En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Clooney : le sexe plutôt que la politique

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

06.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Accusations
Jean-Luc Mélenchon dénonce les pratiques de Quotidien devant le tribunal
il y a 6 heures 33 min
light > Culture
Bonheur des fans
Un nouvel album posthume de Johnny Hallyday va sortir le 25 octobre
il y a 7 heures 17 min
pépites > International
Idéologie
Chine : les journalistes des médias d'Etat vont être soumis à un test de fidélité envers le président Xi Jinping
il y a 8 heures 23 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
L'avenir de la Syrie au cœur de la réunion tripartite entre l'Iran, la Turquie et la Russie
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Santé
Santé

Vers de nouveaux médicaments capables d’atténuer les douleurs liées au vieillissement

il y a 10 heures 36 min
pépites > Politique
"Macron's Moment"
Emmanuel Macron dresse le bilan de son mandat et de la crise des Gilets jaunes dans le magazine Time
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Politique
Réformes

Cet obstacle qui bloquera toute véritable simplification administrative aussi longtemps qu’il ne sera pas levé

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Environnement
Mobilisation

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Politique
Grand oral

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Environnement
Solutions

Pourquoi la taxe carbone ferait plus de mal que de bien

il y a 15 heures 39 min
light > Culture
Principe de précaution
Les Journées du patrimoine menacées par la mobilisation des Gilets jaunes
il y a 6 heures 58 min
pépites > France
Sécurité
Manifestation des Gilets jaunes : dispositif sécuritaire renforcé à Paris ce samedi 21 septembre
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "Les Dictateurs" de Jacques Bainville

il y a 9 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les aiguilles se décentrent et quand les couleurs se concentrent : c’est l’actualité des montres quand vient l’automne
il y a 10 heures 17 min
pépites > Justice
LFI
Trois mois de prison avec sursis requis contre Jean-Luc Mélenchon
il y a 10 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Calendrier
Xavier Bertrand "pense" à la présidentielle de 2022
il y a 12 heures 39 min
décryptage > France
Un vrai café
Financement

SOS, le groupe associatif capable de rassembler 200 millions d’euros pour sauver les cafés de nos campagnes (oui, mais les sauver de quoi au juste...?)

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Religion
Dieu reconnaîtra les siens

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Politique
Droite sociale et régalienne

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

il y a 15 heures 35 min
décryptage > France
Prévisions

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

il y a 15 heures 54 min
© Tolga AKMEN / AFP
© Tolga AKMEN / AFP
Cherchez l’erreur

Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit

Publié le 18 avril 2019
Avec Marc Roche
Ernst&Young vient de publier le classement des pays qui devraient être les plus attractifs cette année en terme de fusions-acquisitions. Généralement dominé par les Etats-Unis, ce classement couronne cette année le Royaume-Uni.
Marc Roche a été journaliste au Soir, au Quotidien de Paris et au Point, avant de rejoindre l'équipe du Monde. Il publie également dans des journaux britanniques (The Independant, The Guardian) et participe à l'émission Dateline London de la BBC News....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Roche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Roche a été journaliste au Soir, au Quotidien de Paris et au Point, avant de rejoindre l'équipe du Monde. Il publie également dans des journaux britanniques (The Independant, The Guardian) et participe à l'émission Dateline London de la BBC News....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ernst&Young vient de publier le classement des pays qui devraient être les plus attractifs cette année en terme de fusions-acquisitions. Généralement dominé par les Etats-Unis, ce classement couronne cette année le Royaume-Uni.
Avec Marc Roche

Atlantico : Ernst&Young vient de publier le classement des pays qui devraient être les plus attractifs cette année en terme de fusions-acquisitions. Généralement dominé par les Etats-Unis, ce classement couronne cette année le Royaume-Uni, malgré un contexte qu’on pensait difficile. Comment l’expliquer ?

Marc Roche : Ce n’est pas étonnant. Le Brexit ne va pas enlever au Royaume-Uni ses avantages certains en terme de finance et d’économie. La City reste la City, le pays bénéficie d’un cadre légal très favorable et connaissant moins la corruption que ses concurrents sur le continent. La main d’oeuvre est très bien formée, particulièrement dans les secteurs clés que sont l’automobile, l’aéronautique et la pharmacie. Les investisseurs étrangers sont donc rassurés. Ils n’ont de toute façon jamais cru au Brexit brutal. Quelle que soit l’issue du Brexit désormais, on sait qu’il sera léger. 

Les temps d’incertitude et de troubles seraient donc passés ?

Exactement. Il y a eu une période d’incertitude et de doutes qui n’a cependant pas entrainé une réelle explosion des délocalisations. Celles-ci sont été très limitées finalement. En ce qui concerne la finance, on parle de 1500 postes depuis 2013, alors que la City compte 1 million d’emplois. Même chose dans l’automobile, où il y a eu des annonces de délocalisation mais qui sont liées à des questions de coûts qui touche tous les pays européens. 

Contrairement aux arguments des remainers, l’idée selon laquelle, en cas de victoire du Brexit, ce serait un désastre économique, il faut constater que l’économie se porte à merveille. 

L’embellie ne serait-elle pas d’une certaine façon d’autant plus spectaculaire qu’elle semble être le contre-pied soudain de cette perspective funeste d’un Brexit désastreux économiquement ?

Il a été aidé par la baisse de la livre sterling, par la dérèglementation du marché du travail, par la précarité de certains emplois. Tout cela, auquel s’annonce tout le soft-power britannique, avec toutes les universités notamment, force est de constater que le Royaume-Uni a préservé ses atouts malgré le Brexit. Et cela remet en cause la thèse selon laquelle on ne peut s’en sortir hors de l’Union européenne. 

Cela montre un certaine imperméabilité entre les troubles importants qui touchent la scène politique britannique et le bon fonctionnement de la scène économique…

Contrairement à la France, la sphère économique britannique n’est pas du tout en symbiose avec le monde politique. Ce sont deux mondes totalement séparés. Les gouvernements passent, de gauche et de droite, et la City et l’économie continue à mener ses affaires sans être particulièrement impactées. 

Même avec les gouvernements de gauche ?

Il est vrai qu’il y a un problème en ce moment, c’est que les milieux d’affaire sont terrorisés par l’idée d’une victoire de Jeremy Corbyn lors des prochaines élections, victoire particulièrement envisageable si le pays venait à avancer des élections prochainement. Ils se disent à rebours que s’il fallait attendre 2022, Jeremy Corbyn serait trop vieux et donc plus dangereux et qu’il est donc essentiel que des élections anticipées ne se fassent pas. Mais reste un autre problème, celui de trouver un leader pour le Parti Conservateur, qui ne soit pas un Brexiter - exit Boris Johnson donc mais un modéré, plutôt Remainer. Ils ont besoin de ce leader pour mener la deuxième partie des négociations, c’est-à-dire les négociations commerciales. Et pour l’instant, cette personne n’a pas été trouvée. 

Sur ce point le leadership conservateur n’est donc pas bien vu ?

Theresa May est condamnée. Elle partira quand un accord avec l’Union européenne sera signé. L’aile des Brexiters n’est pas désirée : on cherche plutôt aujourd’hui une sorte de Blair de droite. Il faut qu’il soit pro-business, conservateur et en même temps avec une fibre sociale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JCA2012
- 18/04/2019 - 18:15
Brexit...
Tout est encore littérature..car pour le moment l'UK n'est encore pas sortie de l'Union Européenne ..et profite encore du statut de membre...et l'on en sait pas encore comment la sortie va se passer.
Combien de soit disant experts...se sont mis le doigt dan l'oeil dans le passé.... Ils sont comme les météorologistes qui ne sont surs que du temps qu'il a fait..hier.
Et puis E&Y..une société ..anglo-saxonne ...donc..tout est dit.
Benvoyons
- 18/04/2019 - 14:22
Il n'y a pas eu de Brexit donc se gargariser de vous voyez tout
va bien est hautement humoristique. Faut savoir si l'UK signe avec l'UE sa sortie & bien il restera 1an1/2 encore sans aucune momification pour les relations économique avec l'UE. Pendant cette année 1/2, cela sera la négociation pour se mettre au même niveau que les autres accords de l'UE avec l'extérieur. Donc avec des contraintes douanières puisque l'UK ne sera plus libre dans le marché de 540millions d'habitants. Le Japon a signé avec l'UE alors que l'UK faisait du moins disant que l'UE avec le Japon pour garder un avantage sur l'UE & il n'en a rien été :)::))
Maintenant si No deal & bien l'UK tombera immédiatement dans les termes commerciaux de l'OCDE. Il ne faut pas oublier que dans l'UE il y a l'Irlande qui offre un cadre attrayant alors même si l'UK voulait se mettre au même niveau, l'Irlande est dans le libre marché de 540millions sans les contraintes douanières, alors que l'UK ni sera plus. Maintenant si les UK votent pour les députés UE & bien nous aurons un vrai sondage de ceux qui veulent rester & ceux qui veulent partir & sans refaire un référendum. :)::))
REAGAN
- 18/04/2019 - 11:08
brexit
tous les Cassandre sur l après vote avec une vision apocalyptique de l économie anglaise en sont pour leurs frais
mais les mêmes continuent a annone les mêmes bêtises car ils ont du mal a se renier
dans les repas avec mais amis je me marre de leur revirement sur le Brexit et j oublie sur Trump aussi c est fou ce que les gens ont la mémoire courte car sans complexe ils disent le contraire de ce qu ils disaient il y a deux ans mais en vérité les chiffres sont têtus