En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 17 sec
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 37 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 48 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 49 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 41 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 41 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 32 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 40 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 17 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 45 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 41 min
© Reuters
Selon Florent Detroy, "la baisse actuelle des matières premières témoigne davantage d'une normalisation du rythme de croissance, en particulier des pays émergents".
© Reuters
Selon Florent Detroy, "la baisse actuelle des matières premières témoigne davantage d'une normalisation du rythme de croissance, en particulier des pays émergents".
Symptôme

Ce que la chute du cours des matières premières révèle de la crise économique

Publié le 15 octobre 2012
Suite au ralentissement des prix des matières premières, la banque Citi Group a évoqué la fin du super cycle des matières amorcé 10 ans plus tôt. Pourtant, loin de témoigner du marasme de nos économies, cette baisse des matières premières témoigne d'une normalisation du rythme de croissance, en particulier des pays émergents.
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite au ralentissement des prix des matières premières, la banque Citi Group a évoqué la fin du super cycle des matières amorcé 10 ans plus tôt. Pourtant, loin de témoigner du marasme de nos économies, cette baisse des matières premières témoigne d'une normalisation du rythme de croissance, en particulier des pays émergents.

Les années glorieuses de la décennie 2000-2010, où les prix du maïs ont doublé, ceux du cuivre triplé, et qui ont vu le baril de pétrole atteindre les 148$ paraissent bien loin. Suite au ralentissement des prix des matières premières, la banque Citi Group a commencé à évoquer la fin du super cycle des matières amorcé 10 ans plus tôt. Pourtant, le record historique du soja atteint cet été, à 18$ le boisseau, ou les 111$ en moyenne du Brent l’année dernière –   soit le prix le plus cher de son histoire – obligent à nuancer ce constat. Loin de témoigner du marasme de nos économies, la baisse actuelle des matières premières témoigne davantage d'une normalisation du rythme de croissance, en particulier des pays émergents.

Un ralentissement plus marqué que prévu

C'est la demande en métaux, avec un septième mois de contraction de l'activité manufacturière en Chine en septembre, qui a le plus pâti de la dégradation de l’activité mondiale. Le LMEX, l'indice des métaux de Londres, a touché son plus bas de 2 ans cet été. Frappées par l’ampleur du ralentissement, les minières se sont décidées à réduire leurs capacités de production. Sur le marché du nickel et de l'aluminium notamment, les industriels comme Alcoa, Chalco ou Norilsk Nickel ont commencé à réduire la voilure dans l'espoir de contenir la baisse des prix. Le leader mondial de la mine, BHP Billiton, a dû remiser cette année son projet minier géant d'Olympic Dam, pesant 33 milliards de dollars.

Ces décisions font suite à l’effondrement des indices boursiers mondiaux pendant l’été 2011, et en particulier des marchés émergents. Ces derniers étaient les principaux moteurs de la croissance de la demande en matières premières depuis les années 2000. Alors que ces économies avaient rapidement rebondi après la crise de 2008, elles peinent à se relever du plongeon de l’année dernière. Le Brésil devrait connaître une maigre croissance de 1.5% cette année, contre 7.5% en 2010. Pire, les croissances de l’Inde et de la Chine ne cessent d’être revues à la baisse. Début octobre, le FMI a dégradé une nouvelle fois ses prévisions de croissance pour Pékin, passant de 8% à 7.8%.

Pourtant, parler de fin de cycle est exagéré. Les pays émergents continuent de consommer des matières. La demande en métaux industriels ne s'est pas contractée comme en 2009. Elle devrait même progresser de 3 à 4% cette année selon une étude de Stephen Briggs de BNP Paribas, et croitre de 5% en 2013. Symbole de cette résistance, le cuivre n'est pas passé en dessous des 7000$ la tonne cette année, alors qu'il avait plongé sous les 3000$ en 2009. Du côté de l'énergie, l'Agence Internationale de l'Énergie a noté une nouvelle fois que les prix du pétrole restent « historiquement élevés », au dessus des 110$ pour le Brent. En 2009, le baril avait plongé sous les 40$. La situation sur le marché des matières premières apparaît surtout plus hésitante que déprimée, notamment du fait d'incertitudes politiques. La Chine et les Etats-Unis vont voir arriver à leur tête de nouveaux dirigeants lors du 18e Congrès du Parti communiste chinois (PCC) et des élections présidentielles prévus début novembre.

Le LMEX a atténué sa baisse cette année en bondissant de 11% en septembre, en grande partie grâce à l'annonce par l'État chinois d'un plan d'investissement de 125 milliards de dollars dans les infrastructures. Pourtant, comme le rappelait fin septembre Xinghang Li, gérant chez OFI AM, « les banques hésitent à financer le plan de relance ». Les tensions à l’approche du 18e Congrès du PCC ont figé les investisseurs. Or la Chine est la véritable locomotive de la demande en matières premières. Il faut rajouter à ce blocage la tension entretenue par les agences de notation autour de l’élection américaine, et notamment d’un possible « fiscal cliff » américain. L'arrêt possible par le Congrès des reconductions d'allègements d'impôts pour 2013, sans lesquels les États-Unis tomberaient en récession, ont rajouté de l’incertitude au climat économique mondial.

Une fois passé ces échéances, la demande en matières premières pourrait retrouver de l’élan. Les changements structurels dans lesquels s’est engagée la Chine, notamment un rééquilibrage de sa croissance vers son marché intérieur, devrait néanmoins ralentir la demande en matières premières. Elle restera toutefois soutenue grâce à l’arrivée sur les marchés internationaux de nouveaux pays émergents souvent très peuplés, à l’instar du Mexique, de l'Indonésie et de plusieurs pays d'Asie du sud-est.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires