En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 7 heures 40 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 9 heures 7 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 10 heures 7 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 11 heures 32 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 20 heures 4 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 21 heures 3 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 8 heures 34 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 9 heures 34 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 10 heures 50 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 12 heures 11 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 17 heures 24 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 17 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 18 heures 47 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 21 heures 37 min
© Reuters
La propagation du conflit syrien au Liban progresse.
© Reuters
La propagation du conflit syrien au Liban progresse.
Propagation

Contagion au Liban : une aubaine pour Bachar el-Assad et l’opposition syrienne ?

Publié le 23 juin 2012
La propagation du conflit syrien au Liban progresse. Les affrontements entre les partisans (alaouites) et les adversaires (sunnites) libanais du président syrien Bachar el-Assad persistent. En y regardant de plus près, cette diffusion du conflit contenterait pleinement le pouvoir et l'opposition syrienne.
Wassim Nasr est journaliste et veilleur analyste. Il est diplômé à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wassim Nasr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wassim Nasr est journaliste et veilleur analyste. Il est diplômé à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La propagation du conflit syrien au Liban progresse. Les affrontements entre les partisans (alaouites) et les adversaires (sunnites) libanais du président syrien Bachar el-Assad persistent. En y regardant de plus près, cette diffusion du conflit contenterait pleinement le pouvoir et l'opposition syrienne.

Une situation bloquée pour les deux camps

Même si Kofi Annan a annoncé depuis Damas que la durée de son plan « n’[était] pas illimitée » et même si la Ligue des pays arabes a demandé la mise en place d’un calendrier, le plan demeure effectivement sans aucune limitation dans le temps et ne contient aucune clause contraignante. Pour sa part, Bachar el-Assad, jadis convaincu de sa capacité à éliminer toute forme de résistance sous couvert du plan onusien, peine à s’imposer.

Mais si le régime demeure incapable d’éradiquer totalement la contestation, l’opposition de son côté n’est pas arrivée à influer sur le changement de perception du conflit syrien, passée d’une équation « oppresseur/opprimés » à un schéma de guerre civile.(1) Le pari du Conseil national syrien (CNS) était de mobiliser la population de façon à engendrer d’importantes manifestations, qui redonneraient un souffle perdu à la contestation pacifique. Force est de constater que ce plan n’a pas fonctionné.

Pour tous les partis et dans l’état actuel des choses, la régionalisation serait un moyen éventuel de susciter une réaction déterminante de la communauté internationale. Les raisons qui poussent le régime syrien à la régionalisation sont multiples. Mais ce choix d’étendre le conflit en dehors du théâtre syrien est également profitable à l’opposition syrienne. Le soutien turc ayant atteint ses limites, l’Irak voisin étant tenu par un gouvernement Maleki favorable à Assad et la monarchie hachémite se tenant à distance malgré l’accueil d’un nombre considérable de réfugiés, l’une des sorties envisageables du statu quo se profile via le Liban.

Le Liban, terrain idéal de confrontation

Pour l’opposition syrienne un affaiblissement du pouvoir central libanais permettrait en effet une plus grande liberté d’action transfrontalière et ouvrirait de facto un vivier non négligeable de combattants potentiels. L’établissement d’une zone de non droit au Nord Liban – à très forte majorité sunnite – se révèlerait en effet stratégiquement et tactiquement favorable à l’opposition syrienne. L’Armée syrienne libre (ASL) est très limitée dans ses mouvements en territoire turc et n’a aucune marge de manœuvre dans les autres pays frontaliers comme l’Irak ou la Jordanie. Le Nord Liban constituerait une zone de repli et d’entraînement pour les combattants syriens ou même libanais et le littoral une source d’approvisionnement en armements.

Du côté du pouvoir syrien, épargner la scène libanaise était une décision stratégique et diplomatique étant donnés les bons augures du gouvernement Mikati et sa coopération au sein des instances internationales. Mais le Liban n’est plus au Conseil de Sécurité et la politique de « neutralité », quoique relative, du gouvernement libanais ne correspond plus aux attentes de Damas.

Par conséquent, le paradoxe d’un gouvernement dominé par la coalition du 8 Mars - régi en sous main par le Hezbollah - garantissant le minimum d’ingérence du régime baathiste a fait son temps. Désormais Damas a besoin d’une implication directe des forces de sécurité libanaises dans la répression des opposants syriens réfugiés au Liban et de leurs soutiens libanais. Avec les dernières déclarations de l’ambassadeur syrien aux Nations unies, on constate la volonté d’impliquer le gouvernement libanais en désignant le pays du Cèdre comme sanctuaire d’Al-Qaïda. Cela en toute connaissance de cause, car toute action répressive des autorités libanaises au Nord Liban sonnerait la fin du gouvernement Mikati et mènera à un vide constitutionnel très dangereux pour la stabilité du pays.

Bachar el-Assad a besoin d’une scène libanaise chaotique, ouverte aux mouvances radicales, pour justifier une répression menée au nom de la lutte anti-terroriste. Les heurts qui ont opposé Palestiniens et armée libanaise dans deux des principaux camps de réfugiés - Nahr-el-Bared dans le Nord et Aïn-el-Heloué dans le Sud – peuvent s’inscrire dans cette logique, étant donné que la carte du « terrorisme palestinien » est le dernier recours d’un régime qui se bat pour sa survie. Le Président syrien s’est d’ailleurs clairement auto-désigné dans son dernier discours comme un « rempart contre le terrorisme », ressassant la vieille rhétorique du despote-partenaire dans la « guerre contre le terrorisme ».

Un pays où les tensions montent

Au Liban, les incidents se sont multipliés d’une manière assez spectaculaire dans un laps de temps assez réduit. Les accrochages les plus violents ont eu lieu à Tripoli deuxième ville du pays, les combats de rue y ont opposé alaouites et sunnites, soutenant respectivement le régime et l’opposition syriens. Différents groupes armés syriens marquent d’ailleurs d’une manière explicite leur soutien aux combattants sunnites. Cependant, les heurts observés à Tarik el-Jdideh, au cœur de Beyrouth, sont plus inquiétants encore car ils signifient que le conflit n’est pas confiné géographiquement au Nord.

A ces confrontations périodiques s’ajoutent une nouvelle dimension du conflit : les prises d’otages transfrontalières entre la Syrie et le Liban, cette fois-ci entre pro-Assad libanais chiites et anti-Assad syriens sunnites. La capture d’un bus de pèlerins libanais chiites - transitant par la Syrie et la Turquie après un séjour en Iran – a rapproché du conflit syrien la communauté chiite libanaise et ses deux principales formations politiques Amal et le Hezbollah.

Le régime syrien pourrait d’ailleurs vouloir impliquer le Parti de Dieu d’une manière directe dans le conflit. Néanmoins, mis à part un soutien rhétorique du Hezbollah à Damas, la Parti de Dieu se maintient à l’écart du brasier syrien, davantage préoccupé par la situation intérieure libanaise.

La tension désormais palpable au niveau régional se traduira inévitablement dans la caisse de résonance libanaise, alors que le niveau de violence augmente et que les soutiens du régime syrien et ses contestataires mènent chacun de leur côté une guerre de survie.

(1) Cette équation a prévalu au début de la contestation en Syrie, mais également en Libye malgré l’intervention de l’OTAN et malgré une guerre civile toujours en cours.


Cet article est publié sur le site internet  affaires-stratégiques.info

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires