En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français
Le grand débat. Le grand début ou la petite fin ?
Publié le 15 avril 2019
Un grand déba…llage ? Une grande dé…bâcle ? Un vrai dé…luge. Que devons nous redouter du grand débat ?
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un grand déba…llage ? Une grande dé…bâcle ? Un vrai dé…luge. Que devons nous redouter du grand débat ?

Selon les prévisions, il ne fera que des déçus, car les attentes sont telles, que les mesures qui en seront issues, ne feront que réactiver le feu des Jaunes, exciter les opposants de toute nature, puisque désormais, tout le monde est contre tout, et jamais pour rien d’intelligible, à défaut d’être intelligent. Tout le monde veut tout et surtout n’importe quoi, et plutôt son contraire. Mais le contraire du néant, c’est toujours le néant. Toujours plus d’avantages, sans penser à leur coût. Toujours plus de court terme, sans penser au lendemain. Toujours plus de cigales et si peu de fourmis. Le grand débat pourrait être la fin de quinquennat, et le début de nos « emmerdes ».

Quand chacun crie ce qu’il souhaite obtenir, sans jamais se poser la question de sa propre contribution, on comprend vite que la balance pèsera encore sur le déficit, ou punira les coupables que l’on aime tant pendre, en France. Ceux qui produisent, qui travaillent et réussissent, et qui devraient passer leur temps à s’en excuser. On souhaite qu’ils réussissent pour les autres, mais jamais pour eux, car dans une société communiste ou chrétienne, qui « communient » plutôt bien sur ce sujet, les riches seront punis de n’avoir partagé leurs richesses avec les pauvres. La seule différence c’est que le communiste met la punition à exécution sur terre, quand la religion laisse le riche dans une forme de purgatoire fiscal, de sursis d’imposition reporté après la mort. Ce qui est déjà un progrès notable pour un entrepreneur !

Il faudra donc que le Président donne un « os à ronger au peuple», afin qu’il puisse se sentir rassasié, puisque la punition de victimes expiatoires semble lui suffire le plus souvent. Même sans bénéfice pour eux. Le maintien de la volonté du retour de l’ISF, au premier rang des requêtes issues du grand débat, cet impôt qui a tant coûté à la France, par la fuite de tant d’entrepreneurs, qui ont quitté notre pays, alors qu’ils auraient pu y investir leur argent. L’ISF a coûté aux plus démunis un argent qu’ils réclament aujourd’hui. Preuve que punir ceux qui réussissent leur suffit, même si cela ne leur rapporte rien. La jalousie est plus forte que l’estomac. Paradoxe humain.

Le cerveau qui semble plus aimer le châtiment que la récompense, se contente de croire que son compte en banque et son estomac sera plus rempli, une fois le « riche » délesté d’une partie d’une fortune, qu’il n’a pourtant pas volé. Surtout quand on considère que nombre de ces « riches » viennent de milieux modestes et ne l’ont effectivement pas volé. Comme disent les Chinois « mettre le riche à la diète, ne rassasie pas le pauvre » !

Il faudra donc punir quelqu’un, le crucifier sur l’autel de la justice fiscale, une justice qui fait déjà peser 80% de l’impôt sur le revenu sur 20% de la population. Le moyen haut du panier peut-être, puisqu’on a évoqué l’augmentation des impôts pour les revenus supérieurs à 150K. Une hérésie de plus. A force de pousser le haut vers le bas, nous n’aurons plus que des pauvres sous le niveau de flottaison. L’avantage évident de cette situation sera que la jalousie sera alors rassasiée et que le communisme démocratique aura triomphé. Si ce sont ces solutions qui prévalent, alors nous entrepreneurs auront « la nausée mais les mains propres » pour dévoyer la phrase de Sartre. Si encore ce sacrifice pouvait servir à repartir à fonds sur les réformes et leur rythme. Car sans elles, la France n’aura définitivement plus d’avenir. Plus de riches, pas d’avenir. Plus de bras, pas de chocolat ! La France n’aura d’avenir que le jour où elle comprendra que l’élévation sociale doit être récompensée, la réussite encensée, et qu’un pays qui offre un espoir d’élévation sera toujours plus prospère que celui qui encense la castration de la réussite au profit de la médiocrité. Il est si facile de réconcilier la réussite de certains, qui y sacrifient tant, et la réussite collective. Il suffit qu’elle soit véritablement ouverte à tous, et que la richesse soit équitablement répartie. Non par la spoliation, mais par le contrat social. Sociétal. Les entrepreneurs y sont prêts. Et vous, les politiques ? Si prompt à sacrifier ceux qui paient vos erreurs, pour maintenir votre pouvoir. A offrir des victimes au peuple, plutôt que d’avouer vos fautes.

Le jour où chacun souhaitera enfin comprendre que la réussite d’un pays se construit sur l’association de ses forces plutôt que par l’opposition de ses corporatismes, la France pourra, enfin profiter du talent de ses citoyens, qui n’en manquent pas ! Evitons la grande déba…cle, et offrons nous un avenir radieux qui n’a pas besoin de gilets jaunes pour refléter la lumière.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Direction les Seychelles
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires