En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Edito
Quand le président du nouveau monde s’inspire largement de l’ancien
Publié le 26 avril 2019
On avait décrit l’annonce de la conférence de presse d’Emmanuel Macron comme une mission impossible.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On avait décrit l’annonce de la conférence de presse d’Emmanuel Macron comme une mission impossible.

Il est vrai que depuis son report à la suite de l’incendie de la cathédrale Notre Dame, les médias en avaient fait leur principal sujet, faisant ainsi monter un climat qui devenait progressivement anxiogène, car on savait qu’il ne pourrait satisfaire toutes les revendications exprimées à travers les multiples séances du grand débat.

Pour ce premier exercice, Emmanuel Macron a réussi une partie de son pari grâce à une aisance oratoire que personne ne lui conteste, jouant aussi au rôle du professeur qu’il affecte face à un auditoire de journalistes attentifs et plutôt disciplinés, dont les questions ont été généralement convenues. Sur le fond, sa performance ne se situe pas au même niveau, car elle reprend pour l’essentiel ce qui était déjà connu, sans que l’on perçoive le souffle qui était réclamé et espéré. Il s’est contenté de tirer une deuxième salve plus modeste après les dix milliards qui avaient été concédés, au moment de la crise ouverte des gilets jaune. Il a annoncé une baisse de l’ordre de cinq milliards de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes. Il a aussi fait marche arrière sur plusieurs points, notamment vis-à vis des retraités qui bénéficieront l’an prochain du retour de l’indexation de leur pension sur l’inflation au-dessous de deux mille euros, mesure qui sera étendue à l’ensemble de la catégorie à partir de l’année suivante. Il a décrété une sorte de statu quo sur les fermetures d’établissements ou de services publics dans les zones rurales, pour dissiper le malaise des régions.  A part quelques cas isolés, il n’a pas déroulé un éventail général de mesures concrètes, qui aurait aussitôt suscité la critique de ceux qui auraient pu être oubliés. Car c’est toujours au moment où l’on enregistre un léger mieux dans la conjoncture générale avec une baisse du chômage et la création de nouveaux emplois que les revendications se font plus fortes, chacun craignant de bénéficier moins que son voisin de l’amélioration de son pouvoir d’achat.

C’est dans ce contexte qu’Emmanuel Macron, qui confesse- ce qui ne peut manquer de surprendre – qu’il a mis près de deux ans pour comprendre la France d’aujourd’hui et certaines souffrances comme celles des femmes divorcées ayant des enfants à charge, a l’intention de se mettre en retrait, d’abandonner sa position jupitérienne, pour renvoyer au gouvernement, aux collectivités locales, aux syndicats une part des responsabilités qui leur incombent dans la transformation du pays. Insensiblement, on revient ainsi peu ou prou au monde d’ancien, avec la multiplication en perspective d’organismes de concertation, de missions chargées de rapports comme celle qui concerne le mode de recrutement des fonctionnaires, de créations nouvelles comme « un conseil de défense écologique pour mettre en oeuvre l’urgence climat ». Avec l’accent mis sur la décentralisation, le transfert de pouvoirs exercés par l’Etat aux collectivités. Ces dernières seront consultées sur le degré de responsabilités qu’elles entendent assumer. Une tâche délicate car il s’agira d’harmoniser des points de vue souvent contradictoires, comme l’ont montré les réunions du grand débat, et qui risquent de prendre beaucoup de temps.

On risque ainsi de s’orienter vers une France bavarde, d’autant que le chef de l’Etat a fait part de sa volonté de multiplier les occasions de dialogues citoyens. On peut s’interroger sur leur efficacité, quand on voit le peu d’avancement de certains dossiers comme celui des retraites. Attendre l’essentiel des réflexions de la base dans l’espoir de dégager un consensus démocratique alors que le développement des technologies, la multiplication des réseaux sociaux , conduisent les individus à évoluer dans un univers de plus en plus virtuel qui encourage l’affrontement plutôt que la compréhension de l’autre, risque de se traduire par d’interminables palabres, au moment où l’autorité de l’Etat devrait se manifester par des décisions réelles qui font aujourd’hui cruellement défaut.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
04.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
05.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
06.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
07.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
01.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires