En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 13 min 15 sec
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 48 min 30 sec
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 1 heure 37 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 3 heures 32 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 14 heures 38 sec
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 15 heures 27 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 37 min 39 sec
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 58 min 1 sec
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 2 heures 20 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 3 heures 25 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 4 heures 17 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 14 heures 44 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 21 heures 46 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 23 heures 22 min
© XAVIER LEOTY / AFP
© XAVIER LEOTY / AFP
Tribune

Emploi à domicile : mais arrêtez d’emm*** les Français!

Publié le 24 septembre 2019
Bercy a une dent contre l’emploi à domicile.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bercy a une dent contre l’emploi à domicile.

La polémique qui prend corps sur la question des exonérations de cotisations patronales pour les aidants de personnes âgées de plus de 70 ans l’illustre. Ce changement de règles sur un sujet sensible est un nouvel avatar de l’instabilité fiscale et juridique que le ministère des Finances, et singulièrement la direction de la législation fiscale, font régner en France au gré des budgets et des chasses à la cagnotte. Cette instabilité touche particulièrement l’emploi à domicile, grande variable d’ajustement des gouvernements successifs depuis une dizaine d’années, au point que la fiscalité de ce secteur est devenue incompréhensible pour les particuliers.

Ce lundi, les Échos annonçaient l’intention du gouvernement pour trouver 350 millions en 2020 : limiter les exonérations de cotisations patronales pour les contribuables âgés de plus de 70 ans aux seules personnes dépendantes. Les autres devraient s’en passer à l’avenir. On mesure immédiatement l’impact sur l’emploi de ce type de mesure, annoncée à la mi-septembre pour entrée en vigueur au 1er janvier. Elle débouche forcément sur des arbitrages en catastrophe.

Ceux qui ne sont pas confrontés au sujet pensent forcément qu’il s’agit de caprices ou de soucis de riches, et selon la détestable mentalité ambiante, le glissement vers l’accusation d’évasion fiscale n’est pas loin. De l’autre côté de la barrière, la problématique est évidemment différente. Compte tenu des rigueurs du marché du travail, recruter une personne digne de confiance pour intervenir au domicile d’une personne âgée est tout sauf simple. Ceux qui ne pourront plus financer cette solution souvent laborieusement trouvée devront se reporter sur leurs enfants… ou choisir une installation en EPHAD.

Le grand désordre de la fiscalité en matière d’emploi à domicile

Toute la cruauté de la fiscalité en matière d’emploi à domicile est là. D’un côté, il y a des grandes masses, des chiffres, des décisions bureaucratiques. De l’autre côté, il y a une foule de destins qui changent brutalement selon les décisions qui sont prises à Bercy.

Et dans ce domaine, les changements répétés ont un impact colossal sur la vie quotidienne des classes moyennes.

La suppression des exonérations pour les personnes de plus de 70 ans va fragiliser des fins de vie qui s’approchent souvent de la dépendance, mais qui ne rentrent pas dans les critères administratifs. C’est par exemple le cas de la petite mamie de quatre-vingts ans, épuisée par une vie de paysanne, recluse dans sa ferme au fond d’un hameau, à plusieurs kilomètres de la première pharmacie ou de la première épicerie. Aujourd’hui, elle tient parce qu’elle peut rémunérer une voisine pour les quelques heures qu’elle effectue chez elle. Mais demain? Son départ pour la maison de retraite s’annonce, parfois loin de chez elle, compte tenu de la pénurie de structures et des tensions sociales qui y règnent.

Mais les familles savent aussi que l’instabilité fiscale règne sur les avantages accordés pour les gardes d’enfants à domicile. Si, provisoirement, ceux-ci ne sont pas remis en cause, la mise en place du prélèvement à la source les a fortement compliqués. Jusqu’au prélèvement à la source, les familles n’avaient pas à faire l’avance des crédits d’impôt. Depuis cette année, les familles ne sont remboursées de leurs avances que plusieurs mois après avoir payé leur personnel.

Une mesure qui cible les classes moyennes qui travaillent

Ces changements de pied et ces décisions à courte vue sont doublement pénalisantes pour les forces vives du pays. D’une part, elles touchent en priorité ceux qui travaillent selon des amplitudes horaires larges. Concrètement, les cadres qui s’époumonent à rester tard au bureau pour améliorer autant que faire se peut le fonctionnement d’entreprises de plus en plus concurrentielles doivent désormais payer plein pot la garde de leurs enfants pendant qu’ils sont au travail. D’autre part, leur capacité à changer de mode de garde est compliquée par des changements permanents de règles, alors que les salariés qui organisent leur vie autour de 35 heures de travail hebdomadaires, voire autour des minima sociaux, peuvent largement anticiper leur organisation personnelle.

Peut-on imaginer meilleure façon de décourager l’initiative ? Emmanuel Macron et sa majorité parlent beaucoup du mérite et de la reconnaissance au travail. Mais leur politique en matière de travail à domicile démontre le contraire.

Une trappe à travail dissimulé

La conséquence de ces choix est bien connue. Beaucoup de familles n’ont guère le choix et nie disposent pas de marge en matière d’organisation. Qu’il s’agisse de l’aide aux aidants, que le gouvernement veut pénaliser, ou de la garde de jeunes enfants, les couples de cadres sont coincés, d’ordinaire, par le forfait-jour et les débordements horaires imposés par l’entreprise. Pour beaucoup, les suppressions d’exonérations ou le report des crédits constituent une terrible saignée difficile à arbitrer.

Quel est le choix alors? Celui, massif, de « ne pas déclarer » les personnes qui interviennent au domicile. Plutôt que de changer l’organisation complète de son existence, le plus simple est de prendre le risque de payer son employé au noir, lui faisant du même coup perdre l’avantage d’une protection sociale et d’une stabilité de l’emploi. À moins que le ministère du Travail ne se découvre brutalement les moyens de doter les inspections du travail et les URSSAF de contrôleurs susceptibles de traquer ces emplois clandestins isolés, peu rémunérateurs, l’évidence est que beaucoup de ces employés vont basculer dans l’économie souterraine.

Arrêtez d’emm*** les Français avec les emplois à domicile

S’il existe bien un domaine où la fiscalité est empoisonnante, c’est celui de l’emploi à domicile. En théorie, celui-ci permet de sortir du chômage des travailleurs peu qualifiés, qui peinent à trouver un emploi en dehors des tâches de la vie quotidienne. En refiscalisant ou resocialisant massivement ces emplois, Bercy les condamne, alors même que le gouvernement prétend lutter contre le chômage de longue durée.

Une fois de plus, les calculs à courte vue de Bercy expriment une préférence pour le chômage plutôt que pour l’emploi, pour la maladie et la dépendance plutôt que pour la prévention et la santé, pour la fraude plutôt que pour la transparence. On y verra la permanence des valeurs propres à un gouvernement profond qui entend bien contrer, quoi qu’il arrive, les volontés de changement des gouvernements élus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 24/09/2019 - 14:32
IMPOT SUR L'IMPOT
Juste un complément d'infos : Ceux qui paient l'impôt sur le revenu - un peu moins de la moitié des français - paient ensuite taxe foncière, taxe d'habitation, taxe des ordures ménagères (TOM) ; sur ce qui reste, ils paient le salaire et charges de nos indispensables et charmantes soubrettes qui s'occupent de nos vieux parents malades et handicapés , ou de nos enfants.
Elles mêmes , en rentrant chez elles additionnent leurs faibles revenus à ceux de leurs conjoints et paient encore l'impôt, et ainsi de suite... C'EST L'IMPOT SUR L'IMPOT. Sinon : Travail au "gris" : 1H déclarée/2 H réalisées. Quant l'APA de 200,€ /mois en moyenne pour une grande dépendance GIR 3, dans des EPAD à minimum 2 000,-€/mois, il ne dispense pas de "l'obligation alimentaire " des enfants à l'égard des Parents.