En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Défaut de fabrication

Dans le logiciel de Macron, il manque un algorithme. Il porte un nom : celui de la France.

Publié le 15 avril 2019
Le Président de la République a été programmé pour donner naissance à des start-ups. Or pour diriger une nation, il faut une âme.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président de la République a été programmé pour donner naissance à des start-ups. Or pour diriger une nation, il faut une âme.

De Gaulle, c'est la France. Mitterrand aussi. Tous deux avaient lu les mêmes livres. Et jeunes, s'étaient laissés un peu séduire par l'Action Française. Chirac fut la France, sur un registre plus familier consistant à tapoter le cul des vaches.

Sarkozy fut français, très français. Précisément parce qu'il venait d'ailleurs. Du côté des Balkans. Quant à Hollande, il avait aussi une vision de la France, mais elle s'arrêtait aux châtaigniers de Corrèze. Et Macron ? Eh bien Macron, il est Macron !

Il ne sait pas – et surtout ne peut pas – comprendre qu'un pays qui balaye et efface son passé est tout à fait incapable de concevoir son avenir. Il ignore qu'un arbre, chêne, marronnier, bouleau, peuplier, a des racines sans lesquelles il ne serait pas.

Macron trouve cela vieillot à l'heure de la mondialisation et des réseaux sociaux. Dans sa pensée, telle qu'elle a été programmée, il n'y a place que pour le nouveau monde. L'ancien, celui où les mots dignité et identité faisaient encore sens, est pour lui une entrave à la jouissance infinie du présent. On savait depuis Vespasien que l'argent n'a pas d'odeur. On sait depuis Macron qu'il n'a pas de frontières.

La France a un passé. Lamentable et abjecte du temps de Vichy. Glorieux et héroïque avec les résistants du plateau de Glières qui par centaine sacrifièrent leur vie face à la Wehrmacht et aux miliciens. Macron s'y est rendu l'autre jour. Il aurait pu, s'il aimait vraiment la France, se contenter de leur rendre hommage.

Mais son logiciel lui a soufflé que l'occasion était bonne pour dépouiller Laurent Wauquiez de quelques suffrages. C'est pourquoi il a amené avec lui un Sarkozy complice et consentant.

Là dans ce cimetière où gisent ceux qui furent à l'époque les meilleurs d'entre nous, les deux compères se sont livrés un duo amoureux indécent. Une petite et médiocre manœuvre politicienne. Les morts des Glières méritaient mieux que ce spectacle. Les maquisards des Glières étaient la France. Macron décidément non. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 18/04/2019 - 21:29
Pour avoir conduit la France sur le chemin de la régression....
les présidents depuis V. Giscard n'ont pas aimé la France. Ils en ont profité sans vergogne. Par leur action politique, ils ont fait de cette grande nation , un pays secondaire. L'histoire les jugera durement pour leur trahison. Quant à Macron , il est insincère, car il navigue en fonction des courants et du vent. Dans sa dernière intervention il sonnait faux. Lui qui a dit qu'il n'y avait pas de culture Française, ce sont des larmes de crocodile qu'il fait semblant de verser sur Notre Dame.
2bout
- 15/04/2019 - 17:32
Comme on dit quand on prend souvent l'avion :
« Peut-être Benoît, mais sur Air France, je n'accepte que le menu végétarien »
padam
- 15/04/2019 - 16:35
Le RV des fossoyeurs de l'Histoire
Non monsieur Rayski. Depuis de Gaulle, pas plus la Mite que Giscard, Chirac ou Sarkozy, sans même citer l'insignifiant Hollande, n'ont incarné la France. Tous, nourris par l'idéologie progressiste d'inspiration gauchisante, se sont employés à déconstruire notre héritage culturel et à renier les valeurs qui constituaient le fondement et la singularité de notre civilisation occidentale. Rien d'étonnant à ce que Macron et Sarkozy se retrouvent bras dessus bras dessous sur la plateau des Glières: ils partagent la même vision et un objectif commun.