En direct
Best of
Best Of
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Bonnes feuilles
Repensez l'hôpital : pourquoi toutes les raisons d’échouer sont réunies
Publié le 17 mars 2019
Michel Tsimaratos publie aux éditions Michalon "Repenser l'hôpital. Rendez-vous manqués et raisons d'espérer". Le management pyramidal et hiérarchique, couplé à une vision purement financière, a vécu. Il est urgent de replacer l'humain au cœur des préoccupations de tous les acteurs de la filière santé. Extrait 1/2.
Michel Tsimaratos, professeur de pédiatrie à Aix-Marseille Université, dirige le service de pédiatrie multidisciplinaire à l'hôpital de la Timone à Marseille. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Tsimaratos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Tsimaratos, professeur de pédiatrie à Aix-Marseille Université, dirige le service de pédiatrie multidisciplinaire à l'hôpital de la Timone à Marseille. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Tsimaratos publie aux éditions Michalon "Repenser l'hôpital. Rendez-vous manqués et raisons d'espérer". Le management pyramidal et hiérarchique, couplé à une vision purement financière, a vécu. Il est urgent de replacer l'humain au cœur des préoccupations de tous les acteurs de la filière santé. Extrait 1/2.

 

À l’hôpital, la focalisation sur l’équilibre financier a fait perdre de vue les métiers des hospitaliers. La plupart des évolutions réglementaires hospitalières ont l’année budgétaire pour horizon, mais projettent les institutions sur 30 ans. Repenser les processus nécessite du courage. Il s’agit d’une démarche qui peut bloquer le secteur public. Les contraintes réglementaires réduisent les marges de manœuvre. Le modèle d’imbrication politico-administrative qui conduit aux injonctions paradoxales fait de l’État un organisme d’aide aux hôpitaux, devenus des victimes immobiles. Dans cet environnement, la T2A, a généré un déséquilibre en augmentant le poids de l’activité, sans autre régulation que les tarifs, qui aboutit à l’inadéquation de l’offre de soins avec les besoins de la population. La qualité des soins est découplée de la performance. C’est devenu une exigence réglementaire qui ne se retrouve pas au cœur du management et des organisations. La précipitation a transformé la qualité en métier déconnecté du terrain. Une activité bureaucratique et normative qui a perdu tout son sens pour les acteurs de première ligne. Il n’y a pas de stratégie. Le mauvais usage coûte cher et la politique RH est désastreuse. Il s’agit d’une défaillance du management au secteur public qui n’a pas la main sur son personnel eu égard au statut. La peur et le malaise au travail s’invitent à l’hôpital. L’injonction paradoxale devient la règle. La politique inflationniste est cynique. La fracture s’organise. La qualité des soins n’est pas liée au financement. Elle n’est pas rentable. Les réponses inspirées du monde de l’entreprise sont technocratiques et brutales. Le malaise est profond.

Qui doit aider les hôpitaux à se redresser ? La spirale infernale continue et confirme une crise chronique dans la filière santé.

Extrait du livre de Michel Tsimaratos "Repenser l'hôpital. Rendez-vous manqués et raisons d'espérer", publié aux éditions Michalon.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Hôpital, Economie, Santé
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires