En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Tolga AKMEN / AFP
Cherchez l’erreur
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
Publié le 18 avril 2019
Avec Marc Roche
Ernst&Young vient de publier le classement des pays qui devraient être les plus attractifs cette année en terme de fusions-acquisitions. Généralement dominé par les Etats-Unis, ce classement couronne cette année le Royaume-Uni.
Marc Roche a été journaliste au Soir, au Quotidien de Paris et au Point, avant de rejoindre l'équipe du Monde. Il publie également dans des journaux britanniques (The Independant, The Guardian) et participe à l'émission Dateline London de la BBC News....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Roche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Roche a été journaliste au Soir, au Quotidien de Paris et au Point, avant de rejoindre l'équipe du Monde. Il publie également dans des journaux britanniques (The Independant, The Guardian) et participe à l'émission Dateline London de la BBC News....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ernst&Young vient de publier le classement des pays qui devraient être les plus attractifs cette année en terme de fusions-acquisitions. Généralement dominé par les Etats-Unis, ce classement couronne cette année le Royaume-Uni.
Avec Marc Roche

Atlantico : Ernst&Young vient de publier le classement des pays qui devraient être les plus attractifs cette année en terme de fusions-acquisitions. Généralement dominé par les Etats-Unis, ce classement couronne cette année le Royaume-Uni, malgré un contexte qu’on pensait difficile. Comment l’expliquer ?

Marc Roche : Ce n’est pas étonnant. Le Brexit ne va pas enlever au Royaume-Uni ses avantages certains en terme de finance et d’économie. La City reste la City, le pays bénéficie d’un cadre légal très favorable et connaissant moins la corruption que ses concurrents sur le continent. La main d’oeuvre est très bien formée, particulièrement dans les secteurs clés que sont l’automobile, l’aéronautique et la pharmacie. Les investisseurs étrangers sont donc rassurés. Ils n’ont de toute façon jamais cru au Brexit brutal. Quelle que soit l’issue du Brexit désormais, on sait qu’il sera léger. 

Les temps d’incertitude et de troubles seraient donc passés ?

Exactement. Il y a eu une période d’incertitude et de doutes qui n’a cependant pas entrainé une réelle explosion des délocalisations. Celles-ci sont été très limitées finalement. En ce qui concerne la finance, on parle de 1500 postes depuis 2013, alors que la City compte 1 million d’emplois. Même chose dans l’automobile, où il y a eu des annonces de délocalisation mais qui sont liées à des questions de coûts qui touche tous les pays européens. 

Contrairement aux arguments des remainers, l’idée selon laquelle, en cas de victoire du Brexit, ce serait un désastre économique, il faut constater que l’économie se porte à merveille. 

L’embellie ne serait-elle pas d’une certaine façon d’autant plus spectaculaire qu’elle semble être le contre-pied soudain de cette perspective funeste d’un Brexit désastreux économiquement ?

Il a été aidé par la baisse de la livre sterling, par la dérèglementation du marché du travail, par la précarité de certains emplois. Tout cela, auquel s’annonce tout le soft-power britannique, avec toutes les universités notamment, force est de constater que le Royaume-Uni a préservé ses atouts malgré le Brexit. Et cela remet en cause la thèse selon laquelle on ne peut s’en sortir hors de l’Union européenne. 

Cela montre un certaine imperméabilité entre les troubles importants qui touchent la scène politique britannique et le bon fonctionnement de la scène économique…

Contrairement à la France, la sphère économique britannique n’est pas du tout en symbiose avec le monde politique. Ce sont deux mondes totalement séparés. Les gouvernements passent, de gauche et de droite, et la City et l’économie continue à mener ses affaires sans être particulièrement impactées. 

Même avec les gouvernements de gauche ?

Il est vrai qu’il y a un problème en ce moment, c’est que les milieux d’affaire sont terrorisés par l’idée d’une victoire de Jeremy Corbyn lors des prochaines élections, victoire particulièrement envisageable si le pays venait à avancer des élections prochainement. Ils se disent à rebours que s’il fallait attendre 2022, Jeremy Corbyn serait trop vieux et donc plus dangereux et qu’il est donc essentiel que des élections anticipées ne se fassent pas. Mais reste un autre problème, celui de trouver un leader pour le Parti Conservateur, qui ne soit pas un Brexiter - exit Boris Johnson donc mais un modéré, plutôt Remainer. Ils ont besoin de ce leader pour mener la deuxième partie des négociations, c’est-à-dire les négociations commerciales. Et pour l’instant, cette personne n’a pas été trouvée. 

Sur ce point le leadership conservateur n’est donc pas bien vu ?

Theresa May est condamnée. Elle partira quand un accord avec l’Union européenne sera signé. L’aile des Brexiters n’est pas désirée : on cherche plutôt aujourd’hui une sorte de Blair de droite. Il faut qu’il soit pro-business, conservateur et en même temps avec une fibre sociale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
07.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JCA2012
- 18/04/2019 - 18:15
Brexit...
Tout est encore littérature..car pour le moment l'UK n'est encore pas sortie de l'Union Européenne ..et profite encore du statut de membre...et l'on en sait pas encore comment la sortie va se passer.
Combien de soit disant experts...se sont mis le doigt dan l'oeil dans le passé.... Ils sont comme les météorologistes qui ne sont surs que du temps qu'il a fait..hier.
Et puis E&Y..une société ..anglo-saxonne ...donc..tout est dit.
Benvoyons
- 18/04/2019 - 14:22
Il n'y a pas eu de Brexit donc se gargariser de vous voyez tout
va bien est hautement humoristique. Faut savoir si l'UK signe avec l'UE sa sortie & bien il restera 1an1/2 encore sans aucune momification pour les relations économique avec l'UE. Pendant cette année 1/2, cela sera la négociation pour se mettre au même niveau que les autres accords de l'UE avec l'extérieur. Donc avec des contraintes douanières puisque l'UK ne sera plus libre dans le marché de 540millions d'habitants. Le Japon a signé avec l'UE alors que l'UK faisait du moins disant que l'UE avec le Japon pour garder un avantage sur l'UE & il n'en a rien été :)::))
Maintenant si No deal & bien l'UK tombera immédiatement dans les termes commerciaux de l'OCDE. Il ne faut pas oublier que dans l'UE il y a l'Irlande qui offre un cadre attrayant alors même si l'UK voulait se mettre au même niveau, l'Irlande est dans le libre marché de 540millions sans les contraintes douanières, alors que l'UK ni sera plus. Maintenant si les UK votent pour les députés UE & bien nous aurons un vrai sondage de ceux qui veulent rester & ceux qui veulent partir & sans refaire un référendum. :)::))
REAGAN
- 18/04/2019 - 11:08
brexit
tous les Cassandre sur l après vote avec une vision apocalyptique de l économie anglaise en sont pour leurs frais
mais les mêmes continuent a annone les mêmes bêtises car ils ont du mal a se renier
dans les repas avec mais amis je me marre de leur revirement sur le Brexit et j oublie sur Trump aussi c est fou ce que les gens ont la mémoire courte car sans complexe ils disent le contraire de ce qu ils disaient il y a deux ans mais en vérité les chiffres sont têtus