En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

07.

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 9 heures 44 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 12 heures 52 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 15 heures 2 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 17 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 17 heures 26 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 12 heures 48 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 12 heures 57 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 14 heures 12 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 16 heures 6 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 17 heures 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 jour 1 heure
Guerre des chefs

Présidence de l’UMP : interview avec Philippe Herlin, le candidat surprise qui se rêve en Ronald Reagan français

Publié le 22 juillet 2012
La course à la présidence de l'UMP est lancée. François Fillon et Nathalie Kosciusko-Morizet sont officiellement déclarés et Jean-François Copé se prépare. Il faudra également compter avec un invité surprise : l'économiste Philippe Herlin, militant de base et auteur de plusieurs ouvrages sur la crise financière, se présente pour dénoncer la culture étatiste qui règne à l'UMP.
Philippe Herlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La course à la présidence de l'UMP est lancée. François Fillon et Nathalie Kosciusko-Morizet sont officiellement déclarés et Jean-François Copé se prépare. Il faudra également compter avec un invité surprise : l'économiste Philippe Herlin, militant de base et auteur de plusieurs ouvrages sur la crise financière, se présente pour dénoncer la culture étatiste qui règne à l'UMP.

Atlantico : Vous êtes l’invité surprise de la course à la présidence de l’UMP. Pourquoi vous présentez-vous à la tête du parti ?

Philippe Herlin : Pour défendre des idées vraiment libérales qui ne sont plus défendues aujourd'hui à l'UMP. Une grande partie des problèmes de la France vient du fait que l'Etat gère trop de choses et étouffe notre économie. Par ailleurs, je suis plus conservateur sur les questions de société que les autres candidats de l'UMP.

Par exemple, je suis absolument opposé à la loi SRU qui oblige les communes à construire 20% de logements sociaux. Pour moi, il s'agit d'une nationalisation progressive du marché du logement. Ce n'est pas une solution : cela ne fait que provoquer de la pénurie. Si on manque de logements en France, ce n'est pas parce qu'on ne construit pas assez de logements sociaux : le principal problème vient des charges qui pèsent sur les investisseurs privés et les propriétaires.

A l'époque où la gauche a fait voter cette mesure, la droite était contre. Pourtant, nous n'avons jamais osé revenir sur cette décision. La gauche, de son côté, ne se gêne pas, comme on peut le voir aujourd'hui avec la fin de la défiscalisation sur les heures supplémentaires ou la suppression de la TVA sociale. Il ne faut pas avoir peur d'affirmer nos valeurs.

Est-ce une candidature de témoignage ? N’y a-t-il pas déjà trop de candidats ?

Qui ne tente rien n'a rien. La barre des 8 000 parrainages nécessaires pour pouvoir se présenter sera très difficile à atteindre. D'autant plus qu'il faudra récupérer les signatures en plein été. Le délai est extrêmement court. Certains candidats bien plus médiatiques que moi, comme Xavier Bertrand et Nathalie Kosciusko-Morizet, pourraient aussi avoir des difficultés. Il y a une volonté de cadenasser le parti qui risque d'empêcher le débat d'avoir lieu. J'espère que la sensibilité "libéral conservatrice" sera représentée.

Quelles sont vos principales propositions ?

Mon positionnement idéologique, libéral conservateur, me différencie clairement des autres candidats.

Par ailleurs, pour moi, la questions des alliances avec le FN n'est pas taboue. Je suis opposé à tout accord de gouvernement, car nous avons des différences programmatique trop importantes, notamment sur le plan économique. En revanche, je suis très clairement favorable à des accords au niveau local. La direction nationale ne doit pas imposer sa loi aux élus locaux.

Au-delà des questions économiques, les valeurs de l'UMP sont-elles compatibles avec le Front national ?

Le FN est favorable au retour au Franc tandis que nous y sommes opposés. Au niveau local, les problèmes sont beaucoup plus concrets et il est possible de trouver de vrais points d'accord.

L'argument des valeurs morales est un argument qui pouvait être pertinent sous Jean-Marie Le Pen, mais pas sous Marine Le Pen. Si l'UMP continue de reprendre le discours de la gauche sur cette question, la droite est sûre d'aller tout droit à l'échec. Si nous sommes divisés sur ce sujet, le FN continuera de progresser et la gauche restera au pouvoir pendant les vingts prochaines années. La droite ne doit pas être coupée en deux. Les électeurs du FN doivent pouvoir se reporter sur les candidats de l'UMP au second tour.

Vous reprenez à votre compte le slogan de Ronald Reagan : « L’Etat n’est pas la solution, c’est le problème » et vous dénoncez la culture étatiste qui règne à l'UMP. Pourtant avec la crise, l'économie semble déjà prendre le pas sur le pouvoir politique...

Le terme "libéralisme" a été dévoyé. Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon accusent Nicolas Sarkozy d' "ultra-libéralisme". Si Nicolas Sarkozy était "ultra-libéral", ce serait formidable ! Mais ce n'est pas le cas. Il y a une culture française d'étatisme.

Tout le discours sur la crise financière qui consiste à accuser le libéralisme et la finance est une imposture. La crise s'explique par l'intervention de l’État, notamment l'intervention des banques centrales qui contrôlent les taux d'intérêt et font marcher la planche à billet. C'est aussi la volonté politique de favoriser la propriété privée qui a provoqué la bulle de crédit dans l'immobilier et la crise des subprimes. 

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ibiscus61
- 24/07/2012 - 14:52
Vous perdez votre temps M. Herlin !
Vouloir prendre la tête de l'UMP pour en faire un parti libéral c'est comme essayer de convertir la vieille classe politicienne française à l'intégrité intellectuelle, morale et financière... C'est parfaitement vain.

Un conseil : Fondez plutôt un nouveau parti avec des gens de bonne volonté qui aiment leur pays !
jean-paul
- 23/07/2012 - 21:15
@khemas
tu as tout à fait raison...c'est pourquoi je ne voterai pas pour m. Herlin...le PLD est le parti pour moi!
XwB
- 23/07/2012 - 09:11
C'est bien...
..enfin un candidat UMP qui affirme que l'UMP est devenu un parti de gauche socialo politiquement correct et Etatiste au possible.

En fait vous n'êtes pas de l'UMP, vous en avez la carte mais vous êtes un nouveau parti à vous tout seul.