En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© TED ALJIBE / AFP
Véndémiaire
Mais que faisait là la frégate française expulsée par les Chinois dans le détroit de Taïwan ?
Publié le 27 avril 2019
Début avril, un navire de guerre français traversait le détroit de Taiwan, dans les eaux internationales, près de la Chine. Un passage qualifié "d'illégal" par Pékin.
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Début avril, un navire de guerre français traversait le détroit de Taiwan, dans les eaux internationales, près de la Chine. Un passage qualifié "d'illégal" par Pékin.

Atlantico : Au début de ce mois d'avril, quelques jours après la visite de Xi Jinping à Paris, une navire de guerre français traversait le détroit de Taiwan, dans les eaux internationales proches de la Chine. Un passage qui a été qualifié "d'illégal" par Pékin, et qui a entraîné l'annulation de la participation de la France à la parade navale des 70 ans de la marine chinoise. Comment expliquer cet incident ? 

Barthélémy Courmont : Il est fréquent de voir des navires français naviguer dans cette zone. La ministre des Armées a d'ailleurs rappelé que c'est le cas une fois par an en moyenne, soit dans le cadre de missions spécifiques, soit dans l'itinéraire choisi par la mission Jeanne d'Arc (qui navigue souvent en Asie, mais pas cette année). Ces missions, dont certaines se caractérisent également par une escale dans un port chinois, ne sont pas condamnées par la Chine. Il y a donc une nouveauté ici dans l'attitude de Pékin, qui ne fait que confirmer un incident de même nature et dans la même zone survenu il y a quelques semaines avec un navire américain. Cette crise nous rappelle la différence d'appréciation que Paris et Pékin font des eaux du détroit de Taiwan. Pour Paris, il s'agit d'eaux internationales et donc libres de navigation; pour Pékin il s'agit d'eaux territoriales chinoises, puisque la Chine revendique avec force sa souveraineté sur Taiwan. La France défend avec force la liberté de navigation, et de nombreux navires militaires transitent également par la mer de Chine méridionale, où les prétentions chinoises sont connues. Mais ce qui est nouveau, c'est cette mesure de rétorsion qui montre que la Chine se montre intransigeante dès lors que c'est la question taiwanaise qui est évoquée.

Comment expliquer le choix français de naviguer dans cette zone dans le contexte actuel ? Qu'est ce que ce choix implique dans ses relations avec Pékin, mais également avec Washington dont certains officiels ont salué le passage français ? 

D'abord, il convient de noter que la France n'a aucune raison de s'interdire de naviguer dans cette zone. Certes Paris entretient des relations diplomatiques avec Pékin, et non Taipei, mais la relation avec Taiwan ne se limite pas aux échanges commerciaux. On se souvient par exemple de la vente des frégates La Fayette à Taiwan, d'autant plus marquante que dans le même temps, l'UE imposait un embargo sur les ventes d'armes à la Chine, toujours en vigueur. Ensuite, il ne faut pas non plus voir dans le choix de naviguer dans cette zone une volonté de provoquer la Chine, ni de s'aligner sur les Etats-Unis. Que des officiels américains se réjouissent de la détermination française est une bonne chose, mais ce n'est pas dans un contexte de rivalité sino-américaine que cette action s'inscrit, d'autant qu'elle est comme indiqué précédemment assez courante. Cet épisode aura-t-il des conséquences dans la relation Paris-Pékin? Sans doute non, parce que la Chine compte beaucoup sur la France dans sa stratégie des nouvelles routes de la soie en Europe, et parce que Pékin n'a pas intérêt à voir se liguer contre elle plusieurs membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU. Mais la réaction chinoise ne fait que montrer à quel point Pékin ne sait pas se montrer flexible sur la question taiwanaise, et dans le même temps dans quelle mesure la France ne doit pas se plier aux exigences de la Chine dès lors qu'il s'agit de fondamentaux comme la liberté de navigation.

Que signifie ce regain de tension pour Taiwan ? 

Les tensions  sont vives depuis l'arrivée au pouvoir de Tsai Ing-wen, début 2016, et le resteront au moins jusqu'à la prochaine élection présidentielle taiwanaise, en janvier 2020. Tout dépendra en fait du profil du prochain président taiwanais. Depuis trois ans, la Chine a multiplié les actes malveillants, en plus de déclarations dures comme celle de Xi Jinping en début d'année. On se souvient aussi que même lors de l'expédition lunaire de la Chine, c'est Taiwan qui a été rappelé, comme pour dire que la Chine est dédormais capable de tout. Violation de l'espace aérien et maritime, pressions diplomatiques… les gestes hostiles ne manquent pas, et s'ajoutent à la mise en avant des forces d'invasion. Les Taiwanais ont appris à vivre avec cette rhétorique agressive et avec les mesures de rétorsion, isolement diplomatique et humiliations que Pékin leur fait subir. Et pourtant, cela n'empêche pas les deux entités d'être interdépendantes économiquement… La Chine contemporaine, décomplexée, multiplie les postures qui pourraient faire frémir dans sa relation avec Taiwan. Mais si la vigilance est de mise, il ne fat pas non plus y voir les prémices d'une invasion dont les conséquences sont totalement imprévisibles.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
frégate, Taiwan, Chine, France
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 28/04/2019 - 09:13
Hiris a raison
Le Dragon se tortille, mais il nous enmerde avec sa vision impériale des eaux internationales. Passons et repassons jusqu'à ce quils se calment.
Concernant la comparaison avec la Corse, elle est territoire français et Nice aussi. Taïwan est indépendante en attendant que les Taïwanais veuillent bien se faire Hong Kongiser.
Hiris
- 27/04/2019 - 16:14
J accuse
Vous avez manifestement oublié une notion importante citée dans l article d ailleurs "eaux internationales " que les chinois ne veuillent pas l accepter et imposent de façon dictatoriale leur vision de cette zone ,grand bien leur fasse mais nous ne sommes pas obligés de tenir compte de leur délire. Un grand bravo à la marine nationale Francaise de continuer a naviguer dans TOUTES les eaux internationales comme le prevoit le droit international , et ce sans vouloir faire de la provoc comme vous avez l air de le dire . Vous avez un problème avec l application de la loi on dirait ....
J'accuse
- 27/04/2019 - 12:01
Pas de vraie réponse à la question du titre
Une fois par an, c'est régulier mais pas "fréquent". Et que sont les "missions spécifiques" dont il est question pour justifier ces passages ? Pas un mot.
Si un navire français fait escale dans un port chinois, c'est qu'il y est autorisé, contrairement à ces passages qui irritent les Chinois.
Cela donne le sentiment que ces passages annuels sont un alignement sur les États-Unis qui veulent titiller la Chine avec ses alliés militaires (mais pas économiques) pour rassurer Taïwan sur leur soutien indéfectible.
J'ai du mal à croire que ces "missions" aient une quelconque nécessité, ni même un quelconque intérêt, en dehors de se confronter à la Chine.
La réaction chinoise est tout à fait compréhensible: après tout, si des navires de guerre chinois s'amusaient à passer tous les ans entre Nice et la Corse, la France râlerait certainement.