En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 5 heures 35 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 8 heures 19 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 9 heures 44 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 10 heures 45 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Santé
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Terrorisme
Discrétion

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 14 heures 25 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 14 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 14 heures 28 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 7 heures 20 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 8 heures 39 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 10 heures 14 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Politique
Idiots utiles

L'instrumentalisation des extrêmes gauches : une astuce des partis de droite pour gagner les élections ?

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Société
« Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août ! »

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 14 heures 29 min
© DR
© DR
Atlanti-Culture

Le Schmock : C'est bon, mais FOG a fait mieux

Publié le 02 juillet 2019
En observant le destin de Schmock, ce petit mec oedipien, on comprend que tout est possible même le pire. Ceci étant, le roman de F.O. Giesbert est certes profond et sensible mais il pêche par certaines exagérations.
François Duffour est chroniqueur pour Culture-Tops et avocat au Barreau de Paris. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Duffour pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Duffour est chroniqueur pour Culture-Tops et avocat au Barreau de Paris. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En observant le destin de Schmock, ce petit mec oedipien, on comprend que tout est possible même le pire. Ceci étant, le roman de F.O. Giesbert est certes profond et sensible mais il pêche par certaines exagérations.

LIVRE

Le Schmock

De Franz Olivier Giesbert

Ed. Gallimard

RECOMMANDATION

            BON

THEME

Deux familles allemandes, les Gottsahl et les Weinberger, issues de la bourgeoisie éclairée qui lit Thomas Mann, apprécie la peinture d’Egon Schiele et préfère la musique de Brahms à celle de Bruckner, deux familles liées par une amitié éprouvée  par les vacances dans la villa bavaroise de « Sansoussi », cheminent de manière erratique dans l’Allemagne humiliée par le Traité de Versailles et ruinée par la crise politique et financière qui suivra, cet enchainement fatal nourrissant l’esprit de revanche et ses prolongements mortels, le nazisme et l’antisémitisme.

Les deux pères , Franz et Helmut, ont collaboré dans le même cabinet d’avocats, leurs femmes s’apprécient et prennent la même distance prudente avec la tutelle des hommes, les deux fils, Harald et Elie, vivent comme deux frères au point de partager à l’âge mûr le même amour pour la même femme, juive, très belle, vibrante, intelligente et affranchie, Elsa Kantor.

Les Gottsahl oscillent vis-à-vis des nazis entre mépris, scepticisme et opportunisme, le vieux Franz ayant éprouvé dès 1914 l’absolue médiocrité du petit caporal de Bohème qu’il comptait comme estafette dans sa compagnie combattant dans les Flandres du côté d’Ypres ; les Weinberger quant à eux cheminent entre abnégation, passivité, soumission et insurrection, au gré des évènements, des provocations et des craintes dues à leur « quart » d’ascendance juive, et aussi de leurs caractères. 

Quelques comparses viennent abonder cet aréopage, Gustav Schmeltz, un gros lard abject plein d’une sensiblerie libidineuse, complice des exactions nocturnes et sanguinaires des SA, Lila sa belle, jeune et fragile victime ; Werner von Hohenorff, un aristocrate prussien cynique, jaloux et cruel et bien sûr tous les vrais acteurs du drame, ceux que l’histoire a livrés à l’auteur, de l’artiste-peintre éconduit de l’Ecole des Beaux Arts en la personne d’Adolf Hitler, personnage atrabilaire, taré, complexé  et pétomane à Bormann, Himmler, Joseph et Magda Goebbels et tant d’autres dignitaires du régime rencontrés ici et là, à la faveur des dîners en ville ou de rares réceptions au Berghof.

POINTS FORTS

Un cheminement romanesque dans l’histoire bien réelle et tragique du nazisme, faisant des personnages du roman des acteurs de l’histoire et inversement.

Une contribution de plus mais toujours utile au décryptage de l’avènement du nazisme dans un pays à la culture vibrante et ancestrale, la fiction mêlée à l’histoire rendant l’exercice suggestif et pertinent.

Il y a loin de l’ascèse de la démonstration de Vuillard dans « l’Ordre du jour » à l’exubérance de Giesbert, mais les deux ouvrages contribuent à la même démonstration. Tout est possible, tout est à craindre. 

POINTS FAIBLES

Comme toujours avec l’auteur, un peu de démesure dans le choix et les traits de certains personnages, de certains faits eux-mêmes; ainsi l’amour d’Elie Weinberger pour sa compagne d’infortune, une truie qu’il pleure comme sa mère. FOG le végan nous a déjà dit son amour des animaux et en particulier celui qu’il éprouvait enfant pour le cochon de la ferme voisine dans « La dernière fois que j’ai rencontré Dieu » récemment paru, sans qu’il soit nécessaire d’y revenir aujourd’hui dans ce roman par ailleurs profond et sensible.

EN DEUX MOTS

Une bonne démonstration de la mécanique du drame et du crime par la somme des passivités, des lâchetés et autres abandons successifs, des opportunismes, des alliances perverses, des Illuminations collectives, démonstration déjà servie par l’auteur dans « La cuisinière d’Himmler », un ouvrage traitant de cette collusion parfois aimable avec les nazis.

Un bon livre alliant le roman et l’histoire pour les rendre crédibles tous les deux, sous la seule réserve de quelques exagérations qui peuvent passer pour des élucubrations, sans doute contre-productives. 

UN EXTRAIT

"Une attraction, cet Hitler. Avant de s’exprimer, il semblait en proie à des ruminations, des pensées sombres et, dès qu’il avait la parole, ça coulait de source jusqu’à ce que monte une tempête, un crescendo de fulminations, détonations, rugissements, barrissements. Sans parler des postillons qui tombaient comme des embruns sur les premiers rangs, et dont son corps était, avec les flatulences, généreux."

L’AUTEUR

Journaliste, éditorialiste, romancier et à sa manière historien, Franz Olivier Giesbert, alias FOG, reste inclassable et le veut ainsi. A droite pour les uns et à gauche pour les autres, il navigue en eaux claires ou en eaux troubles selon les jours, les rencontres et les expériences, comme un  poisson qui sait nager, avec un héritage littéraire par sa mère qu’il dit normande, de gauche et catholique, un autre héroïque par son père américain, débarqué sur les côtes françaises le 6 juin 1944.

Il a rencontrés tous les maitres du jeu politique, de Chirac à Mitterrand en passant par Sarkozy, les a servis et finalement trahis diront-ils, ainsi Mitterrand qui pourtant le convoquera pour une ultime et touchante balade sous les chênes et les pins de Latché, quelques mois avant l’épilogue, cet échange nourrissant un bel ouvrage de plus dans son abondante bibliographie,  «  Le vieil homme et la mort ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
FOG, livre, culture
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires