En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
bellamy
En même temps
Le double paradoxe François-Xavier Bellamy
Publié le 04 avril 2019
Contrairement à ce que nombre de commentateurs veulent y voir, la tête de liste LR aux Européennes n’a pas véritablement suscité de dynamique dans les sondages, si ce n’est par rapport aux attentes de ceux qui le voyaient achever de plomber le parti. Pour autant, le jeune philosophe versaillais pourrait bien avoir un impact durable sur la droite. Et sur ses leaders actuels
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à ce que nombre de commentateurs veulent y voir, la tête de liste LR aux Européennes n’a pas véritablement suscité de dynamique dans les sondages, si ce n’est par rapport aux attentes de ceux qui le voyaient achever de plomber le parti. Pour autant, le jeune philosophe versaillais pourrait bien avoir un impact durable sur la droite. Et sur ses leaders actuels

Atlantico: Si la désignation de François-Xavier Bellamy comme tête de liste LR pour les européennes avait pu être mal perçue par certains, prévoyant une chute des scores du parti pour les prochaines élections, c'est l'impression d'une dynamique positive qui domine aujourd’hui les esprits. Pourtant, cette dynamique, un gain de 1 point en quelques semaines, semble toute relative. Ainsi, alors que l'idée de dynamique semble abusive, en quoi pourrait-on considérer que François Xavier Bellamy change la donne à droite ?

Edouard Husson : On sait depuis l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007 que la mouvance LR (ex-UMP) a intérêt à être bien ancrée à droite pour gagner des élections. Cela chagrine certainement quelques caciques du parti et il y en a qui ont préféré aller chez Macron que « perdre leur âme », comme disait Michel Noir à la fin des années 1980. Ce qui se passe avec Bellamy est assez simple : sauf imprévu, sa présence à la tête de la liste LR aux élections européennes va permettre au parti d’éviter de frôler la barre des 10%. On devrait être plutôt aux environs des 15% dont Laurent Wauquiez, peu ambitieux en l’occurrence, a fait le score souhaitable pour son parti.

On rappellera juste que Nicolas Sarkozy était au-dessus de 30% au premier tour en 2007 et au-dessus de 25% au premier tour en 2012. Qu’on se demande si LR va dépasser ou non 15% en dit long sur le déclin du parti. Avec Bellamy, il s’est agi de limiter la casse. On rappellera aussi qu’il devrait y avoir 50% d’abstention à ces élections européennes. On parle donc d’une force politique qui va rassembler 7 à 8% des inscrits. Le mouvement post-gaulliste à moins de 10% des inscrits ! La CDU en Allemagne ou le parti conservateur britannique rassemblent aujourd’hui trois fois plus d’électeurs.  

 

Si Laurent Wauquiez a pu désigner François-Xavier Bellamy pour éviter une concurrence interne trop importante qui aurait pu avoir lieu avec une personnalité expérimentée, en quoi le président des LR pourrait-il apparaître comme la victime de son propre choix, face à une personnalité jugée "structurée" et "sincère" par les électeurs de droite ? 

 Prenons le problème dans l’autre sens, si vous voulez bien. Ni Laurent Wauquiez ni Marine Le Pen ne prennent le risque d’emmener leur parti à la bataille. On est dans une attitude qui consiste à limiter les risques. Cela montre bien la fragilité des deux principales forces d’opposition à LREM. Laurent Wauquiez est quelqu’un qui a passé son temps à se battre contre les gens de son propre parti plutôt que de combattre l’adversaire. Il n’a réussi à obtenir la présidence du parti que parce que LR s’était auparavant « wauquiézisé » en détruisant son champion, François Fillon. 2017 aura été, pour la droite modérée, 1981 – moment où Chirac a tout fait pour empêcher la réélection de Giscard - en pire.

Nicolas Sarkozy ne voulait pas de son ancien « collaborateur » à l’Elysée ; Juppé n’en voulait pas non plus et les deux se sont coalisés, par sbires interposés pour poignarder Fillon dans le dos. Nous avons la droite dotée du plus faible instinct de survie en Occident. Je n’ai aucun doute sur le fait que Wauquiez saura tuer Bellamy si celui-ci lui fait de l’ombre. Ce faisant, il enfoncerait encore un peu plus LR ; mais nous ne devons avoir aucun doute sur le fait que LR est, depuis la fin de l’hiver 2016-2017, en mesure de rejoindre le PS dans l’insignifiance. Bellamy représente un palier, un ralentissement du déclin.  

 Les personnalités de centre droit des LR avaient pu mettre en garde contre le choix d'une telle personnalité jugée trop "conservatrice". En quoi le bon maintien de la liste LR vient-il balayer cette idée d'un conservatisme fossoyeur de la droite ? 

Pendant longtemps le mot conservatisme n’a pas eu bonne presse en France alors que c’est un terme politique positif en Grande-Bretagne, en Allemagne ou aux Etats-Unis. Conserver, faire fructifier, transmettre, c’est la raison d’être de la droite. Mais en France, la droite a été incapable, en 1791-92, de défendre la souveraineté réelle, la personne du Roi uni à son peuple, du « père de la nation », contre la souveraineté abstraite des révolutionnaires. Aujourd’hui, nous sommes au terme d’une nouvelle séquence catastrophique où le rétablissement de la souveraineté réelle du pays par de Gaulle a été progressivement défait par ses successeurs.

Pompidou faisant le choix du quinquennat et précurseur, en l’occurrence, du référendum de 2000 sur la question ; Giscard a ensuite inauguré le démantèlement de la souveraineté et il a été suivi par un renégat de la droite, François Mitterrand puis un ancien militant pacifiste compagnon de route du PCF égaré à droite, Jacques Chirac, d’ailleurs revenu, dès qu’il fut président de la République, à ses premières amours, sous la forme de la repentance, de l’antiracisme et de l’européisme. Nicolas Sarkozy a eu le bon instinct, avec son programme de 2007 et l’axe de sa campagne de 2012. Mais il a aussi été « giscardien » dès son installation à l’Elysée, avec la nomination de ministres de gauche : dès les élections législatives de juin 2007, l’électorat de droite commençait à se démobiliser – essentiellement, d’ailleurs, l’électorat du Front National qui avait été séduit par son programme présidentiel nationiste et conservateur. C’est à cause de la trahison partielle de ses promesses de renouveau conservateur Donc oui ! le conservatisme est essentiel aux succès de la droite, même si elle a beaucoup de mal à en tirer les conséquences politiques qui s’imposent.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 04/04/2019 - 22:57
Il faut croire que c'est une fatalité
Dans la Vème République : chaque nouveau président fait regretter le précédent....je ne croyais pas pouvoir vivre pire que Hollande....et bien si !! Macrounet est pire que le Pingouin, il faut le faire tout de même !!
zen-gzr-28
- 04/04/2019 - 19:42
Oups ! commentaire de 13 h 13
Il faut lire journaleux partiaux.
hermet
- 04/04/2019 - 19:15
Benvoyons
Les empires sont les malheurs des peuples qu'il soient Français, Allemand, Perse, Américain et encore plus avec l'UESS....je constate que les habitants européens des petits pays démocratiques sont et ont été plus heureux que les grands, que la renaissance chère à notre néo empereur est née en Italie qui était alors un pays de petites villes états, que la renaissance spirituelle (+ imprimerie) de l'Europe c'est aussi faites en Allemagne alors faites de petites régions indépendantes; ces deux régions ont alors été labouré, massacré par les empires européens : Français, Espagnol...l'avantage militaire des Empires a disparu au milieu du XXeme siècle avec la Bombe, Israël et la corée du Nord sont autant respecté que la Turquie ou la France...pour le reste et en dehors des élites corrompus qui se gavent il n'y a que des inconvénients à être sous le joug d'un empire qu'il soit Arabe, Turque, Américain ou Européen, je suis peut être naïf mais les Corses sont plus à même de décider de leur avenir que les Parisiens, comme les basques, les bretons, les alsaciens, Auvergnats, Savoyards et Franciliens...du moment que ces régions restent libre et démocratique protégés par une puissance nucléaire