En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

06.

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

07.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 9 heures 25 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 10 heures 12 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 12 heures 57 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 15 heures 34 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 16 heures 18 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 17 heures 45 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 18 heures 19 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 18 heures 40 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 9 heures 53 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 10 heures 28 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 12 heures 7 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 13 heures 5 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 18 heures 17 sec
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 18 heures 27 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 8 heures
Les nouveaux banquiers ?

Quand les entreprises créent leurs banques pour se protéger des ravages du système financier

Publié le 28 juin 2012
A l'heure où la crise bancaire fait rage en Europe, et que la question d'une faillite généralisée demeure, de plus en plus d’entreprises industrielles comme EADS étudient la possibilité de créer leurs propres banques. L'idée étant évidemment de se détourner des systèmes traditionnels.
Christophe Moussu est professeur de finance à l’ESCP Europe et professeur visitant au Collège d’Europe et à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.Il a toujours promu une finance de long terme au service de l’économie réelle.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Moussu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Moussu est professeur de finance à l’ESCP Europe et professeur visitant au Collège d’Europe et à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.Il a toujours promu une finance de long terme au service de l’économie réelle.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure où la crise bancaire fait rage en Europe, et que la question d'une faillite généralisée demeure, de plus en plus d’entreprises industrielles comme EADS étudient la possibilité de créer leurs propres banques. L'idée étant évidemment de se détourner des systèmes traditionnels.

Atlantico : De plus en plus d’entreprises industrielles comme EADS étudient la possibilité de créer leurs propres banques. Pourquoi ce phénomène s’accentue-t-il en cette période de crise ? 

Christophe Moussu : Ces grandes entreprises du secteur industriel parviennent à se financer sur les marchés. Elles créent leurs propres banques afin de répondre à un besoin réel de sécurisation de leurs trésoreries, que se soit au niveau des devises ou des titres à détenir. Ainsi, elles peuvent déposer leurs fonds directement à la BCE, un facteur très rassurant en cette période de turbulences dans les milieux bancaires.

Cependant, si ce phénomène ne répond pas tant à un besoin de se financer directement auprès de la BCE, il permet de financer leurs clients. Ils vont ainsi pouvoir proposer des financements longs à ces derniers, afin qu’ils achètent leurs produits. En effet, les accords de Bâle 3 (relatifs à la régulation du secteur bancaire, ndlr) ont provoqué chez les banques traditionnelles une contraction des crédits à long terme, ce qui a entrainé chez certains clients des grandes entreprises industrielles une incapacité à financer l’achat d’infrastructures ou d’actifs couteux (ex : avions). Ces clients vont donc pouvoir se financer directement auprès des industriels, auxquels ils achètent des produits. Mais il n’est pas exclu que ces grands industriels souhaitent réaliser à termes un nouveau centre de profits pour leurs activités.

En manifestant d’autres motivations que la simple sécurisation d’actifs, ce phénomène révèle une défaillance de l’activité d’intermédiation chez les banques traditionnelles. Il y a une désintermédiation générale qui s’opère par les marchés, du fait que les banques ont octroyé de moins en moins de crédit. Cette réintermédiation s’opère donc par des entreprises "corporate".

Cela n’est-il pas révélateur d’une défiance envers les banques ?

Effectivement. Ces entreprises ont des modes de gouvernance, une lisibilité de leurs opérations, et des "business model" beaucoup moins opaques que les banques. Nous sommes dans une période où nombre d’interrogations se posent au sujet du secteur bancaire. A l’inverse, les clients d’une entreprise sont connus, ainsi que la manière dont elles réalisent leurs profits.

Les ratios de liquidité imposés par Bâle 3 (réglementation financière) consistent à avoir des ressources longues en adéquation avec les emplois longs (au sein d’un bilan, ndlr). Dans un contexte où les banques ne souhaitent pas augmenter leurs capitaux et ont du mal à vendre des titres à long terme, cela se traduit par un désengagement dans le secteur du crédit, pour finalement se tourner vers des titres autorisés par le régulateur. Bâle 3 a donc certains effets contre-productifs...

 

 

N’est-il pas difficile pour des industriels de se doter d’une activité bancaire, et donc de se conformer à la régulation bancaire en vigueur, alors qu’il ne s’agit pas de leur métier d’origine ?

Il ne faudrait pas que ces entreprises imitent les banques traditionnelles dans les erreurs qu’elles ont commises dans le passé. Cela serait en effet dommageable que des entreprises commencent à avoir des zones opaques d’opérations sur les marchés.

L’autofinancement des entreprises est extrêmement important pour la croissance. En cette période, il est préférable que les entreprises sécurisent leurs trésoreries, plutôt qu’elles versent des dividendes trop élevés. En effet, beaucoup d’entreprises pensent que lorsque l’on verse des dividendes, il est impossible de revenir en arrière. En ce sens où une baisse du dividende se traduirait par une baisse du cours de Bourse. Ce qui est une erreur très européenne.

En période de croissance, une baisse brutale du dividende peut effectivement être interprétée par les marchés comme une inquiétude sur la capacité de l’entreprise à verser des dividendes. Mais nous sommes actuellement dans un environnement économique très instable, dans lequel les marchés préfèrent voir les entreprises investir, puisque cela manifeste des opportunités de croissance. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans le monde anglo-saxon en général où les entreprises ont procédé à des modérations dans le versement des dividendes.

Propos recueillis par Olivier Harmant

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

06.

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

07.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 28/06/2012 - 14:33
En plus d'avoir délocalisé, optimisé fiscalement, fait des
économies d'échelles et profité à plein du système mis en place depuis les Socialistes dans les années 80 (privilèges aux grandes entreprises versus petites entreprises qui n'ont pas eu la possibilité de grandir, privant ainsi la France des moyennes entreprises que possède l'Allemagne...), les grandes entreprises se préparent à ne pas payer pour la faillite des banques! Et ce seront donc encore les petites entreprises et les particuliers qui paieront la note. Merci à ce système d'une justesse toute Socialiste!...