En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
 Un médecin peut faire aujourd'hui du téléconseil, qui est remboursé par la Sécurité sociale.
Médecin virtuel
E-santé : peut-on vraiment se soigner sérieusement sur Internet ?
Publié le 04 octobre 2012
Les Assises régionales de l'e-santé en Alsace auront lieu les 12 et 13 octobre, quelques jours avant le colloque Carrefour de la télésanté, le 18 à Paris. La médecine 2.0 se développe, mais n'a pas que des atouts.
Jean-Jacques Fraslin est médecin généraliste. Il est le créateur de l'observatoire des systèmes d'informations de santé, i-med.fr.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Fraslin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Fraslin est médecin généraliste. Il est le créateur de l'observatoire des systèmes d'informations de santé, i-med.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Assises régionales de l'e-santé en Alsace auront lieu les 12 et 13 octobre, quelques jours avant le colloque Carrefour de la télésanté, le 18 à Paris. La médecine 2.0 se développe, mais n'a pas que des atouts.

Atlantico : Les Assises régionales de l'e-santé en Alsace auront lieu les 12 et 13 octobre, quelques jours avant le colloque Carrefour de la télésanté, le 18 à Paris. Peut-on vraiment se soigner et se faire soigner sur Internet, de manière sûre ?

Jean-Jacques Fraslin : Réglementairement, on ne peut pas. La e-santé est plus un concept marketing. Un médecin peut faire aujourd'hui du téléconseil, qui est remboursé par la Sécurité sociale, il y a aussi des expériences de télémédecine, encadrées par les ARS, mais il n'y a pas d'autre solution. Un patient ne peut pas consulter en ligne. Il peut recevoir des conseils, mais pas une ordonnance. Il ne pourra pas avoir accès à des examens ou à des opérations suite à une consultation en ligne.

Doctissimo enregistre quotidiennement 920 000 visites. L'Ordre des médecins s'en est-il alarmé, sachant qu'on peut trouver sur le net tout et n'importe quoi ?

Bien sûr. On a remarqué que venaient d'abord sur ces sites beaucoup de patients québécois, qui ont dans leur pays beaucoup de problèmes d'accès aux soins, avec de très longues listes d'attentes et un coût très élevé. Ils ont ensuite remarqué que la France avait ce type de sites.

Depuis, ça s'est généralisé. Beaucoup de Français consultent ces sites. L'ennui, c'est que n'importe qui peut répondre. Très peu de médecins sont identifiés. C'est pour cela que le Conseil de l'ordre veut identifier les pseudos, pour préciser qui est médecin et qui ne l'est pas. Mais cela repose sur la bonne volonté des médecins : ceux qui font cela ne sont pas rémunérés. Et on reste sur le conseil.

Il y a un autre problème. Sur le forum, les gens sont authentifiés par le compte qu'ils ouvrent : les hébergeurs des sites savent donc de qui il s'agit. Les gens étalent ensuite leurs problèmes médicaux en ligne et reviennent plusieurs fois, si bien qu'ils laissent sur le site des tas de fragments sur leur histoire qui peut permettre de les identifier.

Rien que quelqu'un qui cherche un spécialiste près de telle ville car il a une maladie rare donne son sexe, peut-être son âge, sa localisation… Des tas de renseignements qui permettent de les identifier.

Au-delà du problème du secret médical, un certain nombre de médecins relèvent que beaucoup de patients arrivent hyper-renseignés dès la première consultation. Est-ce une chance d'avoir des patients informés, ou un problème de voir ces patients devenir médecins ?

Les deux. Parfois c'est une chance, car les patients sont au courant, donc on gagne du temps. Par exemple, j'ai des patients qui viennent me voir d'assez loin pour me demander de leur prescrire du Baclofène pour le traitement de l'alcoologie, après avoir trouvé sur Internet non seulement des renseignements sur le Baclofène, mais aussi mes coordonnées. Pour moi, c'est une chance, car ils arrivent informés sur les effets secondaires, l'intérêt du produit, etc. On a donc de bons résultats.

Je n'ai pas  de problème à ce niveau-là, car je connais quand même de meilleurs sites que les patients, j'ai donc un coup d'avance sur eux. Mais je reconnais que ça peut être un problème pour des médecins peu formés à l'informatique qui voient arriver des patients au courant des nouvelles thérapies.

La e-santé peut-elle être une chance dans un contexte de désertification médicale ?

Je ne crois pas. Les médecins généralistes travaillent déjà beaucoup, jusqu'à 50 ou 60h par semaine. Je ne vois pas trop où ils trouveront du temps à consacrer à la e-santé. Qui aujourd'hui est sur Internet ? Des remplaçants, des gens qui ont un travail partiel, des retraités, mais pas les médecins. Et ce ne sont pas les gros consommateurs de soins, en particulier les personnes âgées, qui utilisent Internet.

La télémédecine n'est-elle pas risquée en cas de diagnostic ? Il est finalement plus simple d'avoir le patient en face de soit pour consulter…
On se rend compte, avec les expérimentations, qu'il faut qu'une infirmière soit avec le patient, notamment les personnes âgées, qui ont parfois des problèmes d'audition. De même pour installer des capteurs, des caméras… Une consultation en télémédecine prend donc deux fois plus de temps qu'une consultation réelle. Donc, comme déjà il y a peu de médecin, ça risque de poser un problème.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
07.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires