En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 9 min 22 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 58 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 18 heures 49 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 21 heures 5 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 22 heures 7 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 23 heures 25 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 23 heures 39 min
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 26 min 16 sec
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 16 heures 43 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 18 heures 45 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 20 heures 33 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 21 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 23 heures 33 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 23 heures 41 min
Mission Impossible

Pour Paul Krugman, il n'y a plus que deux solutions "impossibles" pour sortir de la crise de l'euro et les deux dépendent de l'Allemagne

Publié le 16 juillet 2012
Le prix Nobel d'économie américain l'affirme, il faudra bien en passer par l'une ou par l'autre même s'il est difficile d'y croire.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prix Nobel d'économie américain l'affirme, il faudra bien en passer par l'une ou par l'autre même s'il est difficile d'y croire.

Tout le monde ne cesse de donner son avis sur la crise de l'euro, mais Paul Krugman n'est pas tout le monde. Le prix Nobel d'économie 2008 donne dans une interview les deux solutions qui pourraient permettre à l'Union européenne de sortir de la crise euro. Bonne nouvelle ? Pas vraiment, non. Car les deux solutions qu'ils apportent sont selon lui « impossibles » !

Il explique tout d'abord que "la solution ne peut pas simplement être de baisser les déficits" mais qu'"il faut restaurer la compétitivité". La solution qu'il propose est donc que la Banque centrale européenne achète de façon agressive la dette souveraine des pays périphériques et plafonne en même temps les coûts d'emprunts de l'Espagne et de l'Italie, tout en faisant bien savoir qu'ils vont promouvoir des "politiques monétaires expansionnistes" qui permettront d'augmenter l'inflation en Allemagne, et donc de restaurer la compétitivité entre l'Allemagne et les autres pays.

Il précise ainsi : "Au lieu d'un taux qui fixe l'inflation entre 0 et 2% en Europe, ils pourraient accepter 3 ce qui signifierait quelque chose comme 4 en Allemagne et 0 en Espagne, ce qui permettrait de combler l'énorme différence de compétitivité en un temps raisonnable. Ca pourrait fonctionner, mais ce serait bien évidemment très douloureux, il y aurait bien évidemment de années de fort chômage".

Douloureux, mais surtout impossible ! "La solution doit donc venir de Berlin et Francfort [où se trouve la BCE]", explique l'économiste, ajoutant que "Francfort s'occupera de la hausse, mais pour le faire, elle doit avoir la permission de Berlin". Or selon lui, l'Allemagne n'acceptera jamais une telle chose.

Et de passer à la deuxième solution, tout aussi improbable !

"Il y a une alternative. Actuellement, nous évitons un effondrement des banques car la BCE prête de l'argent via des prêts d'urgence mais ça ne peut pas se faire indéfiniment". La BCE pourrait donc arrêter de soutenir toutes les banques comme elle le fait actuellement, mais il y aurait alors de véritables paniques bancaires qui entraineraient même probablement une redénomination des devises, et la monnaie unique disparaîtrait. Ce serait un véritable "cataclysme", comme le confirme d'ailleurs l'ensemble des médias et des économistes, qui considèrent que le retour aux monnaies nationales serait un scénario catastrophe. Le professeur d'économie André Sapir va même jusqu'à déclarer que ce serait comme "l'explosion de la bombe atomique", et que " cela nous entraînerait dans une période d'immense incertitude financière, non seulement sur les banques mais également sur l'ensemble des contrats financiers".

Deux solutions plutôt extrêmes donc. Et pourtant, Paul Krugman confirme : "Vous vous dîtes que ça n'arrivera jamais, que c'est impossible. Mais une de ces deux choses doit arriver !" Il estime qu'il y a 50% de chances pour que l'une ou l'autre des deux solutions arrivent ! "Soit les Allemands acceptent quelque chose qu'ils considèrent inacceptable, ou ils acceptent la fin de l'euro, qu'il considère également inacceptable. Alors, lequel des deux scénarios ce sera ?" se demande l'économiste qui ajoute néanmoins qu'on pourrait être surpris. En effet, les Allemands "ne sont pas aussi rigides qu'on ne le pense. L'Américain déclare ainsi : "Je les ai entendu dire par exemple en privé que si l'euro s'effondre, nous devrons empêcher que le Mark ne s'apprécie à un tel point que ça tuera notre industrie, il devra quand même y avoir une intervention sur les devises de sorte qu'on devra acheter de toute façon pour des milliards d'euro d'obligations italiennes et espagnoles, alors faisons-le en gardant l'euro".

L'avis d'Alain Henriot, directeur délégué de l'institut Coe-rexecode :

Atlantico : Que penser de l'hypothèse de Paul Krugman, selon laquelle la sortie de crise pourrait passer par l'achat par la BCE de la la dette souveraine des pays périphériques ?

 

Alain Henriot : L'achat de titres publics pose plusieurs problème en zone euro. Par exemple, comment la BCE peut-elle choisir les pays à qui acheter ? Plutôt du titre espagnol, italien, portugais ? Cela serait déloyal vis-à-vis de pays qui ne seraient pas encore touchés par la hausse des taux. La situation est différente de celle des Etats-Unis ou du Royaume-Uni, où les banques centrales achètent des titres américains ou anglais. C'est pourquoi la BCE a une clause qui dit qu'elle ne doit pas acheter de titres directement à l'émission. C'est un premier obstacle juridique, qu'il faudrait lever.

 

Le deuxième point, c'est que quand on compare ce qui se passe en zone euro avec les pays anglo-saxons, il est clair qu'une partie de la crise de la zone euro tient au fait qu'il n'y a pas d'acheteur en dernier ressort du titre européen. Si vous êtes un investisseur aujourd'hui, vous regardez les risques que vous avez à acheter de la dette américaine ou anglaise. Les perspectives là-bas ne sont pas meilleures que chez nous, mais les taux sont plus bas. La différence, c'est que les deux banques centrales achètent directement des obligations d’État. Au Royaume-Uni, un quart de la dette est détenu par la banque d'Angleterre, et ce chiffre va augmenter car elle est en train d'élargir sa capacité d'achat. Il y a du pour et du contre dans ce système.

 

L'autre raison pour laquelle on a été réticent en zone euro à mettre en place ce système, c'est que si la banque centrale achète beaucoup de titres, dans un contexte normal, cela crée un fort risque d'inflation. Quand on voit le bilan de ces deux banques centrales et de la BCE, je trouve que cette dernière a été un peu plus intelligente : elle a donné beaucoup de liquidités (les 1000 milliards d'euros des deux LTRO) et ces liquidités peuvent être retirées assez rapidement du système économique. Actuellement, il y a beaucoup de liquidités en zone euro, mais elles ne sont pas transformées par les banques en crédit, ça ne provoque donc pas de risque d'inflation.

En achetant des titres, vous créez de la monnaie, alors que dans le système d'approvisionnement des banques européennes en liquidités, on donne des liquidités contre des titres qui sont mis en garantie à la zone euro. On les rend beaucoup plus liquide, mais on peut arrêter ce processus quand on veut.

 

Je suis assez en faveur que la BCE achète des titres, mais ça pose un problème juridique et ça crée un risque inflationniste plus important. Mais aujourd'hui, ce n'est pas le risque qu'on met en avant...

 

Quel pourrait être l'impact de la seconde hypothèse, de laisser couler les banques ?

 

On est actuellement dans une sorte de cercle vicieux entre l'activité, la crise de la dette publique et la crise de la dette bancaire. Le problème de la zone euro ne tient pas seulement à ses dettes : c'est aussi une crise bancaire. On a une activité très faible -probablement de nouveau en récession- ce qui crée moins de recettes fiscales, le déficit se réduit donc moins vite et les risques sur les souverains augmentent. Dans ce contexte, les banques sont prudentes. Elles vont donc décider, sous la contrainte, de renforcer leurs fonds propres et de réduire leurs actifs en prêtant de façon plus prudente. Dans certains cas, cela revient peser sur l'activité.

 

D'autre part, pour l'ensemble de la zone euro, le taux de défaut sur les prêts suite à une faiblesse de l'activité n'est pas très important, ce qui veut dire qu'il y a eu une bonne gestion du risque par les banques. Mais dans certains pays, comme l'Espagne, où on a une situation financière des entreprises qui se dégrade, on a une montée des défauts. Donc, si le système bancaire est bloqué, cela pèse sur l'activité et risque de nourrir la crise des dettes publiques, car il y aura moins de recettes fiscales, et dans les cas extrêmes, il faudra recapitaliser les banques avec de l'argent public.

 

Ca ne me paraît donc pas une idée très bonne de ne pas soutenir les banques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Didier Lejeune
- 17/07/2012 - 11:04
Nobel d'économie : hérésie
L'économie n'est pas une science exacte, et on a vu ce que ca donnait lorsque des anciens prix Nobel d'économie mettaient en application leur théories : Myron Scholes et Robert Merton... LTCM... ca ne vous rappelle rien?
JO94
- 16/07/2012 - 20:46
L'Allemagne a fait crédit à
L'Allemagne a fait crédit à tous les pays de la zone euro pour vendre ses voitures et ses centrales à crédit et a mis ses banques régionales dans la mouise!!!!! La France est plus prudente et il faut tout reprocher à l'Allemagne capitaliste qui est plus capitaliste qu'Adam SMITH avec ses jobs à un euro et sa soutraitance à un euro en pologne
ARES
- 16/07/2012 - 18:25
On reproche ...
tellement de chose à l Allemagne avec ce gouvernement que cela ne peut pas améliorer les échanges entre nos 2 pays qui grace à Hollande se réduisent au minima !!

En fait le PS fait pareil avec PSA ils sont entrain de leur reprocher de ne pas avoir fait ci ou ça !! c'est tellement facile !!

Mais ce cher PS oublie ce que EUX ils font depuis des lustres!! prendre de mauvaises décisions, faire de mauvais choix et ruiner le pays petit a petit !!

Quelle bande de B ... ce PS !!

Laissez l Allemagne tranquille car vous seriez étonné de voir qui veut aller bosser en Allemagne aujourd'hui !!
Ceux qui veulent "bosser en France" c'est pas pour les memes raisons !!

Pitoyable communiqué !! pas top Atlantico sur ce coup !!