En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

05.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

06.

L’Europe face au dilemme biélorusse

07.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 2 heures 46 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 3 heures 46 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 4 heures 22 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 6 heures 12 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 6 heures 50 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 22 heures 50 sec
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 3 heures 33 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 4 heures 5 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 5 heures 56 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 6 heures 33 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 9 heures 2 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 21 heures 37 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 22 heures 25 min
© Reuters
L'ancien ministre Bruno Le Maire (UMP) a annoncé mercredi qu'il démissionnait de la haute fonction publique.
© Reuters
L'ancien ministre Bruno Le Maire (UMP) a annoncé mercredi qu'il démissionnait de la haute fonction publique.
Droit dans ses bottes

Pourquoi Bruno Le Maire a pris une décision admirable en démissionnant de la haute fonction publique

Publié le 11 octobre 2012
L'ancien ministre a annoncé mercredi qu'il démissionnait de la haute fonction publique, geste qui vise à combattre "l'esprit de caste" prévalant en France.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien ministre a annoncé mercredi qu'il démissionnait de la haute fonction publique, geste qui vise à combattre "l'esprit de caste" prévalant en France.

Quand Bruno Le Maire était devenu ministre de l’Agriculture, les Français s’étaient gaussés. Ce superbe produit des grandes écoles françaises, dont la mère a dirigé les plus belles institutions de l’enseignement privé, ne connaissait pas le cri du dindon, et n’avait jamais fait la cueillette ni des pommes ni des poires. Une sorte de parachutage de Parisien dans un champ de patates au milieu de nulle part.

Fut-il pour autant un mauvais ministre? De même qu’on peut être excellent paysan sans savoir ni lire ni écrire, on peut être bon ministre de l’Agriculture en prêtant trois pattes à un canard. Le bilan de l’impétrant, au terme de son apprentissage de trois ans, semble avoir convaincu plusieurs récalcitrants.

Mais ce qui intéresse dans le parcours de Bruno Le Maire n’est ni cette brillante ascension ministérielle, ni son engagement partisan à l’UMP qui se situe hors du champ de ces colonnes. En revanche, Bruno Le Maire a posé un acte fondateur, passé relativement inaperçu, qui touche pourtant à l’un des enjeux essentiels de la démocratie représentative aujourd’hui : sa démission de la Fonction Publique.

Beaucoup de Français, devenus totalement allergiques aux grandes écoles et en particulier à l’ENA, déplorent que tant d’objets de leur détestation monopolisent les places de pouvoir et verrouillent de façon très aristocratique les circuits de décision. L’omniprésence des fonctionnaires dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, les amitiés personnelles de François Hollande qui sont majoritairement issues des grandes écoles, nourrissent très largement ce sentiment diffus, mais pugnace, d’une réaction nobiliaire dont la France est victime aujourd’hui : notre pays est gouverné par une minorité privilégiée, coupée de la réalité et structurellement endogamique ou dynastique.

De fait, il existe un dispositif réglementaire qui favorise ce biais dangereux pour l’intérêt général et funeste pour la démocratie représentative : les règles de détachement de la fonction publique vers les mandats électifs.

Peut-être est-il nécessaire ici de dresser un bilan rapide des coûts réels de l’engagement électoral en France.

Lorsqu’un(e) médecin ou un(e) avocat(e) s’engage dans la mêlée élective, il ou elle assume un risque professionnel : celui de voir des clients ou des patients désertés son cabinet parce qu’ils ne partagent pas ses idées, parce qu’ils sont irrités par ses prises de position, ou parce qu’ils pensent que leur dossier ne sera pas traité avec la diligence qu’il faut par une personnalité désormais très occupée par les affaires publiques. Dans l’esprit de l’opinion, il n’est pas facile d’imaginer qu’on puisse à la fois être un bon gestionnaire public et un expert reconnu dans une science ou un art autre.

Lorsque c’est un ou une salarié(e) d’une entreprise qui s’engage, le risque est encore plus grand. Les entreprises attendent régulièrement de leurs salariés une forme de réserve qui confine à la subordination de la pensée. Dans ce cadre-là, un engagement public constitue une véritable prise de risque dont le terme n’est jamais sûr, et peut s’appeler la rupture conventionnelle ou le licenciement pour des motifs plus ou moins avoués.

Lorsqu’un fonctionnaire s’engage, la règle du jeu est complètement différente, et tout concourt à favoriser son engagement. D’une part, le fonctionnaire sait qu’une adhésion à un parti de gouvernement constitue un passage obligé (mais pas forcément garanti) dans la carrière pour accéder aux postes les plus intéressants. Car c’est devenu une règle : les nominations aux postes à responsabilité sont de plus en plus politiques, et les exceptions à cette politisation outrancière se comptent sur les doigts de la main.

Pire même, un fonctionnaire a tout intérêt à s’engager sur cette voie, puisque, s’il décroche un mandat, s’il devient ministre, les services qu’il effectue dans ce cadre sont régis par le système du détachement : il est certes payé par l’autorité auprès de laquelle il est détaché, mais les services qu’il y effectue sont considérés comme des services normaux dans le cadre de son parcours administratif. Il continue donc à progresser dans sa carrière de fonctionnaire comme si de rien n’était, il continue à cotiser au régime des pensions civiles, et lorsque son mandat se termine il retrouve au moins un poste équivalent à celui qu’il occupait avant son mandat.

Ce système très favorable explique très largement le poids excessif des fonctionnaires dans les mandats publics, puisque toutes les règles du jeu sont tournées vers une incitation à ce phénomène.

En posant sa démission de la fonction publique parce qu’il jugeait sa position statutaire incompatible avec le mandat de député qu’il exerce, Bruno Le Maire a pris le parti exemplaire de briser cette règle du jeu.

D’abord, il rappelle les députés à leur obligation d’indépendance : on ne peut à la fois être représentant du pouvoir législatif et appartenir au pouvoir exécutif (ce qui est bien le cas des fonctionnaires, et spécialement des hauts fonctionnaires). La séparation des pouvoirs aurait dû, de longue date, trouver sa déclinaison dans l’application de cette règle de base : un mandat de député ne peut pas être considéré comme un service actif de fonctionnaire.

Ensuite, il adopte une position salutaire pour la morale publique. Il faut être fameusement emboucher du museau pour ne pas sentir que la démocratie française ne pourra plus très longtemps soutenir un système où le pouvoir démocratique est capté par des intérêts privés, même revêtus des oripeaux de l’intérêt général. Peu à peu, l’égalité de traitement a rendu inacceptable pour l’opinion publique cette captation des valeurs républicaines au profit d’une minorité dont le premier objectif est de préserver ses intérêts propres.

Dans ce contexte, la démission de Bruno Le Maire sonne comme une prise de position fondatrice, dont la vertu est rare de nos jours. Qui ose aujourd’hui, au-delà des postures et des incantations, mettre son propre destin en jeu, en posant des actes, en agissant ? Quel responsable choisit aujourd’hui son exil à Londres plutôt que sa soumission au Vichy symbolique de nos grandes pulsions historiques, où nous rejouons la tragédie d’une crise qui nous écrase et d’une élite incapable d’y faire face ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 12/10/2012 - 00:09
Petit oubli
L'auteur dénonce le gouvernement actuel et oublie, ou omet, que c'est pareil sous TOUS les gouvernements depuis trente ans.
Decebal
- 11/10/2012 - 23:36
LE CHANGEMENT, il va venir
avec les moyens techniques d'aujourd'hui, les choses vont changer
Bien + vite pour le meilleurs et peut etre aussi du pire. Mais on a vu avec l'affaire des "pigeons" que les réseaux sociaux, sans beaucoup de gens impliques on fait changer( a voir si cela sera effectif) l'EDIT

Ce pays va peut etre devenir une vraie démocratie. Et il est temps car il y a du boulout et dans tous les domaine .
ACL
- 11/10/2012 - 19:09
Fonctionnaires et cumulards
Ils ont construit en quelques décennies un système impeccable, où sans risque, les fonctionnaires ont confisqué la France à leur profit et à celui de leurs familles, amants et maitresses.
Ce système sait évoluer et toujours dans le même sens : le pouvoir sans la responsabilité : l'intercommunalité qui nous confisque nos (faibles) richesses sans avoir à répondre devant les électeurs en est un formidable exemple.

Lisez Zoé Shepard, vous saurez où âssent vos sous.