En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 min 26 sec
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 3 heures 3 min
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 25 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 21 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 22 heures 15 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 1 jour 32 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 1 heure 29 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Religion
Persécutions ?

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 3 heures 52 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 20 heures 9 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 22 heures 12 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 23 heures 59 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Hélène Quénot-Suarez explique que "dans les faits, l’Afrique subsaharienne est logiquement très diverse car c’est un immense continent".
© Reuters
Hélène Quénot-Suarez explique que "dans les faits, l’Afrique subsaharienne est logiquement très diverse car c’est un immense continent".
Faux-semblants

Pauvreté : non, l'Afrique n'est plus celle que vous croyez

Publié le 12 octobre 2012
Depuis un peu plus de 20 ans, le continent africain apparaît aux yeux de l'opinion publique comme un vaste espace perclus de problèmes systémiques, économiques et politiques. Cependant, depuis quelques années, dans le fond, certains pays ont amorcé des mutations et avancent sur le chemin du développement.
Hélène Quénot-Suarez est chercheur au sein du programme Afrique sub-saharienne de l'Ifri. Elle a obtenu sa thèse de doctorat en science politique à l'IEP de Bordeaux. Elle possède également une maîtrise de géographie tropicale (Paris X-Nanterre).A l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Quénot-Suarez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Quénot-Suarez est chercheur au sein du programme Afrique sub-saharienne de l'Ifri. Elle a obtenu sa thèse de doctorat en science politique à l'IEP de Bordeaux. Elle possède également une maîtrise de géographie tropicale (Paris X-Nanterre).A l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis un peu plus de 20 ans, le continent africain apparaît aux yeux de l'opinion publique comme un vaste espace perclus de problèmes systémiques, économiques et politiques. Cependant, depuis quelques années, dans le fond, certains pays ont amorcé des mutations et avancent sur le chemin du développement.

Atlantico : Pendant de nombreuses années, et aujourd’hui encore, l’Afrique - et plus particulièrement l’Afrique subsaharienne - a véhiculé l’image d’une zone gangrenée par les guerres politiques et les désastres humanitaires. Mais dans les faits, et au regard des chiffres on sait que la réalité est beaucoup plus nuancée. Alors humainement, et économiquement quelle est la réalité de ce continent désormais ?

 

Hélène Quénot-Suarez : Comme vous le dites, c’est une question de perception et de ce que montrent les médias du continent qui est très mal connu par les Occidentaux puisqu'il ont sur lui beaucoup d’images fausses. Dans les faits, l’Afrique subsaharienne est logiquement très diverse car c’est un immense continent. La réalité la plus simple et tient aux chiffres : il y a maintenant environ un milliard d’Africains et la croissance moyenne du continent est d’environ 5 % par an. Le potentiel humain et en ressources (minérales, foncières, énergétiques) du continent est de premier ordre et les investisseurs l’ont bien compris, en faisant de l’Afrique leur nouvel «Eldorado».

La réalité de terrain est différente selon les pays mais aussi à l’intérieur même de leurs frontières, entre les villes, souvent très développées et des campagnes plus en retrait. Par exemple, 98 % des urbains éthiopiens ont accès à l’eau potable, mais moins de 25 % des ruraux. Par ailleurs, l’amélioration générale des conditions de vie sur le continent ne doit pas faire oublier que de nombreux problèmes persistent. Deux-tiers des habitants de la RDC par exemple, ne mangent pas à leur faim. De même, l’accès aux soins reste difficile. Ainsi, la mortalité infantile est toujours globalement très forte (70 ‰ alors qu’on est à 4 ‰ en France).

Les potentialités sont donc immenses mais l’embellie actuelle n’a pas réglé tous les problèmes auxquels est confronté le continent.

On parle de l’apparition d’une classe moyenne africaine, mais quelles en sont les caractéristiques ? Est-elle pérenne ?

La « classe moyenne », c’est un mot pratique mais pas très précis pour désigner les populations qui sont sorties des logiques de survie et qui peuvent économiser, même très modestement, pour améliorer leur quotidien en achetant plus de nourriture, un téléphone, ou en investissant dans l’éducation de leurs enfants. Ces gens ne sont pas « riches » mais ils ont une capacité d’accumulation. On estime qu’il y a environ 300 millions d’Africains qui gagnent entre 2 et 20 dollars par jour et constituent ainsi une classe moyenne locale.

Pourquoi ne serait-elle pas pérenne ? On peut raisonnablement être optimiste. Il faut simplement se méfier des chiffres, qui indiquent une croissance très rapide : beaucoup de gens ne sortent que temporairement de la survie pour entrer dans les petites classes moyennes. Il faudra du temps pour que la position du plus grand nombre soit durablement sécurisée dans un niveau et un mode de vie « moyen ».

Même s’il les indicateurs sont bons, les économistes restent fébriles à cause d’une croissance portée en grande partie par les matières premières dont les cours sont très volatiles. Peut-on imaginer que d’autres secteurs puissent prendre le relais sur les matières premières ?

La richesse des pays africains et leur dynamisme économique ne sont pas forcément corrélés aux matières premières. Durant la décennie 2000, la croissance du Ghana dépassait 5 % et pourtant on n’avait pas encore trouvé de pétrole.

Il me semble qu’il y a deux points essentiels. Le premier est qu’il existe déjà un grand dynamisme africain sur d’autres secteurs que le primaire mais qu’on le connaît peu à l’extérieur du continent. Ainsi, l’opérateur de téléphonie mobile sud-africain MTN est largement présent sur le continent et même jusqu’en Iran. On peut également penser aux supermarchés kenyans Nakumatt, que l’on trouve, outre le Kenya, dans la sous-région (Ouganda, Rwanda, Tanzanie).

Le second point est le fait que les matières premières doivent être valorisées. Certes, vous le dites, les cours sont volatiles mais le continent possède une grande variété de ressources, parfois rares et il serait dommage de se passer de leurs fruits. Sans nier leurs difficultés actuelles, il faut rappeler que les Emirats arabes par exemple, ont développé une grande richesse sur une production quasi-exclusive. Plus que le type de production en lui-même, il me semble que l’important est de posséder des institutions qui permettent de garantir un commerce sûr et régulier. On en revient donc – comme bien souvent – au politique : certes une diversification des sources de revenus est, comme partout, souhaitable, mais elle sera inutile si, d’autre part, aucun travail n’est fait sur le renforcement des institutions pour permettre assurer un cadre pacifié et régulé aux activités économiques.

 

Sur le plan de la stabilisation politique, certains pays comme le Sénégal ont montré l’exemple en réussissant à organiser des élections présidentielles dont le résultat a été accepté, même si bien sûr il y a eu des tensions. Sur ce plan, quels sont les "bons élèves" du continent ?

J’ai beaucoup de peine avec cette expression de « bons élèves », qu’on utilisait beaucoup – moi la première, d’ailleurs, et c’était un tort – pour parler des PAS. L’expression porte un sens très condescendant et donne l’idée que les pays africains ne sont pas encore à leur « majorité », doivent « apprendre » et surtout « obéir » à une autorité supérieure.

Le fait qu’il y ait des violences autour des élections montre paradoxalement qu’elles ont du sens, qu’elles comptent pour la population. En étant un peu cynique, on pourrait presque dire que le meilleur moyen de garantir une stabilité politique dans un pays est encore de ne pas organiser d’élections ou de faire en sorte que leur résultat soit verrouillé. Les violences électorales sont donc toujours dramatiques et jamais souhaitables mais elles n’indiquent pas forcément les pays les moins démocratiques.

Pour en revenir à votre question, je ne connais pas la situation exacte des plus de 50 pays du continent. Mais le Ghana est un pays où les élections sont à la fois ouvertes, disputées et paisibles. D’une manière générale, les pays africains qui vont bien sont ceux dont on ne parle presque jamais ! Je pense au Botswana par exemple. C’est un des pays les plus stables et les moins corrompus du continent et pourtant, qui saurait le placer sur une carte ? Comme nous le disions au début, la perception du continent par les Occidentaux est biaisée car on parle plus facilement des crises que des endroits où tout va bien.

Propos recueillis par Priscilla Romain

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 13/10/2012 - 07:05
Sénégal
Une suggestion : plutôt que de retourner chaque année passer vos vacances "là ou tout le monde va", essayez plutôt le Sénégal !
Ils parlent le français et vous serez beaucoup abordés dans la rue, mais cela permet aussi d'établir de "vrais contacts" !
langue de pivert
- 12/10/2012 - 19:47
Tu sais ce qu'il te dit l'occidental ? (...et ce qu'il pense !)
Ce que pense cette personne de ce que je pense de l'Afrique n'est pas ce qu'elle pense que je pense !
La preuve : je pense comme elle, mais je n'en tire pas les mêmes conclusions !
kettle
- 12/10/2012 - 19:41
Bien les recevoir
"Il y a maintenant environ un milliard d’Africains et la croissance moyenne du continent est d’environ 5 % par an"
---
Voila pourquoi Hollande va mettre en chantier la construction de 200 CAF d'ici 2017