En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quora, la start-up à 1 milliard

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 3 heures 1 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 5 heures 31 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 7 heures 23 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 7 heures 58 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 8 heures 44 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 9 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 11 heures 52 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 12 heures 27 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 3 heures 19 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 6 heures 54 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 7 heures 35 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 8 heures 27 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 9 heures 22 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 11 heures 16 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 11 heures 59 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 12 heures 40 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 13 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

Publié le 25 janvier 2020
Le système français des aides sociales et la fiscalité sont si complexes entraine une difficulté à réaliser des études d'impact pertinentes. On doit mettre en œuvre une grande simplification technique au risque de voir la technocratie affaiblir progressivement la démocratie.
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat est fondateur de StepLine, conseil en politiques publiques, et chercheur associé du laboratoire ERUDITE. Il préside l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence. Il intervient régulièrement comme expert GenerationLibre. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le système français des aides sociales et la fiscalité sont si complexes entraine une difficulté à réaliser des études d'impact pertinentes. On doit mettre en œuvre une grande simplification technique au risque de voir la technocratie affaiblir progressivement la démocratie.

Atlantico.fr : Le gouvernement a publié aujourd'hui l'étude d'impact de la réforme des retraites. Que révèle ce document ? 

Marc de Basquiat : Le site gouvernemental dédié à la réforme des retraites vient de publier une rafale de cas-types chiffrés qui semblent démontrer que les pensions du nouveau système seront souvent plus généreuses que les pensions actuelles. Les cas où la pension apparaît inférieure au système actuel sont généralement assortis d’une bonne nouvelle : les taux de cotisations seront inférieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui. On ne repère aucun cas où le futur retraité (rappelons que la réforme ne s’appliquera qu’à ceux nés après 1975) perde sur les deux tableaux (pension plus basse et cotisations plus élevées). Bref, que des bonnes nouvelles.

Mais quand on considère les projections sérieuses sur l’évolution démographique dans notre pays, on a du mal à croire à cette joyeuse avalanche. Quelle est la magie de cette réforme qui multiplie les gagnants dans un contexte économique adverse ? Difficile de le dire sauf à supposer que la simulation empile les hypothèses favorables, en particulier sur un allongement spontané des durées de cotisation du fait du cumul des mesures incitatives, telles qu’illustrée dans la simulation ci-dessous.

Cette étude aura-t-elle une influence sur la conférence des financements qui s'ouvre le 30 janvier prochain ?

Marc de Basquiat : Cette montagne de chiffres tient plus de la communication que de la rigueur économique. Elle peut être utile aux participants de la conférence des financements pour acter de la bonne volonté du gouvernement s’ils cherchent une issue positive. A l’inverse, les opposants y trouveront autant de prétextes qu’ils voudront pour dénoncer les rares cas (évidemment insupportables !) de diminution des pensions.

Le message principal véhiculé par ces fiches est que chacun gagne plus en travaillant plus longtemps. C’est juste une nouvelle version du slogan « travailler plus pour gagner plus » du candidat Sarkozy de 2007. Une fois que ce message est passé, la question posée aux participants de la conférence sur le financement sera macro-économique : comment assurer un équilibre sur la durée entre cotisations et pensions, avec des perspectives démographiques et économiques moyennement réjouissantes ?

La seule solution sera comme toujours de rêver un avenir meilleur. Les participants finiront par s’entendre sur un scénario pas-si-noir-que-cela où on maximisera les bonnes nouvelles et on relativisera les mauvaises. Car cela arrange tout le monde de faire semblant d’y croire, en évitant les douloureuses remises en question.

Pourquoi est-il si difficile en France d'obtenir une étude d'impact lisible et fiable ? Comment peut-on les simplifier ?

Marc de Basquiat : C’est une constante de notre civilisation depuis le « tout est nombre » de Pythagore et plus particulièrement dans la France de Descartes : la connaissance est censée venir des chiffres. Il était frappant de voir tant de responsables politiques et syndicaux réclamer des chiffres pour pouvoir discuter enfin « sérieusement » de la réforme. Du coup, on en a des paquets, mais bon courage pour en tirer des conclusions claires !

Le problème épistémologique récurrent de nos débats est de demander aux chiffres « produits scientifiquement » d’induire la juste décision, alors que la science fonctionne exactement dans l’autre sens. La méthode scientifique authentique consiste à émettre des hypothèses diverses sur ce qu’il conviendrait de faire et de les soumettre ensuite à la réfutation de tous ceux qui sont outillés pour en démontrer les fragilités. En d’autres termes : contrairement aux mathématiques, les études économiques ne peuvent jamais définir la bonne solution, mais elles servent plutôt à critiquer les propositions de solution afin d’éliminer ce qui ne tient pas la route.

Conséquence imparable pour qui comprend l’épistémologie : une étude chiffrée n’a d’intérêt qu’une fois qu’on a défini et partagé de façon claire une solution (ou plusieurs hypothèses). Est-ce le cas aujourd’hui concernant la réforme des retraites ? Est-ce que chacun sait formuler comment est supposé fonctionner le futur système universel ? A l’évidence, non. On s’écharpe sur la défense des régimes spéciaux, on discute d’un « âge pivot » et de « pénibilité », on glose sur la modernité de la retraite à points, on s’offusque parce que les hauts salaires ne cotisent que d’un maigre 2,81% au-dessus de 10 000 euros de revenus mensuels, on instaure des minima, des seuils, des décotes, des compléments et des exceptions… Tout universel que soit le système cible, il reste d’une complexité qui ne permet qu’à une toute petite minorité de citoyens d’en comprendre le fonctionnement, et donc de participer de façon éclairée au nécessaire débat démocratique.

La tendance actuelle de notre bienveillante technocratie est de mettre en ligne des logiciels permettant aux citoyens de simuler ce qui va se passer dans leur cas personnel. Même si ces simulations étaient formidablement efficaces en éclairant parfaitement chacun sur l’avenir de son nombril, elles ne répondent en rien à l’exigence démocratique : permettre aux citoyens de comprendre l’intégralité de la proposition de réforme pour toute la population de ce pays, afin de se faire une opinion, d’en débattre en connaissance de cause et de participer ainsi à la prise de décision collective.

Croire que le débat démocratique se restreint à la juxtaposition des intérêts individuels de la population est une faute politique grave. L’enjeu démocratique est plutôt de rassembler le consensus maximal sur des idées générales. Ensuite, à partir du général, on peut s’intéresser aux cas particuliers. C’est à peu près l’inverse de ce que nous voyons : le débat semble ne s’intéresser qu’aux cas particuliers. L’ennui est que la démocratie aura du mal à se remettre de cette juxtaposition d’égoïsmes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires