En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
La fête de l’Humanité a-t-elle encore un sens politique ?
C'est la lutte finale !
Fête de l'Humanité : comment peut-on encore être communiste aujourd'hui ?
Publié le 15 septembre 2012
La 77e Fête de l'Humanité a débuté vendredi à la Courneuve (93). L'événement musical et culturel attire de nombreux visiteurs venus écouter les rockeurs anglais Peter Doherty et Patti Smith... mais aussi des débats idéologiques et politiques.
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche.Patrick Apel-Muller est directeur de la rédaction de L'Humanité.Olivier Dartigolles est porte-parole du PCF et éLu de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque,Patrick Apel-Muller et Olivier Dartigolles
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche.Patrick Apel-Muller est directeur de la rédaction de L'Humanité.Olivier Dartigolles est porte-parole du PCF et éLu de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La 77e Fête de l'Humanité a débuté vendredi à la Courneuve (93). L'événement musical et culturel attire de nombreux visiteurs venus écouter les rockeurs anglais Peter Doherty et Patti Smith... mais aussi des débats idéologiques et politiques.

Atlantico : La Fête de l’Humanité a débuté ce vendredi, pour trois jours. Cette manifestation existe depuis 1930. Mais désormais, les participants semblent plus motivés par les concerts, avec cette année la présence de New Order et Patti Smith, que par les débats idéologiques. La fête de l’Humanité a-t-elle encore un sens politique ?

Sylvain Boulouque : La Fête de l’Humanité a toujours comporté deux tableaux. Le bal et fête populaire d’un côté avec une programmation musicale plus ou moins riche, et ce depuis sa création ; et de l’autre côté, un contenu politique, puisque c’est sa vocation. Elle garde un sens politique, même si la fête a tendance à faire disparaître au moins pour certains spectateurs, le côté politique. Ainsi, pour ne retenir que cet exemple, lorsque Johnny Hallyday est venu chanter à la fête de l’humanité, je ne pense pas que l’ensemble du public se soit passionné pour les discours de Waldeck Rochet en 1966 ou de Georges Marchais en 1985… En revanche, la Fête de l’Humanité reste pour nombre de militants leur fête et souvent le dernier lieu de rassemblement de la famille communiste, même si la famille a été élargie. Il y a à côté de la grande scène toutes les manifestations, les lieux de débats, le village du livre. Ainsi, pour nombre d’éditeurs, la Fête de l’Humanité est le lieu où ils trouvent un public. On peut voir en ce début septembre une multitude de livres qui sont publiés à l’occasion de la fête.

Patrick Apel-Muller : La fête de l'Humanité a toujours été l'alliance d'une envie de culture et d'une aspiration à débattre d'une autre manière de vivre et d'un changement de société. Tout autant qu'avant, à la fête de l'Humanité, les stands qui organisent des débats sont combles du début à la fin du festival, avec des fosses qui représentent de 600 à 1200 personnes pour certains débats.

 

La dimension politique est tout à fait présente, avec un meeting qui réunit des dizaines de milliers de personnes sur la grande scène le dimanche. C'est un endroit qui ambitionne finalement de satisfaire à beaucoup des aspirations de l'humanité : la culture, le plaisir, la gastronomie, l'échange, la solidarité avec les peuples du monde... C'est ce mariage entre culture et politique qui fait le cocktail inégalé en France de la fête de l'Huma. C'est aujourd'hui le seul endroit où des centaines de milliers de personnes peuvent à la fois faire de la politique et apprécier les spectacles.

 

Olivier Dartigolles : Est-ce que les gens viennent pour écouter des concerts ? Oui, c'est un lieu festif. Mais beaucoup viennent aussi avec un appétit de débats et de politique. C'est une fête à la fois populaire et politique.Vous ne verrez nulle part ailleurs dans notre pays une telle effervescence de débats. Quand vous déambulez dans les allées de la fête, vous trouvez des espaces de débats qui n'arrivent pas à contenir l'affluence qui s'y presse : pour écouter, mais aussi pour participer.

La Fête de l'Huma sonne depuis de très nombreuses années la rentrée pour la gauche politique et sociale. Cette année, je suis sûr que deux questions politiques très fortes vont la dynamiser. D'abord, l'opposition à l'austérité et au traité budgétaire européen que le gouvernement veut ratifier en catimini. Deuxièmement, la bataille pour l'emploi devrait également mobiliser les militants.

Nous sommes quatre mois après la défaite de Nicolas Sarkozy et les gens qui ont voté pour le changement se rendent compte que l'orientation prise par François Hollande est une orientation de très grande austérité qui tourne le dos à la promesse qui avait été faite de renégocier le traité européen. Il y a beaucoup de forces politiques, syndicales, ou associatives, qui refusent de renoncer au changement et qui veulent faire la démonstration qu’une autre politique est possible dans notre pays.

Pour la première fois, le PCF a soutenu un candidat non communiste, Jean-Luc Mélenchon, à l’élection présidentielle. En 2007, Marie-George Buffet avait fait un score inférieur à 2%. La question de l’existence même du parti semble désormais se poser. A l’heure où la classe ouvrière tend à disparaître, peut-on encore être communiste ?

Sylvain Boulouque : C’est en fait la deuxième fois : en 1965 le PCF avait soutenu la candidature de François Mitterrand. Le contexte n’est bien évidemment pas le même. On ne peut pas encore dire que le PCF soit tout à fait mort. Il vieillit et s’essouffle ; son électorat s’étiole. L’appareil municipal devient une peau de chagrin, le groupe parlementaire est une peau de chagrin comparée à la force de ce qu’il a pu représenter. Mais ce parti vit encore sur la force d’un appareil grâce auquel il s’est développé pendant ces trente premières années. C’est même cet appareil ressourcé qui a permis à la campagne du Front de gauche d’être une réussite. De plus, le PCF possède encore de solides attaches dans les services publics. Ainsi, cette Fête de l’Humanité est coproduite par les radios de Radio France et les missions de services publics (EDF, GDF, France télécom, …) conservent plusieurs stands.

Enfin, c’est plus une dilution de la classe ouvrière organisée comme au XXe siècle. Si les communistes se sont réclamés de la classe ouvrière en voulant devenir le parti dominant la représentation de celle-ci, ils ne l’ont jamais été. En effet, une bonne partie du monde ouvrier a toujours voté à droite et dans le vote de gauche chez les ouvriers, la sociale démocratie a souvent été plus importante que le PCF. 

Si un lien existe entre communisme et monde ouvrier, le militantisme communisme se transforme. Chez les communistes aujourd’hui, le monde ouvrier tient du mythe. Par exemple, si l’on prend la dernière université d’été du PCF, la majeure partie des cours ont été dispensés par des universitaires. La chose aurait été impossible au XXe siècle, le parti voulant pour commencer renvoyer une image de parti ouvrier, les cours étaient réalisés par d’anciens ouvriers devenus permanents du Parti. Chez les militants communistes cohabitent aujourd’hui plusieurs générations, mais dans les nouvelles générations, on compte plus d’universitaires que d’ouvriers. Ceci explique aussi la véritable inflation livresque pour la fête de l’humanité.

Patrick Apel-Muller : Il faut se méfier des idées reçues. Quand 26% de la population, selon l'Insee, est ouvrière, on ne peut pas dire qu'elle a disparu. Il faut se méfier des enterrements précipités. Je pense qu'une société moderne, dynamique et développé ne peut pas se passer de la production, et donc d'une classe ouvrière.

 

La deuxième chose, c'est que le PCF, dans son histoire, a eu besoin de se renouveler. Il a porté l'héritage lourd de ce qu'a été le « socialisme réel » dans les pays de l'Est. Il s'en est dégagé et a su élaborer une projet de société qui réponde à des aspirations beaucoup plus large : la volonté de rompre avec une société de lutte, de tous contre tous, que symbolise le capitalisme, pour voir l'intérêt général. Cette revendication, qui est un long parcours historique, trouve aujourd'hui des expressions nouvelles, à la fois dans le PCF, mais aussi dans toute une série d'associations, de mouvements, qui trouvent le besoin de faire prévaloir l'humain d'abord.

 

La fête de l'Humanité, qui réuni des communistes, des non-communistes, des gens de la gauche socialiste ou radical, réuni l'ensemble de ces aspirations qui caractérisent aujourd'hui la situation en France et d'en d'autre pays d'Europe : la Grèce, l'Espagne, les Pays-Bas... Il y a des courants très forts qui pensent nécessaire de rompre avec le capitalisme, qui s'avère dévastateur pour les conditions de vie des gens et l'avenir de la planète.


Olivier Dartigolles : Les salariés d'Aulnay-sous-Bois ne sont pas morts-vivants ! La classe ouvrière existe, même si le rapport entre les forces du travail et les forces du capital est d'une brutalité inouï. Même des milliardaires comme Warren Buffett reconnaissent que jamais la lutte des classes n'a été aussi âpre.

Concernant le Parti communiste français, les dernières années n'ont pas été un long fleuve tranquille. Mais nous sommes en train de reconstruire une modernité du combat communiste à travers le choix stratégique du rassemblement avec le Front de gauche. Ce choix nous a profondément transformé. A l'échelle nationale, nous avons un véritable mouvement d'adhésion au niveau des jeunes. Une énergie positive se dégage de nos rangs : on pourrait presque parler de renaissance. Durant l'élection présidentielle, quelque chose s'est passé. Mais Il faut maintenant transformer l'essai. La vie politique française est faite de phases de recomposition. Le PCF peut redevenir une force d'avenir.

Le communisme français du XXe siècle n’est pas le même que celui du début du XXIe siècle. Comment a-t-il évolué et pourquoi ?

Sylvain Boulouque : La première chose est la disparition de l’URSS, dès lors le communisme réel n’existe plus. Le soutien soviétique a disparu. Le mot communiste est renvoyé au registre de l’Utopie et permet aux communistes de s’exempter d’un bilan réel sur le mot de communisme. Au point qu’aujourd’hui, les communistes se présentent comme des victimes du PCF. Pierre Laurent, dans son dernier ouvrage, présente l’idée communiste comme l’une des victimes du stalinisme, faisant à peu de frais le bilan du communisme et dédouanant l’expression de sa réalité. Je cite : « les drames du XXe siècle ont durablement affecté le projet communiste. Le stalinisme et ses millions de victimes, parmi lesquelles de très nombreux communistes et l’échec profond du modèle soviétique ont grevé la crédibilité du communisme. Après la chute du mur de Berlin de 1989, le communisme s’est trouvé lourdement discrédité, sa finalité questionnée. Il a fallu tout repenser, tout réévaluer. Les communistes français avaient déjà entamé ce travail, avec beaucoup de zigzags. Cette fois, la refondation communiste était existentielle. » (Maintenant Prenez le pouvoir, éditions de l’Atelier, 2012).

Par ce jeux sur les mots, les militants communistes s’exonèrent de tout bilan réel.  Le militantisme communiste, comme le militantisme trotskiste aujourd’hui n’a pas fondamentalement changé : le militantisme syndical, associatif et parfois des campagnes électorales. Le changement s’exprime surtout par la disparition de l’URSS. Depuis la fin de ce lien, le PCF en tant que tel décline. Mais contrairement à une idée reçue, la gauche radicale ne progresse pas, même unifié le score du FdG aux élections présidentielles et des deux partis trotskistes est inférieur ou égal à ceux de 1995 et 2002. Il est à peine supérieur à celui de 2007.

Patrick Apel-Muller : Des expériences ont compté. D'autres ont également échoué. Les tentatives de transformation de la société sans faire de la liberté et la démocratie l'aiguille de la boussole se sont avérées impossibles. Le mouvement progressiste français, qui date d'avant la Révolution française, qui a pris des formes diverses et a trouvé une expression dans le socialisme du 20e siècle et dans le communisme à partir des années 20, à senti le besoin de se transformer en intégrant la dimension de la liberté et de la démocratie, qu'il n'avait pas poussé jusqu'au bout. C'est une des nouveautés de la période actuelle. C'est cela qui rend le mouvement communiste et le mouvement progressiste en France armés pour affronter le 21e siècle.

Olivier Dartigolles : Pour moi, le communisme est en mouvement permanent. La nouvelle génération qui vient au Parti communiste se réapproprie le mouvement en y mettant ce qu'il souhaite pour la transformation sociale et l'émancipation humaine. Le principal défi de la prochaine période pour nous est de parvenir à faire la démonstration de l'actualité du combat communiste.

La gauche radicale a fait une percée ces dernières années dans plusieurs pays d’Europe, particulièrement en Grèce. La crise que traversent actuellement les partis européens peut-elle redonner un second souffle aux idées communistes ?

Sylvain Boulouque : Difficile de prédire l’avenir. Les expériences historiques montrent que le communisme en général a prospéré pendant deux périodes très particulières. Les périodes de guerre, c’est à la fin de la première guerre mondiale que naît le communisme réel et c’est juste au sortir de la deuxième guerre mondiale qu’il atteint son apogée. La deuxième période est celle des périodes de croissance économique : reprise à partir de 1934, Trente glorieuses. En revanche, c’est surtout l’extrême droite qui se développe dans ces périodes de crises économiques durables.

Patrick Apel-Muller : La dégradation des situations ne donne jamais un nouveau souffle pour des aspirations transformatrices. C'est plutôt les impasses dans lesquelles se sont enfermés le système capitaliste et l'Union européenne, qui est vouée aujourd’hui dans ses instances dirigeantes à mettre en place un libéralisme total, qui obligent à penser une véritable transformation de la société.

 

Aujourd'hui, si on veut sauver l'idée européenne, si on veut que la souveraineté européenne soit respectée en Europe, si on veut que l'Europe se dirige vers un mieux-être, il est nécessaire d'envisager une transformation fondamentale de la société.


Olivier Dartigolles : Il y a encore trente ans, il y avait deux rouleaux compresseurs idéologiques : la fin de l'Histoire et le choc des civilisations. Trente ans après, le capitalisme est dans une situation de très grande crise : financière, démocratique, environnementale... Des contradictions puissantes montent entre les exigences des marchés financiers et les aspirations des peuples. Il y a une vingtaine d'année, on nous regardait comme une bougie vacillante prête à s'éteindre. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Nous sommes en période de reconquête idéologique.

L’année dernière, Jean-Luc Mélenchon était le premier leader non communiste à prononcer le discours de clôture de la Fête de l’Humanité.  Cela avait été mal  vécu par certains militants qui avaient peur de voir l’identité du parti diluée dans le Front de gauche. A terme, le Front de gauche peut-il  « digérer » le Parti Communiste ? L’électorat de Jean-Luc Mélenchon et celui du PCF est-il le même ?

Sylvain Boulouque : Cette période de doute d’une partie des militants communistes est passée. Mélenchon les a séduit et conquis. De plus, la majeure partie du discours de Mélenchon est totalement analogue à celui du Parti communiste. Les querelles identitaires et politiques s’amenuisent car le Front de gauche reprend une grande partie de l’héritage communiste, culturel, symbolique et politique.

Ainsi, l’éditeur Bruno Leprince publie un album du photographe Stéphane Burlot intitulé résistance sur la campagne électorale du Front de Gauche. Le livre, intéressant à plus d’un titre, montre la mise en scène des réunions publiques qui reprend une grande partie de l’imaginaire communiste. Les spectateurs et les participants du Front de Gauche, quant à eux, utilisent nombre des oripeaux du communisme : tee shirt à faucille et marteau ou de Che Guevara, drapeau rouge et bleu blanc rouge comme au temps du national thorézisme.

Le philosophe militant du parti de Gauche, Henri Pena-Ruiz explique dans son dernier livre, Marx quand même, que : « Marx était un critique de Staline » Marx n’ayant aucune filiation avec Staline. Enfin Eric Coquerel autre dirigeant du Parti de Gauche passé par le trotskisme montre à quel point les querelles historiques se sont apaisés entre les différentes chapelles du communisme (des anciens maoïstes pro albanais peuvent cohabiter avec des staliniens orthodoxes et des trotskistes) et accepter de chanter la Marseillaise après l’Internationale (Au cœur du Front de gauche, éditions Arcanes 17 ).

Enfin, l’électorat de Jean-Luc Mélenchon additionne plusieurs électorats : les votes Besancenot de 2002 et 2007, ceux de Lutte ouvrière de 1995 et 2002 et ceux du PCF. Il récupére enfin une parti de l’électorat radical des Verts issus des milieux urbains. Il convient donc de parler d’un électorat de la gauche radicale. Le FDG donne l’image d’un parti en train de se recomposer même si des querelles de personnes et des dissensions peuvent faire éclater ce bel équilibre.

Patrick Apel-Muller : La campagne de Jean-Luc Mélenchon a élargi la base électorale du PCF. Les réactions hostiles étaient extrêmement minoritaires à la Fête de l'Huma. Il y a au contraire dans le pays un espace pour réunir les volontés de transformation au-delà des rangs communistes, mais avec des communistes comme une des forces militantes les plus dynamique. Ils ont été la force motrice de la campagne, et désormais, je crois que  le Front de gauche est devenu fort dans le pays et présente une alternative réelle pour les citoyens qui veulent changer quelque chose dans la société. Mais cela ne fait pas disparaître le PCF, qui reste une des forces motrices de ce rassemblement.

Olivier Dartigolles : Jean-Luc Mélenchon a été un magnifique candidat avec des qualités de tribunitien exceptionnelles. Mais sur le terrain, les forces militantes étaient majoritairement communistes.

Notre électorat s'est rassemblé sur notre grande proposition "l'humain d'abord". Le Front de gauche est une construction collective, unitaire. Jean-Luc Mélenchon  a un rôle particulier à y jouer, mais il dit lui-même que nous avons besoin de collectif. Nous dénonçons la personnalisation à outrance des institutions. Nous voulons une VIiéme République avec la fin du présidentialisme. 

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
03.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
06.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
07.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (37)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 17/09/2012 - 00:59
A tous ceux qui s'étonnent
que le communisme existe encore et redémarre: le capitalisme, le libéralisme et le financiarisme ont clairement montré qu'ils n'ont aucune intention d'améliorer la vie des gens, bien au contraire; le socialisme? regardez le P.S, il a rejoint les trois premiers. Que reste-t-il sinon le communisme pour garder espoir de vivre fièrement et honnêtement, fier de son travail et sans voler les autres? Car le communisme, le vrai, n'est ni stalinisme, ni maoisme, ni castrisme...il est partage pour que tous vivent correctement.
DEL
- 17/09/2012 - 00:53
A tous ceux qui s'étonnent
que le communisme existe encore et redémarre: le capitalisme, le libéralisme et le financiarisme ont clairement montré qu'ils n'ont aucune intention d'améliorer la vie des gens, bien au contraire; le socialisme? regardez le P.S, il a rejoint les trois premiers. Que reste-t-il sinon le communisme pour garder espoir de vivre fièrement et honnêtement, fier de son travail et sans voler les autres? Car le communisme, le vrai, n'est ni stalinisme, ni maoisme, ni castrisme...il est partage pour que tous vivent correctement.
prochain
- 16/09/2012 - 22:01
Marx n'est pas mort...
Il était dans les centaines des goulags, à l'origine des expropriations, la famine en Ukraine, Cambodge, à Budapeste en 1956, à Prague en 68, il est bien vivant en Corée du Nord.