En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

04.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

07.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 22 min 42 sec
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 1 heure 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 4 heures 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 4 heures 19 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 5 heures 34 min
décryptage > International
CCG

Sables mouvants dans le Golfe : le dernier sursaut du Roi Salmane pour la paix

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Environnement
Convergences

Retraites : l’heure de la divagation des luttes a sonné

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Economie
Complexité

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

il y a 8 heures 58 min
décryptage > France
SOS productivité

L’efficacité des organisations : grande oubliée de la réflexion en matière de politiques publiques et privées

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Social
Atlantico Business

Retraite : les partenaires sociaux ont négocié pendant 18 mois sans interruption pour en arriver aujourd’hui à exiger de tout remettre à plat. Mais qu’ont-ils fait pendant tout ce temps ?

il y a 9 heures 48 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 1 heure 2 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 4 heures 6 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 4 heures 41 min
pépites > Social
Syndicats vs gouvernement
"Mardi noir" à la veille de la présentation du projet de réformes des retraites
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Social
Sauver les retraites, oui. Mais lesquelles…?

Mais qui croit encore que la France dispose du meilleur système de retraites au monde ?

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Science
Parker Solar Probe

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Religion
Allah, des sous !

Imam, c'est pas un métier... Et c'est bien pour ça qu'ils sont si rares

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Economie
Vers des guerres commerciales sans issue ?

OMC : le système d’arbitrage des conflits commerciaux poussé à la panne sèche par les Etats-Unis

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Environnement
Fibre sociale

Grève du 5 décembre : le conflit social sur les retraites place écolos & décroissants au pied de leurs 1001 contradictions

il y a 9 heures 55 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

Publié le 18 novembre 2019
Le Financial Times a expliqué que de plus en plus d’entreprises sont crées en France. Et ce, d'après eux, en raison des politiques économiques avantageuses instaurées par Emmanuel Macron.
Sebastien Laye est un entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More et président du mouvement Les Citoyens Cincinnatus.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sebastien Laye est un entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More et président du mouvement Les Citoyens Cincinnatus.
Voir la bio
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Financial Times a expliqué que de plus en plus d’entreprises sont crées en France. Et ce, d'après eux, en raison des politiques économiques avantageuses instaurées par Emmanuel Macron.

Atlantico : Pensez-vous nous expliquer en quoi consiste cette politique économique? Quelles sont les mesures principales?

Sébastien Laye : Comme beaucoup d'analystes économiques, j'ai du mal à expliciter cette politique car ses fondements n'ont jamais été précisés au delà de la philosophie générale, que d'aucuns ont qualifié de social libéralisme. Le problème avec cette formule, c'est qu'en plus de deux ans, on a vu peu de libéralisme et rien du tout en matière de social. Macron a en réalité repris la vision de l'immense majorité de la technocratie francaise, populaire de Strauss Kahn à Alain Juppé: celle d'une France qui serait en échec économique du fait de blocages dans le droit du travail par exemple, et donc d'une France qu'il faudrait progressivement (par "cliquets" avaient dit les énarques Juppé et Lemaire) débarasser de ces entraves.  Ainsi Macron, dans la foulée de la loi El Khomry sous Hollande, s'est employé avec ses premieres ordonnances, puis avec la loi Pacte, à flexibiliser le marché du travail avec une certaine fascination pour le modèle scandinave de flexisécurité.

J'ai expliqué dans une note pour mon think tank, l'Institut Thomas More, l'échec inéluctable d'une telle analogie et d'un simple copier coller de ce qu'avait fait le Danemark ou l'Allemagne il y a près de quinze ans. Au delà de ces mesures sur le droit du travail, la formation, l'assurance chomage, les retraites (qui n'ont pas toujours libéralisé le système, tant s'en faut, mais l'ont par exemple resocialiser de manière autoritaire dans le cas de l'assurance chomage), Macron a au moins remis en avant l'importance des entrepreneurs et de la création d'entreprises: mais il n'est pas plus facile de lancer une entreprise aujourd'hui qu'il y a quelques années d'un point de vue administratif ou réglèmentaire....c'est juste une évolution de notre société qui est manifeste, de plus en plus de jeunes francais souhaitent lancer leur entreprise: nous rattrapons enfin les anglais et les américains en termes d'envie d'entrepreneuriat, meme si l'Etat, l'Ursaff et le fisc se chargent bien de les décourager quelques mois plus tard.

Michel Ruimy : La stratégie d’Emmanuel Macron a pour but de créer un « choc d’offre » favorable aux entreprises et aux entrepreneurs. Elle s’est traduite par la publication de la loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) qui comporte des nombreuses mesures : simplification de la création d’entreprise, partage des richesses, facilitation de l’épargne-retraite, levée de freins à l’embauche, etc. 

Concernant la création d’entreprises, celle-ci est facilitée. La simplification des formalités administratives et juridiques vise à réduire le poids des formalités pesant sur les entreprises, notamment par la mise en place d’un guichet unique électronique pour les sociétés. 

Ensuite, le partage de la richesse est favorisé. En effet, afin de soutenir la redistribution des richesses produites dans l’entreprise, la loi supprime totalement le forfait social de 20% sur les intéressements versés par les entreprises de moins de 250 salariés.

L’épargne-retraite est désormais facilitée. Les dispositifs existants ont été refondus. Les plans d’épargne retraite sont portables et regroupés avec la possibilité de procéder à une sortie en capital dans le cas d’achat de la résidence principale. 

Enfin, pour lever des freins à l’embauche, les seuils ont été adoucis. Jusqu’à maintenant, une entreprise qui, pour soutenir la croissance de son activité, passait, par exemple, de 19 à 22 salariés, était soumise à une pression fiscale et sociale plus forte. Il en allait de même pour d’autres seuils (10, 25, 100, 150 et 200 salariés). Ces changements de seuils coûtaient, en moyenne, selon une étude du Trésor, 500 millions d’euros de charges et, surtout, freinait les embauches puisque de nombreuses entreprises préféraient réduire leur activité plutôt que de dépasser ces seuils fatidiques. En tout, 199 obligations s’appliquaient sur 49 seuils pour les PME ! Une usine à gaz qui pénalisait les forces vives de l’économie française et qui nuisait aussi bien à la performance économique qu’à l’emploi. Dorénavant, il n’y a plus que 3 seuils : 11, 50 et 250 salariés. Mais surtout, une fois ces seuils dépassés, les nouvelles obligations ne s’appliqueront qu’au bout de 5 ans. Et ce, non seulement pour permettre aux entreprises d’anticiper les changements, mais aussi pour leur offrir plus de souplesse, dans le cas où ce dépassement ne serait que temporaire.

Par ailleurs, Emmanuel Macron souhaite, pour soutenir la compétitivité des entreprises, réduire le taux d’impôt sur les sociétés pour le faire converger vers la moyenne européenne de 25%. De plus, il a supprimé le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) qui a été remplacé, depuis le début de cette année, par un allègement des charges sociales patronales.

Les ambitions du gouvernement sont claires : permettre aux entreprises de grandir, de créer plus d’emplois, et de les replacer au centre de la société. Son objectif est la recherche d’une croissance de long terme en permettant aux entreprises de retrouver l’envie de s’installer et de se développer sur notre sol et, grâce à la loi PACTE, de faire de la France la première puissance économique en Europe

Certes il y a des avantages fiscaux pour les entreprises, mais qu’en est-il de la croissance ? 

Sébastien Laye : Le monde  a été en forte expansion de 2014 à 2018 mais ralentit. Comme à son accoutumée la France a été le mauvais élève de la classe, en ne rattrapant le train de la croissance qu'en 2016: le pic a été atteint fin 2017 avec 2%, soit deux fois moins qu'aux Etats Unis. Depuis notre économie ralentit, elle est aujourd'hui en tendance annuelle proche de 1%. Il n'y a eu aucun avantage fiscal sauf pour les plus riches qui ont bénéficié de la fin de l'ISF (et encore, on parle des 300-400 plus riches en France, les autres ont une part importante de leur richesse en immobilier et sont donc affectés par l'IFI): sous Macron, le taux de prélèvement obligatoire s'envole vers les 50% du PIB; Macron a donc d'ores et deja le privilège d'etre le President qui aura le plus taxé les francais et les entrepreneurs.

Notre imposition sur le capital est de 10 points supplémentaires à celle chez nos partenaires européens. De tous les pays occidentaux, la France est celui où il est le moins possible de s'enrichir: mais comme c'est celui où le chomage est le plus élevé (deux points de plus que chez nos partenaires en moyenne), nombre de nos concitoyens tentent l'aventure....cela ne veut pas dire qu'ils s'enrichissent comme dans les sociétés anglo saxonnes...

Michel Ruimy : Dans l’histoire économique française récente, il y a eu peu d’initiatives où le gouvernement et les parlementaires ont pris tant de mesures favorables aux entreprises. Selon les experts du Trésor, cette loi devrait générer 0,3 point de croissance d’ici 2025 et même 1 point à long terme.

Mais, si ces mesures sont favorables aux entreprises, il y en a d’autres qui leur en coûtent. Prenons en deux, en exemple. Le prélèvement à la source en lieu et place de l’Administration fiscale engendrera des coûts récurrents de plusieurs millions chaque année. De plus, avec la suppression de la taxe d’habitation, il est à craindre que les collectivités territoriales n’augmentent les impôts et taxes que sur les deux seules catégories de contribuables qui leur restent désormais : les propriétaires et… les entreprises. Ainsi, sans nier ce que fait le gouvernement à l’égard des entreprises, force est de constater que tout n’est pas mis en œuvre pour leur simplifier la vie. En la matière, le diable est dans les détails. Des détails qui peuvent coûter très cher, qui alourdissent le coût du travail et pèsent sur la rentabilité et la compétitivité des entreprises et in fine, sur la croissance.

En outre, remarquons que, dans le contexte actuel de ralentissement économique qui frappe l’Europe, les mauvais signes devraient inciter à renforcer la compétitivité du pays. Or, après un début de mandat consacré à rétablir l’attractivité française - par l’allègement de la fiscalité sur le capital, la baisse du coût du travail ou la réforme du marché du travail -, le président de la République a décidé de troquer sa politique pro-business pour tout miser sur le pouvoir d’achat.

Avec le Brexit et la récession allemande, la France a-t-elle une carte à jouer?

Sébastien Laye : A écouter Bruno Lemaire oui, mais les traders ne viennent toujours pas à Paris et nous n'avons plus d'industrie pour concurrencer celle des allemands...Soyons sérieux, l'Europe ralentit, le secteur manufacturier européen est en récession, nous sommes déjà affectés (remontée du chomage récente) et le ralentissement finira par nous rattraper: nous sommes simplement décalés dans le cycle économique..

Il faut s'attendre à une année 2020 atone pour l'économie francaise.

Michel Ruimy : Les dernières statistiques publiées montrent qu’avec une progression attendue du Produit intérieur brut (PIB) de 1,3% cette année, la France devrait même faire un peu mieux que la moyenne de la zone euro (1,2%). 

Ce résultat témoigne de la bonne résistance tricolore aux soubresauts de la conjoncture d’autant plus appréciable que d’autres économies européennes patinent. Dans un environnement européen et international morose, plusieurs éléments jouent en faveur de la France. D’abord, le pays n’est pas aussi exposé que ses grands voisins aux poussées protectionnistes.

 Ensuite, la demande intérieure reste solide. Encouragées par les taux bas et un accès facilité au crédit, dopées par le doublement exceptionnel du CICE, les investissements des entreprises devraient poursuivre leur progression, signe qu’elles n’ont pas fini de renouveler leurs équipements et qu’elles préparent l’avenir. De plus, dans la perspective des élections municipales de mars 2020, les investissements publics rebondissent. Néanmoins, il faut rester prudent. La progression de la consommation des ménages est faible au regard de celle du pouvoir d’achat. 

Combien de temps va encore durer cette résilience française ? Il ne faut pas oublier que le bon résultat de la France doit beaucoup aux mesures décidées par le gouvernement pour répondre à la crise sociale de l’hiver dernier. Elles ont représenté un effort de 17 milliards d’euros. Or, une bonne partie des ménages français ont privilégié l’épargne - voire la thésaurisation - à la consommation ces derniers mois. La demande intérieure devrait donc booster l’activité et pourrait être supérieure à la progression du pouvoir d’achat. Pour cela, ils pourront compter sur la bonne tenue du marché du travail et sur le fait que la croissance française est aujourd’hui plus riche en emplois. En effet, il y aurait environ 250 000 créations nettes d’emplois en 2019 et le taux de chômage poursuivrait sa baisse. 

Mais surtout, tout dépendra des évolutions internationales. Certes, il y a le Brexit mais il faudra aussi composer avec les éventuelles sanctions contre l’Europe décidées par les Etats-Unis, dans la foulée du feu vert donné par l’Organisation mondiale du commerce

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
fiscalité, France, Economie
Thématiques :
En savoir plus
Réforme de la fiscalité
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

04.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

07.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/11/2019 - 15:55
Et dans ces 60% de création
Et dans ces 60% de création supplémntaire, combien de microentreprises ? Cette augmentation relève simplement de l'ubérisation de notre société.
hoche38
- 18/11/2019 - 14:30
Heureuses congratulations!
Il est heureux et bien naturel que ceux qui l'ont fait roi, soutiennent Emmanuel Macron dans l'épreuve décisive où il s'est engagé.