En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Liberal$
Le dollar : plus menacé par Trump ou par les Démocrates-socialistes candidats à la Présidentielle de 2020 ?
Publié le 23 avril 2019
Bonne question, dans cette course américaine au creusement du déficit budgétaire !
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bonne question, dans cette course américaine au creusement du déficit budgétaire !

Aujourd’hui, Donald Trump inquiète les pays avec qui il commerce, alliés ou non, pour autant que cette différence ait encore un sens ! Et ses opposants Démocrates pour l’élection de 2020, de plus en plus à gauche, veulent certes taxer les riches, mais surtout augmenter les dépenses publiques : santé gratuite, baisse des frais d’inscription aux Universités, augmentation des dépenses publiques. Avec eux, une nouvelle explosion du déficit s’annonce : qui la financera ?

Donald Trump veut plus de déficit budgétaire avec des taux d’intérêt aussi bas  que possible et un dollar faible : c’est un problème ! Il met ainsi en risque la croissance mondiale, comme on le voit avec la Chine et désormais avec l’Allemagne, pour rééquilibrer ses échanges avec l’une et l’autre. En même temps, il proclame qu’il agit pour la grandeur des États-Unis : Make America Great Again, donc pour le dollar ! Il veut 3% de croissance, au-dessus d’un potentiel évalué de 1,5 à 1,8% avec une réindustrialisation ramenant des activités du Mexique ou du Canada, et freinant les délocalisations. Il veut aussi plus de dépenses publiques, quand le déficit dépasse déjà le trillion de dollars, 3,8% du PIB en 2019, après 3,5% en 2018.

Donald Trump ne s’inquiète pas du déficit budgétaire, car il ne s’inquiète pas de son financement. Dans son esprit, le Dollar reste la meilleure monnaie du monde. Par rapport à l’euro avec le Brexit, et à un Yuan très politique, il n’a pas tort, mais attention aux abus. Le financement de 22 000 milliards de dette publique (105% du PIB) ne l’inquiète pas, avec 27% de ce montant détenu dans des organisations intra-gouvernementales (pour les retraites des militaires ou la Sécurité sociale) et 73% de dette publique liquide, soit 16 600 milliards de dollars, dont 6 200 en mains étrangères. Mais ceci peut changer : on compte 1 100 milliards en mains chinoises, autant qu’en mains japonaises, mais le montant en mains chinoises n’augmente pas et la Russie a tout vendu. Qui achètera les futurs milliards de déficit : les gestionnaires américains, l’Arabie Saoudite ?

 

Les dépenses budgétaires envisagées par les Démocrates-socialistes, comme ils se nomment souvent eux-mêmes, ou Démocrates-Venezuéliens, comme les nomme Donald Trump, sont plus inquiétantes, car théorisées. C’est ici que l’on trouve la MMT, Modern Monetary Theory. De quoi s’agit-il ? De dire que les emprunts ne sont pas un problème, dès lors que leur coût est inférieur à la croissance nominale. C’est le cas : le 10 ans américain est à 2,6% et le PIB nominal américain augmente de 4,1%. Mathématiquement, le poids de la dette dans le PIB ne peut que baisser, mais pour autant que l’écart demeure ! Ceci implique qu’il y ait toujours de la croissance et des acheteurs des bons du trésor américain, et surtout sans regain d’inflation ! Les Démocrates-socialistes diront que ce sera le cas, du fait de leur politique !

 

Ce “déficit budgétaire sans pleur” est du Donald Trump dans les faits, et en théorie de l’Olivier Blanchard, l’ancien chef économiste du FMI, père de la Modern Monetary Theory ! Étrange rencontre ! Pas de surprise alors si Christine Lagarde ne la critique pas d’emblée, en la limitant à des circonstances limitées où une économie serait prise dans une trappe à liquidité, ou en déflation. Mais elle est bien forcée d’ajouter, à la réunion du FMI, qu’elle « n’est pas une panacée… (et) ne pourrait fonctionner de manière durable pour aucun pays ». On comprend le risque : celui où la contrainte budgétaire ne jouerait pas, jusqu’à une crise mondiale de la dette, en partant cette fois des grandes devises.

Mais Christine Lagarde ne dit pas que cette théorie correspond à ce que fait Donald Trump, et aussi le Japon et la France ! Dans le cas américain, cette « théorie » tient au fait que les bons du trésor trouvent preneur sans problème pour cause de dollar, au Japon parce que les Japonais achètent leurs bons, même à taux négatif, et ici parce que les bons du trésor français s’arrachent, même au tiers de l’inflation, car ils sont mieux payés que les bons allemands, pour un risque jugé voisin !

Avec Donald Trump, qui a de fortes probabilités d’être réélu, le dollar sera très sollicité pour le budget. Olivier Blanchard dira que ce n’est pas un problème si les investissements sont bien étudiés. Bien sûr, diront Donald Trump et les Démocrates-socialistes ! On entendra pareil au Japon et en France ! En fait, les Démocrates-socialistes sont plus dangereux pour la stabilité du dollar que Donald Trump, car les marchés n’apprécient pas leurs projets de taxes. Surtout, il n’est pas évident que le dollar cède avant le Yen ou l’euro. Si l’inquiétude naît, ce sera partout. Alors les taux monteront pour les monnaies, même grandes, en commençant par celles vues comme les plus fragiles : yen, euro, en attendant le dollar.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
04.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
05.
La Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Allemagne et voilà ce que ça change pour l’Europe
06.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
07.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires