En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 2 heures 11 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 3 heures 41 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 6 heures 15 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 7 heures 16 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 11 heures 26 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 14 heures 43 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 2 heures 57 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 4 heures 9 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 6 heures 44 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 7 heures 51 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 11 heures 38 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 12 heures 57 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 14 heures 30 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 15 heures 23 sec
Le jour d'après

Que restera-t-il du sarkozysme après Sarkozy ?

Publié le 16 mai 2012
Entre une certaine forme de populisme et sens aigu des responsabilité, le style hyperactif de Nicolas Sarkozy a marqué les esprits. Et si le sarkozysme avait beaucoup plus marqué la France qu'on ne le croit...?
David Valence enseigne l'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris depuis 2005. Ses recherches portent sur l'histoire de la France depuis 1945, en particulier sous l'angle des rapports entre haute fonction publique et pouvoir politique. Témoin engagé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence enseigne l'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris depuis 2005. Ses recherches portent sur l'histoire de la France depuis 1945, en particulier sous l'angle des rapports entre haute fonction publique et pouvoir politique. Témoin engagé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre une certaine forme de populisme et sens aigu des responsabilité, le style hyperactif de Nicolas Sarkozy a marqué les esprits. Et si le sarkozysme avait beaucoup plus marqué la France qu'on ne le croit...?

Atlantico : Dernière journée à l'Elysée pour Nicolas Sarkozy, la passation de pouvoir entre le Président sortant et François Hollande a lieu ce mardi. Que restera-t-il du sarkozysme après Sarkozy ?

David Valence : Le terme de "sarkozysme" recouvre au fond deux choses différentes : la pratique du pouvoir par Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur puis à l'Élysée, et plus globalement sa façon de faire de la politique d'une part ; et le contenu, disons "idéologique", même si ce mot est très mal adapté, du discours de Nicolas Sarkozy, d'autre part.  
 
Je crois que nous aurons une postérité du sarkozysme sur la forme comme sur le fond. Sur la forme, Sarkozy s'est distingué de ses prédécesseurs par son usage délibéré d'un langage direct, parfois abrupt ; par son engagement sur chaque dossier, au risque de rompre avec le mythe d'un president-arbitre, entre 2007 et 2012 ; par son choix de l'ultra-médiatisation, enfin ; la parole de ses prédécesseurs était fondée sur un principe de rareté, selon les préceptes de Jacques Pilhan. 
 
Ce cocktail souvent détonnant chez Sarkozy, ou un sens très aigu des responsabilités se mêlait à des calculs plus populistes, c'est ce qu'on a appelé l'hyperprésidence après 2007. C'est une des composantes majeures du "sarkozysme". Une question très importante se pose pour l'avenir quant à cette façon de faire de la politique. On sait que François Hollande a, en miroir, cultivé un style "rond", simple, peu clivant, plus discret, pour défaire Nicolas Sarkozy. Les Français semblent à première vue avoir ratifié cette promesse d'une présidence au style presque scandinave, la chaleur en plus, en élisant François Hollande. Mais plébisciteront-ils longtemps ce contre-modèle, quand le modèle (Nicolas Sarkozy) aura quitté la scène? 
 
Le risque est que le "profil bas" de François Hollande passe pour un manque de courage. Je ne parierais pas pour ma part sur une interprétation du sarkozysme comme parenthèse historique : on ne passe pas comme cela d'un rythme "électro" au battement tranquille d'une horloge comtoise... 
 
Sur le long terme, l'opinion risque de se retourner, d'autant que François Hollande a une "équation personnelle" assez faible : les sondages montrent que très peu de Français l'ont "choisi" pour son projet ou sa personnalité.
 

Un « président normal » à la tête de la France, ce n’est donc pas une hypothèse politique crédible ?

Non, je n’y crois pas. En discutant avec les électeurs qui se sont prononcés en faveur de François Hollande, j’ai remarqué qu’ils réfutent cette étiquette de « Président normal » et font le pari que le président élu se coulera dans la fonction et se transformera en exerçant la fonction. Bref, ils espèrent que François Hollande finira par "faire président" en devenant président. 
 
Quant aux Français en général, au fond ils n'attendent pas de leur président qu'il soit "normal". Car du "normal" au "banal", et du "banal" au "médiocre", il n'y a qu'un pas. Les Français savent que leur président est peut-être le chef d'État qui dispose des pouvoirs les plus étendus de tout le monde occidental. Le président français est plus puissant, en France, que le président des États-Unis aux États-Unis. C'est une fonction "anormale". Nicolas Sarkozy avait, en 2007, "raté" son arrivée au pouvoir en donnant le sentiment qu'il acceptait toutes les responsabilités d'un président, et même plus, mais qu'il refusait d'imposer à son comportement les contraintes de la fonction (auto-censure minimale, etc). Si François Hollande force la note de la normalité pendant ses premières jours de présidence, il risque de perdre sur les deux tableaux, en donnant le sentiment que, d'une certaine façon, lui non plus n'accepte pas les contraintes de la fonction en termes de comportement et de mode de vie... Et qu'en plus, il n'en accepte pas non plus les responsabilités !
 
C'est parce que l'opinion devine que le "style" de François Hollande devra évoluer que le nom du Premier ministre qu'il va choisir est aussi attendu. Il donnera une indication sur la manière dont Hollande exercera le pouvoir. S'il choisit Ayrault ou Sapin, ce sera le signe qu'il est déterminé à assumer la part d' "exceptionnel" de la fonction, et qu'il veut donc un Premier ministre qui soit un vrai "second" et pas un numéro 1 bis. S'il nomme Martine Aubry, il prendra le risque d'une confusion institutionnelle avec un système ou le Premier ministre est plus qu'un second... Mais je ne crois pas que François Hollande aspire à inaugurer les chrysanthèmes, comme Vincent Auriol ou René Coty.
 

Le sarkozysme est-il d’ores et déjà enterré ?

Je voudrais revenir sur le second aspect que j'ai évoqué tout à l'heure pour definir le "sarkozysme", a savoir son contenu "idéologique", même si le mot ne convient pas, je le répète. 
 
Beaucoup d'électeurs de droite sont reconnaissants à Nicolas Sarkozy de leur avoir permis de "hisser les couleurs". Ils se souviennent qu'avec Chirac, la droite avait honte d'être la droite. Elle était dominée idéologiquement. Ce n'est plus le cas depuis Nicolas Sarkozy et la victoire de François Hollande ne signe en rien la victoire "idéologique" de la gauche. Le retour de la valeur nationale, la méfiance à l'égard des "aventures" budgétaires, la valorisation de l'effort individuel et du travail : ces évolutions sont durables dans l'opinion et la gauche au pouvoir devra faire avec. Elle n'aura pas la possibilité d'intimider idéologiquement la droite comme à l'époque de Jacques Chirac. Car la droite a le sentiment que les Français sont plus proches de "ses" valeurs à elle que de celles de la gauche.
 
Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a installé, à droite, l'idée qu'il n'y avait pas de fatalité du Front national et que la droite républicaine pouvait très bien "siphonner" l'électorat frontiste si elle s'en donnait les moyens discursifs. Sa reussite stratégique, en 2007, a acté la victoire du "libéral-conservatisme" sur les autres traditions intellectuelles de la droite et du centre (gaullisme social, radicalisme, démocratie chrétienne), moins porteuses dans les urnes à première vue. Reste une question : la droite peut-elle se permettre de "perdre" définitivement les grandes villes en ne donnant d'elle-même que cette image "libérale-conservatrice"? C'est toute la question de l'espace politique pour un centre-droit "libéral-libéral", qui n'existe pas aujourd'hui en France, qui est posée par ce problème de géographie électorale.
 

On peut noter qu’aujourd’hui plus personne à gauche ne parle de 6ème république. Cela veut-il signifier que la gauche a définitivement validé cette 5ème République après l’avoir régulièrement contestée, du livre « Le coup d’Etat permanent » de François Mitterrand à Arnaud Montebourg ? La position prédominante du Président de la République telle que l’a pratiquée Nicolas Sarkozy est-elle gravée dans le marbre ? 

Nicolas Sarkozy a beaucoup reformé la constitution en 2008 et il a paradoxalement renforcé les contre-pouvoirs (Conseil constitutionnel, Assemblée nationale) au pouvoir présidentiel à cette occasion. Je crois que l'abandon du thème de la VIe République par les socialistes s'explique par une forme de pragmatisme.La gauche modérée a constaté que si la personne de Nicolas Sarkozy pouvait être rejetée, la France restait néanmoins attachée à une présidence forte et ne souhaitait pas revenir au système parlementaire. 
 
C’est une forme de réalisme de s’y conformer, comme d'ailleurs François Mitterrand l'avait fait. Et plus simplement encore, je crois que les questions institutionnelles n'intéressent pas l'opinion publique en France. C'est regrettable, mais c 'est ainsi. Regardez la réforme de 2008, dont j'ai déjà parlé, et qui a profondément modifié notre constitution : les Français l'ont déjà oubliée... L'attachement de l'opinion à un pouvoir présidentiel fort et à l'élection du chef de l'État au suffrage universel d'une part, et la relative indifférence des Français face à la "machinerie institutionnelle" d'autre part poussent à une forme de "statu quo" institutionnel.
 

Et l’anti-sarkozysme ? Que va devenir cette obsession qui a nourri notamment de nombreux commentateurs ce cinq dernières années ?

Il ne faut jamais surestimer la mémoire politique d’un peuple. Je pense qu’une fois que Nicolas Sarkozy aura quitté la vie politique, très vite l'antisarkozysme cessera de jouer comme ressource politique, car le temps fera sans doute considérer la présidence Sarkozy avec plus de bienveillance. La gauche ne pourra en plus bénéficier du rejet de Sarkozy. Le rejet d’une personnalité ne dure que le temps d’une élection.
 
Qui a fait la victoire de Francois Hollande le 6 mai dernier? Les électeurs de François Bayrou qui ont voté à gauche au second tour (soit peut-être 2 ou 3% de l'électorat) et les électeurs de Marine Le Pen qui ont vote blanc ou nul. Ceux-là ont exprimé un antisarkozysme qui ne résistera pas au retrait de Nicolas Sarkozy. Ils sont déjà dans l'opposition à François Hollande, d'une certaine façon ! Car on a eu une victoire en trompe-l'oeil le 6 mai, en ce sens qu'une majorité des Français n'a PAS voté François Hollande. 
 
La situation est donc la suivante : nous avons un président élu, Francois Hollande, qui a construit  sa stratégie en "contre", n'a pas recueilli d'adhésion sur sa personne ou son projet, et qui va gouverner une France plus profondément marquée par le sarkozysme qu'on ne le croit, ... Il faut espérer pour la gauche que François Hollande saura troquer sa "normalité" pour une vraie "présidentialite", bref se transformer à l'épreuve du pouvoir, ou alors l'état de grâce risque d'être bref...
 
(Propos recueillis par Aymeric Goetschy)
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (98)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Democrator
- 20/05/2012 - 20:16
Une brillante analyse. Des commentaires médiocres.
Très bien cet article, posé, réfléchi, et s'appuyant sur des analyses, et pas des sentiments comme la plupart des commentaires...
Mention spéciale @DSI : "Le représentant d'un clan, méprisant et agressif" : je suppose qu'il parle de F Hollande, qui déjà, au travers de la cérémonie de passation de pouvoir, de la composition de son gouvernement à multiplié les signaux de clan, et de mépris. Agressif, c'est trop pour lui, mais il a Valérie Massonneau qui s'occupe de ça.
kim yong zéro
- 18/05/2012 - 20:33
il restera une dette enorme
il aura endetté le pays en jetant l'argent par les fenetres.il l'avait déja fait sous balladur.aucun investissement productif.combien d'années mettra le pays a s'en remettre?
ARES
- 18/05/2012 - 12:55
Pour ceux qui auraient le moindre doute !!
La Droite n'a en rien a rougir de quoi que cela soit !!
Et Nicolas Sarkosy encore moins !!

Vous avez un doute allez creuser dans l histoire des Précurseurs du PS, du FN et ensuite faites nous plaisir !! soyez coherent mais tout n est pas arrivé grace à Nicolas Sarkosy !!

Vous aimez vous faire avoir par ce PS, payer pour eux et leurs enormes problèmes, aussi ne venez pas chialer une fois que votre Flamby vous aura mis dans le pétrin !!
La Droite LA VRAIE, ceux qui la composent et ceux qui la soutiennent eux savent ou l on va et n attendent rien de gouvernement avec ses alliances pas foutu d affronter un candidat de la Droite sans faire des "arrangements" !!

La Droite sera et restera comme elle se doit !!