En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

"Danse avec les Stars" : sadique ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 37 min 49 sec
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 3 heures 37 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 6 heures 40 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 7 heures 7 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 12 heures 30 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 2 heures 56 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 4 heures 9 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 6 heures 49 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 8 heures 19 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 11 heures 29 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Politique
Paysage politique

Etiquettes partisanes : le paradoxe des municipales

il y a 12 heures 48 min
© Fabrice COFFRINI / AFP
© Fabrice COFFRINI / AFP
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Publié le 22 janvier 2020
Le forum économique mondial de Davos s'est ouvert le 20 janvier. Greta Thunberg et Donald Trump ont prononcé un discours et exposé leur vision du monde, notamment sur les questions environnementales. Donald Trump a fustigé "les prophètes de malheur".
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le forum économique mondial de Davos s'est ouvert le 20 janvier. Greta Thunberg et Donald Trump ont prononcé un discours et exposé leur vision du monde, notamment sur les questions environnementales. Donald Trump a fustigé "les prophètes de malheur".

Atlantico.fr : Ce mardi, le forum économique mondial de Davos a débuté. Les acteurs majeurs de l'économie mondiale se sont retrouvés. Greta Thunberg et Donald Trump y sont les invités les plus médiatiques et se sont opposés indirectement dans leurs discours. Voit-on ici un symbole de la fracture qui oppose nos sociétés vis-à-vis de l'avenir ? 

Greta Thunberg a rappelé la phrase désormais célèbre "notre maison brûle". Cette rhétorique de la peur et de l'urgence est-elle bien reçue dans l'opinion publique ? A-t-elle des effets auprès des décideurs politiques ? 

Vincent Tournier : Jouer sur la peur n’est pas toujours une bonne stratégie de communication. Par exemple, la peur n’a pas eu les effets escomptés sur le tabagisme ou l’insécurité routière. Au contraire, elle a pu provoquer des résistances ou des stratégies d’évitement. La dernière réglementation sur les paquets de cigarette, qui rend plus visibles les photos et les slogans sordides, n’a pas eu un impact fort sur la consommation, en tout cas pas aussi fort que le prix du tabac fixé par les taxes. Tout dépend en fait du degré de réceptivité du public. La peur a surtout tendance à renforcer les opinions de ceux qui sont déjà convaincus. Quant aux autres, elle peut avoir un effet inverse car elle est vue comme un discours paternaliste et infantilisant, et on peut penser que ce sera encore plus le cas avec Greta Thunberg. Quant aux décideurs publics, ils sont surtout sensibles à ce que pensent les électeurs. Cela étant, pour les leaders politiques, il peut y avoir un impact sur leurs stratégies, non pas parce que Greta Thunberg joue sur la peur, mais simplement parce qu’elle prend toute la place. C’est flagrant avec ce duel au sommet entre Trump et Thunberg. D’une certaine façon,  cette jeune fille vole la vedette à des gens comme Emmanuel Macron ou Justin Trudeau qui aimeraient bien être perçus comme les anti-Trump dans le camp des démocraties. Evidemment, ils partent avec un handicap car, contrairement à Greta Thunberg, ils exercent le pouvoir, donc ils sont contraintsd’assumer la gestion des affaires économiques avec tout ce que cela impliquer de contradictions et de défenses des intérêts marchands. On l’a encore vu ces derniers jours lorsqu’Emmanuel Macron, lors du sommet Choose France organisé à Versailles, a déployé toute son énergie pour inciter les entreprises internationales à investir en France. Il est difficile après cela d’avoir un message purement écologique. Mais il sera intéressant de voir comment, dans les mois qui viennent, Emmanuel Macron va tenter de se repositionner comme le chef de file des anti-Trump. Pourquoi pas en nommant Greta Thunberg ambassadrice des pôles à la place de Ségolène Royal ?

Donald Trump, quant à lui, a accusé la jeune suédoise de jouer au prophète de malheur. Le président américain représente-t-il ici une part de l'opinion occidentale qui croit qu'au fond le réchauffement climatique se résoudra de lui-même ? 

Ce qui est amusant, c’est que Trump renverse les postures. Jusqu’à présent, c’étaient surtout les leaders dits populistes qui étaient accusés de jouer sur les peurs. Leurs adversaires ne se privaient pas de leur reprocher de surfer sur les peurs : la peur de l’immigration, de l’Autre, de l’insécurité, de la diversité, du changement, etc. Pendant la campagne de 2016 aux Etats-Unis, on a même vu Hillary Clinton exploiter sans vergogne l’argument de l’apocalypse nucléaire en cas de victoire de Trump. Naturellement, Trump fait pareil de son côté et il n’hésite pas à dire que si les démocrates venaient à gagner, ils allaient transformer les Etats-Unis en Venezuela. Bref, chacun joue sur les peurs de l’autre. Mais comme la gauche a abusé de cette corde dans le passé, elle ne peut plus se plaindre aujourd’hui. C’est même le démocrate Lyndon Johnson qui a donné l’exemple en jouantsur la crainte de la guerre nucléaire, dans un clip célèbre diffusé pendant sa campagne contre le républicain Barry Goldwateren 1964. Donc, non seulement la gauche est mal placée pour faire des reproches à la droite, mais le problème est surtout qu’elle a contribué à discréditer le thème de la peur ou de la dramatisation. C’est dommage car les enjeux environnementaux sont bien réels, et les menaces ne sont pas à prendre à la légère, comme d’ailleurs il ne faut pas prendre à la légère les menaces concernant l’immigration. En fait, c’est probablement là que se trouve le vrai défi de la politique aujourd’hui : c’est d’arriver à faire en sorte que chaque camp prenne au sérieux les peurs de ses adversaires. Tant qu’on n’en sera pas là, les uns et les autres pourront s’accuser mutuellement de jouer sur les peurs sans faire avancer les choses. Pourtant, il devrait être possible de trouver des points de convergence. Par exemple, la question des réfugiés climatiques, dont le flot risque de s’accroître, pourrait constituer un motif commun de lutter contre le réchauffement.

Est-ce que par défaut, le monde économique ne finit-il par suivre Trump et ses volontés de transformer l'ordre international, en préférant l'innovation à l'écologie punitive ?

Il est évident que les Etats-Unis représentent un acteur majeur dans le monde d’aujourd’hui, que ce soit sur le plan économique ou sur le plan géopolitique. Donc, les entreprises peuvent difficilement faire la fine bouche à l’égard de Trump. Il y a plus de chance que le monde de demain soit modelé par Trump que par Greta Thunberg. 

Pour autant, la situation est plus complexe, comme le montre d’ailleurs la présence simultanée de Greta Thunberg et de Donald Trump à ce fameux sommet de Davos. Greta Thunberg incarne incontestablement un phénomène avec lequel il faut compter. Les entreprises en savent quelque chose puisqu’elles tentent de se plier aux attentes environnementales de leurs clients. De ce point de vue, le monde marchand est assez souple, ce qui est normal parce qu’il n’est pas guidé par des valeurs. On vient de voir, par exemple, que la firme Ferrero a obtenu un brevet de respectabilité de la part de l’ONG World Wide Fund (WWF). Cela étant, il ne faut pas se leurrer : les préoccupations environnementales de certains consommateurs sont contrebalancées par les désirs frénétiques d’achats d’une grande partie de la population. Le consumérisme constitue le moteur de notre société, et ce n’est donc pas le marché qui peut amener les réponses à la crise environnementale qui nous attend.  Et les consommateurs sont aussi des électeurs, ce qui rend les choses encore plus complexes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

"Danse avec les Stars" : sadique ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 23/01/2020 - 11:46
sensibilité
"Quant aux décideurs publics, ils sont surtout sensibles à ce que pensent les électeurs" On aimerait bien mais ce n'est pas le cas.
salamander
- 23/01/2020 - 11:18
je ne comprends pas cet article.
surtout venant d'un maître de conf' de Sciences Po.
Trump est le seul à avoir oser nommer publiquement "les nouveaux prophètes de malheur".
Une histoire vieille comme l'humanité.On peut relire Le Devin d'Astérix...
De quels réfugiés climatiques parle l'auteur?
Il veut sans doute parler du taux de fécondité affolant des pays d'Afrique?? Niger : 7 enfants par femme.

Le RC d'origine anthropique est une hypothèse , pas plus. En matière de sciences , le scepticisme est un devoir.
On ferait mieux de s'occuper de la pollution , elle bien réelle" , d'abord.

ps. le c02 est un fertilisant pas un polluant.

evgueniesokolof
- 23/01/2020 - 11:09
cagnotte
Ecoute....relis donc le rapport du MIT en 1970 et tu verras la pertinence des prévisions écolos qui ont la consistance d celles de Nostradamus....Et range tes neurones dans une cagnotte, c'est la seule chose qu'il faut économiser