En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
L’anti-cameléon
Le « En-même-temps » suffit-il vraiment à expliquer que pour les uns Emmanuel Macron soit incontestablement de droite alors que pour les autres, il n’est que le faux nez d’une gauche plurielle réinventée ?
Publié le 21 mai 2019
Emmanuel Macron a fait du "en même temps" la base de sa politique. Il est pourtant régulièrement accusé par la gauche d'être trop à droite et par la droite d'être à gauche.
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a fait du "en même temps" la base de sa politique. Il est pourtant régulièrement accusé par la gauche d'être trop à droite et par la droite d'être à gauche.

Atlantico : Est-ce que cette difficulté à le classer politiquement s'explique réellement par ce choix du "et/et" ? 

Maxime Tandonnet : Emmanuel Macron est l’ancien conseiller du président François Hollande et son ministre de l’Economie pendant deux ans. Il est venu à la politique par le parti socialiste. Ce sont des fondamentaux que certains ont oublié comme par magie. De fait, il a pris conscience en 2016 et 2017 du glissement de l’opinion française à droite, sur la sécurité, l’immigration, le rejet de l’assistanat. Alors que la France se dirigeait vers une alternance, il s’est substitué, à la faveur du scandale autour de la candidature Fillon, au candidat de droite en tenant un discours pouvant séduire une partie de la droite. Mais en même temps, il restait l’ex-ministre de la présidence Hollande. Il a donc tiré en 2017 sa force de cette ambiguïté en se présentant comme l’homme qui transcendait le clivage droite/gauche. Ce dépassement est désormais au cœur de son identité politique. Il se traduit par l’extrême personnalisation du pouvoir : elle permet de concentrer l’attention du pays sur une image personnelle, en évitant le plus possible des choix concrets de société qui renvoient au clivage droite/gauche.

Vendredi, au micro de France Info, Laurent Wauquiez est revenu sur le "en même temps" d'Emmanuel Macron. En faisant allusion à la liste Renaissance soutenue par Elisabeth Guigou, Ségolène Royal ou encore Daniel Cohn-Bendit il a affirmé que le centre de gravité d'En Marche était à gauche et que LaRem construisait une nouvelle gauche plurielle. Des propos que l'on peut mettre en relation avec les discussions en cours entre les sociaux-démocrates allemands et LREM en vue d'une possible alliance au Parlement Européen. Ces récents rapprochements constituent-ils un tournant dans sa politique ? 

Deux ans après l’élection présidentielle, tout se passe comme si la réalité reprenait ses droits et « l’ancien monde » rattrapait le « nouveau monde ». Plusieurs notables socialistes dont Mme Ségolène Royal se sont en effet prononcés en faveur de la liste LREM. En parallèle, plusieurs personnalités de droite, fortement tentées par la macronisme à une certaine époque, se sont ralliées à la liste LR, dont M. Estrosi, maire de Nice et M. Moudenc, maire de Toulouse. Il ne faut pas y voir vraiment la conséquence d’une inflexion à gauche de la politique menée par la présidence et son gouvernement. Le cumul des difficultés qui assaillent la présidence Macron – affaire Benalla, Gilets jaunes, impopularité, résultats économiques décevants, doutes croissant sur la réalité des réformes et l’image de réformateur – pousse les ralliés de 2017 à regagner les rangs de leur parti d’origine. Reste M. Raffarin : c’est peu… Toutefois, le mouvement en cours est préoccupant pour l’avenir du quinquennat. Il signe l’échec de la tentative de briser le clivage droite/gauche et sape l’un des fondamentaux de la présidence Macron.

 

Si Emmanuel Macron semble vouloir se rapprocher quelque peu de la gauche ces derniers temps -notamment après que LaRem ait été accusée de ne former, principalement, que des alliances avec la droite européenne- ne va-t-il pas se retrouver isoler de son électorat et de ses soutiens politique plus à droite ? Finalement, n’est-ce pas là la fin du en même temps qui paraît peu viable à long terme ? 

Oui, c’est une situation compliquée, sans aucun doute. L’objectif politique du macronisme était clairement d’engendrer une vaste troisième-force, unissant centre-gauche et centre-droit, et s’opposant aux extrêmes, de gauche et de droite.  La persistance de la formation LR surtout réunifiée autour de la candidature Bellamy aux Européennes, bat en brèche ce schéma. Quant à un basculement clair et net à gauche, il n’a rien d’évident non plus. Une grande partie de cette gauche, le parti communiste, les Insoumis, le parti socialiste ou ce qu’il en reste, est viscéralement hostile au macronisme pour des raisons idéologiques ou personnelles. La frange sociale-démocrate illustrée par Ségolène Royal, susceptible de lui apporter son soutien, ne suffira pas à lui assurer une majorité. Face à ce casse-tête politique sans issue, la tentation sera d’accentuer toujours plus loin la personnalisation des choses, la totémisation de la politique. La fuite dans le culte de l’image personnelle a un inconvénient : elle accélère l’usure du pouvoir, et transforme le chef de l’Etat en réceptacle des déceptions, des frustrations et des angoisses du pays. La crise politique française n’en est sans doute qu’à ses débuts…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
07.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 21/05/2019 - 20:06
gauche-droite
Gauche ou droite ne veut pas dire grand chose. Ce qu'on peut dire c'est que la politique de Macron est dans la continuité de celle de Hollande. La différence c'est qu'il est allé recruter quelques Juppéistes soucieux de leur carrière. Ceux qui trouvaient Hollande trop à droite considèreront Macron comme de droite et ceux qui trouvaient que Hollande faisait une politique de gauche le trouveront de gauche. Un jour vous devriez faire une liste de ce qui est de gauche et de droite comme ça tout le monde pourra parler de la même chose. On pourrait même déposer cette liste au pavillon de Breteuil avec le mètre étalon.
lasenorita
- 21/05/2019 - 17:53
Macron était un ministre socialiste!
Macron a été un ministre de Hollande, il raisonne comme un gauchiste, il est ''anti-Français'', il fait passer les musulmans ''étrangers'' avant les ''Français''.. Les gauchistes ont toujours été ''collabos'' avec l'ennemi! Pendant la guerre de 1939-1945:Laval,François Mitterrand étaient des gauchistes; pendant la ''guerre d'Algérie'' les gauchistes, tel le lieutenant Maillot, ''aidaient'' les fellouzes à tuer nos soldats et des civils innocents'',etc...en 1962:les gauchistes voulaient ''jeter à la mer'' les ''Français'' non-musulmans chassés de leur pays natal par les musulmans, etc....Pendant sa campagne présidentielle, Macron a fait croire aux Français qu'il n'était ''ni de droite, ni de gauche'' mais c'est un mensonge car c'est un ''gauchiste'' comme l'était François Mitterrand, etc..et il va couler la France comme l'ont fait tous les gauchistes!
AZKA
- 21/05/2019 - 13:25
Ni droite ni gauche, les 2 mon général
Libéralisme économique à boulot de merde et Davos aux commandes, et libéralisme culturel plein d'arc en ciel et d'assassinats dans la dignité (sans oublier le pétard à gogo et le voile pour toutes)