En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 3 min 35 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 1 heure 2 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 1 heure 41 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 3 heures 25 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 3 heures 57 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 20 heures 12 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 22 heures 28 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 22 heures 56 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 30 min 54 sec
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 3 heures 31 min
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 17 heures 52 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 21 heures 10 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 22 heures 39 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 23 heures 53 min
© ANDREAS SOLARO / AFP
© ANDREAS SOLARO / AFP
Rappel pour consultation

Crise diplomatique avec l’Italie : Paris a-t-il surréagi ?

Publié le 08 février 2019
Ce jeudi, le ministère des Affaires étrangères a annoncé rappeler l'ambassadeur de France en Italie "pour consultation" et dénonce des "attaques sans fondement" et "sans précédent" de responsables italiens. Mardi, le vice-président du conseil italien Luigi Di Maio également chef de file du M5S a rencontré des membres des Gilets jaunes. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour Paris.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi, le ministère des Affaires étrangères a annoncé rappeler l'ambassadeur de France en Italie "pour consultation" et dénonce des "attaques sans fondement" et "sans précédent" de responsables italiens. Mardi, le vice-président du conseil italien Luigi Di Maio également chef de file du M5S a rencontré des membres des Gilets jaunes. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour Paris.

Atlantico : Suite à la rencontre du leader du M5S, Luigi Di Maio, avec le Gilet Jaune Christophe Chalençon, la France a choisi de rappeler son ambassadeur à Rome pour consultation, en justifiant cette décision par un communiqué indiquant notamment "Les dernières ingérences constituent une provocation supplémentaire et inacceptable. Elles violent le respect dû au choix démocratique, fait par un peuple ami et allié. Elles violent le respect que se doivent entre eux les gouvernements démocratiquement et librement élus." Comment analyser l'escalade actuelle entre Paris et Rome ?

Christophe Bouillaud : Il faut d’abord souligner le degré extravaguant de contradiction dans lequel un européiste comme Emmanuel Macron se place ainsi lui-même en allant chercher noise, pour ce motif précis, aux dirigeants italiens actuels. En effet, si vous êtes européiste, par définition, vous êtes membre d’une coalition de partis semblables par leur idéologie d’un bout à l’autre de l’Union européenne : vous êtes conservateur, démocrate-chrétien, socialiste, écologiste ou libéral. Ces partis-frères sont par définition en droit de s’entraider. Ils sont « internationalistes », et d’ailleurs ils sont organisés sur une base fédérale au niveau européen.  Les visites de courtoisie préélectorale entre partis-frères d’une même famille sont d’ailleurs légions depuis les années 1970. Le même Emmanuel Macron avait d’ailleurs, dans cette filiation européiste, proposé lui-même des listes transnationales de partis européens aux élections européennes. Il s’agissait donc bien d’inciter ainsi les électeurs à « penser européen » et non plus « national » lorsqu’ils iraient voter aux prochaines élections européennes. Cette proposition, issue d’idée de la fondation fondée par Jacques Delors dans les années 1990, a été retoquée par ses partenaires, mais il n’empêche que son propre parti, LREM, s’est allié avec le parti espagnol, Ciudadanos, et que les élus LREM et Ciudadanos rejoindront sans doute le groupe parlementaire de l’ALDE (libéraux) après les élections de mai 2019. Or, là, que reproche-t-on au dirigeant italien, le vice-Premier Ministre, Luigi Di Maio ? D’aller chercher à soutenir la constitution en France d’un parti-frère ou un parti-cousin du M5S italien ? C’est pourtant à 100% dans la logique européenne la plus européiste. Les partis nationalistes eux-mêmes, comme le Rassemblement national, s’y sont ralliés depuis 2015, ayant bien compris qu’on ne peut peser en Europe que si l’on dispose d’alliés sûrs. Au contraire, Emmanuel Macron devrait donc se réjouir que le M5S italien ne veuille pas rester sans alliés au Parlement européen, après le départ des Britanniques de l’UKIP. Les citoyens de l’Union vont être appelés à voter en mai prochain pour un Parlement qui s’organise sur des bases idéologiques, partisanes, et cette structuration par idéologie des assemblées européennes, alors non élues directement, existe depuis les années 1950. Emmanuel Macron devrait réviser son histoire européenne.

Bref, c’est profondément contradictoire que de se plaindre de ce développement. E. Macron veut-il l’intégration européenne par les alliances entre partis semblables seulement quand cela l’arrange ? Et puis, à ce compte-là, il faudra aussi interdire à Laurent Wauquiez de fréquenter la CDU-CSU au sein du PPE, à Marine Le Pen la Ligue de Matteo Salvini au sein du MENL, à Jean-Luc Mélenchon de voir les dirigeants de Podemos, à Benoit Hamon de fricoter avec Yannick Varoufakis. Et je ne complète pas la liste. Tout parti, même le plus insignifiant, possède ses alliés européens.

C’est aussi un magnifique « effet Streisand ».  En effet, la liste des Gilets Jaunes qu’entend mener Christophe Chalençon n’a sans doute guère de poids dans la société française en général, et parmi le vaste univers des Gilets jaunes et de leurs soutiens en particulier. C’est une anecdote de notre vie politique. La visite de Luigi di Maio pouvait même apparaître comme une preuve de la méconnaissance par les responsables italiens de la situation française. Or, là, cela devient l’occasion d’une crise diplomatique, dont tout le monde va entendre parler du coup.

Enfin, pour en venir à votre question, on peut faire deux hypothèses. D’une part, il s’agit d’une vaste comédie franco-italienne, comme le cinéma en a connu quelques-unes, où chacun essaye d’apparaître comme le meilleur ennemi de l’autre. Cela arrange des deux côtés des Alpes pour des raisons de politique intérieure Macron de se présenter comme le rempart contre des dirigeants en odeur de « fascisme » par définition puisqu’ils sont italiens, et cela arrange Luigi di Maio et Matteo Salvini de critiquer l’éternelle « arrogance française » bien incarnée par le « Jupiter » Macron. D’autre part, il est possible que notre Président soit, face aux difficultés inattendues et inexplicables qu’il rencontre depuis novembre dernier, devenu lui-même complotiste, et qu’il croie vraiment que le mouvement des Gilets jaunes est manipulé par l’étranger, et donc entre autres en sous-main par l’Italie.  Mais, désolé de le dire, nous ne sommes plus dans les années 1930 quand le gouvernement Mussolini finançait effectivement des mouvements de droite à tendance fasciste dans notre pays. Ou alors, vraiment, le M5S cache très bien son jeu…   

 

Comment évaluer la stratégie d'Emmanuel Macron au regard du contexte européen actuel, des élections européennes au Brexit, mais également au regard du poids de l'Italie dans l'Union ?

Il me semble qu’Emmanuel Macron veut apparaître comme le « gardien du temple » européiste. Il se veut intransigeant avec les dirigeants britanniques. Et il veut apparaitre comme la victime d’un complot « jaune-brun » à son encontre, mené conjointement par le M5S de Luigi di Maio et par la Ligue de Matteo Salvini – convergence d’ailleurs qui pourrait bien renforcer l’actuel gouvernement italien dans une commune détestation de Macron. Il avait auparavant attaqué Viktor Orban. Cela devient vraiment une stratégie à usage électoral.

Cette manière de procéder, valable sans doute pour galvaniser l’électorat LREM et pour rassembler les européistes français autour d’un dernier rempart avant le retour aux « heures les plus sombres de notre histoire », vient cependant contrecarrer toute convergence avec l’Italie. Or les problèmes économiques et sociaux des deux côtés des Alpes sont plutôt similaires. Les deux pays souffrent de leur place subsidiaire dans la zone Euro, et ils auraient bien besoin de s’entraider pour changer la donne en Europe. Pour l’instant, la direction prise par Macron est exactement l’inverse.

Quels sont les conséquences prévisibles d'une telle escalade, aussi bien pour Paris, Rome, que pour les autres membres de l'UE ?

Du strict point de vue pratique, on devrait en rester aux mesures symboliques de part et d’autre des Alpes. Rappeler un ambassadeur en consultation, c’est surtout gâcher la vie de l’ambassadeur en question qui ne pourra plus profiter des fastes de notre Ambassade à Rome. Les deux pays sont très intégrés économiquement, et il serait absurde de commencer à se gêner vraiment dans ce qui compte au final, les flux de marchandises et de services. Les intérêts économiques devraient primer sur ces bisbilles de matamores cherchant à élargir leurs électorats respectifs.  Au pire, ce sont les migrants pris entre les deux pays qui seront victimes des rétorsions de part et d’autre, comme c’est d’ailleurs le cas depuis 2015.

Sur le plan plus général, il est bien possible que Paris finisse par se trouver isolé dans sa volonté d’imposer un Brexit douloureux aux Britanniques. En effet, il semble bien que les dirigeants allemands, en tout cas, la chancelière Merkel, veulent éviter à tout prix un « No Deal ». Les dirigeants italiens peuvent du coup se ranger du côté allemand, ne serait-ce que pour gêner Paris, même si un « No Deal » aurait aussi ses avantages pour la coalition au pouvoir à Rome en montrant les limites de l’Union européenne actuelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BienVu
- 08/02/2019 - 21:05
Blaise Pascal : Pensées I, 49
Reprise après une erreur d'aiguillage
C'est pour cette même raison que je désapprouve totalement (à ma très modeste place de simple citoyen) l'attitude et les propos du Président de la République française quand il s'en prend à M. Orban, qui a été démocratiquement élu et réélu à la place qu'il occupe actuellement. En critiquant vertement la politique du chef du gouvernement hongrois, c'est la majorité du corps électoral hongrois dont il met en cause le bon sens. Ce n'est pas ainsi qu'on cultive « l'amitié entre les peuples » européens. Ceci dit , je partage l'avis de M. Bouillaud. Tout ce remue-ménage n'a que peu d'intérêt si on le resitue dans le contexte des prochaines élections européennes (surtout que seuls les partis politiques s'intéressent au nom et au nombre des députés qu'ils obtiendront dans le futur parlement européen).
"Il y a des lieux où il faut appeler Paris , Paris, et d'autres où il la faut appeler capitale du royaume" Pensées I, 49 de Blaise Pascal
BienVu
- 08/02/2019 - 20:37
Blaise Pascal : Pensées I 49
Le long argumentaire de M. Bouillaud comporte tout de même une énorme faille : M. Di Maio est certes dirigeant de parti mais, aujourd'hui il est surtout vice-président du Conseil des. Ministres italien, ce qui n'est pas rien, même si M. Bouillaud semble l'ignorer . On remarque que c'est à ce titre qu'il est pris à partie dans le communiqué du Quai d'Orsay ( qui n'est pas né de la dernière pluie...). Cet "honneur" impose, en matière diplomatique, une certaine discrétion dans les critiques des gouvernements dits amis. C'est pour cette même raison que je désapprouve totalement (à ma très modeste place de simple citoyen) l'attitude et les propos du Président de la
BienVu
- 08/02/2019 - 20:37
Blaise Pascal : Pensées I 49
Le long argumentaire de M. Bouillaud comporte tout de même une énorme faille : M. Di Maio est certes dirigeant de parti mais, aujourd'hui il est surtout vice-président du Conseil des. Ministres italien, ce qui n'est pas rien, même si M. Bouillaud semble l'ignorer . On remarque que c'est à ce titre qu'il est pris à partie dans le communiqué du Quai d'Orsay ( qui n'est pas né de la dernière pluie...). Cet "honneur" impose, en matière diplomatique, une certaine discrétion dans les critiques des gouvernements dits amis. C'est pour cette même raison que je désapprouve totalement (à ma très modeste place de simple citoyen) l'attitude et les propos du Président de la