse imperturbablement vers un objectif militaire. Les ingénieurs perses ne seraient plus qu’à quelques mois de la bombe atomique, selon divers services de renseignements. Cette échéance proche inquiète non seulement les démocraties occidentales, mais également les monarchies pétrolières qui se sentent menacées par la politique hégémonique de la théocratie chiite.

Du fait de l’absence de progrès sur le dossier, la Communauté internationale a mis en place une politique contraignante dont les effets commencent à se faire durement sentir. Pour preuve, le rial, la monnaie iranienne n’a jamais été aussi faible, ayant perdu plus de 70% de sa valeur depuis 2011. De nouveaux trains de sanctions sont en préparation et la pression exercée par Israël sur ses alliés pour une intervention militaire est de plus en plus explicite.

La contestation s’exprime désormais ouvertement

Le peuple iranien vivant quotidiennement la pénurie n’a pas oublié les nombreuses irrégularités ayant émaillé les dernières élections. Ahmadinejad a pu ainsi accéder à un deuxième mandat, lequel s’achève en juin 2013. Dans ce contexte, la « gestion calamiteuse » de l’équipe en place, additionnée au chômage et à l’inflation galopante sont autant de raisons qui nourrissent « la colère de la rue ». La contestation s’exprime désormais ouvertement à la fois au niveau politique et sur le plan social malgré un appareil répressif des plus actifs.

Ainsi, l’on assiste à des rassemblements de plusieurs milliers de personnes bravant les forces de l’ordre qui ont arrêté pas moins 150 manifestants, rien que dans la capitale. Le gouvernement à beau tenter de détourner l’attention, en instrumentalisant le film « L’innocence des musulmans » ou les caricatures de « Charlie Hebdo », cela ne fait pas recette. A titre d’exemple, la récente attaque de l’ambassade de France, même si on ne peut l’imputer directement aux milieux proches du pouvoir, n’a mobilisé qu’une dizaine de personnes. Cela démontre amplement que ce qui préoccupe la population est ailleurs.

Le régime ne pouvant assumer ses responsabilités sans se mettre en danger se doit de trouver un bouc émissaire. Il affirme que « la situation économique n’explique pas la chute du rial ». Pour identifier et luter contre les « vrais responsables » de la perturbation du marché des changes, une commission interministérielle incluant la police a été mise en place. Dans le même temps on apprend que le groupe d’opposants iraniens les « Moudjahidines du peuple » a été retiré de la liste noire des organisations terroristes par les américains. Cette décision, leur confère une nouvelle légitimité et une plus grande liberté d’action sur le plan politique à l’étranger. Les coupables sont donc tout trouvés !

Ahmadinedjad, seul contre tous ?

Cependant, deux évènements pourraient indiquer que les jours d’Ahmadinejad à son poste sont comptés. Tout d’abord, Hassan Gul Hanban le cameraman qui accompagnait le président iranien à l’ONU, a demandé l'asile politique durant son séjour à New York. Cela préfigure-t-il les défections auxquelles nous assistons parmi les proches de Bachar al-Assad en Syrie, le plus proche allié de Téhéran, alors que le régime chancelle ? Plus inquiétant encore, Ali Akbar Javanfekr, le conseiller à la communication de Mahmoud Ahmadinejad et responsable de la très officielle agence de presse Irna, vient d’être arrêté. Les chefs d’inculpations seraient « d’avoir insulté Ali Khamenei, le Guide suprême de la révolution, et d’avoir publié des contenus contraires aux valeurs islamiques et à la morale publique », sans plus de précision. Cela ressemble à s’y méprendre à un début de purge comme on en a connu sous d’autres dictatures.

Un printemps sous condition ?

A la différence de la Syrie, la répartition des rôles au sommet de l’état est complexe. Le pouvoir ne repose pas sur un clan, un parti politique ou une personne, fut-elle le Président. Les Mollahs sont la vrai clé, et plus particulièrement le Guide suprême qui « fait et défait les rois ». L’ambition démesurée et le style populiste du Président agacent profondément les religieux qui voient en lui non seulement un danger pour eux-mêmes, mais également pour le pays tout entier. Ils ne sont pas plus modérés, mais semblent disposés à sacrifier ce « cavalier » encombrant sur l’échiquier du pouvoir.

Alors, derrière ces manifestations et le mécontentement bien réel de la population, il faut peut-être voir une main « bienveillante » des Mollahs laissant se développer un mouvement de contestation. Tout en le contrôlant de l’autre main pour ne pas qu’il dérape, les échéances électorales étant toutes proches. L’objectif serait de préparer une transition sans trop de risque afin de mettre en place un candidat plus en phase avec leur politique et plus acceptable pour le occidentaux. Cela aurait le double avantage de se débarrasser d’un adversaire redoutable et de donner quelques gages à l’occident, notamment sur le dossier nucléaire, histoire de desserrer quelque peu l’étau auquel la République islamique est soumise.

Un printemps qui cache la forêt ?

Cependant, même dans les meilleurs scénarios, il existe de nombreuses inconnues. Tout d’abord, la crise syrienne risque d’affaiblir considérablement le régime en le privant d’un de ces meilleurs atouts, avec en perspective une dislocation de l’axe Iran - Syrie - Hezbollah - Hamas. Ce dernier ayant déjà fortement distendu ses liens avec son « autorité de tutelle ». Ensuite, la menace d’une attaque militaire des installations nucléaires reste toujours d’actualité, même si elle est suspendue aux résultats des présidentielles américaines, et de la coalition qui sera formée suite à l’anticipation des élections en Israël, comme vient de l’annoncer Benjamin Netanyahou. Ce dernier devrait sans trop de surprise conserver son poste de Premier Ministre, ce qui est moins sûr pour l’actuel Ministre de la défense, Eoud Barak. Enfin et surtout, un peuple en colère, ne se manipule pas aussi facilement que le pouvoir le voudrait. En est témoin le gouvernement islamiste en Tunisie, où la population se retourne désormais contre ceux qu’elle a mis en place quelques mois auparavant. Les minorités, telles que les sunnites et les kurdes, sont en embuscades. Elles attendent la moindre faiblesse du pouvoir central pour faire valoir leurs revendications, voire obtenir une autonomie comparable à la région kurde d’Irak, si l’occasion venait à se présenter.

Mais si malgré tout, les Mollahs arrivaient à leurs fins, il est à craindre que les occidentaux, ne relâchent leur attention et se satisfassent de vagues promesses, trop heureux de clore cet embarrassant dossier. Ce serait une erreur stratégique majeure, car depuis le Shah, tous les dirigeants ont placé en tête de leur préoccupation l’indépendance nucléaire. Les religieux apparemment « plus pragmatiques » et moins ostentatoires qu’Ahmadinejad pourraient ainsi en toute quiétude poursuivre leur plan et franchir les étapes restantes jusqu’à la bombe. Il n’y aurait alors plus aucune limite à leur expansionnisme avec les risques d’instabilité que cela entrainerait sur leurs voisins, et les menaces de l’approvisionnement mondial en brut, sans parler de la prolifération nucléaire qui en résulterait.

Aussi, face à ce « réveil du peuple perse », il est de la plus haute importance d’agir en maintenant une pression sans faille contre le régime et de soutenir toutes les forces démocratiques. C’est à l’opposé de la gestion actuelle du dossier syrien, où c’est l’attentisme et la désunion qui prévalent. Les données du problème sont connues et il n’y a guère d’autre option si l’on veut vraiment qu’une alternance soit possible sans visée « messianique », ni course à la bombe.

Pour conclure, comme disait le philosophe Alain : « Savoir, et ne point faire usage de ce qu'on sait, c'est pire qu'ignorer. »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

06.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

07.

Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

03.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
hagaysobol
- 16/10/2012 - 18:40
L’Iran ou la politique du pire ?
A propos du nucléaire iranien, Catherine Ashton, la voix de la diplomatie européenne, le répète comme s’il s’agissait d’un « mantra »: «il reste de la place pour le dialogue ». Pour aider la République islamiste à devenir plus « raisonnable », les ministres des Affaires étrangères de l'Union viennent d’entériner un nouveau train de sanctions. Cependant, si ces mesures affectent réellement l’économie, il n’est pas certain que cela pèsera sur la décision des Mollahs qui placent ce dossier au centre de leur politique quelque soient le prix à payer pour la population. Aussi, les gouvernements occidentaux doivent afficher leur détermination, sinon, il est à craindre que malgré les pressions exercées, Israël, dont la destruction a été maintes fois prédite par Ahmadinejad, n’ait d’autre solution que de régler le problème à sa manière. A moins que ne produise un sursaut salvateur du peuple perse pour tourner définitivement une page noire de leur histoire !
anticip
- 16/10/2012 - 16:29
je ne comprend pas
pourquoi on nome cela printemps ces revolutions alors que finalement on a vu que des catas pire qu'avant ,moi j'appelle ca hiver maussade arabe
Le gorille
- 15/10/2012 - 20:01
Et après Ahmadinejad ?
Si Ahmadinejad est renversé, qu'aurions-nous après ? Apparemment la même chose en moins pire !
Expression peu grammaticale, mais c'est ce qu'il ressort de l'article.
Bref, nous ne serions tout de même pas sortis de l'auberge.