En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

07.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 1 heure 37 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 4 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 7 heures 13 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 7 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 19 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 4 heures 55 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 11 heures 22 min
Valeurs

Droite décomplexée : mais de quels complexes parle-t-on ?

Publié le 20 novembre 2012
En présentant fin août sa candidature à la présidence de l'UMP, Jean-François Copé s’est réclamé d'une "droite décomplexée". Une position assumée qui lui a valu d'être élu ce lundi.
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En présentant fin août sa candidature à la présidence de l'UMP, Jean-François Copé s’est réclamé d'une "droite décomplexée". Une position assumée qui lui a valu d'être élu ce lundi.

Article mis à jour le 20 novembre 2012 à 8h00.

Décomplexée, la droite ? C’est ce que certains revendiquent depuis quelques années. La droite était-elle donc jusqu'à présent si complexée ? Et à quel titre ?

Notons d’abord que lorsque la politique aborde la question du complexe, c’est de complexe d’infériorité qu’il s’agit. Nul besoin de s’aventurer ici dans les obscurs méandres que doit dénouer le psychologue. Un point commun néanmoins : en politique comme chez l’être humain, les complexes sont le fruit d’un mauvais développement.

On ne refera pas toute l’histoire, en revenant aux origines de la droite, qui dans ses débuts, aurait défendu les royalistes. Les complexes d’aujourd’hui ne témoignent pas d’un lointain penchant monarchiste dont auraient à rougir les conservateurs. Au cas où certains tenteraient de dénoncer des tendances si archaïques, les royaumes voisins de la France seraient là pour rappeler que la monarchie s’est coupée de toute attache et qu'elle est aujourd'hui soluble dans la droite comme dans la gauche : le Labour Party n’a pas décidé de détrôner la Reine d’Angleterre.

Mieux vaut se pencher sur ce qui représente l’axe de la droite, son vecteur profond. Pour le décrire, on adoptera pour la société sur laquelle les forces de droite tentent d’agir le regard que pose un biologiste sur la vie.

Tout organisme vivant n'a qu'une intention : se maintenir en vie. Par quels moyens ? En puisant dans son environnement les éléments qui sont nécessaires à l'entretien de ses organes, en évitant les agressions qui pourraient le détruire, en établissant des priorités pour répondre aux conflits de situations (comme par exemple, se nourrir ou échapper à un prédateur) et en se propageant (entre autres, par la reproduction). Certains organismes peuvent, pour se faciliter la tâche, s'assembler en colonies et s'il s'agit d'organismes aussi élaborés que les primates, se rassembler en sociétés structurées par des règles qui codent les conduites de chacun. A l’intérieur d’une société donnée, les places attribuées sont remises en question lors de combats qui confirment la hiérarchie ou la remettent en cause.

En comparaison avec celles de l’être humain, ces sociétés de primates sont rudimentaires. L’homme est un être vivant particulièrement compliqué, doué de pensée et de langage (d'où sa propension aux "complexes"), et il s'assemble en communautés aussi compliquées que lui-même. Les communautés d’humains se regroupent en fonction d’affinités qui peuvent être très variées, autour d’intérêts qui peuvent les concerner eux-mêmes ou la société qu’ils forment, et elles élaborent à travers le débat entre les individus qui la composent une forme de pensée propre, une pensée collective qui exerce en retour une influence sur l’individu.

Les communautés politiques placent la société au centre de leurs préoccupations. La communauté de droite a la particularité d'insister sur les éléments de réalité nécessaires à sa survie. Elle défend la structure en rappelant que celle-ci ne peut se maintenir qu'au prix d'un certain ordre – l’ordre d’une société est définie par une hiérarchie et des règles qui sont toujours contestables et doivent être défendues par l’autorité et la sanction ; au prix d'une économie qui lui assure une subsistance : les ressources d’une collectivité sont le fruit d’un travail, même dans des sociétés aussi simples que les chasseurs-cueilleurs ; et en se protégeant de ceux qui voudraient la détruire ou s'emparer de ses moyens de subsistance – car un moyen de s’assurer des ressources est de s’emparer de celles des autres et une collectivité se doit de défendre ses membres des menaces venant du dehors.

La communauté de droite ne fait donc pas rêver. Elle est même guettée par le risque, dans ses efforts pour s'auto-entretenir, de se fermer à des apports extérieurs qui pourraient l'enrichir. Elle est un appel à l'ordre, à la sécurité et à la défense qui sont nécessaires pour maintenir son activité mais qui peut être interprété comme une manifestation d'égoïsme collectif.

Car dans sa complexité, l'être humain est tiraillé entre deux forces contradictoires : d'une part, il pense à lui – ce qui est d'ailleurs utile pour sa survie ; d'autre part, il pense à l'autre ou plutôt aux autres – avec le même bénéfice. Egoïsme et altruisme sont au fond les deux faces de la même médaille : toutes les grandes sagesses rappellent que charité bien ordonnée commence par soi-même, et Jean-Jacques Rousseau éduque son Emile en s'appuyant sur l'amour-propre pour développer l'amour. N'empêche : l'égoïsme est plus mal vu que l'altruisme.

Car l’être humain s’organise autour de valeurs, notamment de valeurs morales, qui orientent sa conduite. Il peut être coupable, voire honteux, lorsqu’il ne respecte pas ces valeurs ; il est satisfait, voire fier, lorsqu’il se conduit conformément à ces valeurs. Ces valeurs varient d’une communauté à l’autre, mais dans l’ensemble, elles condamnent l’égoïsme.

La droite qui souhaite préserver l’ordre établi se sent donc honteuse de ne penser qu’à elle-même. De fait, elle paraît protéger ceux qui bénéficient de l’ordre qu’elle défend, les « nantis » et autres « privilégiés ». Elle n’est toutefois constituée que d’une partie de ceux qui se trouvent gâtés et souhaitent maintenir leur position avantageuse – certains d’entre eux trouvant autant de bénéfices avec la gauche. Elle n’a pas le souci de préserver les privilèges de quelques-uns, mais plutôt de prolonger une organisation qui a son histoire et ses valeurs, elle défend un héritage dont elle se sent redevable et dont elle perçoit les bienfaits.

Fondamentalement, elle fait confiance à la liberté et à la responsabilité individuelle pour trouver les moyens de s’adapter au mouvement du monde et garder sa force vitale. Consciente du danger des intérêts particuliers pour l’équilibre de l’ensemble, elle voit dans la concurrence un moyen de modérer les appétits et de remettre chacun à sa place. Et elle admet qu’une instance de supervision neutre, l’Etat, au service de la collectivité, est indispensable pour apporter une régulation supplémentaire et protéger certains en n’abandonnant pas les plus faibles à une élimination darwinienne. Car la droite ne perd pas de vue l’intérêt collectif, mais elle cherche la voie étroite qui met à l’abri de toutes les tyrannies : celle du collectif comme celle de l’individuel. Mission délicate dont, après tout, elle devrait être fière.

Mais au-delà de l’égoïsme, peut-être un remords la tourmente-elle. Dans sa volonté d’assurer la survie d’une société qu’elle aime et veut prolonger, la droite accorde du poids à ce qui lui apporte des ressources – le travail ; à ce qui la prolonge – la famille ; et à ce qui lui donne un sens – une communauté d’appartenance et de destins. « Travail, famille, patrie ? Il n’y a plus que nous pour oser y croire ! » me déclarait un jour dans un éclat de rire un patient juif. La droite ne se remet pas de sa malheureuse complicité dans les égarements de la dernière guerre mondiale. Et ce n’est pas la gauche qui lui fera surmonter ce complexe-là : celui de la lâcheté et de la trahison de valeurs universelles au nom d’intérêts personnels. Celui de n’avoir pas vu – ou voulu voir – et d’avoir même parfois participé à l’effroyable mécanique d’anéantissement industrialisé de la communauté juive par les nazis. La gauche n’est pourtant pas sans tache, elle non plus, mais du moins, elle n’a jamais partagé le respect de la hiérarchie et le sens de l’autorité qui ont, à cette époque, servi les intérêts d’un peuple écrasant. S’en relèvera-t-elle un jour ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

07.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ropib
- 28/09/2012 - 14:16
@Vigil
Je réagis juste sur votre interpellation sur mon commentaire : je n'ai pas dit que la droite manquait d'imagination.
La droite "décomplexée" partage un certain nombre d'idées avec d'autres droites qui ne se disent pas "décomplexée". L'élément différenciant c'est la stratégie de comm'.
Je vous laisse rire avec votre humour sur on ne sait trop quoi, vous n'avez pas besoin de vous justifier en transformant mes propos si vous avez envie de rire.
vigil
- 25/09/2012 - 21:47
Vous avez dit travail, famille, ...
Que des obsénités en effet, et que dire de la ... "Patrie" ? Voyez, ma main a tremblé tant il est dur de faire référence à ces mots honnis !
Au fait, pourquoi ? Parce qu'il réprésentent une page sombre de notre histoire ? Certes, elle a était écrite par 90 % des français en 41. Sans doute devait-il y avoir aussi parmi eux quelques adeptes de Front Populaire, non ? Ah oui sauf pour la famille " jerem". Eux, ils ont toujours était dans le bon camp, d'ailleurs nous devrions avoir bientôt sur France 3 une nouvelle série télévisuelle qui relatera la saga de cette famille française héroique, une vrai famille de gauche quoi, propre, solidaire, ouverte, acceuillante, et soucieuse de nous préserver de la peste brune.
Et que disais Ropi un peu plus haut ? A oui, la droite manque d'imagination et d'originalité.
Il faut toujours chercher l'humour, même si parfois, il n'est pas facile à trouver.......
ropib
- 25/09/2012 - 10:06
@carredas
La droite dite "décomplexée" n'a aucune approche nouvelle de la politique, n'est pas un mouvement d'idées particulier. Il s'agit en réalité de personnes se retrouvant sur une nouvelle stratégie de comm', des spin-doctors à la française version virile. Je ne dis pas qu'ils sont incapables de raison, simplement ils érigent son ablation du discours comme premier principe, tout en prenant le ton de fermeté, de l'évidence. L'argumentation se résume souvent à des motions de principes (peut-être très bons, là n'est pas la question, encore une fois ils ne brillent pas par leurs idées novatrices et c'est justement le principe), une morale abstraite, le recours au bon sens et en dernier recours le secours de la liberté d'opinion.
Louvrier ou Lefebvre sont dans un tout autre registre par exemple, ils seraient plus dans la lol-politique (ce n'est nullement péjoratif en soi, il s'agit bel et bien d'une stratégie de comm' qui obtient des résultats).