En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Le doigt sur la détente

Qui est Martine Aubry ? Mais c’est Ma Dalton !

Publié le 23 septembre 2012
L’ancienne Première secrétaire du PS se retient encore (et à peine). Mais elle va flinguer. Ambiance assurée.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ancienne Première secrétaire du PS se retient encore (et à peine). Mais elle va flinguer. Ambiance assurée.

Martine Aubry est sans doute la femme la plus détestée de France. Pour la droite, qui le crie, elle est « la dame des 35 h », l’incarnation détestée d’une gauche sectaire et psychorigide. Pour la gauche, qui le chuchote, elle est la tricheuse du Congrès de Reims, une mère fouettarde. Demandez, si vous en avez l’occasion, à Ségolène Royal, Laurent Fabius, Arnaud Montebourg et quelques autres ce qu’ils pensent d’elle…

Martine Aubry a du caractère. Et même un sale caractère. Elle peut être dure, cassante et autoritaire. Mais elle va toujours jusqu’au bout de ses convictions ou (et) de ses ambitions. Tous ceux qui la connaissent au PS ont donc lu avec inquiétude les confidences qu’elle a distillées ces derniers jours dans Paris Match. Jean-Marc Ayrault, qui n’est pas complètement stupide, a dû y voir une déclaration de guerre. Une première banderille qui prépare une éventuelle mise à mort.

C’est ainsi que Martine Aubry n’exclut pas un jour de devenir Premier ministre ! Si elle avait un peu d’amitié et de considération pour l’actuel locataire de Matignon, elle aurait dit : « La question ne se pose pas : Jean-Marc est un excellent Premier ministre ». Elle ne l’a pas dit. S’agissant de François Hollande, elle ne dit aucun mal (elle en a dit beaucoup pendant les primaires socialistes, « le mou », c’est elle…)

Mais sa phrase, « il ne peut travailler qu’avec ses proches » signifie clairement qu’elle ne se considère pas comme en faisant partie.

Enlevé le coton diplomatique qui ouate ses propos, difficile de ne pas y déceler un solide ressentiment et un non moins solide appétit de vengeance. Elle a bossé comme une malade à la tête du PS... elle a soutenu sans faille, une fois acquis son échec lors des primaires, « le mou »… elle a essuyé les plâtres, les insultes et les quolibets… et tout cela pour que ce bon M. Ayrault soit choisi à sa place. Non, jamais elle n’oubliera. Martine  Aubry a, on l’a dit, un sale caractère. Pour le moment, comme dans les westerns, elle ne tire pas sur le pianiste (Hollande) qui, tous les amateurs de films le savent, fait ce qu’il peut. Mais si le pianiste continue à se tromper de touches et à jouer faux, elle saura ce qu’elle doit et veut faire.

Puisque nous nous sommes aventurés dans les plaines du Far West, on peut, sans exagération, considérer que la maire de Lille, c’est Ma Dalton. Ses fils sont peut-être des crétins et des incapables. Mais elle, rageuse, décidée et colérique a, quand il le faut, toujours le doigt sur la détente. Bien sûr que ça va saigner. Dès que Martine Aubry aura perdu ses douze kilos (elle a, de son propre aveu, grossi) et remplacé cette mauvaise graisse par du muscle. Pour se faire, elle mangera évidemment des épinards comme Popeye. Et on peut parier, sans grands risques de se tromper, que ce n’est pas avec un colt qu’elle tirera mais avec un bazooka. Il est patent que Hollande et Ayrault, contrairement à Lucky Luke, ne tirent pas plus vite que leur ombre. Par ailleurs, ils manient de préférence le pistolet à eau. Face à Ma Dalton, ils ne feront pas longtemps le poids.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Benoit 2011
- 24/09/2012 - 15:59
A Hdt
Je n''ai pas pour habitude de répondre aux insultes concernant mes textes.Il faut bien que les frustrés se défoulent sinon ils deviendraient dangereux pour leur entourage..Mais il y a des malhonnetés que je ne peux laisser passer .. Dans Paris-Match Martine Aubry dit (avec le sourire ) ceci : "quand on stresse soit on prend des médicaments,soit on compense.Eh bien moi j'a idécidé de manger et j'ai pris 12 kilos"
.Et elle poursuit ,toujours avec le sourire : " mais vous verrez dans quelques mois "! Vous avez quelque chose à ajouter ?
HdT
- 24/09/2012 - 07:09
@ Le Gône (23/09/12 19h31)
"comme disiat mon pote niko..."casse toi pôv con" tes commentaire donnent la gerbe!!"
----------
Ce qui donne la "gerbe" ce sont vos références à sens unique, le "cass'toi..." n'était pas du meilleur goût, mais s'appeler Raisky et se prétendre représentant de la politique sociale en insultant les gens sur des critères physiques, c'est tout à fait le reflet de cette caste incapable de s'exprimer autrement que par l'injure.
Je réitère donc: comment se comporterait-il face au handicap d'un ou d'une politicienne qui ne serait pas de son bord? La descritpion par l'injure également? Par ailleurs, l'article est extrêmement médiocre comme nombre d'articles de l'auteur. Je n'aime pas du tout Martine Aubry, je ne suis pas socialiste, je ne suis pas de gauche, mais je demeure convaincu que les choses peuvent être dites autrement. Nous ne sommes pas en présence d'une criminelle pour qui ce personnage aurait sans doute de l'affection si je m'en réfère à certains de ces articles lus au cours des mois précédents.
le Gône
- 23/09/2012 - 19:33
que dire de cette "bonne femme"'
Une branque parmis les branques..."what else" ?..ah si encore plus branque car faignasse..