En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 9 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 10 heures 28 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 8 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 15 heures 53 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 13 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 16 heures 54 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 18 heures 37 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 12 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 11 heures 19 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 15 heures 16 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 6 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 16 heures 26 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 17 heures 19 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 18 heures 18 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 1 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 19 heures 38 min
© Reuters
Les axes de la refondation de l'école ont été présentés mardi par le président de la République.
© Reuters
Les axes de la refondation de l'école ont été présentés mardi par le président de la République.
Chicago style

Refondation de l’école : et si on payait les enseignants selon la réussite de leurs élèves ?

Publié le 10 octobre 2012
François Hollande, lors d'un discours prononcé à la Sorbonne, a présenté les axes de sa politique en faveur de l'école. Le président de la République est en fait revenu au tropisme habituel de gauche : plus de moyens permettra de régler les problèmes.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, lors d'un discours prononcé à la Sorbonne, a présenté les axes de sa politique en faveur de l'école. Le président de la République est en fait revenu au tropisme habituel de gauche : plus de moyens permettra de régler les problèmes.

Les observateurs attentifs de la question scolaire auront vécu une belle déception en écoutant le discours de François Hollande sur la refondation de l’école.

Depuis une trentaine d’années, le niveau scolaire de nos élèves ne cesse de baisser, et l’échec scolaire complet (c’est-à-dire la sortie du système avec au mieux le brevet des collèges) stagne à une proportion d’environ 12% d’une classe d’âge. Et depuis tout ce temps, la stratégie éducative déployée pour enrayer cette spirale infernale se limite à une logique de moyens : l’illusion règne qu’en remettant de l’argent dans le système, les problèmes éducatifs se résoudront d’eux-mêmes.

Depuis une trentaine d’années, l’école de la République s’est transformée en un formidable outil de sélection sociale, où un enfant d’ouvrier est à peu près certain de sortir de ses douze ou quinze années de scolarité sans un diplôme utile pour améliorer son sort par rapport à celui de ses parents. Ce recul majeur infligé à l’école des fondateurs constitue probablement l’une des fractures essentielles de la société française contemporaine : alors que le savoir était encore au début des années 80 un gage de promotion sociale, cette vocation ne cesse de se dégrader depuis lors.

De façon probablement mal expliquée, Nicolas Sarkozy avait misé sur l’autonomie des établissements scolaires et sur la réforme du statut des enseignants pour relever l’école de ses ruines. Le pari était audacieux, car il prenait de front les bastions syndicaux qui, depuis des décennies, imposent une gestion des ressources humaines ubuesque et désespérante pour les enseignants eux-mêmes : les enseignants les moins chevronnés sont mis devant les élèves les plus difficiles, et les plus syndiqués bénéficient des fromages les plus crémeux, indépendamment de leurs compétences personnelles.

Dans cette étendue aride, faite de désespoir, de démotivations et de broyage systématique des bonnes volontés, la nouvelle majorité s’est empressée d’abolir les réformes mises en place par l’équipe précédente, et d’ouvrir une concertation à grand spectacle et en un délai record.

Cette rapidité ne manque pourtant pas d’intérêt, et il faut reconnaître aux rédacteurs du rapport final rendu la semaine dernière le mérite d’avoir cerné les principaux sujets de l’école d’aujourd’hui : la sénilité, voire la sénescence des programmes et des méthodes pédagogiques utilisées dans notre école qui fut un modèle d’avant-garde il y a cent cinquante ans, et qui a pris quelques rides depuis, à force d’immobilisme.

Le rapport Forestier, du nom de son rédacteur, a le mérite d’aborder le sujet qui fâche : un enseignement doctrinal, pyramidal, alors que la société française est pétrie d’Internet, de collaboration, de délibérations en tous sens. Il serait d’ailleurs intéressant de mesurer, à 18 ans, quelle part du savoir des élèves provient de l’école, et quelle part provient des médias et d’Internet. Il est sûr et certain qu’une part grandissante du savoir de nos chères têtes blondes n’est plus puisé à l’école.

Ce fameux Forestier, fin connaisseur du système scolaire, a d’ailleurs eu l’intelligence de se concentrer sur ce message majeur, en évitant les fâcheries : pas d’allusion à l’autonomie des établissements, rien ou presque sur la conception proprement dite des programmes, dévolue à une caste d’inspecteurs qui sont autant de gardiens désoeuvrés d’un temple de plus en plus semblable à une maison de retraite. Et silence radio sur le statut des enseignants. Une méthode habile pour orienter la décision publique sans soulever de hargne syndicale.

Le discours prononcé par François Hollande hier à la Sorbonne montre que c’était encore trop. Non seulement, les règles du jeu délétères actuelles seront maintenues : co-gestion syndicale, centralisme pédagogique jacobin, et autres erreurs cataclysmiques pour la survie du système éducatif. Mais la volonté même de réformer la pédagogie est passée à la trappe.

Le président de la République est en fait revenu au tropisme habituel de gauche : plus de moyens permettra de régler les problèmes. Ainsi, François Hollande annonce une règle : plus d’enseignants que de classes dans l’enseignement élémentaire. L’idée de traiter le problème des difficultés scolaires dès les premières années d’école est évidemment pertinente. Mais si la pédagogie ne suit pas, si l’enseignement par projet proposé par le rapport Forestier n’est pas mis en place, ces moyens seront une fois de plus absorbés dans une gouffre sans fond, et des générations entières continueront d’être sacrifiées sur l’autel de l’immobilisme pédagogique.

Mais de grâce, ouvrons enfin les portes et les fenêtres de notre système scolaire ! Enseignons à l’école ce qui fait la vraie vie ! Épargnons à nos enfants les messages anxyogènes et nécrosants d’une école qui donne si souvent aux parents d’élèves le sentiment d’être un atelier forcé pour enseignants désabusés ! Et si les syndicats enseignants s’opposent à cette réforme, qu’on nous donne un chèque scolaire pour permettre à nos enfants de suivre l’enseignement de notre choix, sans financer une école publique qui devient de plus en plus un lieu d’asservissement!

De ce point de vue, l’école, en France, devrait regarder avec intérêt la réforme mise en oeuvre à Chicago, où, après des décennies d’échec scolaire sans solution, les pouvoirs publics ont recouru aux grands moyens: la rémunération des enseignants est liée à la réussite de leurs élèves. Bien entendu, ce système tient compte du niveau initial des élèves. Il ne s’agit pas de fixer à tous les enseignants l’objectif de porter leurs élèves à la mention très bien du bac S. Mais l’enjeu est de mesurer quel progrès les élèves ont fait grâce à leur enseignant durant l’année.

Les moins bons professeurs sont licenciés.

Une idée provocatrice. Mais à approfondir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (65)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 14/10/2012 - 12:37
Mise au point d'une grille de rémunération*
Soit ! un essai dans 10 lycées (avec volontaires) sur une durée de cinq ans plutôt que de grands discours !
*le plus difficile...
jerem
- 11/10/2012 - 13:07
@gdv vous avez confondu avec la publicité
c'est la télévision et ses kilometres de pub , lessupermarches et leurs kilos de pub dans les boites aux lettres ,qui font les bons bestiaux dont vous parlez . Merci de ne pas confondre !
gdv
- 11/10/2012 - 07:50
Quels sont les objectifs réels de l'éducation Nationale ?
Monsieur Éric Verhaeghe vous vous trompez sur les objectifs de l'éducation National.
Les objectifs politiquement correct de l'école ne sont que de la poudre aux yeux, l'école n'a pas pour objectif de former des gens autonomes et intelligents mais des animaux sociaux qui vont participer à la prologation d'un système existant sans trop poser de question.
L'élite s'extrait toute seule du système scolaire, le projet éducatif des parents et les qualités intellectuelles de l'enfant y pourvoient très bien.
Tout le monde ne peut pas habiter sur la place du village.
Bon Dieu, c'est tellement évident que la majorité des personnes ne s'en rendent pas compte.
Le système éducatif aurait été réformé depuis longtemps s'il s'agissait de remplir les objectifs politiquement corrects.
Regardez comme le système est efficace quand il s'agit des atteintes à la sûretée de l'Etat.