En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 0 s
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 22 min 6 sec
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 30 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 55 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 17 heures 5 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 19 heures 19 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 51 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 58 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 8 min 37 sec
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 59 min 24 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 41 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 37 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 19 heures 8 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 19 heures 20 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 53 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 21 heures 9 min
© FRANCK FIFE / AFP
© FRANCK FIFE / AFP
Football

PSG/Manchester United: 1/3 Cataclysme au Parc des Princes, le PSG ne verra pas les quarts de finale

Publié le 07 mars 2019
A l'issue d'un match d'une grande médiocrité, les Parisiens sortent de la Ligue des Champions par la plus petite des portes et disent adieu à l'objet de toutes leurs convoitises.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'issue d'un match d'une grande médiocrité, les Parisiens sortent de la Ligue des Champions par la plus petite des portes et disent adieu à l'objet de toutes leurs convoitises.

C'est avec un minimum de doutes et beaucoup de certitudes que le PSG abordait ce huitième de finale retour contre le peu qu'il restait de Manchester United. Forts de leurs deux buts d'avance et en ayant disputé cinq rencontres pour autant de victoires depuis le match aller, les Parisiens pouvaient se présenter en pleine confiance, avec l'étiquette de favoris dans le dos. Si l'on ajoute que ces derniers temps la manière était à la hauteur des résultats et que l'adversaire était amputé de cinq de ses titulaires, on pouvait estimer sans forfanterie qu'une grande partie des conditions étaient réunies à l'heure de la validation du ticket pour les quarts. Bien sûr, le vautour de la remontada tournoyait toujours dans les esprits des plus superstitieux... Bien sûr, il aurait été préférable de disputer cette rencontre avec Cavani et Neymar... Mais avec un collectif huilé et le succès total du nouveau statut assumé par Mbappe, tous les signes antérieurs au match convoquaient l'évidence d'une qualification logique.

Mais il est dit que le football a ses raisons que la raison ignore... et que le Paris Saint Germain entretien une relation masochiste avec la coupe d'Europe. Dans cette soirée tristement historique, les supporters et les joueurs Parisiens auront donc souffert le martyr jusqu'au bout, pour expérimenter ensemble l'attente douloureuse de ce qui ne viendrait pas. On savait que Manchester n'avait qu'un objectif: marquer très tôt pour instiller le doute. Mais on se disait aussi qu'on avait beau craindre la chose, ce n'est tout de même pas une raison pour qu'elle advienne ! Aussi, lorsque Lukaku ouvrit le score dès la deuxième minute, les supporters comprirent que le présent devenait imparfait et que les vieux démons Barcelonnais se rappelaient au mauvais souvenirs de tout le monde. L'égalisation de Bernat (12ème) soulagea un peu les consciences jusqu'à ce que Lukaku (30ème), qui avait profité des largesses de Kehrer sur l'ouverture du score, profite cette fois d'une erreur de Buffon. Deux buts offerts, face à une équipe techniquement largement inférieure, à ce stade de la compétition, c'est commotionnant... Et surtout terriblement révélateur des failles mentales d'une équipe qui n'a vraisemblablement pas soldé tous ses comptes. Péniblement, le match s'étira et il fut facile, au fur et à mesure, de reconnaître tous les symptômes d'un collectif dont le jeu est détruit par l'enjeu. Le résultat ? Un jeu haché, une organisation dissoute, des ballons perdus, des lignes distendues, des initiatives malheureuses et une kyrielle de derniers gestes manqués. Les responsables ? Le stress, l'angoisse et les assauts récurrents des fantômes venus du passé. Dans ces moments-là, le temps n'est plus mesuré, il est enduré. Dans ce moment-là, la peur devient organique, reptilienne. S'ils étaient peu inquiétés, les Mancuniens se montraient particulièrement inoffensifs. Pour parvenir à marquer le but qui pouvait les qualifier, on sentait bien que les joueurs Anglais allaient devoir s'en remettre à l'improbable. Et l'improbable est advenu. C'est un pénalty concédé par Kimpembe et transformé par Rashford (92ème) qui envoya les Parisiens en enfer. Un but que les supporters reçurent comme on prend une balle dans la peau et qui plongea un club tout entier dans une atmosphère luciférienne. 

Ce matin, la sidération est totale. Car il s'agit désormais du second traumatisme à grande échelle pour un club Parisien qui a dépensé plus de 400 millions d'euros pour afficher ses ambitions dans la plus prestigieuse des compétitions de clubs. Si les bénéfices commerciaux s'additionnent, les éliminations divisent et nous pouvons parier que cet échec au retentissement planétaire ne sera pas sans conséquences. Pour la troisième année consécutive, le PSG est donc sorti dès les huitièmes de finale. Si, il y a deux ans, Barcelone et un arbitrage douteux avaient eu raison des Parisiens, cette fois Paris s'est battu tout seul et n'a eu besoin de personne pour l'aider à précipiter sa chute. Hier soir, nous avons expérimenté la prescience de l'échec. Hier soir, l'erreur individuelle irrécupérable était hélas la seule statistique constante. Hier soir, le groupe avait davantage à l'esprit ce qu'il pouvait perdre que ce qu'il pouvait gagner. Le bilan individuel est à pleurer:  Kerher (pour ses offrandes), Alves (pour son match sans boussole), Draxler (qui, à part se blesser, n'aura rien réussi), et Buffon (qui a prouvé que les voyages déforment la vieillesse) auront été payé généreusement pour des prestations qui ne valent pas très cher. Mais stigmatiser des individualités ou l'inefficacité des changements opérés par Thomas Tuchel ne doit pas nous éloigner du coeur de l'analyse. Ces joueurs, ce club, connaissent la Ligue des Champions mais ne parviennent décidément pas à se faire reconnaître par elle. Et il y a quelque chose de pathétique à constater que cette équipe s'accable à vouloir poursuivre des desseins qui excèdent sa mesure. Le supplice est terrible et digne de Tantale: à mesure que le club avance vers lui, et sans jamais se soustraire à son regard, l'objectif du club Parisien ne cesse de reculer. En attendant les répliques politiques et sportives inhérentes a ce genre de séisme, nous ne prendrons pas beaucoup de risques en annonçant que la fin de saison du PSG sera vraisemblablement longue et morne. Le championnat est déjà joué et une coupe nationale remportée ne pourra pas soulager le club de tels maux. Lorsqu'il sortira de sa torpeur, et avant de plonger dans un long sommeil sans rêve, le club Parisien devra malgré lui s'immerger dans ce doute existentiel profond: comment se satisfaire de ce que l'on a quand on ne peut avoir ce que l'on désire ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 07/03/2019 - 14:45
L'échec du Saint-Germain
C'est l'échec d'une équipe talentueuse mais sans âme. Échec également, il faut bien le dire, de l'équipe nationale du Qatar.
assougoudrel
- 07/03/2019 - 08:57
Grand parmi le petits et
petits parmi les grands. Les raisons des échecs du PSG: habitué à jouer contre des équipes paroissiales; ego surdimensionné tel Macron et tout parisien et pour hier soir, la présence du grand chef qatari sur place a dû les brider. Si ça continu, aucun joueur vedette ne voudra aller dans ce club et le PSG deviendra un petit club comme les autres de France.