En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 54 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 30 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 42 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 42 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 34 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 34 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 25 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 34 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 11 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 39 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Bilan des années 2010

Ce spectre du gouvernement des juges allé grandissant pendant les années 2010

Publié le 26 décembre 2019
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de la décennie, des années 2010. Christophe Boutin revient sur le gouvernement des juges.
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de la décennie, des années 2010. Christophe Boutin revient sur le gouvernement des juges.

Évoquant la séparation des pouvoirs dans l’Esprit des lois, et cet équilibre qu’il souhaitait entre la « faculté de statuer » et la « faculté d’empêcher », Montesquieu, écrivait : « Des trois puissances dont nous avons parlé [exécutrice, législative et de jugement], celle de juger est en quelque façon nulle ». Erreur de perspective, ou aimable plaisanterie d’un président à mortier du parlement de Bordeaux qui ne pouvait ignorer le pouvoir des juges ? En tout cas, s'il y a bien une évolution marquante des dix dernières années, c'est sans nul doute la submersion du pouvoir politique par le juridique. D’abord, parce que le droit est devenu une arme sur la scène internationale, au profit de certains États, ou plutôt de certains pouvoirs. Mais aussi, et surtout, parce que le juge est souvent l’agent d’une pensée unique qui vise à déconstruire les peuples et les nations.

Le premier exemple du droit comme instrument au service de pouvoirs - au moins autant économiques que politiques -, c’est cette extraterritorialité de leur droit qui permet aux États-Unis d’imposer, entre blocages d’exportations et sanctions des entreprises, leurs volontés à ceux qu'ils continuent de baptiser alliés quand ils les souhaitent vassaux. C’est aussi la mise en place, dans les traités commerciaux récents, de systèmes de règlement des conflits par des instances échappant au contrôle des États et travaillant contre eux. C’est encore l’inflation normative d’une Union européenne incapable de se définir comme puissance autrement que par cette caporalisation de la conduite des citoyens des États-membres dont, d’abandons de souveraineté en transferts de compétences, elle est aujourd’hui la principale ordonnatrice. 

Mais le droit s’est aussi affirmé comme un instrument au service d’une idéologie dont les juges sont devenus… les seuls juges, imposant impunément leur vision du monde à des politiques qui ont renoncé à remplir leur rôle et à un peuple qui est moins que jamais souverain dans nos démocraties de façade. 

Pour prendre le cas français, on sait que le Conseil constitutionnel peut s’opposer à une loi contraire à la constitution. Conséquence, le législateur est sommé d'intérioriser l'éventualité de la sanction lorsqu'il rédige la norme, et l’écrit à la lumière d’une jurisprudence dont il tente de prévoir les évolutions en s’autolimitant.

Certes, lorsque le Conseil affirme que la loi « ne représente la volonté générale que dans le respect de la constitution », on peut penser à une louable protection de la charte fondamentale qui nous fédère et que le législateur pourrait impunément violer sans cette garantie. Mais la véritable formule est en fait que le la loi ne représente la volonté générale que dans le respect de la constitution… telle qu’interprétée par le juge constitutionnel. Car les textes de référence à l’aune desquels il évalue les lois, Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, Préambule de la constitution de 1946 ou Charte de l’environnement, regorgent de formules floues (liberté, fraternité…) que chacun peut interpréter dans un sens ou l’autre. Or, en quoi l’interprétation que peuvent en faire, par exemple, Laurent Fabius ou Alain Juppé, serait-elle supérieure à celle des représentants élus du souverain que sont nos parlementaires ? 

Le même Conseil ajoute aussi dans sa jurisprudence, pour affermir ses choix, des « principes », des « objectifs », quand ce ne sont pas ces « réserves d’interprétation » qui font parfois dire à la loi le contraire de ce que le législateur entend mettre en oeuvre. Si certains commentateurs s'en félicitent, considérant qu'ainsi le texte serait « vidé de son venin », comme ils se sont autrefois félicités de ce que les jurisprudences constitutionnelles avaient pu atténuer l'effet des alternances politiques, il est permis d'avoir une appréciation plus réservée de cette négation de la volonté de politiques démocratiquement élus.

On nous répondra qu'il ne s'agit jamais que d’un « dialogue », dans lequel le politique aurait d’ailleurs le dernier mot, puisqu’il peut toujours réviser la constitution pour obliger le juge à se conformer à ses vues. Mais l’exemple que l’on cite alors - celui d'un Édouard Balladur faisant réviser la constitution pour appliquer sa politique en matière de droit d'asile – est bien isolé en cinquante années de pratique contentieuse, et montre assez la réalité d’un rapport de force bien peu équilibré.

Ajoutons que, dans ce domaine flou des droits et libertés, notre juge constitutionnel écrit sous la dictée d’une Cour européenne des droits de l'homme dont notre pays cherche à éviter les condamnations – prononcées par des magistrats venant de pays qui n’ont rien à apprendre en matière de droits humains, tels l’Azerbaïdjan, l’Albanie ou la la Turquie –, qui  entraînent des modifications de notre ordre juridique interne.

Ce « dialogue des juges », dont les politiques comme les peuples sont exclus, place au pinacle les libertés individuelles, quand bien-même conduisent-elles à détruire le cadre politique qui a permis leur apparition et pourrait peut-être seul permettre leur respect, le cadre national. En matière de droits individuels comme de compétition économique en effet, plus aucune différence ne saurait être faite, sinon de manière marginale, entre nationaux et étrangers - la fraternité étant par exemple convoquée par le juge constitutionnel français pour justifier la complicité dans l’infraction qu’est l’aide apportée aux migrants illégaux sur notre territoire.

Comment ne pas évoquer enfin l’évidente partialité de la magistrature en ce domaine, qui fragilise notre cohésion nationale ? Il suffit de comparer les jugements réprimant sans faille les fauteurs de troubles des manifestations des Gilets jaunes et ceux qui, au contraire, excusent les violences commises dans certains quartiers, pour constater un évident « deux-poids, deux mesures » qu’il est sans doute permis de lier à l’aveuglement idéologique de certains magistrats. 

Les lobbies ne s’y sont pas trompés quant à ce glissement du pouvoir réel : après avoir fait le siège des législateurs, nationaux ou européens, ils font maintenant, parallèlement, celui de ces juges dont dépend souvent l’application effective de la norme. D’où cette conclusion : au vu de cette évolution – ou involution -, accentuée encore dans la dernière décennie, il est certain que c’est aussi dans son rapport aux juges, sinon au droit, qu’un pouvoir politique qui souhaiterait réaffirmer sa souveraineté - la seule démocratiquement légitime - devra penser son action. Il serait vain en effet d’espérer changer de politique sans s’affranchir d’une tutelle qui n’est pas, répétons-le, celle d’un « droit » qui n’existe jamais en tant que tel, mais bien celle de l’image qu’ont certains juges, qui manipulent la norme pour l’imposer, de ce que devraient être nos sociétés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 26/12/2019 - 21:47
Et voilà peut-être pourquoi
Et voilà peut-être pourquoi on ne vous parle plus de "respect de la Démocratie", mais de "respect de l'Etat de Droit". Formule idiote s'il en est, puisque tout Etat est un Etat de Droit : le sien.
Loupdessteppes
- 26/12/2019 - 19:45
L'illusoire séparation entre justice et politique...
Cette histoire est vieille comme le monde... Au fait, combien de juges ont démissionné lorsque Pétain est arrivé au pouvoir ? Vous trouverez difficilement la réponse dans les textes et les thèses des historiens universitaires... Et pour cause...
cmjdb
- 26/12/2019 - 14:06
RESPONSABILITES POLITIQUES
Je partage le point de vue d' "ajm".
Le parlement se comporte en "pisse lois" inappliquées, ou inapplicables et ensuite, les magistrats de tous les tribunaux, y compris "d'exception" , comme le Parquet National Financier, ou d'autres type Haute Autorité de la Transparence de la Vie Publique, et tous les "Conseils", d'Etat ou Constitutionnel. tuent la démocratie, c'est à dire le pouvoir du peuple.