En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Uber-cool
Les propositions fortes d’Entreprise et Progrès pour la responsabilité des plateformes
Publié le 22 mai 2019
A l’occasion de la publication du livre-manifeste « La responsabilité - un défi pour les plateformes » d’Entreprise et Progrès (association de dirigeants d’entreprise fondée en 1970 regroupant 100 entreprises allant de la start-up aux grands groupes représentant 1 million d’emplois qui veulent faire de l’entreprise le bien commun, Yanis Kianski, président-fondateur d’Allocab, qui a participé à cet important chantier, répond à nos questions.
Président-fondateur d’Allocab
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yanis Kiansky
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président-fondateur d’Allocab
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’occasion de la publication du livre-manifeste « La responsabilité - un défi pour les plateformes » d’Entreprise et Progrès (association de dirigeants d’entreprise fondée en 1970 regroupant 100 entreprises allant de la start-up aux grands groupes représentant 1 million d’emplois qui veulent faire de l’entreprise le bien commun, Yanis Kianski, président-fondateur d’Allocab, qui a participé à cet important chantier, répond à nos questions.

Entreprise et progrès a rassemblé une trentaine d’experts (dirigeant d’entreprises, scientifiques, acteurs des plateformes, politiques) en partenariat avec Kea&partners et Steelcase  pendant toute une année pour formuler une dizaine de propositions fortes pour la responsabilité économique, sociale, sociétale, fiscale et environnementales des plateformes. 

Atlantico : Pouvez-vous nous présenter la société Allocab et son projet ?

Yanis Kiansky : Allocab est une plateforme VTC qui tend à être responsable. Nous sommes sur un marché complexe, mais nous croyons à un modèle responsable de plateforme de transport de personnes, qui travaille main dans la main avec la communauté des chauffeurs. Nous avons créé une plateforme avec un prix de course qui assure une rémunération juste pour les chauffeurs - qui leur permette de payer leurs charges et de se rémunérer convenablement - tout en conservant une offre attractive pour les clients.

Quand on me pose la question "qu'est-ce qu'une rémunération juste", je réponds que c'est simplement plus que le SMIC horaire. S'il n'est pas atteint, c'est qu'il y a un problème sur le prix de la course. Jacques Rapoport, médiateur pour les taxis et VTC, a écrit noir sur blanc dans son rapport que les chauffeurs VTC faisaient plus de 60 heures hebdomadaires pour gagner un SMIC mensuel, donc ça ne va pas. Nous accordons une réelle importance à la fabrication du prix pour les chauffeurs et les clients. Nous avons une relation équitable et transparente avec les chauffeurs, ils participent à un certain nombre de décisions (les nouvelles fonctionnalités de l'application, le prix de la course lorsqu'on se déploie dans une nouvelle région, les emplacements de prise en charge...).

Nous avons un positionnement premium qui va avec un service premium, et les chauffeurs apprécient et ils le rendent bien au client. Pour avoir un client satisfait, il faut avant toute choseun chauffeur satisfait de la relation avec la plateforme. Nous les encourageons à travailler avec d'autres plateformes et à développer leur clientèle personnelle. On cible plutôt le B2B ,qui constitue la majorité de notre chiffre d'affaire (60%). Nous sommes spécialistes de la réservation à l'avance en environnement complexe (gares, aéroports) où la prise en charge n'est pas forcément aisée, nous déterminons les meilleurs endroits de prise en charge. Les voyageurs d'affaires ont besoin de réserver à l'avance leur avion, leur hôtel et leur chauffeur.

Nous effectuons plusieurs dizaines de milliers de courses par mois, nous travaillons avec 13 000 chauffeurs sur l'ensemble du territoire et nous sommes présents au Royaume-Uni dans une trentaine de villes, via une plateforme partenaire. Nous sommes 63e dans le classement Financial Times des entreprises à plus forte croissance au niveau européen, et 12e au niveau français.  

 

Selon-vous, quels sont les problèmes posés par le fonctionnement actuel de la plupart des grandes plateformes? En quoi une plateforme "responsable", prônée par le manifeste « La responsabilité - un défi pour les plateformes » du think-tank Entreprise & Progrès se différencie-t-elle ?  

Les principaux problèmes qui se posent pour les chauffeurs qui travaillent avec les grandes plateformes sont le dialogue social et la rémunération. Concernant la rémunération, il est fondamental que le prix des courses reflète la durée du travail et n'écrase pas la valeur de celui-ci. Il est nécessaire de récréer un dialogue social avec ces travailleurs indépendants, qui travaillent principalement avec leur téléphone. Il faut leur offrir une protection sociale, avec une mutuelle santé, une prévoyance en cas d'accident (si le chauffeur se casse une jambe il ne peut plus travailler). Chez Allocab, nous avons mis en place des package avec prévoyance et mutuelle santé qui permettent aux chauffeurs d'être mieux couverts.

Récemment a eu lieu l'une des plus grandes introductions en bourse, celle d'Uber, avec des dizaines de milliards de dollars. La valorisation est incroyable, pourtant aucun chauffeur n'a eu sa part, la répartition de la valeur n'a pas été bien faite. Dès le début de l'année prochaine, Allocab va ouvrir son capital à ses chauffeurs, en tant que parties prenantes de la création de valeur, ils doivent profiter aussi. En France, les entreprises ouvrent en moyenne 3% de leur capital aux salariés. Dans le manifeste d'Entreprise et Progrès sur la responsabilité des plateformes, nous pensons que les salariés et les indépendants doivent avoir accès à au moins 10% du capital de l'entreprise. Chez Allocab, le capital est ouvert à 15% pour ses salariés et bientôt 25% pour les chauffeurs indépendants. Par conséquent nos chauffeurs sont beaucoup plus engagés, ont encore plus envie de réussir, c'est dans l'intérêt de tout le monde.

Concernant l'utilisation des données des utilisateurs, il faut être transparent et aller plus loin que le RGPD. L'exemple de Qwant montre que ça n'empêche pas de viser une rentabilité à court terme. On dit que les entreprises responsables anticipent l'évolution de la loi. Cette transparence vaut aussi pour les chauffeurs : ainsi l'application Allocab leur permet de connaître le prix de la course et destination. Ça peut sembler évident mais sur les autres plateformes, quand le chauffeur prend une course, il ne sait pas combien il va gagner ni où il se rend. La loi mobilités (LOM) veut d'ailleurs mettre fin à cette pratique.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires