En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 3 heures 6 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 6 heures 8 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 6 heures 59 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 10 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 13 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 13 heures 37 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 14 heures 11 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 3 heures 31 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 6 heures 33 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 8 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 10 heures 1 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 12 heures 33 sec
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 12 heures 36 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 13 heures 33 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 14 heures 29 min
© Bénédicte Roscot
© Bénédicte Roscot
Atlantico Litterati

La galanterie, une hantise française ?

Publié le 09 juin 2019
Ah ! qu’en termes galants ces choses-là sont dites… ( d’après Molière :« Le Misanthrope »/ Philinte à Oronte, Acte I, scène 2).
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Eliette Abécassis
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romancière et essayiste, Eliette Abécassis alterne textes intimistes (La répudiée, Mon père, Un heureux événement), épopées (Qumran, Le Trésor du Temple, Sépharade) et essais (Petite métaphysique du meurtre, Le Livre des Passeurs, Le Corset invisible)....
Voir la bio
Christine Jordis
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Jordis est écrivain, critique littéraire, journaliste, membre du Prix Femina. Elle a notamment publié « Tu n’as pas de cœur » chez Albin-Michel. 
Voir la bio
Michelle Perrot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Perrot est historienne, professeur émérite d’Histoire contemporaine. Elle a publié notamment « George Sand à Nohant » aux éditions du Seuil.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ah ! qu’en termes galants ces choses-là sont dites… ( d’après Molière :« Le Misanthrope »/ Philinte à Oronte, Acte I, scène 2).

Professeur  émérite en Sorbonne Nouvelle- Paris 3  et enseignant à  l’université d’Oxford, Alain Viala a publié de nombreux ouvrages liés à la sociologie littéraire ( La France Galante /PUF, et « Le théâtre », co-écrit avec Daniel Mesguich/PUF). Chercheur, il a beaucoup  et longtemps réfléchi à la question de la galanterie, cette « mythologie française ». Ses travaux, conférences et publications ont souvent été articulés autour de cette  tradition qui traverse notre histoire, tant par ses expressions artistiques et culturelles, que par les usages et codes amoureux de l’aristocratie, puis de la bourgeoisie, usages et codes perdurant aujourd’hui. "Dans la France de l'Ancien Régime, la galanterie a été un idéal social de distinction longtemps prépondérant" , souligne l’essayiste, affirmant, lorsqu’on lui demande de préciser, que « La galanterie, c’est la qualité de ce qui est galant »…

Julia Kristeva, linguiste et écrivain, précise à ce sujet que dans certains pays de l’Est (dont la Bulgarie,  où elle est née) « la France jouit d’un grand prestige pour tout ce qui concerne l’invention de la démocratie, les sciences du droit, l’expérience des révolutions, mais aussi son art de la politesse et de la galanterie ». L’essai d’ Alain Viala (« La Galanterie » / Seuil), dont la construction et les rappels historiques exigent une lecture attentive, à petites doses, pour mieux comprendre ce sujet complexe, est une somme qui fait événement.

Des règles françaises du savoir-vivre  aux formes de la morale amoureuse, des « fêtes galantes » de Watteau à la « Bohème galante » de Nerval, sans oublier Verlaine (« Votre âme est un paysage choisi ») et le « Colloque sentimental »( « Dans le vieux parc solitaire et glacé, Deux ombres ont tout à l’heure passé » etc..), la galanterie  semble appartenir à une  solide mythologie française ;  le badinage,  ou l’art de la séduction, sont, par exemple, eux aussi, eux  encore « choses galantes ». Que penser  de cette tradition et de cette culture  en 2019 ?

« The famous french galantry is dead ! », s’exclament certains intellectuels féministes dans les pays anglo-saxons. La galanterie française afficherait une politesse trompeuse à l’égard des femmes  pour mieux figurer les masques de la domination masculine. Après « MeToo » et « Balance ton porc » , qu’en est-il chez les écrivains français ? Moquée, voire combattue, la galanterie serait elle devenue ringarde, ou retrouverait-elle ses couleurs? 

A l’occasion de la parution  de l’essai d’Alain Viala, quelques auteurs témoignent. 

 

Éliette Abécassis
(Ecrivain, auteure de "L'envie d'y croire"/ Albin-Michel) 

La galanterie est un symbole de l’élégance

La galanterie, hélas, c’est de plus en plus rare. C’est rare, les hommes qui aident les femmes à porter les valises dans les gares, qui les invitent systématiquement au restaurant,  les raccompagnent jusque devant leur porte le soir. 

Sous prétexte de féminisme et d’Ubérisation des mœurs,  les hommes ne sont plus galants . La galanterie c’est suranné et pourtant , la galanterie, c’est charmant . C’est une forme de courtoisie au sens de l’amour courtois, c’est un respect de la femme, un accompagnement de sa fragilité, une forme d’hommage, une manière de bienséance, de préséance,la galanterie est  chevaleresque. La galanterie est sage, chaste, gratuite et généreuse. Elle est le symbole de l’élégance.

La galanterie, pour moi, c’est la classe. aux antipodes de l’esprit bourgeois et petit- bourgeois, c’est un geste noble. C’est la reconnaissance de la féminité et en cela, c’est l’expression même de la virilité : c’est en cela que la galanterieest plus sexy que sexiste. Les hommes galants sont toujours ces hommes qui aiment les femmes. 

Et inversement. Ceux qui manquent de galanterie les méprisent profondément. La galanterie, c’est très masculin et pourtant, c’est féministe . C’est une célébration de la femme en tant qu’homme . 

Christine Jordis
(Ecrivain, critique littéraire, journaliste, membre du Prix Femina, auteure de « Tu n’as pas de cœur »/Albin-Michel)

La galanterie durera tant que nous aurons besoin de plaire

Ce que je pense de la galanterie ?  Le plus grand bien. C’est un mot qui fleure le passé, qui nous ramène à un contexte de savoir-vivre et de douceur quand les relations entre hommes et femmes (à l’intérieur de cercles privilégiés, il est vrai, comme, au XVIIe, le salon de Melle de Scudéry) étaient empreintes de respect et d’un certain goût de la séduction. La galanterie, c’est à mon sens l’exact contraire de la brutalité, de la grossièreté, des gestes malvenus dont se plaignent nombre de femmes à l’heure actuelle, quand, dans la rue, elles sont confrontées aux sifflements et apostrophes, dans le métro aux attouchements, frottements et autres réactions des plus primitives, lourdes et offensantes, avouons-le, dont on se passerait donc volontiers. Mais le mot « galant » existe toujours, il est bel et bien employé, brandi sur les réseaux sociaux, par exemple dans l’indignation que provoque, justement, l’absence de toute galanterie : l’autre jour, à la cérémonie de commémoration du 8 mai 1945, où l’on vit, sous une pluie battante, un gros monsieur bien au sec (l’ancien président François Hollande), abrité sous le vaste parapluie que tenait au-dessus de sa tête la dévouée Nicole Belloubet. « Mufle », « goujat », « gougnafier » écrivirent les internautes, « pas galant »… Non, pas galant pour un liard, c’est vrai, d’autres preuves nous ont été fournies. Alors, ce respect de la femme, qui parfois fait tristement défaut aujourd’hui, faudrait-il le rejeter au rang des accessoires, avec le sexisme dont il ne serait qu’une manifestation ? Supériorité avouée de l’homme sur la femme considérée comme plus faible, ces attentions, cette gentillesse, cette volonté d’aider – s’effacer devant une porte, porter une valise, offrir une fleur ? Non, ne cédons pas à la méfiance : toute galanterie ne dérive pas nécessairement vers la goujaterie. A nous de déceler les intentions derrière le geste et, au besoin, d’y mettre le holà. Le respect peut exister, ainsi qu’un réel besoin d’aider. Le jeune homme qui porte votre valise trop lourde dans les escaliers, le fera aussi (quoique avec moins de zèle sans doute) pour une vieille femme encombrée de paquets, espérons-le !

Au plus loin de la relégation des femmes sous leur linceul noir que propagent les islamistes radicaux, au plus loin, aussi, de la disparition du féminin appelée par la lutte professionnelle, la galanterie, terme démodé sans doute, continue de  nous hanter, et c’est bien ainsi. Elle durera tant que nous aurons besoin de plaire : c’est dire qu’elle a encore de beaux jours devant elle. Elle préserve au sein de la relation entre hommes et femmes cet érotisme diffus et léger qui laisse aux uns comme aux autres leur entière liberté – d’être et de comportement. Ainsi vient-elle au secours de la séduction, un plaisir délicieux qui peut s’exercer de multiples façons et dont nous serions bien bêtes de nous priver. Au nom de quel inacceptable embrigadement, d’ailleurs ?

Michelle Perrot 
(Historienne, professeur émérite d’Histoire contemporaine, auteure de « George Sand à Nohant » (Seuil).

La galanterie m’apparaît comme un objet archéologique 

«  Dans la gamme des relations qu’on peut avoir avec les hommes, la galanterie m’apparaît comme un objet archéologique ». 

(cf. « Lieux de mémoire », 11/O4/18 « France-Culture », réalisation Marie Christine Navarro).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 09/06/2019 - 19:51
J'ai connu un professeur de galanterie
Il s'appelait François Hollande. Il y avait aussi son pote Sapin qui tirait sur l'élastique de slip de femme journaliste.
cmjdb
- 09/06/2019 - 15:24
GALANTERIE
La galanterie est pour moi une disposition de l'esprit - je n'ose pas dire spirituelle, car je crains que le sens soit dévoyé - qui a ouvert la porte à la mixité. C'est à la fois reconnaître une faiblesse physique des femmes - il manque quelques kilos de muscles - , mais aussi qui créé la formule "les femmes et les enfants d'abord", l'enfant étant l'avenir, la femme portant la fécondation avenir de l'humanité.
La galanterie c'est la reconnaissance, par des hommes à l'esprit ouvert et subtile, que les femmes développent une sensibilité des sensations, sentiments, expressions , etc... sur lesquelles il peuvent s'appuyer pour appréhender plus finement leur environnement, tant dans la cellule familiale, professionnelle, amicale, etc...
La galanterie est un "lubrifiant" de la vie en société, réduisant les agressions, même le sifflet admiratif du trottin plein d'humour, permet de déclencher un sourire...