En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

07.

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 13 heures 5 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 14 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 18 heures 23 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 19 heures 46 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 20 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 20 heures 47 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 16 heures 9 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 16 heures 18 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 17 heures 32 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 19 heures 27 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 20 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 jour 5 heures
© FRED DUFOUR / AFP
© FRED DUFOUR / AFP
Pas que du cinéma

Méga-succès pour Avengers Endgame : première véritable brèche pour le soft power américain dans la grande muraille culturelle de l’Empire du Milieu

Publié le 16 mai 2019
Le film est d’ores et déjà le plus grand succès étranger en Chine deux semaines après sa sortie, marquant l’empreinte d'Hollywood sur le territoire du nouveau rival de Washington.
Jean-Yves Heurtebise
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Heurtebise est docteur en philosophie et maître de conférences à l'Université Catholique FuJen (Taipei, Taiwan). Il est aussi membre du CEFC (Centre d'études français sur la Chine contemporaine, Hong Kong). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le film est d’ores et déjà le plus grand succès étranger en Chine deux semaines après sa sortie, marquant l’empreinte d'Hollywood sur le territoire du nouveau rival de Washington.

Atlantico : Le succès colossal du dernier opus de la saga Avengers, Endgame, a également été partagé en Chine. Le film étant d’ores et déjà le plus grand succès étranger dans le pays, deux semaines après sa sortie, marquant l’empreinte d'Hollywood sur le territoire du nouveau rival de Washington. Comment mesurer l’impact culturel de la production américaine en Chine ?

Jean-Yves Heurtebise : Vos questions et cette interview tombent assez bien puisqu’à Monde Chinois Nouvelle Asie dont je suis le co-rédacteur en chef avec Emmanuel Dubois de Prisque nous venons de finaliser un numéro spécial sur le « cinéma sinophone après 1980 » et nous sommes en train de préparer pour la fin de l’année un numéro spécial sur le « soft power chinois ». Le succès d’Avengers : End Game en Chine pose en effet le problème du cinéma comme moyen du soft power d’une nation ou d’une « aire civilisationnelle ». Tout film est susceptible d’une double analyse selon sa nature : œuvre de cinéma d’un auteur ou production de l’industrie médiatico-culturelle. L’œuvre de cinéma pose des questions esthétiques et philosophiques qui interrogent l’humanité en son ensemble ; les productions cinématographiques posent des questions socio-politiques en tant qu’elles expriment quelque chose d’un milieu et d’une époque. Certains films peuvent se situer à la frontière entre les deux genres et demander une double analyse. Avengers : End Game se prête plutôt au second type d’analyse : que traduit-il, par son succès, d’un certain état du monde ?

Vous parlez de succès « colossal » ; des données chiffrées permettent de mieux mesurer le phénomène. Rappelons tout d’abord qu’Avengers : End Game est le 22ème film de l’univers des super-héros de Marvel (Iron Man, Thor, Hulk, etc.) et constitue la fin du cycle des « gemmes infinies » ouvert en 2008. Avengers : End Game pourrait devenir l’un des plus grand succès de l’histoire du cinéma. Après deux semaines d’exploitation, le film a généré des recettes de deux milliards trois cents millions de dollars dans le monde dont plus de 600 millions aux États-Unis et au Canada et presque 600 millions en Chine où le film a battu : le record de prévente, de premières, de ventes sur une journée et sur une semaine (386 millions). Tout cela pour un film de 356 millions auxquels s’ajoutent 200 millions dépensés pour le marketing. La Chine à elle seule a rendu le film rentable – intéressant pour un film dont un des principaux héros s’appelle « Captain America ».

Alors que la Chine s’est également engagée dans la voie des « blockbusters », dont le dernier épisode notable est Wandering Earth, comment mesurer la bataille culturelle que se livrent les deux pays sur grand écran ?

Pour l’instant le plus grand succès du box-office chinois est le film nationaliste ou du moins fortement patriotique Wolf Warrior 2 avec plus de 700 millions de dollars de bénéfice. Le film met en scène d’anciens militaires chinois sauvant les ressortissants chinois d’une usine locale mais aussi les employés africains en combattant des mercenaires européens. C’est la suite de Wolf Warrior où des membres de l’unité d’élite de l’Armée de libération chinoise (PLA) pourchasse un criminel protégé par d’anciens Navy SEALs. Avengers : End Game est actuellement « à la lutte » sur le marché chinois avec The Wandering Earth : dans ce film, vaguement basé sur une nouvelle de Liu Cixin, un ensemble d’astronautes chinois sauvent la Terre d’une catastrophe galactique (notamment grâce à une bouteille de vodka introduite clandestinement par un cosmonaute russe).

Pour ces trois films, les revenus générés le sont à plus de 95% au niveau national. Pour l’instant le problème n’est donc pas celui d’une compétition pour le box-office mondial : la « bataille » culturelle se joue d’abord en Chine. Le terme « bataille » est d’ailleurs peut-être impropre : dans une bataille, les soldats doivent appartenir à l’une ou l’autre armée, ici, les spectateurs des deux films sont en grande majorité les mêmes. En outre, pour essayer de nuancer l’impression de d’un monde culturellement bipolaire, il faut noter que ce mois-ci deux autres films étrangers ont brillé au box-office chinois et dépassé les attentes des analystes : Capharnaüm, film américano-franco-libanais de Nadine Labaki et Shoplifters, film japonais de Hirokazu Kore-eda.

En dévoilant leur programmation pour les prochaines années, les studios Disney annoncent que les films « Marvel » continueront de sortir à un rythme biannuel au moins jusqu’en 2027. Comment anticiper les effets de ces productions sur le public chinois en considérant que le succès continue d’être au rendez-vous ?

Avengers : End Game est comme son nom l’indique le dernier de la série – donc si l’univers persiste l’arc narratif devra être renouvelé. Devant le succès de ces films, la Chine pourrait être encline à contrôler encore plus le marché. Déjà elle utilise un système de black-out quasi complet des films étrangers pendant une période de l’année, depuis plusieurs années durant l’été, où seuls les films chinois sont visibles dans les salles : levée en 2016, la mesure fut réintroduite en 2017 et a fortement contribué au succès de Wolf Warrior 2 sorti pendant l’été.

Le succès d’Avengers est-il une anomalie ou le signe d'une vraie puissance culturelle américaine vis-à-vis de la Chine ? A quel point estimez-vous que le soft power américain a un réel impact en Chine aujourd’hui ?

Pour répondre à cette question, il faut revenir à la notion même de soft-power. Le terme de soft power se définit par ce à quoi il s’oppose : le hard power, c’est-à-dire l’ensemble des instruments militaires et économiques par lesquels un gouvernement impose sa volonté aux autres ; à l’inverse, le soft power, c’est l’ensemble des moyens médiatiques et culturels par lesquels une société incite les autres à adopter ses propres valeurs. Il faut aussi distinguer le soft-power de la propagande : la propagande est la mise en forme d’un message culturel par un État ; le soft-power est une projection culturelle plus ou moins indépendante du politique. Hollywood n’est pas Washington (et cela n’a jamais été plus vrai que sous la présidence Trump). C’est ce qui nourrit en grande partie son soft-power. Classiquement Hollywood met en scène le héros solitaire qui s’oppose à la veulerie du collectif et à la pesanteur de l’État pour révéler la vérité et sauver l’humanité. Les films Avengers proposent une variation intéressante en mettant en scène un héros collectif, une puissance de groupe basée sur la diversité. Le succès, notamment en Chine, montrent bien la puissance du soft-power « américain » par le contenu et par la méthode : diffuser des valeurs n’est pas imposer un message. Mais l’erreur serait de croire que le soft-power américain est synonyme de puissance des États-Unis. Le soft power consiste à dissocier la projection de valeurs avec la forme étatique qui l’abrite : l’Amérique (celle de Thoreau, Melville et Walt Whitman) ne sont pas les États-Unis (de Carter, Obama, Bush ou Trump). Le succès d’Avengers traduit un réel impact « américain » mais celui-ci n’est pas directement soluble dans une influence des États-Unis comme tels.

Si des Chinois peuvent aimer en masse Avengers : End Game, ce n’est pas, comme pourrait aussi le craindre le Parti, parce qu’ils deviendraient tous pro-US mais parce qu’ils puisent dans cette idée de l’individu en lutte contre un environnement hostile une source personnelle d’inspiration (qui ne va pas d’ailleurs nécessairement dans le sens d’une émancipation collective).

Plus que l’opposition, ce qui frappe, c’est d’ailleurs le mimétisme : pour combattre Hollywood, la Chine a développé un cinéma de plus en plus… hollywoodien. Tandis que, à l’inverse, Hollywood, pour gagner des parts de marché en Chine, produit des films « sino-compatibles » – comme dans Seul sur Mars où l’agence spatiale chinoise sauve Matt Damon et la mission de la NASA en offrant une technologie plus avancée. Soft-power américain mais qui intègre donc des éléments étrangers : dans le fait qu’aujourd’hui même le super-héros américain doive la jouer collectif ne pourrait-on pas y voir aussi une influence « asiatique » (succès mondial des Girl Group coréens) ?

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires