En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Préservatifs: le Vatican change de ton

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 8 min 1 sec
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 2 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 3 heures 15 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 17 heures 49 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 18 heures 54 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 43 min 14 sec
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 1 heure 20 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 3 heures 5 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 15 heures 27 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 18 heures 8 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 20 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 21 heures 35 min
© Reuters
Les axes de la refondation de l'école ont été présentés mardi par le président de la République.
© Reuters
Les axes de la refondation de l'école ont été présentés mardi par le président de la République.
Chicago style

Refondation de l’école : et si on payait les enseignants selon la réussite de leurs élèves ?

Publié le 10 octobre 2012
François Hollande, lors d'un discours prononcé à la Sorbonne, a présenté les axes de sa politique en faveur de l'école. Le président de la République est en fait revenu au tropisme habituel de gauche : plus de moyens permettra de régler les problèmes.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, lors d'un discours prononcé à la Sorbonne, a présenté les axes de sa politique en faveur de l'école. Le président de la République est en fait revenu au tropisme habituel de gauche : plus de moyens permettra de régler les problèmes.

Les observateurs attentifs de la question scolaire auront vécu une belle déception en écoutant le discours de François Hollande sur la refondation de l’école.

Depuis une trentaine d’années, le niveau scolaire de nos élèves ne cesse de baisser, et l’échec scolaire complet (c’est-à-dire la sortie du système avec au mieux le brevet des collèges) stagne à une proportion d’environ 12% d’une classe d’âge. Et depuis tout ce temps, la stratégie éducative déployée pour enrayer cette spirale infernale se limite à une logique de moyens : l’illusion règne qu’en remettant de l’argent dans le système, les problèmes éducatifs se résoudront d’eux-mêmes.

Depuis une trentaine d’années, l’école de la République s’est transformée en un formidable outil de sélection sociale, où un enfant d’ouvrier est à peu près certain de sortir de ses douze ou quinze années de scolarité sans un diplôme utile pour améliorer son sort par rapport à celui de ses parents. Ce recul majeur infligé à l’école des fondateurs constitue probablement l’une des fractures essentielles de la société française contemporaine : alors que le savoir était encore au début des années 80 un gage de promotion sociale, cette vocation ne cesse de se dégrader depuis lors.

De façon probablement mal expliquée, Nicolas Sarkozy avait misé sur l’autonomie des établissements scolaires et sur la réforme du statut des enseignants pour relever l’école de ses ruines. Le pari était audacieux, car il prenait de front les bastions syndicaux qui, depuis des décennies, imposent une gestion des ressources humaines ubuesque et désespérante pour les enseignants eux-mêmes : les enseignants les moins chevronnés sont mis devant les élèves les plus difficiles, et les plus syndiqués bénéficient des fromages les plus crémeux, indépendamment de leurs compétences personnelles.

Dans cette étendue aride, faite de désespoir, de démotivations et de broyage systématique des bonnes volontés, la nouvelle majorité s’est empressée d’abolir les réformes mises en place par l’équipe précédente, et d’ouvrir une concertation à grand spectacle et en un délai record.

Cette rapidité ne manque pourtant pas d’intérêt, et il faut reconnaître aux rédacteurs du rapport final rendu la semaine dernière le mérite d’avoir cerné les principaux sujets de l’école d’aujourd’hui : la sénilité, voire la sénescence des programmes et des méthodes pédagogiques utilisées dans notre école qui fut un modèle d’avant-garde il y a cent cinquante ans, et qui a pris quelques rides depuis, à force d’immobilisme.

Le rapport Forestier, du nom de son rédacteur, a le mérite d’aborder le sujet qui fâche : un enseignement doctrinal, pyramidal, alors que la société française est pétrie d’Internet, de collaboration, de délibérations en tous sens. Il serait d’ailleurs intéressant de mesurer, à 18 ans, quelle part du savoir des élèves provient de l’école, et quelle part provient des médias et d’Internet. Il est sûr et certain qu’une part grandissante du savoir de nos chères têtes blondes n’est plus puisé à l’école.

Ce fameux Forestier, fin connaisseur du système scolaire, a d’ailleurs eu l’intelligence de se concentrer sur ce message majeur, en évitant les fâcheries : pas d’allusion à l’autonomie des établissements, rien ou presque sur la conception proprement dite des programmes, dévolue à une caste d’inspecteurs qui sont autant de gardiens désoeuvrés d’un temple de plus en plus semblable à une maison de retraite. Et silence radio sur le statut des enseignants. Une méthode habile pour orienter la décision publique sans soulever de hargne syndicale.

Le discours prononcé par François Hollande hier à la Sorbonne montre que c’était encore trop. Non seulement, les règles du jeu délétères actuelles seront maintenues : co-gestion syndicale, centralisme pédagogique jacobin, et autres erreurs cataclysmiques pour la survie du système éducatif. Mais la volonté même de réformer la pédagogie est passée à la trappe.

Le président de la République est en fait revenu au tropisme habituel de gauche : plus de moyens permettra de régler les problèmes. Ainsi, François Hollande annonce une règle : plus d’enseignants que de classes dans l’enseignement élémentaire. L’idée de traiter le problème des difficultés scolaires dès les premières années d’école est évidemment pertinente. Mais si la pédagogie ne suit pas, si l’enseignement par projet proposé par le rapport Forestier n’est pas mis en place, ces moyens seront une fois de plus absorbés dans une gouffre sans fond, et des générations entières continueront d’être sacrifiées sur l’autel de l’immobilisme pédagogique.

Mais de grâce, ouvrons enfin les portes et les fenêtres de notre système scolaire ! Enseignons à l’école ce qui fait la vraie vie ! Épargnons à nos enfants les messages anxyogènes et nécrosants d’une école qui donne si souvent aux parents d’élèves le sentiment d’être un atelier forcé pour enseignants désabusés ! Et si les syndicats enseignants s’opposent à cette réforme, qu’on nous donne un chèque scolaire pour permettre à nos enfants de suivre l’enseignement de notre choix, sans financer une école publique qui devient de plus en plus un lieu d’asservissement!

De ce point de vue, l’école, en France, devrait regarder avec intérêt la réforme mise en oeuvre à Chicago, où, après des décennies d’échec scolaire sans solution, les pouvoirs publics ont recouru aux grands moyens: la rémunération des enseignants est liée à la réussite de leurs élèves. Bien entendu, ce système tient compte du niveau initial des élèves. Il ne s’agit pas de fixer à tous les enseignants l’objectif de porter leurs élèves à la mention très bien du bac S. Mais l’enjeu est de mesurer quel progrès les élèves ont fait grâce à leur enseignant durant l’année.

Les moins bons professeurs sont licenciés.

Une idée provocatrice. Mais à approfondir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Préservatifs: le Vatican change de ton

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (65)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 14/10/2012 - 12:37
Mise au point d'une grille de rémunération*
Soit ! un essai dans 10 lycées (avec volontaires) sur une durée de cinq ans plutôt que de grands discours !
*le plus difficile...
jerem
- 11/10/2012 - 13:07
@gdv vous avez confondu avec la publicité
c'est la télévision et ses kilometres de pub , lessupermarches et leurs kilos de pub dans les boites aux lettres ,qui font les bons bestiaux dont vous parlez . Merci de ne pas confondre !
gdv
- 11/10/2012 - 07:50
Quels sont les objectifs réels de l'éducation Nationale ?
Monsieur Éric Verhaeghe vous vous trompez sur les objectifs de l'éducation National.
Les objectifs politiquement correct de l'école ne sont que de la poudre aux yeux, l'école n'a pas pour objectif de former des gens autonomes et intelligents mais des animaux sociaux qui vont participer à la prologation d'un système existant sans trop poser de question.
L'élite s'extrait toute seule du système scolaire, le projet éducatif des parents et les qualités intellectuelles de l'enfant y pourvoient très bien.
Tout le monde ne peut pas habiter sur la place du village.
Bon Dieu, c'est tellement évident que la majorité des personnes ne s'en rendent pas compte.
Le système éducatif aurait été réformé depuis longtemps s'il s'agissait de remplir les objectifs politiquement corrects.
Regardez comme le système est efficace quand il s'agit des atteintes à la sûretée de l'Etat.