En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 37 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 6 heures 50 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 12 heures 1 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 12 heures 44 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 17 heures 26 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 3 heures 55 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 8 heures 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 11 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 12 heures 58 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 14 heures 3 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 16 heures 7 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 17 heures 5 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 10 heures
© Georges BENDRIHEM / AFP
© Georges BENDRIHEM / AFP
C'était mieux avant

Cette double nostalgie qui colore les hommages rendus à Jacques Chirac

Publié le 27 septembre 2019
Alors que les hommages se succèdent à la mémoire de Jacques Chirac, une certaine nostalgie des "années Chirac" et de ce qu'il incarnait en tant que président resurgit.
Jacques Julliard est journaliste, essayiste, historien de formation et ancien responsable syndical. Il est éditorialiste à Marianne, et l'auteur de "La Gauche et le peuple" aux éditions Flammarion.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Julliard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Julliard est journaliste, essayiste, historien de formation et ancien responsable syndical. Il est éditorialiste à Marianne, et l'auteur de "La Gauche et le peuple" aux éditions Flammarion.
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les hommages se succèdent à la mémoire de Jacques Chirac, une certaine nostalgie des "années Chirac" et de ce qu'il incarnait en tant que président resurgit.

Atlantico : Le décès de Jacques Chirac émeut l'opinion publique d'aujourd'hui. Au-delà de l'homme Jacques Chirac, éminemment sympathique, n'y a-t-il pas une nostalgie des années Chirac c'est-à-dire une époque à laquelle le Président de la République avait un pouvoir réel ?

Christophe Julliard : Je crois qu'en réalité il ne faut pas dire "au-delà de l'homme" car le rôle de l'homme dans ce cas précis est très important. Il n'est pas négligeable, puisque tout d'abord, Jacques Chirac a accompagné les Français durant plus de 30 ans mais aussi parce que c'était un homme très attentif à l'opinion publique. 

Il a toujours entretenu un rapport personnel avec l'opinion. La majorité des Français et du corps politique a d'ailleurs une forme de sympathie et de respect envers lui. Les sympathisants de droite voire d'extrême droite se souviendront qu'il a été un partisan résolu de l'Algérie française, se portant même volontaire pour rejoindre l'armée française sur place. Ceux de gauche, se rappelleront qu'il a commencé sa vie à l'extrême gauche -il a signé l'Appel de Stockholm qui a l'époque avait été signé par les communistes- et qu'il a très souvent donné à la gauche des gages non seulement sur la question du climat -il est l'un des premiers a avoir tiré la sonnette d'alarme- mais aussi parce que selon lui un Président se devait d'être très direct avec le peuple. 

La population se reconnaissait en lui, tout simplement parce qu'il savait être simple et même sympathique. Or, ce n'est pas donné à tout le monde : ni De Gaulle, ni Giscard, ni Mitterrand, ni Sarkozy, ni Hollande, ni même Macron ne possèdent ces deux qualités. mais Chirac portait en lui une sympathie pour le peuple qui le lui rendait bien. Ceci est d'ailleurs assez paradoxale puisque politiquement c'était un tueur qui n'a fait aucun cadeau à ses adversaires.

C'est donc pour ces raisons et contrairement à tous les autres présidents, que Jacques Chirac a fait l'unanimité des hommages, ce jeudi, de l'extrême droite à l'extrême gauche.

En revanche, je n'irai pas jusqu'à dire que Jacques Chirac avait davantage de pouvoir en tant que Président de la République que ses prédécesseurs. Il faut se méfier de l'illusion rétrospective. Chirac se faisait parfois appeler "facho Chirac" et a été à plusieurs reprises malmené...  

La vérité c'est que Jacques Chirac, a plusieurs reprise, a eu l’habilité de mettre la France en situation d'arbitrage comme l'avait fait le Général de Gaulle avant lui. L'exemple typique c'est le Proche-Orient : il la refusé de suivre les américains et a donné l'impression de maintenir à égalité la balance entre l'Est et l'Ouest. Cette position un peu gaullienne d'arbitrage qui lui donnait, en quelque sorte, un grand pouvoir était lié à la situation du moment. Chirac a donc su très bien s'adapter au terrain. Aujourd'hui, ce n'est plus possible puisqu'il n'y a plus deux blocs distincts et c'est donc bien plus difficile à faire. 

Edouard Husson : On est beaucoup dans la reconstruction légendaire. La popularité de Jacques Chirac a remonté dans les sondages après son départ de l’Elysée alors qu'il avait fini son second mandat sur plusieurs échecs successifs: en 2004, il décide, encore marqué par l’échec de la réforme Devaquet, de ne pas lancer la réforme de l’Université préparée par Luc Ferry. Ce sont finalement Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse qui l’ont faite. En 2005, c’est l’échec retentissant du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen. En 2006, c’est l’échec du Contrat Premier Emploi. Et en 2007, l’élection de Nicolas Sarkozy est le dernier camouflet subi par un Chirac vieillissant, qui avait tout essayé pour empêcher l’élection du trublion ancien soutien d’Edouard Balladur. Si l’on se souvient, en outre, que Jacques Chirac a passé cinq ans de cohabitation avec un premier ministre socialiste, on se dit que les Français projettent sur l’ancien président la nostalgie réelle d’une présidence forte, que le successeur de François Mitterrand a en fait moins incarnée que ce qu’on lui prête. Il est vrai que la situation économique était moins détériorée qu’aujourd’hui; la « fracture sociale » dénoncée par Chirac lui-même en 1995, était moins avancée. La vie politique restait structurée par une force de centre-gauche et une force de centre-droit. Et puis Jacques Chirac, qui avait longtemps eu la réputation de ne pas tenir en place, avait fini par se forger un masque d’impassibilité.  

N'a-t-on pas également la nostalgie d'un Etat qui avait davantage d'impact sur le monde, dont les positions étaient alors respectées? Le refus de la guerre en Irak est particulièrement significatif de ce point de vue. 

Edouard Husson : J’entendais hier ce dialogue dans un café parisien: le garçon disant à son patron: « C’est le dernier président qui a eu des c.... ». Réponse dubitative: « Pourquoi dis-tu cela? ». Explication: « Ah, eh bien il nous a évité une guerre de ouf! ». Effectivement, il restera sans doute une seule chose de Chirac dans la mémoire populaire, c’est le moment où il a été gaullien, en s’opposant aux côtés de l’Allemagne et de la Russie à une guerre illégitime lancée par les Etats-Unis. D’une manière générale, Jacques Chirac a mené une politique étrangère relativement identifiable. Il est significatif que Poutine l’ait mentionné récemment comme le chef d’Etat pour lequel il avait eu le plus de respect. Si l’on fait la part du calcul poutinien, c’était bien évidemment un signe envoyé à Emmanuel Macron: il est possible d’avoir de bonnes relations avec la Russie quand on est un président français. En fait, Jacques Chirac est devenu président à un moment où l'héritage du gaullisme en politique étrangère se faisait encore un peu sentir. Et il en a fait un usage somme toute modéré mais une ou deux fois spectaculaire: de la reprise des essais nucléaires français en 1995 à l’opposition à la guerre en Irak en 2003. 

 

Qu'est-ce qui a conduit à la réduction du pouvoir politique du Président d'une part, à celle de l'Etat d'autre part ? Quel sont les rôles de Jacques Chirac et du chiraquisme dans cette réduction ? 

Christophe Julliard : Vous avez raison. Le rôle de la France a diminué tout simplement parce que la France depuis le Général de Gaulle avait bénéficié de l'affrontement entre les deux blocs en jouant le rôle de balance et contre-balance. Chirac a, à son tour, repris ce jeux donnant donc à la France plus de poids qu'elle en avait réellement. Mais aujourd'hui, depuis la fin de l'URSS, cette posture n'est plus possible. Cela ne veut donc pas dire que Macron est moins habile que Chirac, mais c'est simplement la situation qui a changé : il peut demeurer des blocs régionaux mais il n'y a plus de blocs Est-Ouest comme cela a été le cas jusqu'en 1991. 

En ce qui concerne la politique intérieure, je pense que Jacques Chirac n'a pas eu plus de pouvoir ni plus d'influence que ses successeurs mais il a su en jouer habilement. Autrement dit, encore une fois cet homme a su à de nombreux moment exprimer une espèce d'unanimité nationale au-delà des partis. 

C'est très net encore une fois dans les affaires de politique étrangère mais même en politique intérieure. N'oubliez pas que Chirac est l'homme, qui en 1968, prend des risques et négocie avec la CGT et finalement permet au régime de subsister jusqu'au départ du Général. Jacques Chirac savait que la France était multiple et il tenait quelque chose de chaque parti politique. Ajoutez également, qu'il a commencé sa carrière politique à droite pour la finir à gauche, c'est un parcours assez exceptionnel : d'habitude les hommes font l'inverse. 

Jacques Chirac a incarné une image de la Nation et du patriotisme, de l'indépendance à l'écart des blocs qui n'existe plus à l'heure actuelle. Le Président est toujours l'homme dominant de la politique française mais la perception a changé. Et surtout Chirac savait s'adapter au terrain.... 

Edouard Husson : Le rôle de Jacques Chirac est essentiel dans le déclin de la fonction présidentielle: il a fait battre le candidat naturel des gaullistes en 1974; puis il a fait battre le candidat de droite sortant en 1981; puis il est entré en cohabitation avec François Mitterrand en 1986. Il a lui-même pratiqué une cohabitation de cinq ans entre 1997 et 2002. Entretemps, pour faciliter sa réélection, il avait fait passer la réduction du mandat présidentiel de sept à cinq ans. C’est sans doute sur ce point que Jacques Chirac porte la plus lourde responsabilité. D’ailleurs, vu la très faible participation à ce référendum, il aurait mieux valu surseoir à son application. En mettant en oeuvre la réforme, Jacques Chirac a largement contribué à cette présidentialisation du régime qui, en fait affaiblit le président. N’ayant plus la durée pour lui, et l’élection présidentielle se déroulant avant l’élection législative,  le président pense devoir se mettre en avant sur tous les dossiers. En fait, il devient une sorte de super premier ministre; tandis que le premier ministre est réduit à un rôle de secrétaire général du gouvernement. Ajoutons le choix de réduire la marge de manoeuvre des présidents et de leurs gouvernements en matière budgétaire, en adoptant l’euro. Cela fait beaucoup de prérogatives du président de la Vè République que le regretté Jacques Chirac aura rognées. 

 

Est-ce qu'il n'y a pas aussi la nostalgie d'une époque où les présidents pouvaient se convertir une forme de social démocratie sans que cela ne pose problème ? 

Edouard Husson : Je pense que c’est surtout la nostalgie d’une époque où le président pesait encore, apparemment, dans les choix politiques. Plus que de la « social-démocratie », c’était avant tout la faculté à mettre en oeuvre une politique économique indépendante. La succession de Jacques Chirac a fait apparaître le dilemme du quinquennat dans la zone euro: le président a désormais peu de temps pour convaincre, il n’a plus qu’à la marge, l’arme du déficit budgétaire et il faudrait, pour réussir, qu’il prenne des positions très tranchées: une politique d’immigration zéro effectivement appliquée aurait donné à Nicolas Sarkozy, par la réduction des dépenses publiques qu’elle aurait engendrée, une véritable marge de manoeuvre. Mais Nicolas Sarkozy avait l’intelligence politique de Donald Trump, non sa force de caractère. On se moque, et à juste titre, du « en même temps » macronien; sans voir qu’il n’est que la version actualisée de la pratique du pouvoir de Jacques Chirac: l’homme qui a commencé sa présidence en reniant l’esprit du gaullisme lors de la commémoration du Vel d’Hiv, en 1995 - jamais un vrai gaulliste n’aurait pu dire que « la France » avait en 1940 commis l’irréparable, Vichy étant un gouvernement collaborateur et la légitimité française se trouvant à Londres - mais l’a finie en rendant hommage aux très nombreux Justes de France - la protection des Juifs est la cause qui a uni les Français durant la guerre, bien avant que le pays ne bascule dans la Résistance. La différence entre Macron et Chirac, c’est celle entre deux vitesses d’essuie-glaces sur votre pare-brise. Le mauvais temps est plus fort pour l’actuel président que pour son regretté prédécesseur et il faut donc passer de droite à gauche et de gauche à droite avec une fréquence beaucoup plus élevée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CasCochyme
- 30/09/2019 - 19:28
souvenirs (suite)
[…] Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d'or où je me promenais avec Alain Juppé il y a trois ou quatre jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! [applaudissements nourris] Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur [rires nourris], eh bien le travailleur français sur le palier, il devient fou. Il devient fou. C'est comme ça. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n'est pas être raciste que de dire cela. Nous n'avons plus les moyens d'honorer le regroupement familial, et il faut enfin ouvrir le grand débat qui s'impose dans notre pays, qui est un vrai débat moral, pour savoir s'il est naturel que les étrangers puissent bénéficier, au même titre que les Français, d'une solidarité nationale... »
CasCochyme
- 30/09/2019 - 19:27
souvenirs
Intéressantes contributions. J’ajoute mes deux centimes. Respect pour son refus de se joindre au comique troupier Blair dans la grande aventure des néo-cons en Irak. Respect aussi pour ses incisives confidences d’Orléans, du 19 juin 1991, que le vizir Iznogoud (celui qui n’aimait pas la gélatine dans la mousse au chocolat à Rouen) d’aujourd’hui qualifierait sans doute de « nauséabondes » entre deux hommages guindés et hypocrites (dommage que J. Chirac ait fait tout le contraire dans les faits, d’abord dans les années 70, et ensuite en torpillant R. Barre, le seul qui avait au moins essayé de réparer concrètement les dégâts) : « Notre problème, ce n'est pas les étrangers, c'est qu'il y a overdose. C'est peut-être vrai qu'il n'y a pas plus d'étrangers qu'avant la guerre, mais ce n'est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d'avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d'avoir des musulmans et des Noirs […]
clo-ette
- 28/09/2019 - 13:23
Il n'y a pas de nostalgie particulière
due à cette époque, les choses ont simplement empiré depuis .