En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Discussions sur la formation d'un gouvernement de coalition, mardi, en Grèce.
Le beurre, l'argent du beurre et le...
Quel scénario politique pour sortir la Grèce de l’impasse ?
Publié le 16 mai 2012
De nouvelles élections législatives vont avoir lieu en Grèce après l'échec mardi des discussions sur la formation d'un gouvernement de coalition. Si nul ne saurait prédire les résultats électoraux futurs, l'histoire donne raison à Papandréou, et les Grecs devront choisir de rester ou non dans l'euro aux conditions indiquées.
Joëlle Dalègre est maître de conférences à l'INALCO, spécilisée en civilisation de la Grèce. Elle est notamment l'auteur de La Grèce inconnue d'aujourd'hui, de l'autre côté du miroir, l'Harmattan 2011, 252p. En collaboration avec 4 doctorants ou...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joëlle Dalègre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joëlle Dalègre est maître de conférences à l'INALCO, spécilisée en civilisation de la Grèce. Elle est notamment l'auteur de La Grèce inconnue d'aujourd'hui, de l'autre côté du miroir, l'Harmattan 2011, 252p. En collaboration avec 4 doctorants ou...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nouvelles élections législatives vont avoir lieu en Grèce après l'échec mardi des discussions sur la formation d'un gouvernement de coalition. Si nul ne saurait prédire les résultats électoraux futurs, l'histoire donne raison à Papandréou, et les Grecs devront choisir de rester ou non dans l'euro aux conditions indiquées.

Que veulent les Grecs ? Les résultats des élections du 6 mai étaient clairs : 67% des votants ont choisi un parti qui s'opposait à l'application totale ou partielle des mesures du dernier plan d'austérité, mais le système électoral a accordé 149 des 300 sièges aux deux partis résolument favorables au maintien à tout prix de ce cadre.

Depuis lors, les tractations politiciennes n'ont pas réussi à obtenir une majorité : le parti communiste refuse toute coopération, l'extrême-droite de l'Aube Dorée est rejetée par tous... Et pour ne pas renier leur campagne électorale, les trois autres partis anti-européens refusent toute coalition avec les « pour », ou l'acceptent sous condition de mesures d'adoucissement inaccessibles.

Malgré les intrigues de personnes et la part de théâtralité omniprésentes, une réalité s'impose : pas de majorité possible, pas de gouvernement, la nouvelle vague de mesures d'austérité qui devait être appliquée en mai, reste en rade. L'anarchie au sens propre.

Donc de nouvelles élections. Pour obtenir quoi ? Les Grecs veulent, pourrait-on dire, le beurre et l'argent du beurre, rester dans l'euro à une écrasante majorité mais à des conditions favorables... L'opinion est soumise à une propagande qui repose sur la peur : refuser de s'allier aux pro-austérité sera mener le pays et ses habitants à la ruine (n'y sont-ils pas déjà ?). Le camp opposé s'appuie sur l'honneur national bafoué : soutenir des mesures dures et jusque-là inefficaces imposées par un étranger méprisant ? Non, merci !

La peur poussera-t-elle les électeurs dans les bras des partisans résignés de l'austérité, ou l'exaspération face à cette tactique du diktat extérieur renforcera-t-elle le clan des opposants irréductibles ? Nul ne le sait. En tout cas la situation se clarifie, la question est précise : rester ou non dans l'euro aux conditions indiquées, ce que voulait demander Georges Papandréou dans son référendum en octobre 2011. Les premiers sondages indiquent un regroupement des voix autour des champions des deux camps, Nouvelle démocratie et SYRIZA, mais aucun ne pourrait gouverner seul.

Si le camp « européen » obtient les deux sièges qui lui manquent, son gouvernement pourra-t-il être qualifié de « viable », pourra-t-il appliquer des mesures aussi largement impopulaires qu'il avait lui-même refusées jusqu'en octobre 2011 ? Peut-on déclarer « démocratique » un vote fondé sur le chantage ? La finance européenne a-t-elle si peur d'un effondrement général pour croire en un tel gouvernement ?

L'incertitude règne. Certains mènent une danse désespérée au bord de l'abîme en « faisant la fête » pour dilapider leurs derniers euros dans un feu d'artifice final, d'autres vident leurs comptes pour placer leurs économies à l'extérieur, sous leur matelas ou en lingots d'or... Les élections ont fait sortir de l'ombre une génération de politiques qui n'ont jusque-là eu aucune responsabilité, est-ce une opportunité fabuleuse face aux efforts de survie d'un Antonis Samaras ou d'un Evangelos Venizélos, loin d'être blancs comme neige ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
04.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
05.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
06.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
07.
Vous ne croyez pas au choc des civilisations ? Intéressez vous alors au sort de l'iranienne Nasrin Sotoudeh!
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
o.icaros
- 16/05/2012 - 14:09
o.icaros
Le leader de la gauche radicale était à Paris la semaine dernière. Il avait demandé un rendez-vous à Hollande. Hollande a refusé de le recevoir.
Cette rencontre n'aurait rien donné, mais on voit déjà que le grand homme qu'est notre président n'a pas de temps à perdre avec les petits, les obscurs, les sans grades.


Ravidelacreche
- 16/05/2012 - 11:59
Quel scénario politique
Envoyons leur quelques non ministrables Socialos avec le programme de Hollande !
Equilibre
- 16/05/2012 - 10:41
Le peuple vote mal, changeons le peuple
Zut, ça, c'est en France.
En Grèce, c'est le peuple vote mal, refaisons-le voter jusqu'à ce qu'il vote bien.
Le diktat UE(RSS) continue sa mise en place...
Tout va bien. Notre tour approche.