En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

De la difficulté à juger les politiques

02.

Le filet de sécurité lâche l'homme-canon se tue

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 22 min 51 sec
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 1 heure 17 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 55 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 2 heures 14 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 12 heures 24 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 16 heures 26 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 41 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 38 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 22 heures 3 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 31 min 47 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 57 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 12 heures 12 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 13 heures 11 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 19 heures 19 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 22 heures 15 min
© Reuters
Un campement de quelque 200 Roms, dont une soixantaine d'enfants, a été démantelé par les forces de l'ordre ce jeudi à Hellemmes, près de Lille.
© Reuters
Un campement de quelque 200 Roms, dont une soixantaine d'enfants, a été démantelé par les forces de l'ordre ce jeudi à Hellemmes, près de Lille.
Boomerang

Démantèlement des camps de Roms&nbsp: Manuel Valls pris au piège du double-discours de la gauche

Publié le 10 août 2012
Un campement de 200 Roms a été démantelé ce jeudi près de Lille. La gauche, qui avait critiqué les méthodes de Claude Guéant, aurait-elle perdu sa verve face aux réalités de la gestion d'un pays ?
Bruno Beschizza
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Beschizza est conseiller régional d'Île-de-France, élu en mars 2010 en Seine-Saint-Denis et Secrétaire National de l'UMP à l'emploi des forces de sécurité.Avant 2010, il était commandant fonctionnel de Police, secrétaire général du syndicat...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un campement de 200 Roms a été démantelé ce jeudi près de Lille. La gauche, qui avait critiqué les méthodes de Claude Guéant, aurait-elle perdu sa verve face aux réalités de la gestion d'un pays ?

A lire aussi sur ce sujet : Évacuation des Roms : les associations s'indignent, la droite parle de "lucidité tardive", la gauche se divise

Atlantico : Un campement de quelque 200 Roms, dont une soixantaine d'enfants, a été démantelé par les forces de l'ordre ce jeudi à Hellemmes, près de Lille. La gauche, qui avait vertement critiqué le gouvernement précédent – notamment suite au discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy – semble user des mêmes méthodes. Est-elle face à ses contradictions sur ce dossier ?

Bruno Beschizza  : Effectivement, les démantèlements à Lille, Lyon, en Seine-Saint-Denis la semaine dernière, révèlent aujourd’hui la grande hypocrisie sur le sujet, des socialistes en général et de leurs élus en particulier.

Il y a deux ans, après le discours de Grenoble, tout le monde s'est ému, sans voir précisément qu'était ciblé un problème de santé et de salubrité publique. Or, dans le quotidien – et je vous parle en tant qu'élu de Seine-Saint-Denis – les grands élus continuaient à faire appel à la justice. Car quand les forces de l'ordre interviennent, c'est toujours suite à une décision de justice... qui fait forcément suite à une procédure entamée par quelqu'un. Et bien souvent, comme en Seine-Saint-Denis, ce sont des municipalités de gauche qui les entament.

Depuis deux ans, il y a eu un double discours de la gauche, qui a utilisé le dossier Roms pour enfermer Claude Guéant – et donc Nicolas Sarkozy – dans une petite boîte estampillée « racisme ». Dans la pratique, les élus de gauche continueraient à demander concrètement des évacuations de camps de Roms, car dans beaucoup de villes ils posaient un problème – j'insiste sur ces deux termes – de santé et de salubrité publique. Malheureusement, le discours de Grenoble a tellement été déformé que le message fondamental avait été rendu inaudible.

Aujourd'hui, la gauche est au pouvoir – Manuel Valls ou pas Manuel Valls d'ailleurs – et est responsable. Elle est responsable, car si une décision de justice n'est pas appliquée et que demain il y a un mort dans un campement déclaré insalubre ou non conforme aux normes de sécurité, qui sera responsable ? Celui qui n'a pas fait appliquer la décision de justice : l'Etat. De même, si un voisin est atteint d'une maladie particulière.

Manuel Valls n'a pas le choix aujourd’hui. Je ne vais donc pas le défendre, comme Eric Ciotti, ni le critiquer : il ne fait que son boulot de ministre de l'Interieur, qui est d'appliquer la loi, la loi que dit la justice quand elle déclare qu'il faut évacuer tel ou tel camp.

Aujourd'hui pour la gauche, c'est l'heure de vérité, comme sur beaucoup d'autres sujets, sur son double discours permanent ces deux dernières années, sur cette campagne présidentielle qui a été basée sur l'imposture de ne pas dire les choses « au peuple de gauche ». Ce peuple de gauche a voté en pensant que le grand soir allait arriver, mais aujourd'hui au pouvoir, la gauche applique la loi française.

Si les méthodes ne changent pas par rapport à la législature précédente, les mots ne sont pas les mêmes. Manuel Valls parle, sur les camps de Roms, de « défi du vivre-ensemble ». Cela recouvre-t-il une réalité objective ?

Les textes sont simples : si un logement est non conforme aux règles, il faut l'évacuer. Aujourd'hui, comme dans le domaine des stupéfiants, avec les sorties de Cécile Duflot ou François Rebsamen, comme sur le domaine de l'immigration, Valls se prend régulièrement les pieds dans le tapis, car il doit faire appliquer les lois, être le garant du bon ordre public. Mais il doit faire cela suite à une campagne présidentielle où la gauche a prétendu le contraire.

Donc, lorsqu'il utilise d'autres mots que ceux qui sont ceux de la loi – tranquillité publique, santé, ordre public, salubrité – c'est simplement pour gauchiser des décisions qu'il ne peut pas ne pas prendre.

François Hollande avait déclaré le 27 mars, pendant la campagne présidentielle : « je souhaite que, lorsqu’un campement insalubre est démantelé, des solutions alternatives soient proposées. » Cette promesse n'est pas tenue, selon les associations...

La droite n'a jamais menti là-dessus. Aujourd'hui, qu'est-ce qui se passe ? Là où il y a des campements, des problèmes d'ordre public naissent. Quand Manuel Valls parle du vivre-ensemble, il veut dire que le voisinage, dans les quartiers défavorisés, ne veut pas de ces campements. Ils n'acceptent pas d'avoir des taudis ou des bidonvilles à ciel ouvert. Il faut dire les choses comme elles sont : le mot campement ne veut rien dire. Les habitants des quartiers défavorisés n'ont pas forcément envie que ces bidonvilles soient chez eux.

A l'époque de la droite, d'une manière assez cynique, on ne basait pas tout sur le relogement, parce qu'il y avait aussi le problème de Schengen et des problèmes à régler avec deux Etats : la Bulgarie et la Roumanie. En outre, je ne suis pas sûr que la plupart de ces Roms veulent réellement avoir accès à un logement.

Aujourd’hui - les associations, grâce auxquelles la gauche avait fait de l'antisarkozysme primaire - vont se révéler très dures vis-à-vis d'une gauche qui n'en fera pas plus que la droite, par réalisme et par simple application de la loi.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ANKOU
- 12/08/2012 - 07:51
Les faux derches sont légion !
@ Gilles :
Eh oui, les faux derches qui nous versent des larmes de crocodile sont légion !
C'est tout à fait dans le genre : faites ce que je dis pas ce que je fais !
Tous ceux qui versent des larmes avec des sanglots dans la voie devraient prendre en charge une famille, toute la famille enfants et grands-parents compris soit environ 15 à 20 personnes, chez eux ;
comme ça, plus de problème d’accueil.
N'oublions pas que même les habitants d'ou vienne ses gens n'en veulent pas, des murs sont construits pour séparer les populations, des ghettos en quelque sorte !
Qu'ont-ils fait de l'argent que la communauté Européenne leurs a donné pour intégrer ses populations ?!
kettle
- 11/08/2012 - 03:41
Temporaire
D'ici une semaine, à Villeneuve d'Ascq prés de Lille là d'ou les Roms ont été expulsé (dans une autre ville), aura lieu l'inauguration du grand Stade, le "bébé" de Martine Aubry qui a englouti des millions. Il fallait faire place nette pour l'occasion. Que les bonnes âme se rassurent, ils reviendront aprés l'evenement.



CN13
- 11/08/2012 - 00:41
à langue de pivert :
vous êtes dur envers vous-même. je dirais "langue prévoyante de vérité".
Vous avez raison. "La déception, c'est maintenant".
Mais il est trop tard. Il est élu. Il passe des vacances pépères avec Mémé. Le reste n'a pas d'importance, la preuve !
Il se dit en regardant les caméras de télé : Moi président, j'y suis, j'y reste...".