En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 14 heures 50 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 15 heures 47 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 19 heures 42 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 20 heures 51 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 21 heures 30 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 22 heures 31 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 14 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 15 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 15 heures 8 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 15 heures 53 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 18 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 19 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 20 heures 4 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 20 heures 56 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 23 heures 4 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 14 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 15 heures
© RTL // Capture d'écran
© RTL // Capture d'écran
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

Publié le 11 novembre 2019
Trois ans après avoir perdu le double décisif de la finale, celui constitué par Christina Mladenovic et Caroline Garcia permet cette fois à la France de remporter la Fed Cup. Un succès magistral à graver dans le marbre, mais un succès en forme d'épitaphe.
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trois ans après avoir perdu le double décisif de la finale, celui constitué par Christina Mladenovic et Caroline Garcia permet cette fois à la France de remporter la Fed Cup. Un succès magistral à graver dans le marbre, mais un succès en forme d'épitaphe.

La France vient de remporter la dernière Fed Cup comme elle avait remporté la dernière Coupe Davis. Aux Nadal, Williams, Federer et Djokovic les premières places mondiales, les honneurs et les trophées les plus prestigieux... au tennis français les saladiers et les coupes à fruits. D'accord, tout est bien joli et décoratif à souhait ...mais pour combien de temps ? Il faut bien évidemment commencer par saluer la performance de l'équipe emmenée par Julien Benneteau et ne pas la minimiser car remporter la dernière édition (nous y reviendrons) de la Fed Cup est tout de même une sacrée performance... Battre une équipe d'Australie jouant sur ses terres, devant 15 000 supporters et emmenée par la numéro 1 mondiale (lauréate à Roland Garros et au Masters), c'est tout de même quelque chose. Au coeur d'une équipe bien soudée autour d'un capitaine qui a su fédérer des égos que l'on croyait irréconciliables, il faut souligner la performance de Christina Mladenovic et la résilience de Caroline Garcia. Si la première a remporté trois points lors de cette finale, la seconde a réussi une prestation aboutie lors du double décisif, un jour après avoir été néantisée (6/0 6/0) par la meilleure joueuse actuelle, Ashley Barty. On appelle cela une résurrection. Mais au coeur de cette satisfaction d'ensemble, déjà, une mélancolie d'un genre bien particulier nous guette... 

Une mélancolie par anticipation. C'est le cas lorsque l'on vit un moment d'une intense communion tout en sachant que cela ne sera plus. Pourquoi ? Parce que cette édition 2019 était la dernière sous ce format. Jusqu'à présent, presque calquée sur le modèle de la Coupe Davis, la Fed Cup offrait une dramaturgie unique, en cinq actes possibles et se concluait par un double. Le tout avec la formule "home and away" qui garantissait des ambiances exceptionnelles car terriblement partisanes... Ces moments-là et ces atmosphères merveilleuses vont disparaître. Bien entendu, la difficulté de l'organisation du calendrier international et la rentabilité d'une épreuve souvent désertée par les meilleures joueuses du monde convoquaient la régénération et la réforme de l'épreuve. Mais pas comme cela. Désormais, nous aurons droit à une sorte de Coupe du Monde du tennis, regroupant les douze meilleures équipes du moment sur une semaine et sur un lieu unique, avec seulement deux simples et un double par rencontre. Au final, plus d'argent certes, mais beaucoup moins d'âme. C'est donc dans cette atmosphère gaiement mortifère que les Françaises ont pu, hier matin, soulever le trophée. Une joie peut-être de courte durée ou pour le moins à relativiser... car l'ancien format favorisait l'équipe de France et toutes les nations dont la représentation dans le top 100 mondial était la plus élevée. Nous n'avions pas les stars, certes, mais, comme en Coupe Davis, nous avions les meilleurs seconds couteaux... la profondeur du banc compensait l'absence de vedettes. Et cela sauvait la vue d'ensemble. Un simple coup d'oeil sur les palmarès des Tricolores nous éclaire. En simple dames, depuis l'ère Open (1968), seules Pierce (deux fois), Mauresmo (deux fois également) et Bartoli (une fois) ont soulevé, en Grand Chelem, des trophées individuels. Sur plus de cinquante ans, c'est un maigre bilan, et il est à noter que la dernière victoire date de 2013.... Celui de l'équipe de France de Fed Cup n'est pas beaucoup plus flatteur car les bleues totalisent trois victoires (1997, 2003 et 2019) et trois finales (2004, 2005 et 2016)... Tout cela pour vous dire que ces victoires collectives nous arrangeaient bien car il s'agissait là, quasiment, des seules que nous pouvions raisonnablement ambitionner.

Ces succès collectifs sont à la fois le symbole de notre attachement sympathique aux belles traditions mais aussi révélateurs d'une inertie bien pratique. Car, en économie, comme en sport, l'attachement au vieux monde est souvent moins culturel qu'utilitariste. Nous disposons d'une des fédérations les plus puissantes de la planète, jouissant de près d'un million de licenciés, bien représentée au niveau des instances internationales et bénéficiant de l'exploitation d'un tournoi du Grand Chelem à la résonance mondiale. Mais finalement, que pèsent ces moyens au regard des résultats sportifs ? Responsable de la formation de l'élite, la Fédération Française de Tennis ne peut pas être exonérée de quelques questions qui nous taraudent. Le fait d'abaisser de deux classements le seuil d'accessibilité au diplôme d'Etat de moniteur de tennis peut-il réellement booster l'enseignement hexagonal ? Peut-on véritablement améliorer l'apprentissage global et sortir des champions en présentant des formateurs de moins en moins experts dans leur pratique ? Peut-on continuer à ne pas s'appuyer sur l'expertise de coachs travaillant sur des structures privées et dont les compétences sont reconnues internationalement ? Peut-on se priver, dans les instances décisionnaires, de l'expérience irremplaçable des nos glorieux anciens (lesquels sont quasiment absents de l'organigramme fédéral) ? Sur les dernières années, l'évolution du mode de calcul du classement français laisse également songeur. La "contre" n'existe plus. Autrement dit, une défaite concédée par un compétiteur contre un joueur moins bien classé n'engendre quasiment plus de pénalisation comptable. Certes encourager la pratique de la compétition en dédramatisant la défaite est un objectif vertueux... mais on peut être d'accord sur le constat tout en critiquant la solution... il suffit de regarder les meilleurs pour se rendre compte que la haine de la défaite pèse chez eux tout autant que l'amour de la victoire... D'autres mesures, encore, paraissent critiquables. Que penser de l'apparition d'un classement mensuel (une flatterie à durée limitée) et de la volonté de raccourcir les matchs (le troisième set traditionnel étant de plus en plus souvent remplacé par un super tie-break) pour rendre la pratique moins exigeante ? Pour finir, il est évident que la fédération, soucieuse de contester une offre concurrentielle de plus en plus féroce, a décidé de mobiliser la majorité de ses ressources dans le développement du nombre de ses licenciés. Mais sans champions, comment ferons-nous rêver demain ? En élargissant la focale, nous pourrions presque en conclure que la FFT est aussi victime d'une époque dans laquelle le divertissement des masses a pris définitivement le pas sur la recherche de la performance et de l'excellence. Sachons cependant, une dernière fois, nous réjouir de ce beau succès aux lumières vespérales en n'oubliant pas ceci: le bonheur est toujours anxieux, car il ne dure pas. Nous nous sommes orientés longtemps vers ce que les autres nations voulaient le moins. Demain, cela ne sera plus possible. 

 

Les résultats:

A Perth (Australie), France bat Australie: 3/2

Mladenovic (FR) bat Tomljanovic (AUS): 6/1 6/1

Barty (AUS) bat Garcia (FR): 6/0 6/0

Mladenovic (FR) bat Barty (AUS): 2/6 6/4 7/6 (1)

Tomljanovic (AUS) bat Parmentier (FR): 6/4 7/5

Garcia/ Mladenovic battent Barty/Stosur: 6/4 6/2

 

Remerciements à Xavier Darconnat et Pierre-Yves Scheer.

 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires